Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation de la revue

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol. La revue est publiée avec le concours du CNRS et de la Région Rhône-Alpes, et avec l’appui scientifique des UMR ICAR et Triangle, de l’EA CEDITEC et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Maurice Tournier nous a quitté

Maurice Tournier nous a quittés
Né à Lyon en 1933, ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, professeur de Lettres modernes puis chercheur au CNRS en Sciences du langage, Docteur ès Lettres, Directeur de recherche émérite, Maurice Tournier a été directeur du Laboratoire de lexicométrie politique, inventeur du mot lexicométrie et fondateur de la revue Mots, devenue Mots. Les langages du politique.
Il a été l’auteur de romans, mais sa notoriété académique vient de sa longue traque des mots du politique, de leur origine sociale et de leur histoire, de leur distribution linguistique et statistique dans les textes – notamment dans la parole ouvrière, syndicale et révolutionnaire.
Parmi ses principaux travaux, pour certains en collaboration, citons pêle-mêle : Des noms et des gens en République (1879-1914) ; Des noms et des gens en guerre en deux volumes (De la Grande guerre au Front populaire et De la Seconde guerre mondiale aux génocides) ; Propos d’étymologie sociale en trois volumes ; L’image candidate à l’élection présidentielle de 1995 ; Présidentielle. Regards sur les discours télévisés ; Des tracts en Mai 68 ; La parole syndicale ; Le syndicalisme à mots découverts ; La ville flagellée, Lyon 1831-1834 ; De source et de sable, Alger 1958-1961.
Il avait retracé l’histoire de la naissance et du développement de la lexicométrie politique dans un entretien paru en 2010 dans le numéro 94 du trentenaire de la revue Mots.
http://www.cairn.info/revue-mots-2010-3-page-211.htm.

Dernier numéro en ligne
110/2016
Le geste, emblème politique

The gesture, political symbol
Sous la direction de Denis Barbet

Élément non discursif de langage, d’expression et de communication, le geste peut être défini comme un « mouvement du corps […] visant à exprimer quelque chose » (Le Petit Robert). Le geste politique visé dans ce dossier n’est pas celui des études sur la « gestuelle » des personnalités politiques ni celui, coverbal, qui accompagne le discours ou encore celui qui se substitue au message verbal dans une interaction, dit « emblématique » ou « quasi-linguistique » parce qu’il est compréhensible sans la parole.

Ce sont plutôt les gestes « militants » eux-mêmes, leurs usages, leurs variations, leurs interprétations et les commentaires qu’ils suscitent, qui font l’objet de ce dossier, et non les actes individuels, éphémères, isolés, de tel acteur politique, quand bien même ces derniers ont pu devenir « symboliques ».

La gestualité qui retient ici notre attention s’apparente davantage à ce que les auteurs de l’ouvrage Des gestes en histoire. Formes et significations des gestualités médicale, guerrière et politique (Ambroise-Rendu, D’Almeida et Edelman, 2006, p. 11) appellent des « gestiques » : « ces gestes considérés comme moyens délibérés et organisés d’expression, sorte de langage possédant sa grammaire propre ». Conscients, intentionnels, conventionnels, démonstratifs, appris, revendiqués, repris, ritualisés, effectués individuellement ou collectivement, dans une mise en scène ou une forme de théâtralité, ces gestes et postures permettent une expression politique, marquent une identité ou affirment une appartenance à un groupe ou à une communauté. Servant d’emblème, ils constituent des signes visibles, ostentatoires de ralliement, d’engagement ou de reconnaissance, disent une cause, expriment une allégeance, appellent à la mobilisation ou servent à résister ou à protester.

Actualités

Calenda - Études du politique

Laboratoire Triangle