Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation de la revue

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol.

La revue Mots. Les langages du politique est publiée avec l’appui scientifique du CEDITEC (EA 3119, Université Paris-Est-Créteil), du CRAPE-ARENES (UMR CNRS 6051, Université Rennes 1, Sciences Po Rennes, EHESP), de DIPRALANG (EA 739, Université Paul-Valéry-Montpellier 3), d’ICAR (UMR CNRS 5191, Université Lumière Lyon 2, ENS de Lyon), du LERASS (EA 827, Université Paul Sabatier-Toulouse 3), de Triangle (UMR CNRS 5206, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2, Sciences Po Lyon) et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).



Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dernier numéro en ligne
113/2017
Écrire le genre

How to write the Gender
Escribir el género
Sous la direction de Hugues Constantin de Chanay, Yannick Chevalier et Laure Gardelle

Depuis plusieurs années, en France notamment, l’égalité des droits entre femmes et hommes est régulièrement réaffirmée par les textes réglementaires et les revendications féministes. Or ce discours politique ne se traduit pas que dans les lois et les pratiques économiques : il passe aussi par une politique du discours, en particulier via le recours à des protocoles rédactionnels rendant visible la présence des femmes dans l’écriture (Circulaires du Premier Ministre, 11 mars 1986, 6 mars 1998, articles L-1132-1 et 5321-2 du Code du travail, article 25-1 du Code pénal). La volonté d’égalité implique alors une représentation équilibrée du masculin et du féminin dans les discours, soit par des essais de neutralisation (dont le fameux et désormais contesté « masculin générique »), soit par des graphies innovantes qui assurent la coprésence des formes (é.e, éE, é(e), etc.). Mais comment mettre concrètement en pratique cette plus grande égalité des genres, en France, en l’absence de recommandations institutionnelles fortes ? Et refuser les nouvelles formes graphiques signifie-t-il une hostilité à l’agenda égalitariste ? C’est à ces procédés et à leurs implications linguistiques et politiques que ce numéro de Mots sera consacré.