Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Maurice Tournier nous a quittés

Maurice Tournier nous a quittés
Né à Lyon en 1933, ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, professeur de Lettres modernes puis chercheur au CNRS en Sciences du langage, Docteur ès Lettres, Directeur de recherche émérite, Maurice Tournier a été directeur du Laboratoire de lexicométrie politique, inventeur du mot lexicométrie et fondateur de la revue Mots, devenue Mots. Les langages du politique.
Il a été l’auteur de romans, mais sa notoriété académique vient de sa longue traque des mots du politique, de leur origine sociale et de leur histoire, de leur distribution linguistique et statistique dans les textes – notamment dans la parole ouvrière, syndicale et révolutionnaire.
Parmi ses principaux travaux, pour certains en collaboration, citons pêle-mêle : Des noms et des gens en République (1879-1914) ; Des noms et des gens en guerre en deux volumes (De la Grande guerre au Front populaire et De la Seconde guerre mondiale aux génocides) ; Propos d’étymologie sociale en trois volumes ; L’image candidate à l’élection présidentielle de 1995 ; Présidentielle. Regards sur les discours télévisés ; Des tracts en Mai 68 ; La parole syndicale ; Le syndicalisme à mots découverts ; La ville flagellée, Lyon 1831-1834 ; De source et de sable, Alger 1958-1961.
Il avait retracé l’histoire de la naissance et du développement de la lexicométrie politique dans un entretien paru en 2010 dans le numéro 94 du trentenaire de la revue Mots.
http://www.cairn.info/revue-mots-2010-3-page-211.htm.

Dernier numéro en ligne
105/2014
Couleurs politiques

Sous la direction de Valérie Bonnet, Hugues Constantin de Chanay et Dominique Desmarchelier

La référence aux partis politiques au moyen de leur couleur emblématique semble être une pratique courante du discours politique et journalistique. Les adjectifs de couleur, utilisés comme tels ou comme substantifs (les Verts) ou adverbes (voter rouge), ponctuent l’histoire politique des deux derniers siècles. Cette pratique autorise de nombreux retournements, détournements, réappropriations. Elle favorise également l’humour, la réfection de clichés (marée verte, péril rouge, bleu Marine), ces procédés pouvant être associés au jeu sur le signifiant ou même le signifié métonymique (la rose du PS), ou à une forme complexe d’iconicité (les Verts), jusqu’à des jeux de mots. Les cinq auteurs de ce dossier ont étudié la référence à la couleur dans le discours politique et son incidence sur l’argumentation, que ces valeurs soient plus ou moins stabilisées ou au contraire  « en mouvement ».