Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Frédériki Tabaki-Iona, Chants de liberté en 1848

Maurice Tournier
p. 144-147
Référence(s) :

Frédériki Tabaki-Iona, Chants de liberté en 1848, Budapest, Turin, Paris, L’Harmattan, 2001, 276 p.

Texte intégral

  • 1  F Tabaki-Iona, Poésie philhellénique et périodiques de la Restauration, Athènes, Société des Archi (...)

1Dans le prolongement de ses recherches sur le mouvement « philhel­lénique »1, où les plus grands poètes français ont pris part verbalement aux luttes pour l’indépendance de la Grèce, et passant de la Restauration à la Monarchie de Juillet, F. Tabaki aboutit à la riche production chan­sonnière et poétique de 1848. De ce foisonnement qui a précédé et accompagné la révolution et la seconde République, elle a su ordonner les thèmes essentiels en ressortant du passé des archives une remarquable sélection commentée de couplets et refrains, célèbres à l’époque, oubliés depuis. « Poésie forte et vraie », disait Baudelaire des chansons de Pierre Dupont.

2On suit d’abord avec les chansonniers les grands moments de l’Histoire. À la « chute de la Royauté » apparaissent, comme dans un théâtre de foire, des silhouettes comiques, hautes en couleur, de Louis-Philippe et de son « valet » Guizot lors de leur « décampement », mêlées à une métaphorisation héroïque de l’effondrement de la Monarchie sous les coups du Peuple :

Tremblez Césars, potentats, race immonde ! […]
[…] Volons au but ! L’ouragant populaire
Balaye un roi qui barrait les chemins (Festeau).

3C’est l’époque enthousiaste où le Peuple devient Roi à son tour :

Le chant du Peuple est la charte du monde.
Foulons aux pieds ce qui reste des rois (Bonabot).

4« Chère Liberté », « douce Fraternité » et « sainte République » sont les cris de ralliement. S’ouvre ensuite une « Ère nouvelle », caractérisée par la foi dans le Progrès ou dans la « République Démocratique et Sociale » (qui va devenir « La Sociale »), par la célébration utopiste (de Félicien David à Vinçard) et – en plus vindicatif – par la revendication des Droits du Travail et des Droits de la Femme. Les Marseillaises et les Chants du départ se multiplient à leur propos : La Chanson des Travailleurs, Le Chant du Travail ou la Marseillaise pacifique, La Française, La Marseillaise européenne, La Marseillaise de l’époque, La Marseillaise des femmes, le Chant du départ des Vésuviennes, etc. À en croire certaines chansons, l’espérance attendait tout d’une fraternité universelle :

Allons, enfants de la Patrie,
De nous unir, voici le jour !
De toutes parts le ciel nous crie :
Fondez le règne de l’amour ! (Caldelar).

5Juin 48 : désillusions, chômage, révolte, répression. Ce sont les frustrations ouvrières puis le massacre des « insurgés » sur les barricades qu’évoque l’excellent chapitre sur « La guerre des classes ». De grands chansonniers ouvriers comme Charles Gilles expriment en vers hugoliens cette rancœur devant la trahison des attentes populaires ou l’espoir déçu de la paix sociale :

Tu dors, Brutus, et Rome est dans les fers
De la République bourgeoise (Gilles).
Sur les tombeaux où s’endorment nos frères
Allons poser le rameau de la paix (Festeau).

6Ni la mort de l’archevêque, ni les pétitions contre la « transportation », ni l’évocation des « martyrs » n’y pourront rien. « Paris se voile de ténèbres » (Loynel). Il ne reste plus qu’à prêcher la concorde et à constater, effaré ou applaudisseur, la « marche vers la présidence » du « petit neveu du grand homme ». On prévient, sur l’air de Mimy Pinson : « République, prends garde à toi ! » (Mercier). Et c’est peut-être Gérard de Nerval qui a publié dans la Revue comique le refrain anonyme :

Des prétendants, l’heure est passée.
Bons citoyens, chassez-le donc !

7À ce voyage chansonné à travers les quatre mois révolutionnaires, F. Tabaki a fort habilement joint des sujets d’époque. On voit ainsi, au fil des évènements, apparaitre non seulement saint-simoniens, fouriéristes, cabétiens, « rouges » blanquistes, « communistes » (c’est-à-dire com­munautaires) et socialistes de toutes tendances, accompagnés de leurs féministes, mais aussi des thèmes majeurs, caractéristiques de l’esprit quarante-huitard. Le sentiment religieux y revêt la plus grande importance, chez les ouvriers comme chez les utopistes (Fourier, Cabet, et surtout Buchez et L’Atelier, dans la ligne de Lamennais). Tenus à part du clergé conservateur, le « Christ rouge » et le Peuple s’identifient. Baudelaire et Champfleury écrivent dans leur journal Le Salut public : « Jésus-Christ est le fondateur de toutes les républiques modernes ; quiconque en doute n’a pas lu l’Évangile ». Eugène Pottier célèbre ainsi la plantation des arbres de la liberté :

Un premier arbre aux forces vives
Fut pris au jardin des olives.

8Ce qui donne en occitan :

Vive la Républiqua !
Gloire à Diu qui nous l’a baillie !

9Bien entendu des thèmes inverses se chantent en contrepoint. Deux célèbres chansons heurtent leurs refrains à propos de Cabet : en réponse à la chanson anonyme répandue dans tout Paris en avril,

Le communisme est le rêve des fous […]
Le fainéant veut le partage,

10le poète ouvrier Lachambaudie diffuse par affiches son refrain « Ne criez plus : À bas les communistes ! ». Il en est de même pour la religion. On dénonce Jésuites et couvents pour ne vivre que de « rapines » :

Détruisons l’hydre jésuitique… (Koueman)
C’est un fléau que cette monacaille… (Sain).

11D’où l’idée de plus en plus commune d’opposer Jésus et l’Église :

Aux maximes de l’Évangile
Que le prêtre soit plus docile (Randon).

12Une intéressante réflexion sur le temps clôt l’ouvrage et pratique comme une couture entre les évènements et les thèmes. Le futur (« Nous marcherons », « Nous serons les maitres »…) domine avec les espoirs de liberté entrevus, et que d’optatifs, d’exclamatifs et d’impératifs dressent des verbes de mouvement !

Venez, enfants de Cracovie !
Un jour de gloire est arrivé (Marcel).
Allons debout, France ! Plus d’inertie ! […]
Peuple, debout ! Paris reprends les armes ! (Drappier).
En avant, les Voraces !
Vive la liberté ! (Randon).

13Multiplication des images cataclysmiques aussi. On attend le Grand Jour de l’égalité… « L’heure est venue. Tyrans, tremblez d’effroi » (Leroy). Le passé, lui, est révolu : ancien monde à rayer du souvenir ou gloires révolutionnaires et napoléoniennes en proie à une « rétrospection sélective depuis 1789 », ainsi que le montre F. Tabaki.Il faudrait tout citer, tant cet ouvrage s’avère riche d’aperçus judicieux et d’attestations excellemment choisies ; il vaut mieux le lire. Toutes les vibrations d’une époque y sont à redécouvrir.

Haut de page

Notes

1  F Tabaki-Iona, Poésie philhellénique et périodiques de la Restauration, Athènes, Société des Archives helléniques, littéraires et historiques, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Tournier, « Frédériki Tabaki-Iona, Chants de liberté en 1848 », Mots. Les langages du politique [En ligne], 70 | 2002, mis en ligne le 07 mai 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mots.revues.org/9813

Haut de page

Auteur

Maurice Tournier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page