Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Éric Hazan, L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus

Dominique Desmarchelier
p. 179-180
Référence(s) :

Éric Hazan, L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, 2002, Paris, Seuil, 462 p.

Texte intégral

1Ce livre est avant tout un cri. Un cri du peuple, pourrait-on ajouter. « Places royales et faubourgs brumeux, enceintes, barricades et passages, c’est la trame serrée des quartiers parisiens qui organise cette déambulation proposée aux flâneurs des rues et des livres ». Éric Hazan, ancien chirurgien, amoureux des livres et des hommes, ayant choisi de reprendre la maison d’édition familiale, a décidé de nous servir de guide pour une traversée de Paris. Traversée à la fois historique, géographique mais surtout politique.

2La première partie de l’ouvrage, intitulée « Chemin de ronde », nous entraine dans le dédale des quartiers de l’ancien, puis du nouveau Paris. Véritable leçon de vocabulaire architectural et géopolitique, nous découvrons les aménagements successifs de la capitale. Nous apprenons ainsi que le tracé des boulevards (Beaumarchais, du Temple, Saint-Martin…) recouvre celui de l’ancien rempart de Charles V ; que par extensions progressives, les faubourgs, autrefois en dehors de l’enceinte, sont intégrés à la cité. Puis viendra le tour des villages, Passy, Batignolles, Clichy, Montmartre, Belleville, Bercy, qui existaient hors du mur des fermiers généraux (les lignes 2 et 6 du métro) jusqu’en 1860 et qui formeront les 8 derniers arrondissements de Paris (du 12e au 20e) entourés par la zone non aedificendi (zone non-constructible au delà des fortifications de Thiers) qui restera la zone dans l’imaginaire populaire parisien (Cohen J.-L. et Lortie A., 1991, Des fortifs au périf’,Paris, Picard).

3La deuxième partie, « Le Paris rouge », résonne à chaque page du bruit des canons, des fusillades, de l’assaut des barricades qui caractérisent l’histoire politique de Paris. Éric Hazan tisse un fil imaginaire allant de 1827 à 1968, avec les épisodes les plus dramatiques de la répression, les journées de 1848, la Commune de 1871. Cette fois, c’est l’historien-militant qui guide nos pas sur les pavés sanglants, qui au détour d’une barricade nous rappelle le comportement d’un Lamartine, en 1848, encourageant la répression de l’insurrection, ou les propos insupportables des Goncourt pendant la Commune. Cette évocation s’achève sur le Paris des écrivains (Balzac, Zola, Benjamin), des photographes (Doisneau, Atget, Brassaï) et des peintres (Manet, Caillebotte). Livre d’initiation, de passages (et l’on connait leur importance dans Paris), mais aussi livre d’érudit, d’amoureux de cette ville et de militant, cette traversée est aussi un livre sur les mots de Paris. Éric Hazan n’a pas oublié qu’il avait pour condisciple, au lycée Louis-le-Grand, Marc Augé. De cette amitié lui est sans doute resté ce gout pour les promenades ethnologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desmarchelier, « Éric Hazan, L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus », Mots. Les langages du politique [En ligne], 72 | 2003, mis en ligne le 29 avril 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://mots.revues.org/6743

Haut de page

Auteur

Dominique Desmarchelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page