Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Raylene L. Ramsay, French Women in Politics. Writing Power, Paternal Legitimization and Material Legacies

Emmanuelle de Champs
p. 149-151
Référence(s) :

Raylene L. Ramsay, 2003, French Women in Politics. Writing Power, Paternal Legitimization, and Maternal Legacies,New York, Berghahn Books, 318 p.

Texte intégral

1La faible représentation des femmes dans la vie politique française a longtemps été considérée comme un French paradox : malgré la vitalité des revendications féministes, malgré les avancées obtenues dans le domaine social, leur absence dans les différentes instances de gouvernement est criante. à ce paradoxe initial, l’adoption de la loi sur la parité de 2000 en a ajouté un second : la France est devenue l’un des pays les plus novateurs en matière de législation, en voulant assurer l’égal accès des femmes et des hommes aux fonctions électives. Alors que l’universalisme républicain et le rejet du communautarisme nourrissent encore une forte résistance aux politiques de quotas, l’apparente facilité avec laquelle cette loi s’est imposée, moins de dix ans après l’ouverture du débat public, apparait comme une anomalie.

2L’ouvrage de Raylene L. Ramsay propose d’éclairer ce renversement en se penchant sur des textes souvent peu étudiés, les écrits des femmes politiques elles-mêmes. Le choix de ce corpus reflète l’intérêt de l’auteure pour la notion d’« écriture féminine » qui reste, dans les pays anglo-saxons, emblématique du French feminism. Pour elle, « ce qui a permis à la France d’accepter un principe aussi révolutionnaire que la démocratie paritaire […], c’est le discours sur la différence féminine qui traverse le nouvel ensemble de textes consacrés aux femmes en politique et qui s’inscrit dans ce qu’on pourrait appeler une tradition d’écriture féminine » (p. xvii). Les textes produits par des femmes politiques sont alors vus comme les vecteurs d’une réappropriation spécifiquement féminine du pouvoir, de l’empowerment des femmes en politique.

  • 1  M. Sineau, 1988, Des femmes en politique, Paris, Economica, 240 p.

3Spécialiste du Nouveau roman et de littérature contemporaine, bonne connaisseuse de la vie politique française, Raylene L. Ramsay entreprend à la fois de présenter une synthèse des écrits sur la place des femmes françaises en politique et de démontrer les mutations de l’écriture féminine du pouvoir. Ainsi, en s’appuyant sur les entretiens réalisés par Mariette Sineau, elle met en valeur les difficultés auxquelles se heurtent les femmes qui exercent des fonctions politiques, tant du fait du regard que portent les hommes sur elles que de la façon dont elles ont intégré les contraintes qui leur étaient imposées1. La notion de « légitimation » est au centre de sa démonstration : les femmes doivent (se) prouver leur légitimité à exercer le pouvoir dans la sphère publique. Les processus par lesquels se transmettent des valeurs et des références communes entre les femmes politiques de tous bords sont ainsi mis en relief.

4La difficulté principale de cette démonstration tient à l’hétérogénéité du corpus. Raylene L. Ramsay étudie aussi bien les écrits sur les femmes politiques (y compris ceux dont l’auteur est un homme – le député Jean Pascal – et les écrits journalistiques – ceux de Laure Adler, ou la biographie de Martine Aubry parue en 1997), que les écrits des femmes politiques en tant que telles (les professions de foi de Ségolène Royal, d’Arlette Laguiller, de Michèle Alliot-Marie et de Yann Piat, entre autres), ou encore des entretiens avec des femmes politiques (Christiane Taubira, Véronique Neiertz, Roselyne Bachelot, Odile Moirin, réalisés pour la plupart entre 1994 et 1995), avant d’en venir aux autobiographies de femmes ayant exercé des fonctions politiques (Gisèle Halimi, Françoise Gaspard), et enfin aux fictions signées par des femmes politiques (Huguette Bouchardeau et Françoise Giroud). Cette diversité affaiblit la thèse d’une écriture féminine du politique. Bien qu’elle soit sensible aux différents statuts des textes, l’auteure semble les relier parfois de façon arbitraire à sa problématique générale. Les deux derniers chapitres, consacrés aux écrits d’Huguette Bouchardeau et de Françoise Giroud, apparaissent bien plus convaincants. Femmes politiques et écrivaines, elles élaborent toutes deux dans l’écriture, par le biais d’une approche novatrice de la fiction, une réflexion sur leur expérience du pouvoir. Préfacé par Huguette Bouchardeau, cet ouvrage semble avoir été inspiré principalement par la découverte de ses écrits.

  • 2  Voir notamment les articles regroupés dans Politix,vol. 15, n° 60, 2002. On peut également signale (...)

5Pour l’auteure, ces textes ont permis l’élaboration d’un nouveau mode de pouvoir politique, qui entend refuser les artifices de la politique politicienne et se mettre à l’écoute des citoyens. Acceptant l’idée selon laquelle les femmes « feraient de la politique autrement », qui a été notamment mise en avant lors du débat sur la parité, elle tente d’en définir les fondements théoriques. Cette approche tranche pourtant avec les lectures de ce même débat qui sont proposées en France et qui soulignent le caractère stratégique des appels à la différence féminine2.

6La thèse défendue dans cet ouvrage invite ainsi à la discussion, tout autant que la méthodologie employée, à la frontière de l’analyse littéraire et de l’analyse du discours. En réhabilitant des écrits souvent négligés, ceux qui émanent des femmes politiques, elle ouvre un nouveau champ d’analyse.

Haut de page

Notes

1  M. Sineau, 1988, Des femmes en politique, Paris, Economica, 240 p.

2  Voir notamment les articles regroupés dans Politix,vol. 15, n° 60, 2002. On peut également signaler que certaines de ces analyses sont à présent disponibles en langue anglaise dans un recueil consacré à ce même French paradox. Il rassemble des articles de S. Agacinski, d’é. Fassin et de M. Sineau sur la parité, entre autres, et observe la vitalité de l’écriture féminine contemporaine en France, sans établir de lien aussi direct que R. L. Ramsay entre ces deux domaines. Voir R. Célestin, E. Dalmolin et I. de Courtivron éd., Beyond French Feminisms. Debates on Women, Politics and Culture in France, 1981-2001, New York, Londres, Palgrave MacMillan, 2003, 311 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle de Champs, « Raylene L. Ramsay, French Women in Politics. Writing Power, Paternal Legitimization and Material Legacies », Mots. Les langages du politique [En ligne], 78 | 2005, mis en ligne le 31 janvier 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mots.revues.org/469

Haut de page

Auteur

Emmanuelle de Champs

Université Paris 8, GRHI
e.dechamps@free.fr

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page