Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Christine Guionnet et Érik Neveu, Féminin/Masculin. Sociologie du genre

Christian Le Bart
p. 147-149
Référence(s) :

Christine Guionnet, érik Neveu, 2004, Féminin/Masculin. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin (Collection U), 288 p.

Texte intégral

1En moins d’une décennie, le paradigme du genre a profondément bouleversé l’agenda des sciences sociales. En France, l’intérêt des chercheurs, pour s’être manifesté avec retard, est aujourd’hui réel et sans doute durable. Loin de constituer une mode, il s’institutionnalise à travers des colloques, des revues, des enseignements spécifiques. Nul doute que la mise en manuel des multiples travaux orientés sur cette question participe de la légitimation-institutionnalisation des études de genre. L’ouvrage signé par Christine Guionnet et érik Neveu (parité respectée !) atteint son objectif : recenser les travaux les plus importants, en particulier la littérature américaine ici maitrisée avec une impressionnante érudition, tout en esquissant des mises en perspective, des problématisations, des interrogations critiques. Les auteurs ne peuvent évidemment contourner les questions fondamentales qui sont au soubassement de toute réflexion sur le genre, à commencer par les plus triviales (et les plus difficiles) de toutes : Qu’est-ce qu’un homme ? Qu’est-ce qu’une femme ? Leur réponse, pour être exclusivement de science sociale, n’est pas pour autant dépourvue de nuances. Oui, la socialisation initiale joue dans nos sociétés un rôle encore central sur ce terrain (voir l’excellent exemple des catalogues de jouets de Noël). Mais des choses décisives se jouent plus en amont encore, au stade où se noue (et se dénoue) l’attachement œdipien. Le détour par l’anthropologie permet alors de voir la variété des habitus masculin et féminin, sans discréditer a priori l’hypothèse d’universaux genrés. Et ce n’est pas naturaliser par exemple un improbable « instinct maternel » que d’observer chez les femmes un rapport aux affects moins inhibé que chez les hommes (d’où, pourquoi pas, une autre façon de faire de la politique ?). à condition de ne pas être naturalisées, des catégories comme « l’intuition féminine » peuvent être prises au sérieux, c’est-à-dire pensées comme des constructions sociales réussies (et donc suffisamment efficaces pour être à leur tour agissantes), à l’échelle de contextes historiques et sociaux spécifiques.

2Le grand mérite de ce manuel est de toujours œuvrer à faire du genre une variable tout à la fois pertinente et problématique. Pertinente, car il n’est guère de pratique sociale qui ne permette de mesurer des différences entre hommes et femmes : façons d’aimer, façons de travailler, façons de se distraire, façons de faire (ou de ne pas faire) de la politique… Ce livre recense un grand nombre de données sociales quant aux pratiques sexuelles, aux choix des filières d’enseignement, aux professions exercées, à la répartition des tâches domestiques, aux loisirs, au vote… Pour autant, les auteurs ne cessent de nous mettre en garde contre les facilités d’une sociologie paresseuse qui s’adosserait à cette seule variable binaire. Si le genre marche comme variable corrélée à toutes les pratiques sociales (ou presque), il ne doit pas être érigé en variable indépendante. En amont du genre (variable elle-même sociale, à bien distinguer du sexe), il y a d’autres processus sociaux : comment fabrique-t-on des femmes politiques, des secrétaires dévouées à leur patron, des infirmières maternelles, des lycéennes littéraires, des femmes au foyer peu intéressées par la politique, des lectrices de roman, etc. ? L’alignement, au fil des années, des votes masculin et féminin démontre que le genre est un objet social changeant au gré des contextes sociohistoriques.

3Peut-être parce qu’ils sont politistes, les auteurs se risquent à une interrogation frontale sur le concept de domination masculine. Est-il utile ? Que permet-il de voir, que le discours enchanté sur l’émancipation des femmes aurait tendance à masquer ? Symétriquement, le terme peut aussi constituer un obstacle à l’analyse s’il rabat toutes les transformations des dernières décennies sur une grille de lecture unique postulée a priori. Les ruses de la domination masculine sont subtiles, elles piègent y compris les hommes et les femmes de bonne volonté, et se dissimulent dans des interstices que seuls quelques chercheurs se risquent à explorer. Ainsi de l’exemple classique de l’homme renonçant à repasser le linge parce que sa femme trouve qu’il le fait mal. Faut-il pour autant ne rendre compte des transformations objectives que sont le salariat féminin ou la parité en politique qu’en termes de reproduction de la domination masculine ? Le dernier chapitre ouvre des pistes passionnantes, suggérant que certains attributs masculins (la prédisposition à jouir du pouvoir, la censure émotionnelle) peuvent aussi s’analyser comme aliénation. Les hommes sont aussi prisonniers d’un modèle masculin très normatif. Et la tendance lourde à la féminisation de la vie sociale (civilisation, chez Elias) est peut-être pour eux davantage source de désarroi que de libération, par exemple chez les jeunes garçons de milieux populaires moins armés pour ces mutations identitaires. Où l’on voit au passage que la classe sociale ne disparait pas sous la variable genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Le Bart, « Christine Guionnet et Érik Neveu, Féminin/Masculin. Sociologie du genre », Mots. Les langages du politique [En ligne], 78 | 2005, mis en ligne le 31 janvier 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://mots.revues.org/466

Haut de page

Auteur

Christian Le Bart

Université Rennes 2, CEDITEC
Christian.Lebart@uhb.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page