Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Roselyn Koren et Ruth Amossy (dir.), Après Perelman : quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques ?

Dominique Desmarchelier
p. 145-147
Référence(s) :

Roselyn Koren et Ruth Amossy (dir.), Après Perelman : quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques ?, 2002, Paris, L’Harmattan, 263 p.

Texte intégral

1Ce livre-bilan sera l’occasion, pour beaucoup de linguistes, de découvrir tout d’abord le visage de Chaïm Perelman. Cet auteur si souvent cité depuis la première parution en 1958 du Traité de l’argumentation et décédé en 1984, n’a jamais connu la médiatisation d’un Bourdieu ou d’un Hagège. Et pourtant, si depuis 50 ans « la rhétorique renait de ses cendres », pour reprendre le titre prémonitoire d’un article écrit en 1938 par Jean Paulhan, hommage doit en être rendu à Perelman qui le premier a su réconcilier les sciences humaines avec l’antique rhétorique d’Aristote et de Quintilien. Les auteurs de l’ouvrage ont souhaité mener un combat « contre l’oubli » qui semble frapper de nouveau l’étude de l’argumentation dans les sciences du langage. Même si l’on peut ne pas partager leurs inquiétudes, il faut souligner l’intérêt d’une telle entreprise visant à « repenser les enjeux sociaux du langage et à analyser les mises en mots de l’opinion ». Introduit par Roselyne Koren, le livre est constitué de huit contributions, émanant de linguistes représentatifs du champ actuel de l’argumentation. On notera l’absence d’Oswald Ducrot pour qui, on le sait, l’argumentation est inscrite au cœur même de la langue et non dans le tissu du discours.

2Le premier article, dû à Jean-Michel Adam, dresse un panorama des principaux travaux consacrés à l’argumentation depuis 1970. Il distingue deux étapes épistémologiques : la grammaticalisation de la rhétorique puis la rhétorisation de la linguistique. Ces travaux peuvent être classés selon trois approches : syntaxique, sémantique et pragmatique. Ce bref historique évoque également le rôle joué par Roland Barthes dans la mise en garde faite à une linguistique qui voudrait oublier la rhétorique.

3La contribution de Georges-Élia Sarfati concerne les aspects épistémologiques et conceptuels d’une théorie linguistique de l’opinion. Analysant l’évolution de la pragmatique, l’auteur compare les influences de Perelman et de Ducrot. Il s’attache à décrire la place du sens commun dans les sciences humaines et sociales. Cela le conduit à distinguer l’opinion, la croyance et la doxa. Il conclut en proposant de compléter les différents niveaux de l’analyse linguistique par une nouvelle composante, qu’il appelle « topique » car elle définirait une pragmatique topique.

4Emmanuelle Danblon consacre son article à une facette moins souvent traitée des travaux de Perelman : les rapports entre éthique et rhétorique. Elle illustre, à l’aide d’exemples très pertinents, le rôle du juge qui « doit juger » et donc partir de faits pour les « qualifier » d’un point de vue juridique. On sait que les liens entre éthique et droit constituaient une des premières préoccupations de Perelman. Prononcer une sentence pour aboutir à une sanction codifiée par le droit, telle est la tâche qui conduit le juge des faits à une norme.

5Dans une perspective plus philosophique, Marc Dominicy analyse « le travail sur les notions », qui lui parait central dans les réflexions de Perelman et Olbrechts-Tyteca, sa fidèle collaboratrice. Il souligne l’importance accordée à la « dissociation des notions » et à ses effets sur l’argumentation.

6Ruth Amossy, quant à elle, insiste sur le caractère précurseur des conceptions de Perelman à propos de ce qui allait devenir l’analyse du discours et la pragmatique textuelle. Elle établit un lien entre les travaux de Benveniste sur l’énonciation et les approches actuelles en analyse de discours. Elle plaide ainsi pour une intégration de la (nouvelle) rhétorique aux sciences du langage.

7La contribution de Catherine Kerbrat-Orecchioni rappelle les points communs existant entre la notion aristotélicienne d’éthos réintroduite à la fin des années 70 dans le champ de la linguistique, simultanément par Oswald Ducrot et Dominique Maingueneau, et celle de présentation de soi chère à Goffman.

8La délicate question de l’engagement du chercheur est abordée par Roselyne Koren. Analyse du discours et critique de l’analyse peuvent-elles être dissociées ? « D’où observe le chercheur ? », demande-t-elle, pour paraphraser Georges Devereux (1980, De l’angoisse à la méthode, Flammarion). Reprenant la dénonciation faite par Sylvain Auroux (1996, La philosophie du langage, PUF) d’une « éthique de non-intervention », l’auteur s’insurge contre le fait que « le chercheur n’ait pas le droit de recourir au savoir acquis sur le langage et sur les mises en mots argumentatives dans le cadre de l’interprétation et de l’évaluation axiologique de textes où sévissent des thèses “inadmissibles” : négation de l’existence de la Shoah et des camps d’extermination, incitation à la haine raciale, etc. ».

9L’ouvrage s’achève sur une étudede Christian Plantin concernant la « critique du discours argumentatif ». Après avoir défini sa conception de l’argumentation, liée à la manifestation d’une opposition de discours, celui-ci définit la théorie actuelle de l’argumentation en tant que critique des paralogismes (fallacies). À la délicate question de savoir si le linguiste peut prouver qu’un discours constitue une manipulation, il répond délibérément par la négative. Cela relève pour lui d’une attitude citoyenne et non scientifique.

10Par la variété de ses contributions, cet ouvrage permet au chercheur de faire le point sur les acquis de la « nouvelle rhétorique » et sur les nombreuses pistes de recherche ouvertes aux linguistes par Chaïm Perelman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desmarchelier, « Roselyn Koren et Ruth Amossy (dir.), Après Perelman : quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques ? », Mots. Les langages du politique [En ligne], 75 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://mots.revues.org/3683

Haut de page

Auteur

Dominique Desmarchelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page