Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Françoise Sullet-Nylander, Le titre de presse. Analyse syntaxique, pragmatique et rhétorique

Lamria Chetouani
p. 144-145
Référence(s) :

Françoise Sullet-Nylander, Le titre de presse. Analyse syntaxique, pragmatique et rhétorique, 1998, Stockholm, Cahiers de la Recherche, 251 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage bien écrit, richement documenté, qui n’introduit pas une notion sans l’avoir définie sous toutes ses coutures, est formé de six chapitres de longueur inégale allant de 10 pages (chapitre 1) à 70 pages (chapitre 4). Il se termine par un index double : auteurs et termes importants.

2Les deux premiers chapitres (qui auraient pu être regroupés vu leur petite taille et, surtout, leur esprit), exposent l’intérêt de cette recherche développée dans le cadre d’une thèse portant sur les caractéristiques du titre de presse à travers trois quotidiens français : Le Monde, Libération et Le Figaro. Un double objectif est poursuivi. Il s’agit de décrire les spécificités du discours de l’information (à travers une étude des genres et des sous-genres d’après la « macrostructure ») et d’analyser les stratégies privilégiées par chaque quotidien dans la création de ses titres.

3Le chapitre 3 (40 pages) est consacré à l’étude structurelle des titres (phrase complète, parataxe, structure bipartite (SN+ SPrép), bloc unique). Il est suivi par une analyse pragmatique et communicationnelle axée sur l’usage du discours rapporté. Un panorama des études théoriques sur la question a permis à Françoise Sullet-Nylander de réaliser des observations fort pertinentes conduisant à une typologie des titres sur une base syntaxique puis intertextuelle. Cinq tableaux correspondant à des indications chiffrées du nombre de discours rapportés dans les trois journaux clôturent ce long chapitre (70 pages), en affinant l’analyse afférente aux titres parus de l’année 1992 à l’année 1997. La partie 5 de l’ouvrage est centrée sur les figures sémantiques (sens propre / figuré, connotation, métonymie, hyponymie, paronymie, etc.) et les figures de construction ou métataxes (ellipses, parataxe et apposition, hyperbate, etc.). Cet aspect stylistico-rhétorique des titres de presse a été prolongé dans le dernier chapitre, qui propose un décryptage des divers procédés de défigement.

4Bien que l’étude sémantique soit largement traitée, l’auteur pense, avec une honnêteté intellectuelle exemplaire, avoir surtout privilégié la forme. La structure informationnelle qui ressort de la relation entre syntaxe et sémantique, tout comme l’analyse des intertextes et des effets de sens produits par le discours rapporté, ne semblent pas entrer directement dans ses préoccupations premières. Elle s’est proposée, en fait, d’établir pour les titres de presse une « grammaire de discours qui vise à fournir les traits syntaxico-discursifs, pragmatico-communicationnels et stylistico-rhétoriques » et ne prétend donc pas traiter en profondeur les articles de presse en relation avec les titres décortiqués.

5« Il est essentiel de noter que, malgré son caractère autonome, le titre sera traité en contexte, c’est-à-dire comme énoncé appartenant à un ensemble textuel plus vaste » (Hoeck, 1981). Cette recommandation (citée page 3) n’est guère prise en ligne de compte par Françoise Sullet-Nylander, qui a sans doute raison de ne pas s’éparpiller et de ne s’intéresser qu’aux titres indépendamment de leurs contextes. En effet, les titres de presse sont, avant tout, conçus pour être vus et lus de façon autonome, c’est-à-dire indépendamment des textes qui les accompagnent dans les journaux. Car eux seuls suffisent à éveiller la curiosité du lecteur. Par ailleurs, leur nombre (2 548 titres examinés) offre un corpus assez substantiel pour autoriser une étude systématique des structures syntaxiques et donc satisfaire l’objectif principal de cette recherche.

6Cette option justifie la conception purement grammaticale qui accorde, avec justesse, une valeur plus importante à la construction formelle des titres qu’à la relation avec leurs contenus respectifs et à la comparaison des trois journaux concernant la véracité des faits ou la réalité de l’information. Le paratexte (ou « titraille ») n’a été abordé que très superficiellement. Cela n’enlève rien à la qualité de l’ouvrage qui constitue une vraie « grammaire des titres ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lamria Chetouani, « Françoise Sullet-Nylander, Le titre de presse. Analyse syntaxique, pragmatique et rhétorique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 75 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2008, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://mots.revues.org/3663

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page