Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Gilbert Rist (dir.), Les mots du pouvoir, sens et non-sens de la rhétorique internationale

Fabienne Pierre
p. 138-141
Référence(s) :

Gilbert Rist (dir.), Les mots du pouvoir, sens et non-sens de la rhétorique internationale, 2002, Nouveaux Cahiers de l’IUED, 208 p.

Texte intégral

1Dans ce numéro des Nouveaux Cahiers de l’IUED, les auteurs, venus de divers horizons disciplinaires (sociologie politique, relations internationales, économie, linguistique), proposent une analyse critique et engagée des productions discursives que les principales institutions du système onusien consacrent aux enjeux actuels du développement. On y trouvera les contributions de Gilbert Rist, Marie-Dominique Perrot, Francine Mestrum, Pierre Englebert, Frédéric Lapeyre, Dominique Maingueneau, Pierre de Sernaclens, Jean-Luc Alber, Christian Comeliau, Antoine Maurice, Béatrice Steiner et enfin Branislav Gosovic dans un entretien accordé à Delphine Bordier. Ces différents points de vue convergent vers un même constat, au moins quant à la réalité contemporaine d’un discours international marqué par de couteuses stratégies d’effacement et de neutralisation dans lesquelles se reflètent des enjeux politiques et idéologiques fondamentaux.

2Plusieurs analyses mettent tout d’abord en évidence ce qui semble désormais caractériser une « rhétorique internationale » en perte de référents et en proie à la double logique du flou et de la rigidité. Ainsi, la répétitivité sémantique, la prévisibilité et la stéréotypisation, le manichéisme idéologique, sont autant de mécanismes discursifs qui enferment les textes dans un « style formulaire » ne laissant guère de place au débat ou au changement. Ce profil rhétorique pourrait certes être interprété comme une conséquence directe de l’universalité proclamée d’un discours qui se situe de fait en dehors de l’Histoire, c’est-à-dire en dehors des histoires singulières et parfois antagonistes, ainsi que de leurs interactions ; un discours devenu aveugle à la diversité humaine et sociale, sourd aux inégalités criantes qui divisent le monde. « L’universalité est ainsi instaurée aux dépens des réalités historiques concrètes » (Gilbert Rist, p. 13). Ce qui se joue pourtant dans l’énonciation de cette universalité ignorant par nécessité toute forme de division, et dont l’existence ne peut être que théorique, c’est bien la neutralisation et l’euphémisation des réalités socio-économiques et historiques dont la politique mondiale ne peut se dispenser dans le règlement des problèmes posés par le développement.

3Mais certains auteurs voient aussi dans les mécanismes discursifs qui structurent la rhétorique internationale l’émergence d’une « langue » singulière, héritière d’une longue tradition diplomatique et dont la vocation, contrairement à celle de la désormais célèbre « langue de bois », violente et idéologiquement rigide, serait de n’engager à rien au point d’appeler toutes sortes d’interprétations – fussent-elles contradictoires. Cette langue, dite parfois « de coton », n’en est pas moins chargée d’idéologie, car derrière l’apparente neutralité des nombreuses nominalisations qui permettent à la magie du verbe d’opérer en objectivant les actions et les choix politiques, derrière l’apparente évidence des concepts figés qui prolifèrent (« capital social », « lutte contre la pauvreté »…) et des grandes catégorisations, c’est une conception subjective du monde que l’on impose, au profit d’une orientation néo-libérale du développement et des pratiques politiques qu’elle implique, lesquelles devraient pouvoir rester discutables.

4Que l’on ne s’y trompe pas, nous disent les auteurs : à force de douceur, le « coton » pourrait devenir un facteur d’enfermement de la pensée. La naturalisation des idées a en effet un cout : il rend la contradiction impossible pour un destinataire sur lequel le discours trouve ici un moyen singulier d’exercer une forme de contrôle social.

5Au-delà du constat et pour comprendre ces différents mécanismes, d’autres auteurs rappellent la nécessité de s’intéresser aux contraintes politiques et institutionnelles qui entourent et déterminent la production du discours international. La rhétorique du système onusien résulte en effet du consensus, une pratique politique qui constitue encore aujourd’hui le socle de la société mondiale. Elle témoigne donc de la difficulté à réunir dans un même sens commun une multitude d’acteurs engagés dans des relations de coopération et surtout de concurrence. Or c’est aux institutions internationales à vocation universelle qu’incombe la tâche de convertir cette multitude hétérogène en ce qui n’est, au final, qu’une fiction : l’unité indivisible de la « communauté internationale ». Parce que sur lui repose la cohérence même de cette « communauté » improbable, le discours fonctionne dans une forme de dénégation du conflit, par conséquent sur le mode de la globalisation, de l’approximation, en somme sur le mode d’une prudence souvent dénoncée mais dont dépendent la légitimité et l’existence des instances qui l’énoncent. Car la « rhétorique internationale » est un outil d’auto-légitimation, une compétence qui autorise les locuteurs institutionnels onusiens à prendre la parole au sein de l’espace public. Skeptron symbolique, elle est aussi le signe de l’autorité et du pouvoir de ceux qui l’énoncent.

6Mais les institutions internationales à vocation universelle ont-elles un pouvoir et une autorité, leur discours a-t-il vocation à fonder un ordre social à l’échelle du monde ? Si la rhétorique internationale, fondamentalement politique, est vouée à légitimer une position institutionnelle et des représentations particulières du monde et, si elle exerce par conséquent un pouvoir symbolique sur les membres de la communauté à laquelle elle s’adresse, elle reste avant tout l’objet d’intenses jeux de négociations et de marchandages qui se résolvent souvent au profit des positions dominantes qu’occupent certains acteurs, les États-Unis notamment. Ainsi l’autorité de ce discours, en dépit de sa prétention à l’universalité, ne peut être que partielle, voire factice. De ce fait, comme le souligne Dominique Maingueneau, à qui l’on doit le concept de « discours constituant », la prétention à se situer au-delà du politique et le désir d’universalité ne peuvent suffire à la rhétorique internationale pour fonder un ordre social, jouer un rôle constituant dans la société mondiale. Parce qu’il est issu du consensus et non pas de la recherche commune d’un absolu, parce qu’en réalité il reste destiné aux experts et non au destinataire universel, le discours des institutions internationales à vocation universelle ne peut être qu’un simulacre de discours constituant et feindre l’autorité des discours fondateurs.

7Reste qu’à cette non-puissance les instances internationales ne peuvent substituer que les mots : une rhétorique qui constitue à la fois l’essentiel de leur pouvoir et la garantie de sa préservation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Pierre, « Gilbert Rist (dir.), Les mots du pouvoir, sens et non-sens de la rhétorique internationale », Mots. Les langages du politique [En ligne], 75 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://mots.revues.org/3613

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page