Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Marie-Anne Paveau et Georges-Elia Sarfati, Les grandes théories de la linguistique. De la grammaire comparée à la pragmatique

Pierre Fiala
p. 129-132
Référence(s) :

Marie-Anne Paveau et Georges-Elia Sarfati, Les grandes théories de la linguistique. De la grammaire comparée à la pragmatique, 2003, Paris, Armand Colin (U), 256 pages.

Texte intégral

1Il manquait en France depuis plusieurs années un manuel de linguistique qui offrît aux étudiants de linguistique générale et de linguistique française une synthèse accessible et cohérente sur le plan historique et épistémologique. L’économie des onze chapitres de cet ouvrage, qu’on peut répartir en trois parties à peu près égales, met clairement en évidence le projet de ses auteurs, tout comme sa bibliographie et son index des noms.

2Dans les trois premiers chapitres, substantiels, consacrés à l’émergence et l’extension au 19e siècle du comparatisme historique, ils procèdent d’abord à un retour aux sources théoriques de la linguistique contemporaine. Rappelant les étapes décisives du développement de la grammaire comparée en Europe du Nord (Schlegel, Rask, Grimm, Bopp, Schleicher, Verner, Ostoff, Paul) et de l’anthropologie linguistique (Humboldt), les auteurs en décrivent les prolongements aux États-Unis, donnant aux vues généralisantes de Whitney toute l’importance qu’elles méritent. Ils soulignent les débats théoriques qui s’élaborent à la fin du siècle sur la nature des lois phonétiques et les facteurs du changement linguistique, débats qui président à la naissance de la jeune Société linguistique de Paris, creuset de la discipline et de ses théories générales. Ils décrivent la réception en France de ces diverses théories, le développement, à côté des études orientalistes – sémitiques, indianistes, chinoises –, de la phonétique historique, de la géographie linguistique, de la dialectologie, bref des études romanes de Gaston Paris, de la « romanistique » comme les désigne un titre (p. 42), qui use d’un néologisme apparu au 20e siècle. Si l’exposé sous-estime un peu l’influence de la grammaire générale et des Lumières, il illustre bien l’ancrage de la linguistique moderne dans le comparatisme européen et les apports originaux de la réflexion française : le développement de l’histoire des mots (Darmesteter) et des significations (Bréal), des conditions sociales (Meillet), anthropologiques et psychologiques du langage (Henri), insistant sur le fait que celui-ci échappe largement à la conscience humaine. La grande entreprise sociohistorique de Ferdinand Brunot sur l’évolution interne et externe de la langue française aurait pu trouver là une mention justifiée, comme foyer de réflexion sur les rapports entre le langage et l’histoire.

3Les quatre chapitres suivants, peu ou prou, sont liés à Saussure envisagé comme père emblématique du structuralisme, qu’il soit anthropologique, philosophique, psychanalytique, sémiotique ou simplement fonctionaliste. Son œuvre, ou plutôt la nébuleuse constituée par les multiples lectures et relectures du palimpseste primitif, est moins envisagée par les auteurs comme une synthèse réflexive et généralisante de l’empirisme comparatiste que comme le point de rupture avec celui-ci, instituant au début du 20e siècle la linguistique en tant que paradigme et, pour ainsi dire, norme de la modernité dans les sciences humaines, redéfinissant de façon restrictive son objet, son domaine, ses limites, ses instruments, ses méthodes. Après avoir exposé clairement les concepts de la vulgate saussurienne et rappelé la première réception, plutôt mitigée, du Cours de linguistique générale, dont seul Bloomfield aurait reconnu le caractère profondément novateur (p. 83), les auteurs s’attachent aux développements francophones du saussurisme, de Bally à Tesnière, en passant par Guillaume, aucune de ces trois figures ne s’étant en fait profondément inspirée du saussurisme. Deux chapitres consacrés aux fonctionalismes retracent ensuite avec précision l’histoire européenne de la phonologie du Cercle de Prague (Troubetzkoï, Jakobson), de la glossématique danoise (Hjelmslev), et des fonctionnalismes allemand (Bühler), anglais (Halliday) et français (Martinet).

4On sera surpris, en revanche, si l’on continue à penser que le milieu du 20e siècle, avec les travaux de Harris et de Chomsky, a ouvert une phase décisive dans les sciences du langage, celle d’une modélisation effective et d’une inscription possible dans les technologies informatiques et les problématiques cognitives, de voir évoqués en un seul chapitre, intercalé, les « formalismes » linguistiques, du descriptivisme bloomfieldien au générativisme chomskien, en passant par le distributionalisme (Harris, Gross) et la tagmémique (Pike). On y trouvera néanmoins un résumé synthétique gardant toute sa clarté, même si les exemples sont ici réduits au minimum.

  • 1 G.-É. Sarfati, 2002, Précis de pragmatique, Paris, Nathan.

5Sous les étiquettes de linguistiques énonciatives, discursives et pragmatiques, trois chapitres occupent le dernier tiers du volume. Ils présentent les prolongements théoriques récents de propositions énoncées dans la seconde moitié du 20e siècle, souvent en contrepoint au structuralisme saussurien et aux divers formalismes alors dominants. Placées sous la multipaternité de Bakhtine, Bally, Jakobson, mais surtout Benveniste, l’énonciation et ses multiples déterminations intra- et extralinguistiques sont exposées à l’aide des synthèses qu’en a fournies Catherine Kerbrat-Orecchioni et des développements théoriques bien distincts qu’en ont tirés Oswald Ducrot dans sa pragmatique linguistique et Antoine Culioli dans ses éléments de sémantique formelle. Le chapitre sur les approches discursives revient sur les notions incontournables de textualité, de genre et de conditions de production, qu’on les aborde à travers la sémiotique littéraire barthésienne, la sémantique greimassienne, l’analyse du discours harrissienne, assortie ou non des principes althussériens ou foucaldiens, mais aussi à travers les approches argumentatives, lexicologiques, lexicométriques ou la linguistique textuelle adamienne. Les synthèses de Jean-Michel Adam, mais celles aussi de Dominique Maingueneau, et les travaux de François Rastier permettent de tracer les origines et les perspectives de ce domaine riche d’avenir et parfois sous-évalué sur le plan théorique. Enfin les approches pragmatiques, leurs filiations logiques et philosophiques, leurs développements cognitivistes et les débats qui les animent conduisent à s’interroger sur les limites du domaine de la linguistique théorique. L’un des auteurs a d’ailleurs consacré à cela un exposé récent1.

6On partagera pleinement les positions des auteurs quand ils rappellent en conclusion leur volonté et leur espoir d’avoir offert un cheminement pédagogique permettant d’explorer quelques-uns des mythes fondateurs de la linguistique, au premier chef la rupture saussurienne et ses conséquences épistémologiques, et d’avoir pu ainsi soulever quelques questions sur les enjeux entourant la naissance et le renouvellement des théories. Une sociologie des connaissances pourrait trouver là matière à approfondissement. Les premières introductions des années 1970, de Mounin (1967, 1972), Lepschy (1978) ou Leroy (1980), indigentes et datées, et les traductions des manuels anglo-saxons, de plus vaste ampleur, Robins (1967, 1976), Gleason (1961, 1968), Lyons (1968, 1970), avaient fait leur temps éditorial. Les présentations encyclopédiques (Auroux et alii, 1990-2000) et des publications françaises plus récentes (Fuchs-Le Goffic, 1975, réédition 1992, Malmberg, 1990, Bergounioux, 1994, précieux pour les extraits commentés) ne répondent pas toujours à une présentation pédagogique, générale et articulée. Tous ces ouvrages sont néanmoins largement utilisés et mentionnés par les auteurs.

  • 2 J.-C. Milner, 1989, Introduction à une science du langage, Paris, Seuil.

7Peut-être regrettera-t-on que le cheminement à travers un exposé riche de références et de citations, limité forcément en exemples, n’ait pas fait étape auprès de quelques références théoriques importantes, par exemple, pour s’en tenir au champ français, l’approche clinicienne de Damourette et Pichon dans l’entre-deux-guerres, plus tard les postulats anti-saussuriens de la praxématique, la sociolinguistique et les réflexions sur l’oralité développées dans le cadre du GARS à Aix, ou par ailleurs les propositions fondamentales avancées par Jean-Claude Milner pour une « science du langage »2. Mais on sait que nul panorama n’appréhende l’ensemble d’un paysage et que souvent tel petit mont trop proche ou aux allures altières dérobe à la vue de plus beaux sommets. On s’étonnera aussi alors – mais pas trop hélas – que les « grandes théories linguistiques » soient toutes attachées à des noms masculins et que les noms féminins soient plutôt liés aux synthèses et aux commentaires.

  • 3 R. Martin, 2002, Comprendre la linguistique, Paris, PUF (Quadrige).
  • 4 A. Auchlin et J. Moeschler, 2000, Introduction à la linguistique contemporaine, Paris, Armand Colin
  • 5 Collectif, 2001, Le Langage. Nature, histoire et usage, Paris, Éditions Sciences humaines.
  • 6 M. Bilger (éd.), 2000, Corpus. Méthodologie et applications linguistiques, Paris, Champion.
  • 7 M. Yaguello (dir.), 2003, Le grand livre de la langue française, Paris, Seuil.

8En tout cas, bel exemple d’écriture mixte, toujours limpide et accessible, le « Paveau-Sarfati » peut désormais servir de manuel de référence. L’idéal sera de l’accompagner de la lecture du petit essai épistémologique suggestif de Robert Martin3, d’une bonne présentation de la linguistique actuelle4, de recueils collectifs récents sur le langage5, sur les corpus6, voire du Grand livre de la langue française7. La diversité de ces récentes introductions aux sciences du langage suffirait à montrer que si des langues continuent à mourir (tandis qu’apparaissent sans cesse de nouveaux usages, de nouveaux dialectes, voire des langues nouvelles ou prétendues telles), la linguistique, elle, n’est pas morte. Les débats qui l’animent en France sont plus vivants que jamais.

Haut de page

Notes

1 G.-É. Sarfati, 2002, Précis de pragmatique, Paris, Nathan.

2 J.-C. Milner, 1989, Introduction à une science du langage, Paris, Seuil.

3 R. Martin, 2002, Comprendre la linguistique, Paris, PUF (Quadrige).

4 A. Auchlin et J. Moeschler, 2000, Introduction à la linguistique contemporaine, Paris, Armand Colin.

5 Collectif, 2001, Le Langage. Nature, histoire et usage, Paris, Éditions Sciences humaines.

6 M. Bilger (éd.), 2000, Corpus. Méthodologie et applications linguistiques, Paris, Champion.

7 M. Yaguello (dir.), 2003, Le grand livre de la langue française, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Fiala, « Marie-Anne Paveau et Georges-Elia Sarfati, Les grandes théories de la linguistique. De la grammaire comparée à la pragmatique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 75 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2008, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://mots.revues.org/3503

Haut de page

Auteur

Pierre Fiala

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page