Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes-rendus de lecture

Isabelle Veyrat-Masson et alii. Sous les images, la politique… Presse, cinéma, télévision, nouveaux médias (XXe-XXIe siècle)

Paris, CNRS Editions, 2014, 396 p.
Sabrina Grillo
p. 133-135
Référence(s) :

Isabelle Veyrat-Masson, Sébastien Denis, Claire Sécail, Sous les images, la politique… Presse, cinéma, télévision, nouveaux médias (XXe-XXIe siècle), Paris, CNRS Editions, 2014, 396 p.

Texte intégral

1Dirigé par Isabelle Veyrat-Masson, Sébastien Denis et Claire Sécail, Sous les images est le fruit d’un colloque qui se proposait d’analyser une seule et même problématique, à savoir les rapports entre l’image et le politique. À partir d’un angle d’approche plus novateur, le but était d’étudier à partir de divers corpus les représentations du politique dans les productions « imagières ». Dès sa présentation, Isabelle Veyrat-Masson donne le ton en revenant sur les pouvoirs de l’image, ses formes, sa polysémie et la transdisciplinarité des études qu’elle permet. La variété de l’ouvrage en rend compte grâce aux vingt-huit communications.

  • 1 Patrick Charaudeau, Les médias et l’information : l’impossible transparence du discours, Bruxelles, (...)

2La première partie intitulée « Récits historiques du politique » étudie les messages politiques à partir de supports audiovisuels dont la thématique politique n’est pas initialement la raison d’être du dit support. Balayant plusieurs époques et aires géographiques, le panorama d’étude est assez riche et offre une réflexion sur la tension entre réalisme et fantaisie, entre télévision et politique, entre domaine privé et image publique. Sans tomber dans un schéma simpliste, les articles, en abordant des problématiques sous-jacentes à ces diverses dialectiques reviennent sur des constructions idéologiques. Ils analysent aussi l’évolution des sensibilités et des us et coutumes médiatiques dans le contexte d’une logique commerçante de la presse, une logique que Patrick Charaudeau avait qualifiée quant à lui de logique économique1 conjointement à une logique symbolique.

3Dans cette partie, les auteurs démontrent le pouvoir de l’image fictionnelle à des fins politiques, qu’il s’agisse de la potentialité des jeux vidéo et de leur capacité à s’imprégner de l’histoire et du réel ou de films ou de séries télévisées. La nature variée de ces supports expose comment l’image est un véritable relai de communication pour les politiques. On perçoit bien ce lien étroit entre réalisme et fiction visant à éclairer comment l’image modélise notre perception de la politique et des hommes qui la font vivre. On retiendra la définition du politique selon deux auteurs, Christian Poirier et Mélissa Thériault :

4« Le politique comprend la politique, soit l’activité politique gouvernementale et partisane, ainsi que le politique, c’est-à-dire les dimensions de la vie sociale que des individus sont amenés à qualifier de politiques, et ce en raison de la présence d’intérêts variés, de conflits et de relations de pouvoir. » (p. 136)

5La seconde partie, « Communiquer le politique » interroge les recours à l’image dans le but de transmettre un message. Elle passe en revue diverses époques, questions et médias différents. Le lecteur replonge dans ce qu’il avait déjà oublié et se retrouve face à la vérité du toujours plus moderne en matière de technique. Le ton est engagé, déplorant l’inexorable glissement vers une politique des émotions en parallèle avec l’évolution des technologies qui a modifié la communication politique.

6Ainsi, l’illustration de cette apparente décadence du sens de l’image politique vers une presse bien plus people, depuis les années 2000, nous met face à la portée de la dépolitisation de ces hommes et femmes politiques dont l’image est réduite à l’apparence ou l’affect. L’image, véritable outil de communication, produit même son propre discours grâce à sa fonction phatique et communicationnelle. Un bon exemple est traité par Jenifer Devresse qui montre comment Internet facilite la dérision du politique, évoquant des « mutations contemporaines du rapport à la politique » (p. 238). Comment ne pas citer le buzz de la vidéo de Nicolas Sarkozy au Salon de 1’agriculture, le 23 février 2008, dont l’énonciation éditoriale dramatisante est devenue populaire par la solidarité qui unit texte et image et leur diffusion.

7Enfin, la dernière partie, « Images et engagement, engagements par l’image » revient sur la dimension publique de l’image et considère la perspective professionnelle de l’image. C’est très logiquement que des articles reviennent sur le statut du film documentaire et de son invitation à entrer dans une histoire imaginaire, interrogeant à la fois le discours filmique et la question de l’authenticité de l’image. Si l’image est manipulée alors l’opinion publique l’est aussi. Comment prétendre aller « sous les images » sans évoquer notre utilisation contemporaine et révolutionnaire des images en provenance d’internet et des téléphones portables notamment (cf. Gaby David). Le problème d’éthique quant à la notion d’appropriation dans le cas d’événements soudains ou de fuites d’informations politiques est soulevé à juste titre. Ainsi, les citoyens servent (desservent ?) les journalistes qui puisent sur ces plateformes les SMS ou les images de téléphone et sont à l’origine récemment de la création de grandes nouvelles.

8Sébastien Denis et Claire Sécail concluent quant à eux sur la relation entre image et politique. Exposant brièvement un bilan global puis éclairant l’apport de chaque communiquant, ils mettent en lumière les points communs de ce corpus si varié et rarement approché dans une même étude :

9« Un double mouvement est en cours qui tend d’une part à abâtardir les disciplines en les mettant en relation, en les faisant muter ; et d’autre part à abâtardir les médias eux-mêmes, leur numérisation rendant toujours plus évidente une forme d’équité entre eux, chacun sur un créneau propre mais tous interconnectés. » (p. 390)

  • 2 Christian Salmon, La cérémonie cannibale. De la performance politique, Paris, Fayard, 2013, p. 10.

10La minutie de l’ensemble des explications, jouant parfois de répétitions, dans un but disons esthétisant, contribue à faciliter le passage du texte que lit le lecteur à l’image, c’est-à-dire à la représentation qu’il peut se faire de ce qu’il est en train de lire. On peut déplorer parfois l’absence d’image dans certains articles. Les diverses recherches ont le mérite de proposer une approche double à la fois sémantique et sémiologique en dégageant le potentiel suggestif d’une image, les choix éditoriaux, la politique commerçante de la presse face à la politique et aux politiques. Elles ont ciblé un besoin d’analyser la réception des images dans le cadre de la relation au politique. Il s’agit bien souvent de potentiels électeurs qui tendent à se rapprocher de plus en plus des élus. Les citoyens ont eux aussi pris conscience des possibilités qu’offrent les « gadgets » de la révolution numérique qui élargit toujours plus la diffusion du réel en instantané. L’ouvrage est donc une réussite dans l’exposé de la multiplicité des champs traités et un exemple de travail transdisciplinaire, ce dont les spécialités de chaque communiquant rendent bien compte. Il constitue un bilan de l’image qui nous entoure toujours plus et offre des codes de lecture au chercheur ainsi qu’au citoyen. Ce dernier, évolue aujourd’hui en même temps que l’homo politicus qui, selon Christian Salmon, est une sorte « d’artefact à l’image de n’importe quel personnage de série ou de jeu télévisé »2.

Haut de page

Notes

1 Patrick Charaudeau, Les médias et l’information : l’impossible transparence du discours, Bruxelles, De Boeck, 2005, p. 13

2 Christian Salmon, La cérémonie cannibale. De la performance politique, Paris, Fayard, 2013, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Grillo, « Isabelle Veyrat-Masson et alii. Sous les images, la politique… Presse, cinéma, télévision, nouveaux médias (XXe-XXIe siècle) », Mots. Les langages du politique [En ligne], 113 | 2017, mis en ligne le 09 mars 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mots.revues.org/22720

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page