Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Le(s) Vert(s) en politique. Étude symbolique et onomastique d’une couleur qui nomme un parti

The Green(s) [Le(s) Vert(s)] in politics. A symbolic and onomastic study of a colour that has given birth to a political party
Lo(s) Verde(s) [Les Vert(s)] en la política. Un estudio simbólico y onomástico de un color que denomina un partido
Laurence Vignes
p. 27-43

Résumés

Le nom de parti politique Les Verts a une spécificité : c’est le seul nom de parti contemporain directement issu d’une couleur. Cette identité remarquable est explorée dans deux directions, d’une part sémiologique, d’autre part onomastique. Nous cherchons d’abord à savoir, à travers l’étude de logos de partis politiques contemporains, si le vert, « nouveau venu » au sein des couleurs politiques françaises historiques que sont le bleu, le rouge et le blanc, est réservé aux écologistes. Il sera ensuite question de suivre l’histoire récente des noms de formations écologistes. L’apparition du mot vert, en 1984, joue le rôle d’un pivot autour duquel s’organisent les noms des autres partis. Le récent baptême d’Europe Écologie Les Verts (EELV) permet l’observation du fonctionnement et des enjeux de cette symbolique identitaire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Symbolique des couleurs politiques françaises
Le rouge, le bleu, le blanc
Un nouveau venu : le vert
Le logo vert et jaune des Verts
Les logos verts et bleus
Les logos verts et rouges
Onomastique politique
Noms comprenant écologie / écologique / écologiste
Apparition du nom Les Verts
Les Verts, les Bleus, les Rouges…
Les Verts et les autres écologistes
Système à plusieurs couleurs ?
Nouveaux noms de partis écologistes
Retour à écologie / écologiste
Contrefaçons onomastiques
L’histoire d’une nomination

Aperçu du texte

Le nom de parti politique Les Verts présente une spécificité: il est directement issu de celui d’une couleur. Le récent Rassemblement Bleu Marine utilise certes le mot bleu dans un nom dont l’élément essentiel reste le prénom de sa présidente. Ses députés sont d’ailleurs appelés marinistes et non bleus. Quant aux Rouges, la désignation revêt dans le contexte actuel, une signification péjorative. En témoigne le commentaire de ce militant déçu au soir de l’élection de François Hollande: « Ça y est, les Rouges triomphent! » Ce remarquable rapport d’identité entre nom d’organisation politique et couleur chez les Verts incite à compléter l’étude onomastique par celle de la symbolique identitaire des couleurs qui le représentent, en considérant que ces deux systèmes sémiotiques apportent des informations complémentaires.

Nous chercherons d’abord à cerner la place du vert dans le champ de la symbolique des couleurs en politique. En rappelant l’origine et les valeurs des couleurs de la natio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Vignes, « Le(s) Vert(s) en politique. Étude symbolique et onomastique d’une couleur qui nomme un parti », Mots. Les langages du politique [En ligne], 105 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://mots.revues.org/21672

Haut de page

Auteur

Laurence Vignes

Université de Rouen, EA 4701 Dysola

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page