Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
VARIA
Note de recherche

Pasionaria.Du mythe au stéréotype… en passant par les médias

Henri Boyer et Tetiana Kotsyuba Ugryn
p. 111-120

Résumés

Le présent article s’inscrit dans le cadre des réflexions sur les phénomènes de figement représentationnel (stéréotypage, emblématisation, mythification), dont les discours médiatiques sont aujourd’hui les principaux promoteurs. Il s’appuie sur une recherche ayant pour objet la médiatisation de l’ex-Première ministre d’Ukraine Ioulia Timochenko, à travers un corpus d’articles de trois quotidiens et de deux hebdomadaires français, et se focalise sur sa désignation de Pasionaria.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notons que la transcription et/ou la translitération des noms propres des figures politiques ukrain (...)
  • 2 Dans le corpus traité, nous avons retrouvé une variante orthographique, passionaria, figurant égale (...)

1À la croisée de la sémiologie, des discours médiatiques (Boyer, 2008) et de l’analyse des structures et des fonctionnements de l’imaginaire ethnosocioculturel collectif (Boyer, 2003), les observations exposées ici s’inscrivent dans le cadre d’une réflexion sur les phénomènes de figement représentationnel (stéréotypage, emblématisation, mythification), dont on peut considérer que les discours médiatiques sont aujourd’hui les principaux artisans. Ils s’appuient sur une recherche (Kotsyuba Ugryn, 2008) ayant pour objet la médiatisation, dans un corpus d’articles de trois quotidiens et de deux hebdomadaires français, de l’ex-Première ministre d’Ukraine devenue leader de l’opposition, Ioulia Timochenko1, actrice de premier plan de la « Révolution orange » (2004). Par ailleurs, ces observations se focalisent sur un pseudonyme (celui d’une figure légendaire de la Guerre civile espagnole : Dolores Ibarruri) devenu par excès d’antonomase, pourrait-on dire, un pur cliché rédactionnel pour journalistes en mal d’empathie, après avoir fait l’objet d’un fulgurant processus de symbolisation, bien au-delà de son lieu et moment d’émergence : la Pasionaria2.

2C’est donc à une brève mise en perspective transdisciplinaire, à prolonger, que nous soumettons la désignation en question, après en avoir analysé l’utilisation médiatique exemplaire en France dans une période récente, à propos d’une « femme politique » (Sourd, 2005 ; Coulomb-Gully éd., 2009) ukrainienne devenue l’icône d’un processus révolutionnaire.

  • 3 Pour Marie-Joseph Bertini, « la Figure de la Pasionaria est bien une figure totalitaire de la Femme (...)

3Dans Femmes. Le Pouvoir impossible, Marie-Joseph Bertini insiste à juste titre sur « le rôle crucial des médias » (titre de son premier chapitre) dans la promotion des cinq « représentations archétypales des femmes » que son enquête met en évidence : Pasionaria, Égérie, Muse, Madone, Mère, cinq « Figures de la Femme […] utilisées avec cette allégresse coupable qui anime la plume des journalistes de presse » (Bertini, 2002, p. 21). Elle constate « l’incroyable fréquence médiatique de la formule “Pasionaria” qui [peut] s’appliquer sans coup férir à tous les registres possibles de l’action des femmes » (ibid., p. 59) : ainsi, il peut être aussi bien question de « Pasionaria de l’archivage électronique » que de « Pasionaria des anti-Pacs » (Christine Boutin, évidemment) ou de « Pasionaria de la pellicule »3

4Le nom est tantôt précédé de l’article « la », voire « une », tantôt utilisé sans article ; dans les deux cas de figure, il y a utilisation ou non de la majuscule : (La) Pasionaria / (la) pasionaria.

  • 4 Le Monde, 23 novembre 2004, 3 décembre 2004.
  • 5 Contrairement aux autres grandes figures féminines anhistoriques au symbolisme universel mentionnée (...)

5Quand on examine le traitement médiatique en France de la figure de Ioulia Timochenko, la « pasionaria ukrainienne »4, on constate que si le recours à ce désignant hispanique5 n’est certes pas majoritaire, il est très important et que par ailleurs, sa fréquence varie selon l’organe de presse interrogé et la date de publication, comme en témoignent les données présentées ci-dessous (graphiques 1 et 2), issues du traitement lexicométrique de notre corpus :

6Le corpus de notre enquête est constitué d’environ 1 300 articles de la presse nationale de référence, à savoir Le Figaro, Le Monde, Libération, L’Express et Le Nouvel Observateur, publiés dans des rubriques différentes, des brèves aux dossiers d’actualité en passant par les pages internationales.

7La période analysée s’étend de novembre 2004 à mai 2009. Il nous a paru évident de choisir comme point de départ novembre 2004, date à laquelle les Français ont (re)découvert l’Ukraine grâce à une abondante couverture médiatique des manifestations contre les élections présidentielles frauduleuses qui y ont marqué la vie politique. Le choix de 2009 s’explique par des raisons purement pratiques : une période de cinq ans nous a paru suffisante, et suffisamment maniable, pour dégager les premiers résultats significatifs.

8Pourquoi l’« étiquette » de Pasionaria a-t-elle pu fonctionner lors de la médiatisation en France de l’ex-Première ministre d’Ukraine Ioulia Timochenko ? Il nous semble possible d’expliquer ce phénomène par des raisons d’ordre historique. Ayant fait partie de l’Empire russe d’abord et de l’URSS ensuite, l’Ukraine a longtemps été considérée comme indissociable de la Russie, par le « frère aîné » en premier lieu. Les raisons d’être d’une telle vision des choses sont diverses et fort complexes, nous ne nous y attarderons donc pas. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’image spécifique de l’Ukraine qu’une telle conjoncture politique a engendrée dans la communauté internationale. Ainsi, dans l’imaginaire collectif des Français, l’Ukraine, il n’y a pas si longtemps, c’était encore la Russie. Il semble que l’effondrement de l’URSS et l’accès de l’Ukraine à son indépendance en 1991 n’aient pas bouleversé cette perception. Il a donc fallu attendre la « Révolution orange » pour que l’Europe et le monde entier « (re)découvrent » l’Ukraine : les événements de novembre-décembre 2004 sont ainsi devenus en quelque sorte le point de départ de la construction d’un nouvel imaginaire autour de cette jeune démocratie qu’est l’Ukraine aujourd’hui.

  • 6 Le Monde, 23 novembre 2004.

9Ainsi, la sémiotisation médiatique de Ioulia Timochenko, cas de figure qui nous intéresse ici, est passée par l’exploitation des figures féminines traditionnelles en la matière, partagées par la plupart des Français, se traduisant au niveau discursif par des unités lexicales figées (Kotsyuba Ugryn, 2008). Dans une telle perspective, il n’est guère étonnant que Ioulia Timochenko, personnage auparavant inconnu en France, soit qualifiée de Pasionaria et que cette représentation persiste dans le discours médiatique autour de sa figure : « Il est vrai que l’opposition ukrainienne compte une pasionaria, ancienne responsable de secteur du gaz au milieu des années 1990, Ioulia Timochenko », diront en 2004 les journalistes du Monde6 pour l’introduire dans les pages de leur quotidien.

Comme nous l’avons montré plus haut, le recours à cette figure au sein de notre corpus ne se répartit ni de manière homogène ni de manière stable. Le désignant n’est pas du tout exploité par les journalistes de L’Express, tandis que Le Nouvel Observateur le mobilise une seule fois :

10Et quand Viktor Iouchtchenko apparaît sur le podium pour s’adresser à la foule qui s’époumone en scandant son nom, chacun pense lire sur son visage, déformé par un mystérieux empoisonnement, la trace des procédés soviétiques dont les Ukrainiens ne veulent plus. […] L’ingénieur tranquille, l’ancien directeur de la banque centrale et ex-Premier ministre gestionnaire est devenu un leader pugnace et déterminé. Mais la pasionaria, c’est Ioulia Timochenko. Une femme d’affaires de 42 ans, menue, charmante et millionnaire, qui électrise les foules. (Le Nouvel Observateur, 2 décembre 2004 ; nous soulignons.)

11Ioulia Timochenko est ici décrite comme une femme qui milite pour une cause révolutionnaire et dont l’agir est fortement politisé. À côté d’un leader modéré, c’est elle qui incarne la passion et agite les émotions, telle la Pasionaria.

Parmi les trois quotidiens analysés, c’est Libération qui en fait l’usage le plus restreint avec seulement une occurrence, relevée dans un article du 24 janvier 2005 consacré au choix du Premier ministre ukrainien. De toute évidence, le terme pasionaria y est utilisé comme un cliché dans le dessein de mettre en contraste Ioulia Timochenko, la candidate passionnée, mais aussi dangereuse à cause de cette passion, et Alexandre Moroz, le dirigeant du parti socialiste connu pour sa modération :

12À l’heure actuelle, il [Viktor Iouchtchenko] hésite entre la pasionaria libérale Ioulia Timochenko que Moscou honnit, et Alexandre Moroz, le leader du parti socialiste ukrainien, plus modéré dans ses velléités réformistes. (Libération, 24 janvier 2005 ; nous soulignons.)

Dans les pages du Monde également, cette figure figée tient une place modeste avec un total de 11 références dont la plupart datent de 2004, ce qui s’explique sans doute par le contexte général de la Révolution orange, très propice à ce type de médiatisation. En 2005, la figure de la Pasionaria présente moins d’occurrences ; elle va être remplacée, en 2006, par celle de l’Égérie qui semble plus convenable aux journalistes du quotidien en question. Il faut, par ailleurs, noter que les références à la « pasionaria (ukrainienne / de la Révolution orange) » viennent accompagner les citations des discours faits par Ioulia Timochenko de 2004 à 2006, comme dans ces exemples :

Dans son tailleur orange aux couleurs de l’opposition, cette pasionaria ukrainienne appela ses compatriotes « à mettre leur travail et leurs occupations de côté pour faire leur devoir de citoyens, pour ne pas laisser le pouvoir – leur – voler cette victoire ». (Le Monde, 23 novembre 2004)

13« Nous l’avons dit et redit : cette élection portait sur le choix du premier ministre, et le peuple a parlé », a déclaré la pasionaria de la « révolution orange » lors d’une conférence de presse. (Le Monde, 28 mars 2006)

  • 7 Le Monde, 11 février 2005.
  • 8 Ibid., 28 décembre 2004.
  • 9 Ibid., 4 février 2005.
  • 10 Ibid., 25 novembre 2004, 24 janvier 2005, 1er octobre 2005, 28 mars 2006.
  • 11 Ibid., 4 décembre 2004.
  • 12 Ibid., 28 décembre 2004, 4 janvier 2005.

14De toute évidence, Madame Timochenko, « cette femme au verbe haut »7, inspire et enflamme les foules par ses « discours imagés »8 ; elle est la « porte-parole de la mobilisation ukrainienne »9. D’où les expressions du type « la pasionaria de la “révolution orange” »10, « la pasionaria de l’opposition »11 ou encore « la pasionaria de la place de l’Indépendance »12, haut lieu de la Révolution orange.

  • 13 Le Figaro, 28 décembre 2004.
  • 14 Ibid., 11 décembre 2004.
  • 15 Ibid., 4 décembre 2004.

15Reste, enfin, Le Figaro où la figure de la Pasionaria revêt toute son importance avec trente-six références en cinq ans. La particularité de ce quotidien réside aussi dans l’exploitation constante de cette image tout au long de la période analysée. Le repérage que nous avons réalisé démontre qu’une Pasionaria, c’est, tout d’abord, une femme qui maîtrise la parole publique : ses « discours imagés [...] musclaient [ses] prestations »13 sur la place de l’Indépendance en 2004 ; elle « électrise les auditoires »14 et « lorsque Ioulia Timochenko, la pasionaria du mouvement, prend le micro, c’est de l’hystérie »15.

  • 16 Le Monde, 4 décembre 2004.
  • 17 Confirmant ainsi « le renvoi systématique des femmes politiques à leur “classe sexuelle” à travers (...)

Mais c’est aussi un personnage « charismatique »16. Les journalistes du Figaro, par exemple, n’hésitent pas à souligner sa féminité en se référant à son physique17:

En Ukraine, Iulia Timochenko fut la blonde pasionaria de la révolution orange. (Le Figaro, 29 mars 2005 ; nous soulignons.)

Cette pasionaria pro-occidentale, dont la tresse blonde roulée autour des oreilles est devenue emblématique, revient la tête haute aux commandes du gouvernement ukrainien. (Le Figaro, 20 décembre 2007 ; nous soulignons.)

16Cette pasionaria de 44 ans, moitié dame de fer - moitié Heidi (dont ses pairs ukrainiens disent qu’elle est le seul homme de l’Assemblée), les aurait achetées [sa veste et sa jupe] elle-même à la boutique de Moscou, assure-t-on chez YSL. (Le Figaro, 17 juin 2005 ; nous soulignons.)

17Notons que ce dernier exemple, spectaculaire du point de vue du nombre de stéréotypes qu’il exploite, est tiré d’un article consacré à la première visite de Ioulia Timochenko en France en qualité de chef du gouvernement ukrainien.

  • 18 Si, dans la genèse du pseudonyme espagnol, l’allusion à la Passion du Christ ne fait aucun doute (D (...)
  • 19 Le Figaro, 2 décembre 2004.
  • 20 Ibid., 1er octobre 2005.
  • 21 Ibid., 28 mars 2006.
  • 22 Ibid., 31 janvier 2008.
  • 23 Ibid.

18Mais il faut revenir au sémantisme émotionnel inhérent à l’utilisation du mot Pasionaria18, dont la présence dans les pages du Figaro connaît une évolution chronologique. Ainsi, pendant la Révolution orange de 2004, « la pasionaria ukrainienne » est représentée comme quelqu’un d’impatient qui n’hésiterait pas à « utiliser “l’arme de la foule” pour précipiter les choses »19. En 2005, elle reste « la flamboyante pasionaria »20. En 2006, le « pasionarisme » [sic] de Ioulia Timochenko est décrit sous un angle différent : envahie par les émotions, « Ioulia la pasionaria suscite la méfiance des milieux d’affaires étrangers »21. Deux ans plus tard, en 2008, encore une volte-face : la Première ministre ukrainienne fait preuve de modération dans ses déclarations sur l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Mais tout en évoquant sa « grande prudence »22, le journaliste du Figaro la qualifie d’« ancienne pasionaria orange »23, ce qui permet de dire que cette symbolisation fait partie des éléments centraux de la représentation médiatique de Ioulia Timochenko en France, singulièrement dans le segment de l’opinion publique à laquelle s’adresse Le Figaro.

19Cette utilisation de Pasionaria/pasionaria, conforme à une tendance avérée des médias à promouvoir le figement représentationnel, est intéressante en ce qu’elle éclaire un processus sémioculturel de nos sociétés médiatisées qui conduit à la promotion de stéréotypes, emblèmes et mythes dont les discours « informatifs » sont les principaux vecteurs aujourd’hui (Verón, 1991 ; Macé, 2006).

20Nous avons proposé (Boyer, 2003, 2008) d’articuler le paradigme des modes de figements représentationnels dont il vient d’être question à deux types de cognition sociale : la catégorisation et la symbolisation. La première relève de l’identification, du classement, de l’« étiquetage », la seconde de la distinction. Catégorisation et symbolisation font subir, en particulier par l’efficace de la sémiotisation médiatique (au sein d’une société précisément ultramédiatisée), un traitement de l’ordre du figement aux représentations partagées, sur lesquelles les deux types de cognition sociale s’appuient. Si le figement est de l’ordre du stéréotypage pour ce qui concerne la catégorisation (Moliner, Vidal, 2003), il est de l’ordre de l’emblématisation et de la mythification pour ce qui concerne la symbolisation. C’est-à-dire que sur le même plan interdiscursif fonctionnent trois types de figements : le stéréotype, l’emblème, le mythe. Tous trois habitent les mises en discours et les mises en scène médiatiques sous des formes plus ou moins spécifiques, selon la modalité du figement.

21Dans le cas du stéréotype, la diversité et la complexité des objets sociaux catégorisés sont neutralisées par une opération de simplification drastique. Le contenu du stéréotype est compact : l’indissociabilité de ses composants cognitifs, (d’ailleurs en nombre limité) est totale, ce qui le distingue de la représentation. Et le stéréotypage, processus de figement représentationnel dont le stéréotype est le produit, semble bien être un processus sociocognitif inéluctable au sein des communautés humaines.

22Économe, stable, consensuel : autant de qualités qui rendent le stéréotype communicationnellement rentable. Il est évident que sa pertinence tient largement à son immersion dans la pensée sociale. C’est du reste ce qui explique que les médias en font un usage immodéré, singulièrement dans les sociétés médiatisées. Si, comme on l’a indiqué, les médias ne créent pas de toutes pièces les stéréotypes, ils contribuent largement au processus de stéréotypage (Boyer éd., 2007). Qu’on songe au stéréotypage négatif dont a été victime « la banlieue » dans les années 1980-1990 (Boyer, Lochard, 1998).

23L’emblème relève également du figement représentationnel et opère aussi bien sur des acteurs (Zinedine Zidane = « Zizou ») que sur des produits culturels (par exemple, une chanson – Douce France –, un lieu – le Larzac – ou encore une formule – « Paris vaut bien une messe »). L’emblématisation s’applique à un singulier tellement notoire et représentatif qu’il incarne le général (l’intégration réussie ; la France rurale, paisible, unie autour de ses clochers ; la résistance collective victorieuse des citoyens contre le fait du Prince ; la raison d’État).

24Le mythe opère sur un singulier hors-norme, non seulement saisi par une exemplarité indiscutable mais surtout transcendé par l’Histoire. Comme le souligne Ruth Amossy, le personnage d’exception mythifié est l’objet d’une « valorisation positive quasi inconditionnelle » (Amossy, 1991, p. 101), d’une sublimation et le plus souvent d’un authentique culte. D’autres objets que des héros (Jean Moulin par exemple) peuvent être mythifiés : un lieu et son toponyme (Verdun), un événement fondateur dans l’histoire intellectuelle de la France (l’Affaire Dreyfus et la formule (Krieg-Planque, 2009) métonymique qui lui est associée : « J’accuse », titre du célèbre article d’Émile Zola dans L’Aurore).

25Alors qu’avec l’emblématisation on reste dans le cadre d’une représentativité notoire (par exemple, « Poitiers » comme haut lieu et symbole de la lutte victorieuse contre une invasion étrangère), avec la mythification on passe dans l’ordre d’une exemplarité sublimée (« Jeanne d’Arc » comme héroïne de la libération du territoire et martyre). Aux critères de permanence et d’unanimité au sein de la communauté culturelle concernée, la mythification ajoute souvent la nature tragique de la geste dont le personnage mythifié est le héros.

  • 24 « Ils ne passeront pas ! », célébrissime slogan lancé au balcon du ministère de l’Intérieur lors de (...)

26L’aventure sémioculturelle de Pasionaria est à cet égard singulière en ce qu’elle révèle comme un continuum dans le figement représentationnel que subit la nomination, entre mythe, emblème et stéréotype. En effet, il est indéniable que le point de départ de l’aventure en question est une emblématisation : Dolores Ibarruri, « la » Pasionaria de la Guerre civile espagnole, est l’emblème de l’engagement révolutionnaire total et fervent pour la liberté et contre les forces totalitaires, ainsi que pour l’émancipation des femmes. Il est tout aussi évident que cet emblème, servi par un charisme inédit dans le mouvement ouvrier espagnol, celui d’une femme issue du peuple, devenue l’un des leaders du combat contre le soulèvement militaire et célébrée à l’intérieur et à l’extérieur de l’Espagne républicaine, ne pouvait pas ne pas revêtir une dimension mythique. Le mythe s’est vu renforcé évidemment par l’issue tragique du combat, puis l’exil massif et la répression menée par la dictature victorieuse, sous les espèces du pseudonyme désormais notoire et des « formules » qui lui sont associées : « ¡No pasarán! »24 et « Plutôt mourir debout que vivre à genoux ».

27Cependant, même si le temps semble avoir conservé aux éléments de la construction mythologique toute leur vigueur sémioculturelle en discours, il semble que ce soit de manière éclatée, autonomisée pour ainsi dire (No pasarán pouvant être utilisé dans d’autres univers de discours que politique ou militaire). Et il semble également (ce que devrait permettre de vérifier une enquête approfondie) que la fréquence du recours à l’antonomase dont le substantif Pasionaria a été l’objet (une Pasionaria / la pasionaria de N) ait conduit ce qui, à l’origine, était un pseudonyme emblématisé, puis mythifié, à n’être plus qu’un stéréotype de genre parmi d’autres.

28On peut se demander si là n’est pas le danger (?) qui guette tout emblème, voire tout mythe, victime d’une saturation de sollicitations en discours.

Haut de page

Bibliographie

Amossy Ruth, 1991, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan.

Bertini Marie-Joseph, 2002, Femmes. Le pouvoir impossible, Paris, Pauvert.

Boyer Henri, 2003, De l’autre côté du discours. Recherches sur le fonctionnement des représentations communautaires, Paris, L’Harmattan.

— éd., 2007, Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, Actes du colloque international de Montpellier (Université de Montpellier, 21-23 juin 2006), Paris, L’Harmattan (5 tomes).

— 2008, « Stéréotype, emblème, mythe. Sémiotisation médiatique et figement représentationnel », Mots. Les langages du politique, no 88.

Boyer Henri, Lochard Guy, 1998, Scènes de télévision en banlieues, 1950-1994, Paris, INA-L’Harmattan.

Coulomb-Gully Marlène éd., 2009, Mots. Les langages du politique, no 90, Présidentielle 2007. Scènes de genre.

Kotsyuba Ugryn Tetiana, 2008, « L’évolution de l’image médiatique de Ioulia Timochenko dans la presse française à partir de la “Révolution orange” », mémoire de Master 2 Recherche de Sciences du langage, Montpellier, Université Montpellier 3.

Krieg-Planque Alice, 2009, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Macé Éric, 2006, Les imaginaires médiatiques. Une sociologie postcritique des médias, Paris, Éditions Amsterdam.

Moliner Pascal, Vidal Julien, 2003, « Stéréotype de la catégorie et noyau de la représentation sociale », Revue internationale de psychologie sociale, no 16, vol. I.

Sourd Cécile, 2005, « Femmes ou politiques ? La représentation des candidates aux élections françaises de 2002 dans la presse hebdomadaire », Mots. Les langages du politique, no 78, Usages politiques du genre.

Verón Eliseo, 1991, « Les médias en réception. Les enjeux de la complexité », Médias-pouvoirs, no 21.

Haut de page

Notes

1 Notons que la transcription et/ou la translitération des noms propres des figures politiques ukrainiennes de l’alphabet cyrillique à l’alphabet latin sont différentes selon les sources et/ou selon les périodes. Ainsi, en 2004, nous retrouvons les variantes suivantes : Ioulia (ce qui n’est pas normatif, car commence par un i latin) Timochenko, Yulia (variante normative en y) Timochenko, Iulia Timochenko, Ioula Timochenko, Julia Timochenko, Tymochenko, etc. Ces variations orthographiques seront progressivement homogénéisées au profit de Ioulia Timochenko, variante la plus répandue en 2009. Il est intéressant que la variante non normative en i soit finalement privilégiée par les journalistes français.

2 Dans le corpus traité, nous avons retrouvé une variante orthographique, passionaria, figurant également dans Le Petit Robert 2009 mais très peu reprise par les journalistes français.

3 Pour Marie-Joseph Bertini, « la Figure de la Pasionaria est bien une figure totalitaire de la Femme, par laquelle le discours médiatique organise la sujétion de cette dernière à un ordre qui la définit et l’épuise dans cette définition » (Bertini, 2002, p. 59-60).

4 Le Monde, 23 novembre 2004, 3 décembre 2004.

5 Contrairement aux autres grandes figures féminines anhistoriques au symbolisme universel mentionnées par Marie-Joseph Bertini, le mot Pasionaria renvoie, comme on le sait, à un personnage historique bien réel, Dolores Ibarruri (1895-1989). Femme politique espagnole, elle milite très jeune, notamment au parti communiste lors de sa fondation en 1920. Elle écrit dans la presse militante et c’est pour signer l’un de ses premiers articles qu’elle s’invente le pseudonyme de Pasionaria (le texte en question ayant été écrit semble-t-il durant la semaine de la Passion du Christ). Élue députée communiste lors de la victoire du Front populaire en 1936, elle devient vice-présidente des Cortes en 1937. Toujours vêtue de noir, ses discours et son action sur tous les fronts lui valent, en dépit de la haine de ses adversaires, une notoriété et une popularité extraordinaires, célébrées par des poètes et des écrivains. Elle devient ainsi une figure mythique de la scène politique, reconnue comme telle hors des frontières de l’Espagne. Elle s’exile en 1939 (en URSS) et deviendra en 1942 secrétaire générale du PCE, puis présidente du même parti, poste symbolique qu’elle occupera jusqu’à sa mort en 1989. Après la mort du général Franco, elle était revenue en Espagne où son immense popularité était restée intacte auprès des militants.

6 Le Monde, 23 novembre 2004.

7 Le Monde, 11 février 2005.

8 Ibid., 28 décembre 2004.

9 Ibid., 4 février 2005.

10 Ibid., 25 novembre 2004, 24 janvier 2005, 1er octobre 2005, 28 mars 2006.

11 Ibid., 4 décembre 2004.

12 Ibid., 28 décembre 2004, 4 janvier 2005.

13 Le Figaro, 28 décembre 2004.

14 Ibid., 11 décembre 2004.

15 Ibid., 4 décembre 2004.

16 Le Monde, 4 décembre 2004.

17 Confirmant ainsi « le renvoi systématique des femmes politiques à leur “classe sexuelle” à travers une attention soutenue portée à leur physique » (Sourd, 2005, p. 67).

18 Si, dans la genèse du pseudonyme espagnol, l’allusion à la Passion du Christ ne fait aucun doute (Dolores Ibarruri ayant conservé une attache chrétienne avérée), il en va autrement après son transfert hors du contexte espagnol : en France, ce n’est pas au supplice du Christ qu’on associe une « pasionaria », mais à la « passion » porteuse de violence affective, de paroxysme, d’irrationalité, voire de fanatisme.

19 Le Figaro, 2 décembre 2004.

20 Ibid., 1er octobre 2005.

21 Ibid., 28 mars 2006.

22 Ibid., 31 janvier 2008.

23 Ibid.

24 « Ils ne passeront pas ! », célébrissime slogan lancé au balcon du ministère de l’Intérieur lors de l’offensive franquiste contre Madrid, le 19 juillet 1936, qui deviendra porteur d’une charge emblématique universelle et dont on peut observer le maintien, dans les usages discursifs, tant en espagnol qu’en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Boyer et Tetiana Kotsyuba Ugryn, « Pasionaria.Du mythe au stéréotype… en passant par les médias », Mots. Les langages du politique [En ligne], 98 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://mots.revues.org/20654

Haut de page

Auteurs

Henri Boyer

Université Montpellier 3, DIPRALANG
henri.boyer@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Tetiana Kotsyuba Ugryn

Université Montpellier 3, DIPRALANG
Université nationale Taras Chevtchenko de Kiev (Ukraine)
tetyana.ugryn@gmail.com

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page