Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Ségolène Royal entre François Bayrou et Nicolas Sarkozy. Approche lexicométrique

Carmen Pineira et Maurice Tournier
p. 83-104

Résumés

Deux émissions télévisées ont opposé, lors de la campagne présidentielle de 2007, Ségolène Royal, candidate de la gauche, d’une part à François Bayrou, leader centriste, et d’autre part à Nicolas Sarkozy, candidat de la droite. Le premier face-à-face est un « duo », une tentative de rapprochement, le second est un « duel », un combat verbal. Des statistiques comparatives sur le vocabulaire permettent de spécifier et d’illustrer certains thèmes de clivage ou surtout les stratégies discursives des énonciateurs, tout particulièrement celles de Ségolène Royal face à un partenaire à séduire puis face à un adversaire à combattre.

Haut de page

Texte intégral

1Mettre en équivalence et en opposition plusieurs discours, les uns énoncés dans des interactions qui se sont produites (les deux débats Royal-Sarkozy et Bayrou-Royal), les autres ne ressortissant pas à de réels « échanges » (Nicolas Sarkozy et François Bayrou, d’une part, ne se sont pas rencontrés ; d’autre part, Ségolène Royal assume ici deux rôles, que nous nommerons « RoyalB » quand elle est confrontée à François Bayrou et « RoyalS » quand elle est face à Nicolas Sarkozy), est un pari de recherche risqué.

  • 1  Sur l’articulation entre situation, genre, site d’emploi, voir Charaudeau, Maingueneau éd., 2002, (...)

2Assembler les quatre textes en un corpus soumis à l’enquête lexicométrique, c’est fusionner deux « situations de communication » en un seul « site d’emploi »1, c’est supposer entre les débateurs des confrontations orales qui n’ont pas existé. Voilà pourquoi la fusion de leurs vocabulaires (d’où la valeur F du corpus total) et la confrontation de Ségolène Royal à ses deux partenaires puis à elle-même (d’où les valeurs f des divers textes) nécessite de forts invariants de corpus (unité de genres, situations de communication identiques…), comme dans la présente étude.

3Nous évoquerons un « Duo » entre François Bayrou et Ségolène Royal (Bayrou, RoyalB) puis un « Duel » entre cette dernière et Nicolas Sarkozy (RoyalS, Sarkozy), tant les enjeux sont différents. Voilà pourquoi, une fois ouvert l’espace comparatif par une analyse factorielle des correspondances sur les formes à F > 3, nous nous focaliserons sur la spécificité de chacun au sein du corpus ou des couples, dont le couple virtuel RoyalB/RoyalS.

La valse à quatre

4Le corpus comprend (journalistes exclus) 40 455 occurrences et 4 356 formes, réparties ainsi :

Tableau 1 : Corpus

Textes

Occurrences

Formes

Hapax

Bayrou

7 462

1 425

791

RoyalB

9 316

1 746

976

RoyalS

11 427

2 029

1 070

Sarkozy

12 250

2 133

1 147

  • 2  Le temps de parole pris par les locuteurs ne correspond pas au nombre de mots prononcés ; le débit (...)

5On constate une dissemblance entre les quatre totaux d’occurrences : le débat entre François Bayrou et Ségolène Royal parait plus court que celui entre la candidate et Nicolas Sarkozy2 ; il y a 4 788 occurrences de différence entre ce dernier et François Bayrou. Cela exigera des calculs comparatifs peu sensibles aux inégalités en longueur des textes dans l’analyse quantitative de chaque unité de vocabulaire.

6Quelles positions (dans un espace à trois dimensions) les quatre textes occupent-ils les uns par rapport aux autres ? Une analyse factorielle des correspondances (AFC) fournit la carte des deux dimensions majeures de leur répartition dans l’espace de leurs vocabulaires selon la hiérarchie : axe horizontal (40,8 % de l’information statistique) / axe vertical ( 36,7 %), ce dernier rendant compte d’un résidu non expliqué par l’axe horizontal :

Graphique 1 : Analyse factorielle des correspondances

Graphique 1 : Analyse factorielle des correspondances

7Le premier enseignement concerne l’axe horizontal du premier facteur, si l’on projète sur lui les points Sarkozy et RoyalS puis Bayrou et RoyalB : les deux premiers se situent à la gauche de cet axe (à - 421 pour Sarkozy, à - 34 pour RoyalS, par rapport au centre d’équilibre du système et selon la notation arbitraire du positionnement) ; les deux autres à droite et plus rapprochés (à + 228 pour Bayrou, + 408 pour RoyalB). Deux zones : deux débats ?

8Constatons que la plus forte opposition sur cet axe horizontal se situe entre le vocabulaire sarkozien (à - 421) et celui de son opposante… lorsqu’elle débat avec François Bayrou (à + 408) ; une distance de plus de 800 points les sépare. Les thèmes ou les modes argumentaires seraient-ils prépondérants ? S’agit-il de deux affrontements étanches ? Nicolas Sarkozy ignore-t-il le débat précédent ou le connait-il trop bien ? Sur l’axe vertical, l’antagonisme structurant, mais secondaire par rapport au clivage précédent, concerne justement François Bayrou et Ségolène Royal : on observe un net rapprochement des deux prestations de la candidate face à ses antagonistes successifs (à - 304 et - 172 pour elle contre + 79 et + 552 pour eux). Ce graphique permet de hiérarchiser les rapports quantitatifs que, mis en commun, les mots des locuteurs entretiennent les uns avec les autres :
1. On constate d’abord le clivage entre les deux débats, dans lequel vient peser, aux deux extrêmes de l’axe horizontal, une opposition Sarkozy/RoyalB (RoyalS ne participant que pour 4/1 000 à la construction de cet axe, on aura recours à d’autres analyses pour voir clair dans l’opposition Sarkozy/RoyalS, supplantée ici par un débat non effectué…).
2. On observe ensuite une opposition secondaire : Bayrou/RoyalS et RoyalB sur l’axe vertical.
3. Enfin, on constate une opposition résiduelle entre RoyalB et RoyalS, que montre l’analyse d’un troisième axe.

  • 3  Probabiliser une fréquence, c’est mesurer en probabilité jusqu’à quel point elle s’avère, par rapp (...)

9Interrogeons les formes responsables de ces positionnements, en spécifiant l’emploi de ces formes par la probabilisation3 de leurs fréquences, selon la méthodologie du Laboratoire de St-Cloud (Lafon, 1980, p. 161-177 ; 1984, p. 44-85 ; Lebart, Salem, 1994, p. 58-70 et 161-177 ; Salem, 2001).

Le Duo Royal/Bayrou

10Le logiciel Lexico3 permet toutes les combinaisons dans le calcul des spécificités : le débat Bayrou + RoyalB dans l’ensemble du corpus, puis Bayrou et RoyalB opposés l’un à l’autre dans le sous-corpus de leur Duo (à prob. < 1 %).

Tableau 2 : Spécificités du Duo RoyalB + Bayrou dans le corpus total (coeff. > 3)

Formes

F (Corpus)

F (Duo)

Coefficient

f (RoyalB)

f (Bayrou)

ça

112

111

41

53

58

et

680

389

17

233

156

donc

84

68

13

45

23

Ségolène

20

20

8

0

20

désaccord

20

19

7

3

16

68

49

7

23

26

qu’

363

197

7

85

112

quartiers

17

16

6

14

2

Nicolas

15

14

5

0

14

dialogue

20

17

5

16

1

certain

31

24

5

18

6

ensemble

48

35

5

24

11

Bayrou

20

17

5

17

0

eh bien

14

12

4

7

5

absolument

10

10

4

7

3

ceci

9

9

4

2

7

pays

65

42

4

14

28

bloc

14

12

4

9

3

objectif

15

13

4

13

0

cette

98

58

4

28

30

en effet

45

30

4

19

11

euro

9

9

4

5

4

proximité

8

8

4

6

2

scolaire

23

18

4

14

4

mettre

29

21

4

9

12

c’est-à-dire

34

26

4

22

4

pluralisme

8

8

4

3

5

d’abord

8

8

4

6

2

idée

38

26

4

9

17

mais

143

81

4

52

29

parce

138

77

4

49

28

11Ce tableau (quand on l’analyse jusqu’à coeff. > 2) restitue la spécificité de l’échange Royal-Bayrou par rapport à l’ensemble du corpus, puis la part prise par chaque partenaire du Duo dans cet ensemble. Si Ségolène, Royal, désaccord, Nicolas, Sarkozy, pays font partie du discours propre à François Bayrou, et, donc, quartiers, dialogue, Bayrou, objectif, scolaire… decelui de RoyalB, en revanche des mots comme ça, , cette, eh bien, euro en suremploi commun, de même que président/présidente et République en sousemploi commun, caractérisent la tonalité propre au Duo. Mais rares sont ces caractéristiques communes. Plus souvent, à thème identique, mots différents. Voici leurs 13 et 14 spécificités positives les plus évidentes :

Tableau 3 : Fortes spécificités Bayrou/RoyalB dans Duo.
3 A : Spécificités Bayrou dans le sous-corpus Duo

Forme

F

f

Coeff.

on

163

120

14

Ségolène

20

20

8

Royal

20

20

8

vous

107

73

7

Nicolas

14

14

5

Sarkozy

14

14

5

qu’

197

112

4

point

19

16

4

avez

24

19

4

désaccord

19

16

4

sujet

9

9

4

manière

10

10

4

deux

21

17

4

Tableau 3 : Fortes spécificités Bayrou/RoyalB dans Duo.
3 B : Spécificités RoyalB dans le sous-corpus Duo

Forme

F

f

Coeff.

aujourd’hui

21

21

6

François

19

19

5

Bayrou

17

17

5

la

371

246

5

crois

25

22

4

elles

22

20

4

c’est-à-dire

25

22

4

social

12

12

4

dialogue

17

16

4

salariés

17

16

4

de

614

385

4

moment

13

13

4

objectif

13

13

4

pacte

19

18

4

  • 4  Forcée par François Bayrou d’évoquer Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal s’en tire avec la périphrase (...)
  • 5  Et le titre de son livre sorti en mars 2007, Maintenant (Paris, Hachette).

12Les spécificités mentionnées dans ce double tableau concernent des mots quasi réservés à un seul des duettistes : il s’agit, pour François Bayrou, des noms et prénoms des parties adverses et, pour Ségolène Royal, des seuls nom et prénom de son partenaire immédiat. Évitant d’évoquer Nicolas Sarkozy4, celle-ci centre tout son discours sur le présent « dialogue ». François Bayrou, pour sa part, s’adresse explicitement à Ségolène Royal et implicitement à Nicolas Sarkozy. Cette asymétrie fait que le candidat centriste, en suscitant un triangle imaginaire, se promeut au niveau des deux autres, tout en sachant qu’il doit préserver l’avenir des relations entre Modem et PS ainsi que sa propre candidature à la présidentielle suivante ; il laisse le temps au temps. Ségolène Royal, à l’inverse, est pressée par l’urgence de recevoir le plus d’appui possible, très précieux à ses yeux, du chef des centristes, dont le score électoral n’est pas négligeable (d’où la fréquence de aujourdhui5, mais aussi de moment, jamais prononcés par François Bayrou) : l’élection se jouerait-elle ici ? Face à cette poussée de convictions (je crois que, segment ségolénien ultraspécifique), d’explications (c’est-à-dire), ce dernier, s’il s’oblige à marquer presque autant l’accord qui les fait débattre que tel « désaccord sur ce point » qui les sépare, ne dit-il pas à propos de la Banque centrale et de l’euro faible : « Sur ce point, en effet, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal sont en accord profond et moi je suis en désaccord. » À se demander si un échec de Ségolène Royal ne lui déplairait pas…

  • 6  Dans la légende des graphiques, les italiques indiquent des regroupements étymologico-thématiques.

Graphique 2 : Débat, dialogue, accord…6

Graphique 2 : Débat, dialogue, accord…6

13À un François Bayrou insistant sur débat, terme qui ne présuppose aucun engagement mais un échange contradictoire, sur une balance répétée désaccord-accord, où désaccord arrive en tête (avec une spécificité à coeff. 4) et sur divergences et différences, Ségolène Royal répond en mettant en avant ensemble, dialogue, convergences, cohérences, rapprochements… L’une pousse, l’autre freine, statistiquement parlant. Une autre marque accompagne ces répétitions : l’insistance sur le refus qui apparait chez François Bayrou à travers l’usage de négations plus fréquemment répétées que chez Ségolène Royal. Mais, dans ce domaine, le Duel Sarkozy/Royal l’emportera sur le Duo Bayrou/Royal, signe d’affrontement recherché. Entre ces derniers, au contraire, les fleurets du désaccord sont mouchetés. Voici une approche en douceur de Ségolène Royal – un « bout de chemin ensemble » proposé par la candidate :

Il m’a semblé du coup très important [...] que nous puissions voir sur quels thèmes nous pouvons faire un bout de chemin ensemble. Nous ne sommes pas d’accord sur tout et donc, déjà, précisons d’abord ce que je n’attends pas de ce dialogue : c’est un ralliement à la fin de ce dialogue [...]. Nous pouvons faire émerger un certain nombre de cohérences, de convergences sur les thèmes que vous avez évoqués [...] ; il est très important [...] de voir sur quels thèmes, en effet, un plus large rassemblement qu’au-delà d’un camp peut se faire. Ensuite on fait un bout de chemin ensemble, on voit comment on fait ce bout de chemin ensemble. C’est-à-dire, on discute aussi sur la façon de faire ce bout de chemin ensemble.

14Réponse de François Bayrou, balancée entre l’affirmation négative, refus d’une collusion et une semi-proximité (scandée par « on est tous les trois ») :

Je ne vais pas me rallier à Ségolène Royal et Ségolène Royal, je présume, ne va pas se rallier au Centre. C’est pas ça le sujet [...]. Nous sommes tous, tous mis en demeure, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et moi, comme représentants des trois forces qui désormais structurent la vie politique française, le Parti socialiste, l’UMP et le Centre qui est apparu dans cette élection. On est tous les trois de la même génération, on est tous les trois en situation de responsabilité. Nous avons le devoir de faire bouger les choses. Ma conviction profonde est qu’il y a des sujets sur lesquels, bloc contre bloc ou parti contre parti, nous ne réussirons pas à les faire avancer [...]. Donc rien de plus simple que de voir des dialogues ou des débats ou des confrontations, comme on voudra, s’organiser pour savoir où nous voyons des points d’accord larges et où nous voyons des points de différence ou de divergence.

15Répétition : imprégnation en mémoire. François Bayrou espère-t-il rester, pour une oreille inattentive, un homme du « ne… pas », du « je suis en désaccord » (15 fois répété) et Ségolène Royal la femme d’« aujourd’hui », porteuse d’entente et de positivité (ensemble, dialogue, convergences, pacte présidentiel, objectif(s), je crois) ?

  • 7  Exemple : dans la concordance d’une ligne autour d’aujourdhui, les verbes déclaratifs abondent : j (...)

16La liste des éléments spécifiques ne s’arrête pas à ces formes exceptionnelles. Dans la zone des quelques millièmes de chances d’être aussi présentes, la première personne n’est pas absente. Mais cela ne semble pas être ici le souci majeur de Ségolène Royal. Certes je et j’, moi et me, m’, mon, ma, mes animent son discours7, mais sans insister. L’enjeu n’est pas là.

Graphique 3 : Je, moi, vous…

Graphique 3 : Je, moi, vous…

17Ce qui caractérise le plus François Bayrou, dans cette personnalisation du discours, est sa dépersonnalisation : un indéfini est pourvu, chez lui, d’un degré de spécificité inattendu dans le Duo, le pronom on (qui sera utilisé aussi par Nicolas Sarkozy mais en ultraspécificité dans le segment l’on). Vraie et fausse dépersonnalisation, en fait : car ce on est la plupart du temps, chez François Bayrou, un substitut de nous qui jouerait sur son indétermination. Car qui est, en général, désigné par ce on ? Suffit-il de le rapprocher de ça (coeff. 41 pour le Duo par rapport au corpus total)et de eh bien, et d’attribuer leur usage à un style plus oral propre au locuteur ou à l’échange détendu avec Ségolène Royal ? Les deux citations faites plus haut montrent que le on, chez le candidat centriste, se conjugue à trois, tandis que chez la candidate socialiste, il se conjugue à deux. N’en est-il pas de même, ici du moins, pour le nous, voire le tous et le ensemble ? Plus ambigu dans ses références, le ça fonctionne, lui, comme un nous à multiples perceptions. L’un et l’autre pronoms sont, chez François Bayrou, porteurs des mêmes effets : parler pour trois dans un dialogue à deux, se promettre sans se compromettre, se montrer rapprocheur tout en se démarquant : « Nous sommes tous mis en demeure… On est tous les trois de la même génération… Je trouve que, sur des sujets comme ça, on devrait être capable de discuter ensemble. » Double discours, à deux, à trois, en surface, en profondeur ? Bref, Nicolas Sarkozy est en coulisse.

18Le jeu de Ségolène Royal, vu l’immédiateté de l’enjeu présidentiel, ne peut être que plus simple. Son je est plus humble ; le vous agressif (arme de Nicolas Sarkozy) n’est pas de mise ; le on est évité. Il s’agit ici d’apparaitre en harmonie avec son partenaire, d’obtenir de lui un appui électoral, tacite mais visible : plus la convergence sera claire, mieux cela vaudra. Le nous se place entre je et vous : « comme je crois que des millions de Français pensent que, sur certains sujets difficiles, nous pouvons faire émerger un certain nombre de cohérences, de convergences sur les thèmes que vous avez évoqués ». Bref, Nicolas Sarkozy n’est pas en coulisse.

19Le ça de François Bayrou(comme le cela de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy dans leur Duel) résume aussi une thématique évoquée ou refusée : « C’est pas ça le sujet », dit-il ; « Je n’attends pas cela », dit-elle. Quels thèmes ou sujets ? Et avec quels outils sont-ils présentés et défendus ?

Thèmes ségoléniens

20L’apparition de quartiers parmi les premières spécificités du débat Bayrou-Royal et de social dans les fortes spécificités de RoyalB et surtout de toute la série adjectivale social(e,aux) parmi ses spécificités à coeff. > = 2conduisent à décliner ce thème en priorité. Accompagnant la montée en fréquence de social dans le texte RoyalB (et, à un moindre degré, dans RoyalS), d’autres thèmes sont promus (voir graphique 4 page suivante).

21On s’aperçoit que la promotion du registre social dans les spécificités des débateurs est une des marques statistiques majeures de RoyalB et RoyalS. Mais qu’est-ce qui est dit « social » dans le discours ségolénien ? Le concordancier des occurrences de cet adjectif fournit une série d’emplois très divers. À la différence de Nicolas Sarkozy qui cantonne « social » dans un rôle financier (à la suite de : allocations, cotisations, exonérations, compétences, minimas) et de François Bayrou qui ne fait que reprendre deux lexies de son interlocutrice (sécurité sociale professionnelle, partenaires sociaux), la palette de Ségolène Royal va de l’humain (travailleurs, partenaires, dialogue, progrès) à l’institutionnel (sécurité, droits, régimes, compromis, protocole). Cette insistance s’accompagne d’un accent mis sur l’économique, l’entreprise, la croissance dont on ne peut séparer ni travail, ni salaire-salariés (coeff. 4 chez RoyalB) ni, on vient de le voir, chômage-chômeurs.

Graphique 4 : Social (quartiers, pauvreté-précarité-misère…)

Graphique 4 : Social (quartiers, pauvreté-précarité-misère…)

Graphique 5 : Économie (entreprise-s, croissance, compétitivité…)

Graphique 5 : Économie (entreprise-s, croissance, compétitivité…)

Graphique 6 : Travail (travailleurs, salaire, salariés…)

Graphique 6 : Travail (travailleurs, salaire, salariés…)

22Sur les plans du social et de l’économique, le débat se cantonne – retraite et 35 heures (d’emploi banal) mis à part – à un quasi-monologue de Ségolène Royal face à François Bayrou, où l’insistance sur le thème entreprise, croissance, compétitivité, économie, délocalisation semble aller de pair avec le thème travail, salaire, emploi, SMIC et, très spécifiques de RoyalB, les segments formation ou sécurité sociale (+ professionnelle).

23La réforme des institutions françaises est un débat mieux partagé entre les candidats, mais avec des mots différents mis en avant. Là où Nicolas Sarkozy insistera seul sur président de la République, c’est réforme, Parlement, institutions, élus, référendum que Ségolène Royal pousse en avant et c’est avec France, pays, État, Assemblée, citoyens, élections querépond François Bayrou. Tous deux partagent une valorisation de démocratie(-ique) et ensemble ils invoquent contre Nicolas Sarkozy l’État impartial. Ces habitudes de couples de mots font que le discours ségolénien est signé par des segments (à f > 10) jouant presque un rôle d’« indice de rappel » (Saint-Cloud, 1995, p. 183-190) : réforme démocratique, partenaires sociaux, service public, pacte présidentiel, bas salaires, les jeunes

24Les spécificités ont enfin attiré notre attention sur l’accent mis par Ségolène Royal sur elles et femmes (coeff. 4 dans Duo), enfants, jeunes et parents (coeff. 3), grappe statistique de formes qui est au moins l’indice d’un certain registre « humain » chez la candidate :

Graphique 7 : Femmes, famille, enfants…

Graphique 7 : Femmes, famille, enfants…

25Les caractéristiques lexicales mises ci-dessus en évidence montrent un aspect privilégié du discours ségolénien. Mais ce registre suremployé forme-t-il pour autant un tout cohérent ? On sait que les constats lexicométriques n’apportent que des présomptions quant à l’importance discursive que le locuteur accorde aux thèmes discutés : ils ouvrent l’accès, à travers la mise en place des mots, aux volontés d’imprégnation. Pour cerner le sens et ses stratégies, revenons au discours et aux outils.

Outils du discours

26La longueur des phrases ségoléniennes est connue : commentaires, reprises, voire redites. La liaison de leurs propositions multiplie les conjonctions, qu’elles soient coordonnantes ou subordonnantes. Certaines phrases prennent ainsi le temps de flâner :

Comme vous venez de le préciser, je crois que c’est un évènement en effet sans précédent, sans précédent, qui donc souligne la modernisation de la vie politique et ce besoin de sortir de l’affrontement bloc contre bloc. Et c’est la raison pour laquelle, si vous le permettez, plutôt que de parler de débat, je préfère dire dialogue. C’est un dialogue aujourdhui qui se déroule et, comme je l’ai souhaité et comme François Bayrou l’a accepté, qui se déroule en toute clarté, devant toutes celles et tous ceux qui veulent y assister.

Graphique 8 : Outils argumentatifs (parce que, puisque, car…)

Graphique 8 : Outils argumentatifs (parce que, puisque, car…)

27On constate des dissemblances dans le comportement verbal de Ségolène Royal, face à François Bayrou puis à Nicolas Sarkozy : tassement de l’outillage argumentatif par rapport à un Nicolas Sarkozy peu sensible, semble-t-il, à l’expression de la causalité, insistance moins forte de Ségolène Royal sur la réforme institutionnelle, accent amoindri sur le thème social… Au profit de quoi ? Observons d’abord qu’en revanche le je ségolénien tient à s’affirmer hautement face au je-moi sarkozien, et l’effet original de présidente contre l’omniprésent segment président de la République rythmé tout du long par son rival. Mais cela ne va-t-il pas plus loin ? Jusqu’à l’épée…

Le Duel Royal/Sarkozy

28Dès le départ, le téléspectateur comprend qu’il s’agit d’un duel sans pardon, un duel d’égos et de suprématie. Ségolène Royal utilise ici de façon importante (302 occurrences) le pronom je. Or, en général, nous avions remarqué dans le passé que, dans tout débat en face à face, un challenger avait tendance à surenchérir sur son je (comme ce fut le cas pour Jacques Chirac face à François Mitterrand et pour Lionel Jospin face à Jacques Chirac). Si cela se vérifie ici, il faudrait penser que la candidate socialiste se sent en position seconde (dans le rapport à son adversaire précédent, déjà battu, qu’elle voudrait gagner à sa cause, les je du Duo ne s’affrontaient pas). Sur ce plan, Nicolas Sarkozy ne s’en laisse pas conter : son affirmation personnelle porte son je à 277 occurrences. Question politesse, il s’adresse systématiquement à Madame (55 occurences, coeff. 27), forme non marquée dans une situation non familière – 31 fois suivie de Royal. Surabondance d’autant plus forte que son discours est émaillé de courbettes discursives, du type : « Je respecte son talent et sa compétence », « Je ne me permets pas de critiquer. Je faisais simplement remarquer… », « Permettez que je vous pose la question… », « les discours creux (pas le vôtre, je ne veux pas être désagréable) », « Je ne me serais jamais permis de parler de vous comme ça, Madame) ». S’ajoutent les formes élégantes de l’on, cela, puis-je… et l’usage incessant du vous d’une conversation à deux mais qui se transforme vite en interpellation ciblée (171 occurrences avec un coefficient de 7). Car plus on avance, plus le style se durcit.

29Conversation à deux : pas absolument. Il faudra bien, en cours de route, expulser (exorciser ?) « la tragi-comédie du vrai/faux débat entre Madame Royal et Monsieur Bayrou ». C’est Nicolas Sarkozy qui prononce le nom interdit (donc il l’a bien en tête car, si les voix qui se sont portées sur lui se reportaient sur Ségolène Royal, le chef de l’UMP courrait un risque). François Bayrou lui-même n’est pas à discuter, encore moins à disputer. Seul moyen, mettre sa compétitrice face à ses dires ou lui faire dire : « Madame Royal disait à la veille du premier tour que Bayrou c’était pire que Sarkozy. » Ce type de rosseries fait un curieux mixage avec le style galant ; il se conjugue en cela avec une recherche de la déstabilisation de l’autre. Un exemple en est l’utilisation de l’énervement de Ségolène Royal (sur les handicapés) à coups de piqures pour répondre à un assaut. Cet art de désarçonner est partagé. Les attaques de la candidate font parfois mouche (« Vous êtes blessé ? – Non. – Donc tout va bien ! »).

30L’essentiel ne tient pas à ces escarmouches, même si ce sont elles dont on se souvient le mieux (qu’on se rappelle les empoignades Mitterrand-Chirac). Sans intérêt, lorsqu’elles tournent au jeu de se coller l’un l’autre sur le nucléaire. Bien plus sérieuses quand un examen des spécificités du Duel (à coeff. > 2) par rapport aux fréquences du corpus aiguille la curiosité vers quelques thèmes peu traités lors du débat avec François Bayrou. Le tableau 4 en donne un aperçu.

31Outre les marques de politesse et l’insistance sur hôpital, handicapés, handicap, ce sont non pas des formes du vocabulaire économique ou politique qui se détachent mais, de façon plus précise, des mots de la finance : impôt(s), dette, taxe, que viennent compléter, dans la zone des probabilités inférieures à 5 %, des formes comme millions, fiscalité, endettement, comptes, payer, fonds, aides. Quelle place occupe Ségolène Royal dans cette confrontation ?

32On retrouve dans le tableau 5 des fortes spécificités de RoyalS, non seulement les mots créateurs de contraste vis-à-vis du discours sarkozien, mais de nombreuses formes déjà signalées dans le Duo comme propres à Ségolène Royal : elles, sociaux, économique, aujourd’hui (et demain), entreprises, femmes, social, partenaires, jeunes, en effet, suivis par entreprise, réforme, recherche, scolaire, enfants, enfant, parents… Cette abondance de formes conduit à deux hypothèses : 1) la ressemblance d’un dialogue à l’autre est surtout due à une permanence lexicale propre à Ségolène Royal ; 2) sur les thèmes communs aux deux débats, le discours de celle-ci ne changeant guère de lexique, ce sont des thèmes nouveaux et, plus encore, une stratégie discursive très différente qui entrainent le surplus d’oppositions explicatif du clivage constaté entre Sarkozy et RoyalB (graphique 1). Pour quels affrontements ?

Tableau 4 : Spécificités du Duel RoyalS/Sarkozy dans Corpus total

Forme

F

f

Coeff.

vous

416

309

12

Madame

56

55

12

car

63

58

9

cela

121

98

7

Président

29

29

7

pas

617

421

7

ans

35

33

6

République

67

56

6

la

1040

669

5

ne

338

231

4

femmes

37

31

4

fonction

18

17

4

votre

27

24

4

impôts

13

13

4

hôpital

16

16

4

emploi

28

25

4

n’

352

239

4

Monsieur

15

15

4

Tableau 5 : Spécificités de RoyalS dans sous-corpus Duel

Forme

F

f

Coeff.

des

361

211

5

se

53

40

5

elles

32

27

5

aussi

30

25

5

sociaux

21

19

5

déjà

14

13

4

car

58

41

4

économique

17

15

4

aujourdhui

52

37

4

demain

12

12

4

savez

20

17

4

contre

22

19

4

Graphique 9 : Chiffrages (impôt, fisc, taxe…)

Graphique 9 : Chiffrages (impôt, fisc, taxe…)

33Nicolas Sarkozy aime les pourcentages (le %est ultra-spécifique chez lui), les millions-milliards, les impôts et la taxe – au niveau lexical, cela s’entend. Ségolène Royal préfère le lexique : fiscal, les fonds et les aides, l’euro. Tel est l’échiquier de l’escarmouche la plus visible, l’un insistant sur les dépenses, voire les économies, l’autre plus visiblement sur les aides « publiques » ou « au développement ». Mais si ce registre saute aux yeux, c’est à cause de la comparaison avec le débat précédent durant lequel aussi bien François Bayrou que Ségolène Royal ne se sont pas envoyé de comptes à la figure. Débat concret contre débat abstrait ? Non. Ici, les chiffrages sont politiques ; le nombre est une arme, même approximatif, voire faux : il s’agit de duels dont il est obligatoire de sortir vainqueur (ou victorieuse), c’est-à-dire souvent avoir le dernier mot. Ségolène Royal lance l’attaque :

La France est endettée, plus de 20 000 euros par Français, le nombre de travailleurs pauvres est de 2 millions et demi [...]. La pauvreté : 2,5 millions de Français vivent en dessous du seuil de pauvreté. Parmi eux, 2 millions d’enfants, comme le dit l’association Emmaüs. Des retraités qui ont perdu du pouvoir d’achat : le niveau moyen des retraites des femmes est de 850 euros pour une carrière complète et de 622 euros pour une carrière incomplète parce que les femmes subissent très durement le chômage partiel. Un déficit de la Sécurité sociale qui s’élève à 11 milliards d’euros, un chômage qui touche près de 3 millions de personnes.

34Nicolas Sarkozy réplique avec un bouclier de pourcentages :

Sur les cinq ans de gouvernement Jospin, la violence, la délinquance avait augmenté de 18 % ; sur les cinq années du gouvernement du quinquennat de Jacques Chirac, la délinquance, avec le même appareil statistique, a diminué de 10 %. [...] Je propose une chose : 45 % du budget de la France, c’est le salaire de la fonction publique et les pensions de retraite. 45 % ! 15 %, ce sont les intérêts de la dette. 60 %, ce sont les deux postes…

35Viendra la pointe (« Madame Royal ne m’en voudra pas mais, à évoquer tous les sujets en même temps, elle risque de les survoler et de ne pas être assez précise »), délicatement excusée par un « je ne me permets pas de critiquer, mais je faisais simplement remarquer que si vous parlez de tout en même temps, on ne va pas pouvoir approfondir ». Les coups s’échangent de plus en plus vite. Nicolas Sarkozy : « On n’y comprend plus rien » ; Ségolène Royal : « Vous mélangez tout » ; Nicolas Sarkozy : « Vous avez une capacité à répondre à vos questions » ; Ségolène Royal : « Vous avez une approche quand même très approximative »… Et que penser de ce court instant, d’une « élégance » à la limite du mauvais gout ?

N. Sarkozy. - Vous n’avez pas besoin d’être méprisante pour être brillante.
S. Royal. - Je connais vos techniques. Dès que vous êtes gêné, vous vous posez en victime.
N. Sarkozy. - Avec vous, ce serait une victime consentante !
S. Royal. - Tant mieux, au moins il y a du plaisir.

36Nous sommes bien en plein duel. Par à-coups, le ton se fait tranchant, le plus souvent pour pointer l’affirmation de l’autre comme fausse : « Ce n’est pas vrai. Aucune exonération fiscale » (Ségolène Royal) ; « Ce n’est pas exact, ça fonctionne » (Nicolas Sarkozy).

37Une exception : l’immigration. On se souvient de l’affrontement Mitterrand-Chirac, le premier refusant manifestement d’employer le terme singulier, actuel, actif et globalisant d’immigration et le second, naturellement, le terme pluriel, passé et particularisant d’immigrés (Saint-Cloud, 1995, p. 181-190). Rien de tel ici ; un accord se fait sur les mots :

  • 8  Signe de mimétisme ou vrai accord ? François Bayrou avait repris l’expression ségolénienne de « bl (...)

N. Sarkozy. - La seule solution possible est le règlement au cas par cas…
S. Royal. - Cela devait se faire au cas par cas… Oui, sur le cas par cas on est d’accord…
N. Sarkozy. - C’est pour ça que j’ai fait du cas par cas.
S. Royal. - Nous ferons du cas par cas… J’ai dit que je n’annoncerais pas un chiffre à l’avance pour ensuite examiner les dossiers au cas par cas8.

38On passe ensuite à autre chose, après l’histoire du grand-père sans papiers et de Cœur de Femmes, comme pour éviter de part et d’autre un consensus déplaisant. Autre type de heurt : Ségolène Royal met en avant ses rencontres et ses prises de position en faisant sonner des noms inhabituels, Chine, Turquie, à quoi viennent s’ajouter quelques noms propres célèbres cités par tous, curieux recours à l’argument d’autorité. Celui-ci avait été utilisé dans le Duo ; il s’agissait d’Europe, thème cher à Ségolène Royal :

Moi j’en ai discuté avec Romano Prodi, avec José-Luis Zapatero, avec Angela Merkel. C’est vrai qu’aujourd’hui il y a encore du travail à faire, des rapprochements, mais je vois que les choses bougent puisqu’il y a eu aussi une annexe sociale qui a été travaillée avec Jacques Delors et Paul Rasmussen.

39Comme François Bayrou, Nicolas Sarkozy va couper court à ce jeu d’affichage avec l’éloge de « votre ami Tony Blair » et de José-Luis Zapatero, socialistes de bon aloi. Il ajoutera : « Je débloquerai la situation en Europe en proposant un traité simplifié sur lequel Monsieur Zapatero, Monsieur Blair et Madame Merkel m’ont donné leur accord. » Pour ne pas être en reste, ayant le dernier mot dans l’échange, Ségolène Royal proposera comme modèle celui de son rival : « Il y a Angela Merkel… On voit comment cette femme est efficace, concrète et opérationnelle. » Chasser sur le terrain de l’autre… On voit ici combien les deux face-à-faces peuvent se faire écho et comment on en arrive à s’affronter par modèles retournés. Brouiller les cartes pour garder la main.

40En est-il de même pour l’affichage des « valeurs » dont on se revendique ? Après tout, Nicolas Sarkozy ne s’était-il pas placé sous l’égide de Jaurès et de Blum ? Un tri dans la zone des fréquences moyennes, entre 20 et 8 occurrences, attire l’attention sur des formes telles que dialogue, famille, droits, familles, juste, compétitivité, démocratie, progrès, confiance, peuple, responsabilité, responsabilités, demain, garantie, aides, qualité, égalité, équilibre, justice, sécurité (le segment « sécurité sociale » est compté à part), vision, devoirs, liberté, indépendance, aider, libre, pénibilité, pluralisme, réformer, responsables, valeur, aide, injustices. 40 % seulement d’entre elles sont mentionnées comme spécifiques positives (à prob. < 5 %) d’un locuteur déterminé, toutes les autres étant d’emploi statistiquement banal. Le graphique page suivante rassemble en thèmes (au niveau de F > = 10) des formes de même famille.

41Alors que Ségolène Royal prônait les valeurs de famille, d’égalité et de dialogue devant François Bayrou, ce sont surtout les valeurs de responsabilité, de justice (et d’aide) et celles de l’entreprise qu’elle met en avant face à Nicolas Sarkozy, lequel la surpasse dans le registre du droit (coeff. 5) et des droits (coeff. 2) et même de l’égalité. Il est surprenant de constater que, chez Ségolène Royal, la forme même d’égalité n’a aucune occurrence dans le Duel (Sarkozy : 4), alors que compétitivité atteint chez elle 7 occurrences (Sarkozy : 2). Ségolène Royal serait-elle la libérale et Nicolas Sarkozy le socialiste ? Ce serait forcer un mot que de le prendre à sa seule fréquence ; une grappe statistique est plus parlante. Il faut pourtant reconnaitre que, au-delà du graphique, l’ensemble des formes-valeurs est en contexte d’un usage assez partagé (inégalité, liberté sont banales). Si, face au chef de l’UMP, la candidate socialiste maintient son thème femme-jeunes, à qui « appartiennent » les formes égalité, famille, enfants, travail ?

Graphique 10 : Valeurs (famille, justice, responsabilité…)

Graphique 10 : Valeurs (famille, justice, responsabilité…)

42Nicolas Sarkozy : « Je crois beaucoup à la famille et au travail. » Mots à triple résonance : ancienne car ils faisaient partie du trio des valeurs vichystes ; traditionnelle à gauche, travail faisant fonction même de nom collectif pour « les travailleurs » (cf. CGT) ; récente en tant qu’échos directs des insistances sur la famille et le travail de Ségolène Royal face à François Bayrou. Sur ces deux mots-valeurs, on parierait que c’est la Ségolène Royal de François Bayrou que défie Nicolas Sarkozy. Aurait-il décortiqué ou fait décortiquer le débat précédant le sien pour en percevoir certains termes clés porteurs à ne pas abandonner à sa rivale ? À son tour d’investir famille, égalité, travail… Pour sa part, RoyalS entend ne pas laisser à Nicolas Sarkozy les valeurs nationales, d’où l’opposition de ses présidente, République, France, nationale aux emplois de son rival.

43L’impression domine que, dans le Duel, des tactiques lexicales l’emportent sur toute discussion au fond. Nicolas Sarkozy est en position de force, politiquement : tous les sondages lui sont favorables, il le sait depuis le début ; il est en place, il a disposé jusqu’à la dernière minute du ministère de l’Intérieur ; il possède la voix et l’imagerie des médias, dont l’énorme puissance télévisuelle ; il a une réputation, construite depuis des années, de leader à poigne, de parleur vrai et « compétent ». Ségolène Royal est en position de challenger. Émergeant dans le débat politique de premier plan avec un déficit de sondage, elle se doit d’attaquer, ne serait-ce que pour renverser son image de madone au sourire et pour faire « éclater » son rival, qui ne mesure pas toujours, cela se dit, ses paroles… Lui choisit la tactique de l’édredon et le personnage du maitre de soi. C’est (presque) ainsi que s’est déroulé le Duel. Ségolène Royal s’y débarrasse de sa position subalterne, bousculant le programme pour imposer un registre affectif : la France vue d’en bas, avec ses travailleurs précaires, la vie chère, l’inégalité dont les femmes sont victimes, l’insécurité sociale (« Beaucoup de Français souffrent du chômage, de la précarité, où on me conteste la volonté d’augmenter les bas salaires et les petites retraites ! ») Elle se bat contre (coeff. 4 dans le Duel).

44Leur gestuelle devance leur discours. Ségolène Royal regarde son adversaire droit devant elle, sans le quitter des yeux, tendue, buste vers l’avant, accusatrice : « Vous estimez-vous responsable de la situation ? », vindicative : « Vous faites semblant de ne pas comprendre. » Nicolas Sarkozy se replie sur lui-même, tassé, dos rond, mains vers soi (sauf petits gestes vifs accompagnant une contre-attaque) ; il ne regarde quasi jamais celle qu’il appelle à satiété « Madame Royal » ; ses yeux vont vers les journalistes (auxquels il recourt parfois, ce que son adversaire ne fait jamais) ou vers le bas, consultant peut-être ses papiers. Il pratique la négation, l’évitement, le raccourci, la déviation mais aussi le coup de griffe (ainsi lorsqu’il réitère les mots calme et énervée, que reprend une Ségolène Royal bloquée dans une répétition sans issue).

45Curieux duel, entre deux antagonistes à contre-emploi : elle, caricaturée, à ce moment de la campagne, en femme faible de nature, traitée en jupette, sans stature quoique raide, vague dans ses idées, « sans programme » ni « compétence », répète-t-on, la voici sur des ergots, pointant un doigt accusateur – fait remarquer Nicolas Sarkozy pour l’annuler au titre d’agressé –, montrant un caractère trempé, avec des phrases qui ne mâchent pas leurs mots, pugnace, marquant ses points ; lui, caricaturé par la presse de gauche comme dur, archi-autoritaire, parfois violent et faisant peur, même à son entourage, le voilà doucereux, jouant la montre, faisant cadeau à sa rivale des minutes qu’elle a prises en trop, brouillant les attaques ou les tournant au léger, avec des ripostes à agacer la guêpe. Elle a joué la révolte, émotive, justicière (« Il y a des colères saines ») ; lui le flegme déjà présidentiel, galant dans l’ironie. Y a-t-il deux stratégies discursives de Ségolène Royal face à deux situations d’énonciation inverses ?

RoyalB et RoyalS chez « Ségolène »

46Observation comptable : il se trouve que, au cours de son Duo avec François Bayrou, Ségolène Royal prend 63 fois la parole et, dans son Duel avec Nicolas Sarkozy, 178 fois. Certes, les deux débats ne sont pas tout à fait de même longueur, mais aller jusqu’à prendre la parole à une fréquence quasiment triple ! Un rapport entre les mots prononcés et le nombre de prises de parole donne, dans le Duo, une valeur de 151 mots et, dans le Duel, une valeur de 66 mots par prise de parole. À un débat détendu avec François Bayrou s’oppose un débat haché, où les locuteurs se coupent l’un l’autre, les journalistes osent peu intervenir, certaines tirades se mêlent à des séries de courts échanges. Deux types d’énonciation : deux vocabulaires ?

Tableau 6 : Spécificités de RoyalS et de RoyalB dans le sous-corpus « Ségolène »

forme

F

f RoyalS

f RoyalB

base

1

de

857

463

394

| b |

2

la

589

335

254

| b |

3

les

539

323 + E02

216 - E02

| |

4

l’

478

264

214

| b |

5

que

476

249

227

| b |

6

je

428

279 + E05

149 - E05

| |

7

des

406

216

190

|b|

8

et

388

151 - E11

237 + E11

| |

9

est

367

189

178

|b|

10

à

333

177

156

|b|

11

le

330

181

149

|b|

12

qui

307

175

132

|b|

13

en

277

153

124

|b|

14

pas

261

171 + E04

90 - E04

| |

15

il

248

138

110

|b|

16

d’

226

140 + E02

86 - E02

| |

17

dans

206

97 - E02

109 + E02

| |

18

un

203

91 - E03

112 + E03

| |

19

ce

199

98 - E02

101 + E02

| |

20

une

196

116

80

|b|

21

c’

195

90    - E03

105 + E03

| |

22

a

188

109

79

|b|

23

sur

171

88

83

|b|

24

vous

171

137 + E12

34 -E 12

| |

25

qu’

162

75    - E02

87 + E02

| |

26

du

161

85

76

|b|

27

pour

158

88

70

|b|

28

n’

157

96

61

|b|

29

y

151

88

63

|b|

30

ne

146

94 + E02

52 - E02

| |

31

au

124

67

57

|b|

32

plus

113

56

57

|b|

33

sont

112

53

59

|b|

34

ont

106

63

43

|b|

  • 9  Doté d’une fréquence de 54 chez RoyalB et de 0 chez RoyalS, ce ça n’est donc pas ségolien et ne se (...)

47Sur ce tableau poussé jusqu’à la fréquence 10, les formes à emploi « banal » ou « de base », c’est-à-dire bien partagées entre RoyalB et RoyalS, atteignent les 72 %. Et nombreux sont les segments dont elle est seule énonciatrice : réforme des institutions, développement économique, bas salaires, contre le chômage, des salariés, progrès social, dans les quartiers, il faut, etc. Rares, les plus fortes spécificités concernent les mots-outils monosyllabiques déjà rencontrés : dans RoyalS, coeff. 12 pour vous et5 pour je, 4 pour pas ; dans RoyalB, coeff. 19 pour ça9, 11 pour et, 8 pour donc, 5 pour mais… On retrouve les éléments de coordination et de causalité-conséquence caractéristiques du style explicatif de RoyalB – à l’exception de car réservé à la relance dans le Duel. À l’inverse, le je/vous de l’attaque directe signe son débat avec Nicolas Sarkozy qu’elle assaille (si si !), réfute (non non !), pique à son tour ( Allez-y, le Medef !) ou challenge au plan des mots-valeurs. Deux stratégies aux proportions inversées, deux images d’elle, raisonnante, polémiste, pour convaincre et persuader l’électeur.

Haut de page

Bibliographie

Charaudeau Patrick, Maingueneau Dominique, 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil.

Saint-Cloud (Groupe –), 1995, Présidentielle. Regards sur les discours télévisés, Paris, INA-Nathan.

— 1999, L’image présidentielle à l’élection de 1995, Paris, L’Harmattan.

Lafon Pierre, 1980, « Sur la variabilité de la fréquence des formes dans un corpus », Mots, n° 1.

— 1984, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève, Paris, Slatkine, Champion.

Lebart Ludovic, Salem André, 1994, Statistique textuelle, Paris, Dunod.

Salem André, Équipe Syled, 2001, Outils de statistique textuelle, Paris, Université de la Sorbonne nouvelle.

Haut de page

Notes

1  Sur l’articulation entre situation, genre, site d’emploi, voir Charaudeau, Maingueneau éd., 2002, p. 532-533.

2  Le temps de parole pris par les locuteurs ne correspond pas au nombre de mots prononcés ; le débit parfois rapide de Nicolas Sarkozy contraste avec l’élocution appliquée de Ségolène Royal et surtout le débit relativement lent de François Bayrou.

3  Probabiliser une fréquence, c’est mesurer en probabilité jusqu’à quel point elle s’avère, par rapport aux autres, forte ou faible. On lui attribue un « coefficient de spécificité » qui utilise la valeur absolue de l’exposant négatif de la probabilité exprimée en notation exponentielle pour en faire un indice de classement : prob. de 1 % = 1E-2 => coeff. 2 ; prob. de 1/1 000 = 1E-3 => coeff. 3, etc. Plus la probabilité est petite, plus la spécificité est remarquable, en plus ou en moins.

4  Forcée par François Bayrou d’évoquer Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal s’en tire avec la périphrase « la personne que vous venez de citer ». Elle avait donc là pour consigne un nom à ne pas prononcer…

5  Et le titre de son livre sorti en mars 2007, Maintenant (Paris, Hachette).

6  Dans la légende des graphiques, les italiques indiquent des regroupements étymologico-thématiques.

7  Exemple : dans la concordance d’une ligne autour d’aujourdhui, les verbes déclaratifs abondent : je suis en dialogue direct, j’approuve, je dépasse, je pense, je crois, je considère, j’ai souhaité

8  Signe de mimétisme ou vrai accord ? François Bayrou avait repris l’expression ségolénienne de « bloc contre bloc ».

9  Doté d’une fréquence de 54 chez RoyalB et de 0 chez RoyalS, ce ça n’est donc pas ségolien et ne se produit – mimétisme – que face à François Bayrou.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Analyse factorielle des correspondances
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-1.png
Fichier image/png, 3,1k
Titre Graphique 2 : Débat, dialogue, accord…6
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-2.png
Fichier image/png, 60k
Titre Graphique 3 : Je, moi, vous…
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Titre Graphique 4 : Social (quartiers, pauvreté-précarité-misère…)
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-4.png
Fichier image/png, 53k
Titre Graphique 5 : Économie (entreprise-s, croissance, compétitivité…)
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-5.png
Fichier image/png, 72k
Titre Graphique 6 : Travail (travailleurs, salaire, salariés…)
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-6.png
Fichier image/png, 65k
Titre Graphique 7 : Femmes, famille, enfants…
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-7.png
Fichier image/png, 64k
Titre Graphique 8 : Outils argumentatifs (parce que, puisque, car…)
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-8.png
Fichier image/png, 57k
Titre Graphique 9 : Chiffrages (impôt, fisc, taxe…)
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-9.png
Fichier image/png, 64k
Titre Graphique 10 : Valeurs (famille, justice, responsabilité…)
URL http://mots.revues.org/docannexe/image/18813/img-10.png
Fichier image/png, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Pineira et Maurice Tournier, « Ségolène Royal entre François Bayrou et Nicolas Sarkozy. Approche lexicométrique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 89 | 2009, mis en ligne le 30 mars 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://mots.revues.org/18813

Haut de page

Auteurs

Carmen Pineira

Université d’Artois
CPineiraT@aol.com

Maurice Tournier

Directeur de recherches émérite au CNRS
maurice.tournier@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page