Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Pascal Marchand, Le grand oral. Les discours de politique générale de la Ve République

Damon Mayaffre
p. 137-139
Référence(s) :

Pascal Marchand, Le grand oral. Les discours de politique générale de la Ve République, 2007, Bruxelles, De Boeck Université, 222 p.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Pascal Marchand, Le grand oral. Les discours de politique générale de la Ve République, s’inscrit dans la tradition française de lexicométrie politique ouverte il y a plusieurs décennies par le laboratoire de Saint-Cloud, et marquée notamment par l’œuvre de Maurice Tournier.

2Grâce à la statistique textuelle, le calcul des spécificités et les outils de classification de textes, l’auteur décrit avec une rigueur jamais démentie le corpus exhaustif des discours de politique générale des Premiers ministres sous la Ve République de 1958 à 2008, de Michel Debré à François Fillon en passant, entre autres orateurs illustres, par Georges Pompidou ou Pierre Mesmer, Jacques Chirac ou Raymond Barre, Pierre Mauroy ou Michel Rocard, Alain Juppé, Lionel Jospin ou Dominique de Villepin ; soit au total trente-cinq discours parmi les plus importants de l’histoire politique contemporaine passés au crible de l’ordinateur et des logiciels Lexico, Tropes ou Hyperbase.

3On lira dans l’ouvrage, le long de huit chapitres, deux types d’analyses.

4Les premières, les plus nombreuses, sont d’ordre évènementiel. L’auteur se propose de décrypter successivement les spécificités lexicales du discours de chacun des Premiers ministres. En effet, les déclarations de politique générale peuvent être perçues comme des moments cruciaux de l’histoire politique de la France, histoire à la fois reflet de l’état de l’opinion publique dans une conjoncture donnée et actrice à part entière de la politique qui s’énonce et se construit au palais Bourbon. Les performances linguistiques enregistrées – particulièrement les choix lexicaux et la redondance des termes utilisés – sont alors un objet d’étude précieux pour l’historien ou le politologue.

5On se rappellera ainsi les mots favoris, les thématiques particulières, mais aussi les élans rhétoriques et les tics de langage de nos Premiers ministres.

6Par exemple, le jeune Jacques Chirac, le 5 juin 1974 à l’Assemblée nationale, entend incarner avec récurrence le « progrès » et le « changement » ; mots qui disparaitront au profit de difficultés et de renouveau lors de sa déclaration tendue qui ouvre la première cohabitation le 9 avril 1986.

7Pierre Mauroy, autre exemple, en appelle, lui, le 8 juillet 1981, à une « nouvelle citoyenneté » et aux « nationalisations » ; dans ses déclarations suivantes, le propos sera plus contenu ou plus noir avec, le 6 avril 1983, l’apparition répétée du mot effort et, le 19 avril 1984, celle des mots divergence et rigueur.

8Derniers exemples avant que le lecteur ne complète ici la lecture, les discours de Jean-Pierre Raffarin (3 juillet 2002, 2 juillet 2003, 5 avril 2004) paraissent originaux au sens où ils transforment le discours politique en communication politique avec le martèlement de mots positifs consensuels (avenir, vérité, monde, démocratie…) et le goût de la formule (« Notre route est droite mais la pente est forte »…).

9Les analyses de second type sont plus synthétiques. Par de puissants outils de synthèse dont l’analyse factorielle des correspondances, Pascal Marchand dégage les tendances lourdes et profondes du corpus, sur le plan lexical et morphosyntaxique.

10Le graphique de la p. 175 permet de donner une double lecture d’un demi-siècle de discours.

11Il y a bien sûr d’abord une lecture chronologique des déclarations gouvernementales : une évolution historique graduelle, qui transcende chaque conjoncture particulière et la personnalité de chaque Premier ministre, explique d’abord la structure du corpus.

12Des années soixante aux années 2000, on peut entrevoir « un appauvrissement du discours gouvernemental » (p. 178) et enregistrer « l’évolution du discours politique de l’argumentatif vers le narratif ». Les discours – sauf exception dont celle, notable, de Michel Rocard, qui préface l’ouvrage de Pascal Marchand – se font, au fil du temps, de moins en moins précis et puisent dans un vocabulaire de plus en plus banal.

13La seconde grille de lecture du corpus en appelle, elle, à une théorie de la psychologie sociale et au rapport que chaque locuteur entretient avec le langage. Convoquant les travaux de Jean-Léon Beauvois et Rodolphe Ghiglione – qui eux-mêmes revendiquent l’usage du vocabulaire saussurien –, Pascal Marchand montre que certains orateurs politiques favorisent le mode opératoire paradigmatique du langage – sélection et mise en concurrence des mots forts – lorsque d’autres au contraire favorisent le mode opératoire syntagmatique du langage – combinaison des mots entre eux pour établir le contact. Dans le premier cas, le discours tenu sera porté par le lexique des grands substantifs politiques (France, gouvernement, liberté, pouvoir, politique, etc.) ; dans le second, il sera porté par les formulations énonciatives, performatives, phatiques (« moi, je vous dis », « je vous promets », « ensemble, nous voulons », etc.).

14Ce dernier constat qui conclut l’ouvrage nous parait passionnant. Il met le travail lexicométrique de Pascal Marchand en dialogue avec les travaux sur les typologies discursives que d’autres ont essayé d’établir, avec les mêmes méthodes lexicométriques, d’un point de vue énonciatif (discours didactique versus discours polémique), d’un point de vue morphosyntaxique (discours nominal versus verbal) ou d’un point de vue rhétorique (discours du logos versus discours du pathos versus discours de l’ethos, selon une relecture d’Aristote).

15L’analyse rappelle surtout que le discours politique, mieux que toute autre production langagière, a une dimension référentielle qui lui permet de nommer le monde, et une dimension pragmatico-phatique qui lui permet de coconstruire l’orateur et le public dans un « nous » politique communautaire positif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damon Mayaffre, « Pascal Marchand, Le grand oral. Les discours de politique générale de la Ve République », Mots. Les langages du politique [En ligne], 88 | 2008, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mots.revues.org/18643

Haut de page

Auteur

Damon Mayaffre

CNRS (Bases, corpus et langage)
mayaffre@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page