Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus thématiques

Jean Widmer, Langues nationales et identités collectives. L’exemple de la Suisse

Pierre Fiala
p. 53-55
Référence(s) :

Jean Widmer, 2004, Langues nationales et identités collectives. L’exemple de la Suisse, Paris, L’Harmattan, 230 p.

Texte intégral

  • 1 Une synthèse de ces travaux linguistiques est parue dans l’ouvrage collectif dirigé par R. Schläpfe (...)
  • 2  R. Knüsel, 1994,Plurilinguisme et enjeux politiques. Les minorités ethnolinguistiques autochtones (...)
  • 3 Différente des premiers essais dans le champ ; pour rappel : P. Bourdieu et L. Boltanski, 1975, « L (...)
  • 4  J. Widmer, 1996, « Langues et configurations de l’espace public », Hermès, n° 19.
  • 5  S. Bianconi, 1986, «  Le dialecte comme simulacre : traditionalisme et racines perdues », A. Nessi (...)

1Préconisée par des linguistes modernistes, soi-disant non interventionnistes, défendue par les sectateurs du libéralisme marchand, l’institutionnalisation de l’anglais comme cinquième langue nationale suisse, à côté de l’allemand, du français, de l’italien, du romanche, est discutée dans l’espace médiatique depuis quelques années. Cette controverse anecdotique souligne l’intérêt général du champ labouré par J. Widmer depuis les années nonante dans son département de sociologie de la communication à l’université de Fribourg. Le plurilinguisme helvétique a fait l’objet depuis un siècle de nombreux travaux descriptivistes, dialectologiques, diachroniques, sociolinguistiques qui ont fait date1. L’entreprise présentée ici ajoute dans les sciences du langage une perspective nouvelle sur ces sujets (voir également Knüsel, 19942). Elle se propose de répondre à une question qui peut paraitre saugrenue dans des pays à monolinguisme dominant, mais que les approches culturalistes du plurilinguisme connaissent bien, qu’elles la critiquent ou non : comment interpréter les explications communes ou scientifiques liant des comportements sociopolitiques (attitude dans le vote, dans les sondages d’opinion, les comportements sociaux) à la pratique d’une langue ? Souvent décrite comme stéréotype sous de multiples variantes – on parle surtout du Röstigraben ou « fossé des röstis » séparant Alémaniques, Romands et italophones –, bien avérée sur le plan statistique, cette corrélation doit être concrétisée et interprétée. L’ouvrage en propose une déconstruction ethno-méthodologique3, analytique, clinique. Confrontant les rapports des locuteurs à leur langue dans les diverses régions linguistiques de la Suisse, il montre que la place et la fonction de la langue, idiome, parler commun, langue nationale, varie dans l’espace public conçu comme une architecture (Widmer, 19964). Standardisée, normée, écrite, comme le français, la langue nationale s’impose au groupe romand comme métaphore d’un ordre supérieur surplombant l’identité langagière ; dialectalisée, oralisée, comme dans les parlers alémaniques, elle détermine un rapport métonymique d’appartenance et d’identification plus ou moins affirmé. Ces relations différenciées des communautés à leurs identités sont renforcées par les médiations symboliques (Bianconi, 19865) régionales – presse audiovisuelle, modes d’échanges et de contacts – et portées par des fonctionnements sociolangagiers différents qui se repèrent aisément sur les scènes communes de l’espace politique : les rapports entre sexes, par exemple, les relations entre nationaux et étrangers, le traitement des communautés marginales. Comme le souligne l’auteur :

Si le rapport à la langue constitue l’architecture de l’expérience du politique, alors il n’est pas lié au seul domaine du politique institué comme tel, mais s’étend aux formes et aux processus qui instituent la collectivité politique, que celle-ci reconnaisse ou non leur dimension politique. On a ainsi considéré le rapport aux médiations et aux médiateurs culturels des collectivités et montré que ce rapport révèle non seulement la pertinence des deux types d’architectures mais qu’il rend compte aussi des différenciations spécifiques à chaque région, entre les sphères du politique, du privé et de l’économie (p. 201).

  • 6  D. Froidevaux, 1996, « L’article 116 de la Constitution fédérale et la politique linguistique suis (...)

2Des modèles de « cognitions collectives » sont ainsi dégagés, à l’œuvre dans le discours ordinaire aussi bien que dans l’organisation et la gestion du politique, et qui se combinent avec les traces des autres composantes culturelles, religieuses notamment. L’ouvrage évoque en conclusion les tendances à la dispersion de la volonté nationale de vivre ensemble et la responsabilité politique croissante de ceux, dirigeants ou experts sociolinguistes, qui mettent en formes institutionnelles ces mouvements centrifuges (Froidevaux, 19966). On comprendra combien la proposition néolibérale d’institutionnaliser la langue anglaise en Suisse, évoquée en commençant, recouvre des enjeux qui ne sont pas uniquement économiques mais profondément identitaires, et symboliques, au cœur de l’Europe.

  • 7  J.-C. Milner, 1978, L’amour de la langue, Paris, Le Seuil, 132 p.

3La richesse de la documentation, des savoirs convoqués, les modes d’explication complexes, rendent parfois difficile la lecture de cet ouvrage. On peut s’interroger aussi sur les critères linguistiques et les limites inférieures de la fragmentation sociopolitique des groupes langagiers, sur l’impact de l’intégration européenne sur l’accélération de ces processus, ou inversement sur une sous-estimation possible du rôle de l’institution scolaire dans leur ralentissement. On pourrait aussi s’interroger sur le statut totémique de la langue nationale, au sens freudien de gardienne supérieure et identification de l’ordre social, tel que J. Widmer le conçoit dans ses modèles cognitifs, et ses relations avec cet étrange amour lacanien de la langue que Milner7 (1978) avait mis au jour naguère.

4Autant de questions cruciales qui montrent l’intérêt de l’approche proposée et l’importance de ce travail où la Suisse apparait comme un laboratoire d’une balkanisation réellement en cours dans l’ensemble européen, et au niveau mondial. L’Harmattan, il est de bon ton de le dire dans les milieux académiques, publierait tout et n’importe quoi. C’est pourtant grâce à sa politique éditoriale que des idées neuves, souvent négligées chez les éditeurs de la notoriété, émergent et circulent sous une forme papier accessible. L’ouvrage de J. Widmer en est un nouvel exemple.

Haut de page

Notes

1 Une synthèse de ces travaux linguistiques est parue dans l’ouvrage collectif dirigé par R. Schläpfer, 1985, [1982 : éd. orig. en allemand], La Suisse aux quatre langues, Genève, Zoé, 302 p. Voir aussi R. Ris, 1990, « Diglossie und Bilingualismus in der deutschen Schweiz : Verirrung oder Chance », J.-P. Vouga éd., La Suisse face à ses langues, Aarau, NSH, p. 40-49.

2  R. Knüsel, 1994,Plurilinguisme et enjeux politiques. Les minorités ethnolinguistiques autochtones à territoire. L’exemple du cas helvétique, Lausanne, Payot, 405 p.

3 Différente des premiers essais dans le champ ; pour rappel : P. Bourdieu et L. Boltanski, 1975, « Le fétichisme de la langue », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 4, p. 2-23.

4  J. Widmer, 1996, « Langues et configurations de l’espace public », Hermès, n° 19.

5  S. Bianconi, 1986, «  Le dialecte comme simulacre : traditionalisme et racines perdues », A. Nessi éd., Le pays oublié. Un portrait de la Suisse italienne, Genève, Zoé, p. 39-48.

6  D. Froidevaux, 1996, « L’article 116 de la Constitution fédérale et la politique linguistique suisse », L’état des langues en Suisse, Neuchâtel, Regards, IRDP, p. 41-49.

7  J.-C. Milner, 1978, L’amour de la langue, Paris, Le Seuil, 132 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Fiala, « Jean Widmer, Langues nationales et identités collectives. L’exemple de la Suisse », Mots. Les langages du politique [En ligne], 81 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mots.revues.org/17063

Haut de page

Auteur

Pierre Fiala

Université Paris 12, Céditec
fiala@univ-paris12.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page