Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Michael Werner, Politiques et usages de la langue en Europe

Amandine Rochas
p. 126-128
Référence(s) :

Michael Werner, 2007, Politiques et usages de la langue en Europe, Paris, Maison des sciences de l’homme, 258 p.

Texte intégral

1Issu d’un colloque organisé par le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) à Paris en décembre 2004, l’ouvrage dirigé par Michael Werner rassemble les contributions de spécialistes européens de littérature, de linguistique, de science politique, de philosophie, d’histoire et de sociologie autour d’une problématique cruciale : celle des langues et de leur gestion à l’heure de la mondialisation.

2L’apport majeur de cet ouvrage consiste à avoir su aborder cette question de manière pluridisciplinaire alors même que les questions linguistiques demeurent encore très souvent le privilège des spécialistes de science juridique ou de sociolinguistique. Le choix de la pluridisciplinarité permet d’envisager la question linguistique sous un angle novateur : les langues étant considérées non pas seulement comme des systèmes organisés de signes, mais aussi et surtout comme des pratiques sociales et culturelles, ce livre met en lumière les rapports de pouvoir qui marquent les relations entre les langues, ainsi que l’existence de langues dominantes et de langues dominées. On pourrait sans doute regretter l’absence de définition précise de ces deux catégories ainsi que le flou sémantique qui conduit, au fil des différentes contributions, à qualifier les langues dominées tantôt de langues défavorisées, tantôt de petites langues, de langues régionales et minoritaires, ou enfin de langues mineures. Cela ne nuit toutefois pas à la clarté du propos, qui s’articule autour de trois grand thèmes : le statut des langues, les politiques dont elles font l’objet et enfin l’organisation du plurilinguisme sur tous les terrains envisageables – éducation, mais aussi traduction, édition, médias, entreprises ou encore recherche scientifique.

3Les différentes communications proposent un certain nombre de notions fournissant une véritable boite à outils conceptuelle pour qui cherche à mieux comprendre les enjeux de ces questions linguistiques. Qu’il s’agisse de la différence entre langues de service et langues de culture (Judet de la Combe, p. 38-39), de la nécessité de résister au tout-anglais au nom de « l’antinomie linguistique » (Trabant, p. 70), de la « glossophagie » ou au contraire du « multilinguisme » caractérisant les politiques linguistiques (Busekist, p. 102), ou encore de « l’idéologie linguistique française » (Encrevé, p. 125), l’ouvrage offre des perspectives de réflexion stimulantes. En particulier, plusieurs contributions invitent le chercheur à considérer les langues et les politiques dont elles font l’objet dans une perspective historique, qui est en effet la seule susceptible de dépasser les « fixations quasi obsessionnelles » (Werner, p. 16) que suscitent systématiquement les questions linguistiques.

  • 1  Phillipson Robert, 1992, Linguistic Imperialism, Oxford University Press, Oxford, New York.
  • 2  L’apprentissage d’une langue vivante étrangère est compris dans le socle commun de connaissances e (...)

4Outre son intérêt heuristique, cet ouvrage contribue à éclairer l’action publique en matière linguistique. Partant du même constat de l’existence d’un « impérialisme linguistique »1 exercé par la langue anglaise, plusieurs auteurs s’accordent à démontrer que les politiques linguistiques actuelles font bien souvent le jeu de l’anglais sous couvert, en France, de liberté des parents dans le choix des langues apprises à l’école par leurs enfants (Encrevé, p. 134) ou encore de généralisation de l’apprentissage d’une langue dès le primaire2 (Lefebvre, p. 244). En Europe, c’est le choix du multilinguisme qui est accusé de ne faire qu’accélérer la généralisation de l’emploi de l’anglais (de Swaan, p. 91), au point même d’aboutir à une « folklorisation » des autres langues (Jostes, p. 171).

  • 3  Voir à ce sujet La Revue durable (2007, n° 26), spécialisée en écologie, qui consacre un dossier à (...)

5On notera également la pluralité des points de vue défendus par les contributeurs et notamment la très iconoclaste mais néanmoins fort stimulante contribution d’Abram de Swaan dénonçant le « sentimentalisme linguistique » (p. 86) dont font preuve certains sociolinguistes. Loin des discours convenus en matière linguistique, le sociologue néerlandais s’interroge, pour la dénoncer, sur la comparaison dont usent les défenseurs des droits linguistiques, entre langues menacées et espèces animales et végétales en voie d’extinction3 ou, pour le dire différemment, entre diversité linguistique et biodiversité.

6Enfin, la mise en perspective de terrains « classiques » comme la France ou l’Allemagne et de terrains dits « atypiques » comme la Suisse (Meune, p. 187-204) ou la Belgique (Javeau, p. 205-216) offre le moyen de dépasser certaines cécités françaises en matière de plurilinguisme. L’« exclusivisme linguistique » de la France (Encrevé, p. 127) conduit trop souvent, aujourd’hui encore, à méconnaitre la diversité linguistique française et, pire, à rendre incongrue voire illégitime toute action ou recherche dans ce domaine. En présentant la situation de pays qui nous sont proches, à la fois culturellement et géographiquement, mais où la question de la diversité linguistique apparait comme légitime, cet ouvrage ouvre la voie à un travail de comparaison des politiques linguistiques de la France et de ses voisins européens.

Haut de page

Notes

1  Phillipson Robert, 1992, Linguistic Imperialism, Oxford University Press, Oxford, New York.

2  L’apprentissage d’une langue vivante étrangère est compris dans le socle commun de connaissances et de compétences mis en place par la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005, dite « loi Fillon ».

3  Voir à ce sujet La Revue durable (2007, n° 26), spécialisée en écologie, qui consacre un dossier à la question de la « biodiversité culturelle » associant, de façon très claire, biodiversité et diversité linguistique : « éloge de la biodiversité culturelle », p. 15-61. Toutefois, comme le rappelle le linguiste Claude Hagège, cette association était déjà courante au 19e siècle : Hagège, 2002, Halte à la mort des langues, Paris, Odile Jacob, p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Rochas, « Michael Werner, Politiques et usages de la langue en Europe », Mots. Les langages du politique [En ligne], 86 | 2008, mis en ligne le 30 mars 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mots.revues.org/13902

Haut de page

Auteur

Amandine Rochas

Institut d’études politiques de Grenoble

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page