Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Alain Ruscio, Que la France était belle au temps des colonies… Anthologie des chansons coloniales et exotiques françaises

Dominique Desmarchelier
p. 149-151
Référence(s) :

Alain Ruscio, Que la France était belle au temps des colonies… Anthologie des chansons coloniales et exotiques françaises, Paris, 2001, Maisonneuve et Larose, 517 p. (accompagné d’un CD)

Texte intégral

1Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une chanson ? demandait naguère Marcel Amont. Du contenu social, de l’histoire, de l’idéologie, répond sans hésiter Alain Ruscio, spécialiste du colonialisme français. La chanson coloniale et exotique a bercé plusieurs générations de Français, imprégnant les esprits de clichés réducteurs, alternant les genres : du comique pas toujours délicat au romantisme des tropiques, en passant par la veine héroïque, « sabre au clair face aux hordes sauvages ».

2Divisé en trois parties, cet ouvrage imposant nous invite à un voyage en chansons à travers l’histoire coloniale, des croisades à la guerre d’Algérie. Les seize chapitres de la première partie nous font ainsi découvrir successivement les premiers textes venant légitimer les expéditions au Moyen-Orient, puis, de la Révolution à l’Empire, les représentations du « nègre », avant et après la première abolition de l’esclavage (1794), puis lors de son rétablissement (1802). Apparait ensuite la colonisation de l’Algérie puis de l’Afrique équatoriale. Chaque période est illustrée par de nombreux textes de chansons dont les auteurs sont parfois des anonymes (« La casquette du Père Bugeaud ») ou au contraire des plumes célèbres, tel ce « Vieux Cheik » dû à Alexandre Dumas (fils).

3Au détour d’un refrain, on découvre avec surprise que Georges Montéhus, connu pour « La Butte rouge », « Le chant des Jeunes gardes » (repris par l’extrême gauche et les maoïstes en mai 68) et « Gloire au 17e » (véritable appel à l’insoumission) s’est compromis dès 1914 dans plus de cent textes patriotiques et franchouillards (« Marche des arbis »).

4Un certain Mac Nab, connu pour « Le grand meeting du Métropolitain » (référence à une salle de réunion ouvrière lilloise, et non au futur métro parisien pas encore construit), s’est compromis lui aussi avec Henri Varna (fondateur du théâtre Mogador) pour écrire « Ali baba » (Rumba cubaine !).

5Puis viennent les évocations de la conquête du Tonkin et de la guerre du Rif. Plus près de nous, les débuts de la décolonisation et la guerre d’Indochine fourniront à Boris Vian (« Le déserteur »), Bernard Dimey (« L’Indochine ») ou Jean Ferrat (« Un air de liberté ») de trop rares occasions de témoigner d’une prise de conscience anticolonialiste.

6La deuxième partie de l’ouvrage (« Des filles de rêve sous les tropiques ») réunit une trentaine de textes consacrés à l’imaginaire exotique et érotique. La dernière, intitulée « La franche rigolade, la fantaisie débridée », présente un florilège de chansons moins militaristes, mais souvent connues et – hélas – encore fredonnées il y a peu dans les mariages et autres fêtes de chasseurs, « La moukère », « La fille du bédouin », « La petite Tonkinoise », « A la Martinique ».

7L’auteur convoque enfin quelques auteurs contemporains : Michel Sardou, Serge Gainsbourg, Pierre Perret, Jean Guidoni, pour montrer que toute chanson véhicule une idéologie. Il en profite pour « souligner les prises de position courageuses de certains qui ne figurent pas habituellement dans les bataillons des chanteurs engagés » tel Pierre Perret (« Lily ») ou pour rappeler que d’autres, comme Michel Sardou et Pierre Delanoé (« Le temps des colonies ») ne font que refléter un courant profond de la société française.

8La conclusion est fournie par « Mamadou m’a dit » de François Béranger. Ouvrage érudit, le livre d’Alain Ruscio contribue à rappeler le passé colonial de la France, dont la chanson n’est souvent qu’un raccourci fidèle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desmarchelier, « Alain Ruscio, Que la France était belle au temps des colonies… Anthologie des chansons coloniales et exotiques françaises », Mots. Les langages du politique [En ligne], 70 | 2002, mis en ligne le 07 mai 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mots.revues.org/9863

Haut de page

Auteur

Dominique Desmarchelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page