Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Chroniques

Motivés, motivé

Pierre Fiala
p. 133-137

Texte intégral

  • 1 Motiver il faut se motiver
    Spécialement dédicacé à ceux qui sont motivés
    Spécialement dédicacé à ceux (...)

1« Motivés, motivés… » ont chanté en chœur les jeunes et les moins jeunes, descendus par dizaines de milliers dans les rues des villes de France le premier mai 2002, scandant les rythmes du refrain rap ajouté par le groupe toulousain Zebda au traditionnel Chant des Partisans et à ses accents gaullistes et marxistes1. Ils manifestaient par là leur opposition commune et résolue à la présence au deuxième tour de l’élection présidentielle du candidat d’extrême droite, héritier des sombres valeurs de la collaboration avec l’hitlérisme. Cette opposition massive dans la rue, inattendue dans le cours d’une élection présidentielle, abondamment commentée et amplifiée par les médias, préfigurait l’unanimisme du vote au second tour en faveur du candidat de droite qui se réclamait des valeurs républicaines.

  • 2 Qui rappelait la soirée de la victoire électorale de la Gauche unie du 10 mai 1981 au cours de laqu (...)

2Lancinante, la répétition de cette forme lexicale (plus de cinquante occurrences dans le texte de la chanson), au sémantisme politique peu marqué2, a regroupé, le temps d’un entre-deux-tours dans une élection présidentielle paradoxale, les citoyens déçus des partis de la gauche plurielle défaite au premier tour, les franges radicales qui avaient contribué à cette défaite par un vote sanction, des électeurs de droite modérée surpris et effrayés par le résultat de l’extrême droite, certains abstentionnistes regrettant ou non leur abstention ou leur refus de vote. On peut supposer que ce slogan a contribué à limiter l’abstention au second tour et favorisé la réélection d’un président pourtant malmené dans l’opinion avant et durant le premier tour.

  • 3 Voir ci-dessus son entretien avec M. Coulomb-Gully.

3Déclinée en quelques formes simples – infinitif pronominal réflexif se motiver précédé du déontique il faut, adjectif verbal motivé(e)(s), épithète ou attribut du verbe rester, expression nominale les motivés, devenue le nom propre d’une liste électorale associative « Les Motivé-e-s », utilisée parfois sous une forme apocopée orale, familière et complice, les motes – l’expression cristallise, synthétise, labélise les projets multiples, les discours et les pratiques dont Magid Cherfi, le chanteur du groupe Zebda, analyse ici même3 avec précision les contours : la dimension initiale régionale, urbaine, toulousaine, la composante jeune, l’antiracisme, la culture polyphonique, l’engagement radical à gauche de la gauche, associant explicitement, dans un mouvement de masse, l’action culturelle, la création musicale et l’intervention politique.

  • 4 Voir www.motive-e-s.org

4Pour le sociologue Laurent Visier, cette autre façon – ludique et joyeuse – de faire de la politique séduit les jeunes : « Ils réalisent qu’ils peuvent s’amuser tout en étant militants, » explique-t-il4. « Ils sont attirés par ces nouveaux hommes politiques qui leur ressemblent, et qui leur montrent qu’ils ont leur mot à dire pour améliorer leur vie au quotidien. Ils sentent qu’ils ont un rôle à jouer ».

5Sous l’angle linguistique, l’histoire morphosémantique du terme, partiellement effacée comme toujours, mais bien attestée des plus anciens dictionnaires aux usages les plus récents, laisse percevoir une épaisseur et une richesse qui peut expliquer partiellement l’émergence du slogan rassembleur.

6 C’est d’abord le noyau lexical motif, qui appartient à la vaste famille des termes et radicaux désignant ou évoquant le mouvement (mouvoir, meuble, mobile, motion, moteur, mutin, etc). Motif,emprunt au latin motivum, est attesté au 14e siècle, dans les traductions de Nicolas Oresme. Il est usuel alors comme adjectif, avec un sens tout à fait concret, « qui donne le mouvement, qui pousse », dans le discours physiologique par exemple :

Nerf est ung instrument sensible et motif

7écrit le chirurgien Lanfranchi (cité par Lacurne). Partiellement métaphorisé, le terme entre dans le discours psychologique, pour désigner les effets des passions, amoureuses ou politiques :

Amour est paisible et motif ;
Les gens sont motis, et est doute qu’ils ne facent quelque rebellion

8voire ceux de la réflexion :

Des raisons motives, une cause motive,

9Ces emplois adjectivaux annoncent la forme nominale, généralisée dans la langue classique, attestée en 1690 chez Furetière, et qui devient prégnante dans le discours juridique et philosophique, avec le sens « mouvement, incitation, mobile, raison », terme le plus souvent lié à l’action.

10À peine plus tardivement, attesté en 1703 par exemple dans le Dictionnaire de musique de Sébastien de Brossard, le terme motif entre dans le discours artistique, musicologique ou architectural, pour désigner un principe fondamental de l’esthétique classique : le thème, le sujet qui domine et structure une œuvre artistique, la cellule fondamentale, aisément identifiable à travers ses multiples variations formelles. La transposition en allemand, Leitmotiv, fera fortune durant le 19e siècle wagnérien, tout comme son réemprunt en français, mais les adjectifs dérivés ultérieurs, motival et motivique, techniques, resteront didactiques et rares.

11Avec le 18e siècle se développent les dérivés les plus productifs qui nous intéressent directement, le verbe motiver d’abord, dans l’usage juridique « Alléguer, rapporter les motifs d’un avis, d’un arrêt, d’une déclaration » (Attesté dans le Dictionnaire de l’Académie, 3e édition, 1740), avec son participe adjectival, motivé, dans un emploi absolu, sans agent, terme de jurisprudence qui signifie « fondé, justifié explicitement par l’énoncé des considérants, des moyens et des causes ».

12Durant le 19e et surtout le 20e apparait la chaine quasiment complète des dérivés, démotiver, immotivé, motivant, démotivant, remotiver, motivation, motivationnel (en 1959)etc. Du nom déverbal motivation (attesté dès 1845), le Cours de linguistique générale de Saussure fera un concept fondamental dans la théorie sémiologique, opposé à celui d’arbitraire, pour désigner les rapports non immotivés entre signes (1916).

  • 5 Par exemple, Le Monde sur CD-ROM, 1992-2000, CEDROM-SNI.

13De leur côté, les psychologies, comportementalistes ou utilitaristes, feront au cours du 20e siècle, dans les domaines pédagogique, politique, ou de l’entreprise, l’usage que l’on sait des adjectifs motivant, motivé, démotivant, démotivé. On retrouve ces usages en abondance dans les médias des dernières décennies5, dans les offres d’emplois (poste motivant ; activités, responsabilités motivantes), dans les articles sociopolitiques (jeunes, cadres, agent, militants motivés, démotivés, tâches démotivantes, etc). L’agent ou le moyen sont le plus souvent effacés, remplacés parfois par la visée (motivé pour la lutte des classes, contre les dégueulasses, dit la chanson de Zebda). Le sème de [mouvement] laisse place à celui plus vague d’[action] ; l’adjectif motivé devient dans ces emplois une variante synonymique de dynamique, adjectif un peu passé de mode.

14 L’écho de cette histoire discursive dont les trajets sémantiques s’inscrivent dans les institutions, les arts, les sciences, les médias, se fait évidemment entendre dans le slogan insistant qui a dominé le second tour de l’élection présidentielle. Ces multiples connotations donnèrent à sa répétition monodique une touche ironique supplémentaire. Un seul mot, formule la plus simple qui soit, a puisé dans ces résonances et ce rythme sa raison d’être, sa force de persuasion et de rassemblement, quand il s’est trouvé répondre à une situation critique. Il a, tant bien que mal, couvert les voix qui, à gauche ou à l’extrême gauche, hésitaient à se mobiliser pour prolonger des institutions et un pouvoir affaiblis. Il a minorisé, heureusement, les voix d’une extrême droite toujours menaçante.

Haut de page

Notes

1 Motiver il faut se motiver
Spécialement dédicacé à ceux qui sont motivés
Spécialement dédicacé à ceux qui ont résisté par le passé
Ami entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaine
Ohé, partisans, ouvriers et paysans c’est l’alarme
Ce soir l’ennemi connaitra le prix du sang et des larmes
Motivés, motivés
Il faut rester motivés !
Motivés, motivés
Il faut se motiver !
Motivés, motivés
Soyons motivés !
Motivés, motivésMotivés, motivés !
C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère
Il est des pays où les gens au creux des lits font des rêves
Chantez compagnons, dans la nuit la liberté vous écoute
Motivés, motivés
Etc.
Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe
Ami si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place
Ohé, partisans, ouvriers et paysans c’est l’alarme
Ce soir l’ennemi connaitra le prix du sang et des larmes
Motivés, motivés
Etc.
On va rester motivés pour le face à face
On va rester motivés quand on les aura en face
On va rester motivés, on veut que ça se sache
On va rester motivés…
On va rester motivés pour la lutte des classes
On va rester motivés contre les dégueulasses
Motivés, motivés
Etc.

2 Qui rappelait la soirée de la victoire électorale de la Gauche unie du 10 mai 1981 au cours de laquelle le slogan de 1968 « Ce n’est qu’un début continuons le combat » céda progressivement la place au slogan sportif apolitique « On a gagné ». Voir à ce sujet M. Pêcheux : 1990, « Le discours, structure ou évènement » dans L’inquiétude du discours, Textes choisis et présentés par Denise Maldidier, Paris, Editions des Cendres, p. 303-323.

3 Voir ci-dessus son entretien avec M. Coulomb-Gully.

4 Voir www.motive-e-s.org

5 Par exemple, Le Monde sur CD-ROM, 1992-2000, CEDROM-SNI.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Fiala, « Motivés, motivé », Mots. Les langages du politique [En ligne], 70 | 2002, mis en ligne le 07 mai 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://mots.revues.org/9783

Haut de page

Auteur

Pierre Fiala

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page