Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Emmanuelle Danblon, Rhétorique et rationalité. Essai sur l’émergence de la critique et de la persuasion

Dominique Desmarchelier
p. 197-199
Référence(s) :

Emmanuelle Danblon, Rhétorique et rationalité. Essai sur l’émergence de la critique et de la persuasion, 2002, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 264 p.

Texte intégral

1Il est des livres, comme certains quatuors de Haydn, dont on ne sort pas indemne. L’ouvrage d’E. Danblon appartient à cette catégorie. Le pari de cette jeune chercheuse belge était pourtant risqué. Vouloir en effet réconcilier la rhétorique et le naturalisme en établissant un parallèle entre les formes traditionnelles du raisonnement (induction, abduction et déduction) et le développement de nos capacités de raisonnement, ne correspond pas à la tendance la plus en vogue dans les études portant sur l’argumentation.

2Avec rigueur dans la démonstration, force dans la persuasion et volonté d’illustrer sa démarche par des exemples empruntés aussi bien à l’argumentation politique (Valéry Giscard d’Estaing et son souvenir d’enfance), qu’au genre judiciaire (l’enfant à la casquette dans le procès Barbie), l’auteure nous invite à la suivre pas à pas dans un raisonnement solide et bien étayé. Le parcours s’effectue en trois étapes.

3Le rappel, dans un premier temps, des différents rapports qu’entretiennent raisonnement et rationalité nous conduit à un examen de la notion d’induction et aux différentes attitudes épistémologiques (pessimisme, autoritarisme et rationalisme critique) qui l’ont caractérisée. Cette première partie fournit également l’occasion de mettre en perspective, l’évidence et la certitude si chères à Wittgenstein. Cette mise en place épistémologique permet à E. Danblon d’introduire une généalogie de l’induction, allant de la mimesis (l’évidence), au langage oral (la parole proverbiale) pour aboutir au langage écrit (l’induction).

4La deuxième étape s’attache à décrire la caractère rationnel de la rhétorique. Jouant Aristote contre Platon, l’auteure souligne que « la notion de vraisemblable, qui s’avérait suspecte chez Platon, car trop voisine du mensonge, se trouve valorisée chez Aristote, qui y voit un indice de la vérité » p. 59. Un examen de l’argumentation mise en œuvre dans les trois genres définis par Aristote, nous rappelle le rôle central de la qualification du fait conduisant à la sentence dans le genre judiciaire, de l’élaboration du conseil dans le délibératif et la place de l’amplification dans l’épidictique. L’exemple du procès de Klaus Barbieillustre le cas où la société est amenée à aménager la loi,« non pas face aux faits, mais face au mythe ». Ceci conduit à une interrogation sur l’origine des normes établies par la société (fondement même des genres judiciaires et délibératifs), et à leur substrat éthique. E. Danblon revient ensuite sur une technique argumentative largement décrite dans le Traité de l’argumentation de Perelman et Olbrechts-Tyteca (1958-1998) : la dissociation des notions. Cette dernière a pour fonction essentielle de permettre l’argumentabilité des normes. Lorsqu’une « notion sur laquelle tout le monde s’accorde, mais qui, une fois confrontée à un cas particulier, conduit à des incohérences […] » (p. 121). Constatant que les auteurs du Traité n’ont jamais appliqué cette notion au genre judiciaire ni au droit, E. Danblon lui substitue l’Esprit contre la Lettre. Là encore, un exemple fort pertinent vient étayer son exposé. Le procès du tortionnaire nazi Adolf Eichmann, à Jérusalem, met clairement en évidence qu’« en termes strictement légaux, un tribunal classique n’aurait pas pu juger les actes d’Eichmann » (p. 127). La défense de ce fonctionnaire zélé reposait sur un principe : « obéissance et rigueur dans l’application des tâches qui lui étaient imparties » (p. 125). Sa responsabilité personnelle se trouvait du même coup diluée dans un crime collectif. « Les décisions prises par Eichmann avaient quelque chose de polyphonique (au sens de Ducrot 1984) » (p. 126). Contre la Lettre de la loi,qui reconnait le principe d’obéissance à une autorité, reste alors « l’éloge de la désobéissance. L’usage du terme éloge, profondément ancré dans le genre épidictique, montre que les auteurs veulent invoquer des notions éthiques » (p. 128) permettant de réévaluer le principe d’obéissance.

5La troisième partie de l’ouvrage, sans doute la plus audacieuse au plan scientifique (donc, celle qui suscitera le plus de controverses), propose un modèle naturaliste de la raison rhétorique. Se fondant sur la tripartition du signe établie par Peirce (icone, indice symbole), l’auteure souhaite « étayer et affiner l’hypothèse de la généalogie du signe en la replaçant dans un cadre cognitif et social qu’elle propose d’assigner à la rhétorique » (p. 156). Elle élabore ainsi plusieurs tableaux, mettant en relation les types de signes, les formes du langage et les modes épistémiques. À l’icône correspondent la mimesis et le mode de l’évidencesensible. À l’indice sont associés le langageoral et la penséemythique. Enfin, c’est au stade du symbole qu’est maitrisé le langageécrit et la penséescientifique. On pourrait certes contester cette division, et notamment invoquer que le stade symbolique est bien présent dès le langage oral, qui, comme plus tard l’écrit, repose sur l’arbitraire du signe (et donc la convention). Dire que l’oral relève du mode indiciel, peut donc paraitre réducteur, mais là encore l’auteure met en avant les travaux de psycholinguistes tendant à montrer que l’enfant, avant 6 ans, n’a pas véritablement accès à toute la dimension métaphorique du langage (figures du discours, ironie) car la conscience réflexive sur le langage n’est possible qu’avec l’écrit.

6Après un passage important sur le rôle de la catégorisation qui permet de donner du sensau monde, la fin de l’ouvrage est consacrée à la mise en relation de cette faculté de catégorisation sémiotique avec la démarche inférentielle elle-même. Fidèle à sa volonté de synthétiser et donc de mettre ensemble, l’auteure rapproche ainsi l’icône et la simple occurrence, l’indice et l’abduction, le symbole et l’induction.

7Voilà un ouvrage fort, ambitieux, qui interroge, dérange, peut même irriter nos certitudes, mais repose toujours sur un progression argumentée, étayée d’analyses dont l’exemplarité est incontestable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desmarchelier, « Emmanuelle Danblon, Rhétorique et rationalité. Essai sur l’émergence de la critique et de la persuasion », Mots. Les langages du politique [En ligne], 71 | 2003, mis en ligne le 06 mai 2008, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://mots.revues.org/8783

Haut de page

Auteur

Dominique Desmarchelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page