Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

À propos du Dictionnaire d’analyse du discours

Bernard Pottier
p. 169-171
Référence(s) :

Patrick Charaudeau, Dominique Maingueneau (dirs.), 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil, 666 p.

Texte intégral

1Le genre « dictionnaire » est à la fois difficile et particulièrement utile. C’est donc avec sympathie et intérêt qu’on doit accueillir ce nouveau venu. La tâche était délicate, car « l’analyse du discours » tente de trouver sa place parmi les diverses « sciences du langage ». On lit page 4 de couverture : « Le “discours” n’est rien d’autre que le langage lui-même, considéré comme activité en contexte, construisant du sens et du lien social ». Les deux responsables précisent que le domaine est en fait défini par les études contemporaines elles-mêmes plutôt que par les pratiques de telle ou telle école. C’est pourquoi ils ont eu recours à la collaboration d’une trentaine de chercheurs pour la rédaction des entrées, toutes signées.

2On note qu’une place importante est consacrée aux aspects sociologiques, psychologiques ou anthropologiques. La difficulté a été de s’imposer des limites vis-à-vis des disciplines voisines mieux établies comme la linguistique, la rhétorique, les théories de l’argumentation, la stylistique, etc. Des chevauchements sont inévitables lorsqu’il s’agit de domaines vastes et multidisciplinaires. Par exemple, le contenu de modalité se retrouve en partie s. v. (sub verbo) subjectivité ou appréciation ou valeur, alors que axiologique se trouve dans le contexte des évaluatifs (p. 553). Chaque entrée, quand cela parait nécessaire, reflète la variété des définitions en usage, ou des évolutions théoriques récentes. Des marquages de certains termes par un astérisque, et à la fin des articles des renvois à d’autres entrées, permettent une circulation minimale de l’information.

3On aurait attendu, au début du volume, une liste alphabétique des entrées comme c’est l’usage dans les travaux de ce genre. Mais il manque surtout un index des formes pertinentes (souvent en gras ou en italique) citées dans les articles et qui ne font pas l’objet d’une entrée. Citons quelques exemples de termes qu’on irait difficilement chercher à l’intérieur de certaines rubriques :

4Après un parcours rapide du volume, nous avons l’impression que n’y figurent pas abduction (malgré la présence de induction, déduction, inférence), synonymie ou parasynonymie (même pas s. v. « reformulation » ou « coréférence »), synesthésie, comparaison, polysémie, polynomie, fiction, mensonge, signe, signifiant, signifié, signification et même sens (cependant cité dans la présentation), tous mots qui, bien qu’utilisés dans des disciplines voisines, nous paraissent liés intimement à l’analyse du discours (quand bien même ces termes ne seraient pas rencontrés dans le corpus retenu). On relève quelques inexactitudes :

5S.v. lexème (p. 340)

Selon certaines théories (Greimas 1966, Martinet 1967, Pottier 1964), le lexème est assimilé au morphème ou à une unité de signification qui peut être supérieure au mot.

6Non. Le lexème est morphologiquement égal ou inférieur au mot : corps, maison (dans mon texte de 1964, je donnais chambre, avec le tiret ouvrant vers les éléments grammaticaux comme chambre-s, chambr-ette). Voir aussi p. 601, où le lexème deviendrait vocable en discours ; lire : la lexie devient vocable.

7S.v. figement (p. 262) on lit

Les expressions figées, ou locutionnelles, ou idiomatiques, ou lexies se définissent par les contraintes qui limitent leur morphologie… et par la non-compositionalité de leurs composants sémantiques.

8Le terme lexie, tel que je l’ai lancé en 1962, s’applique à « toute unité lexicale mémorisée en langue » et désigne aussi bien chaise(s) que chaise à porteur. Ces deux séquences (à 1 ou n termes) font partie de la compétence du locuteur. Le figement ne vaut que pour une séquence à n termes. Chaise est une lexie simple ; chaise à porteur est une lexie complexe.

9À chaque instant, on est interpellé par la richesse de la documentation et la réflexion est ainsi stimulée. Donnons un exemple :

10S. v. polyphonie, H. Nolke écrit :

La négation syntaxique est l’exemple par excellence appliqué par O. Ducrot pour illustrer la polyphonie. Ainsi, dans un énoncé comme :
(1) Ce mur n’est pas blanc
on a nettement l’impression que deux points de vue (incompatibles) cohabitent :
(1’) pdv1 : « ce mur est blanc »
pdv2 : « pdv est injustifié ».
Si l’émetteur s’est servi de la négation, c’est en effet parce que quelqu’un pense (ou pourrait penser) que le mur est blanc (pdv1), ce qui est contraire à l’opinion de l’émetteur (pdv2)… L’important est alors que l’existence de ces deux points de vue est marquée dans les matériaux linguistiques mêmes par la présence de la négation « ne… pas ».

11Mais la négation est-elle nécessaire pour que la polyphonie existe ? Si je dis « ce mur est blanc » ou « cet enfant est intelligent » n’est-ce pas parce que quelqu’un d’autre pourrait penser qu’il n’en est pas ainsi, ou pourrait l’ignorer ou serait intéressé de l’apprendre ?

12En fait, tout énoncé senti comme justifié par le locuteur enferme une information voulue nouvelle, donc présupposant un intérêt pour autrui. Le dictionnaire se garde d’être polémique et on le comprend. En tout état de cause, il fait réfléchir et instruit sur un vaste domaine en train de se constituer, et en cela il sera de grande utilité.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://mots.revues.org/docannexe/image/8613/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Pottier, « À propos du Dictionnaire d’analyse du discours », Mots. Les langages du politique [En ligne], 71 | 2003, mis en ligne le 06 mai 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://mots.revues.org/8613

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page