Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Tuula Vaarakallio, « Rotten to the Core ». Variations of French Nationalist Anti-System Rhetoric

Jacques Guilhaumou
p. 123-125
Référence(s) :

Tuula Vaarakallio, 2004, « Rotten to the Core ». Variations of French Nationalist Anti-System Rhetoric, Jyväskylä, Université de Jyväskylä, 194 p.

Texte intégral

1Dans son ouvrage sur L’illusion populiste (2002, Paris, Berg International), Pierre-André Taguieff s’efforce, au-delà de l’usage flou du terme populisme, d’en proposer une construction idéal-typique qui induit un modèle d’intelligibilité et une typologie des styles politiques populistes, avec leurs opérations rhétoriques spécifiques.

2Tuula Vaarakallio nous propose un ouvrage issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’université de Jyväskylä (Finlande) sous la direction de Kari Palonen, professeur de sciences politiques, par ailleurs l’un des coorganisateurs du réseau international History of Political and Social Concepts Group et biographe de l’historien Quentin Skinner (2002, Quentin Skinner. History, Politics, Rhetoric, Cambridge, Polity). Au regard de l’approche idéal-typique proposée par le politiste P.-A. Taguieff, elle étudie la dimension rhétorique et argumentative au sein de variations majeures du discours national-populiste. De fait, il s’agit d’une analyse discursive d’un corpus bien délimité : une partie des écrits du boulangisme, de Maurice Barrès, de Charles Maurras et du Front national durant la période 1886-2002, soit plus d’un siècle de mouvement nationaliste. Dans la perspective de l’histoire des concepts, T. Vaarakallio s’intéresse à ce que les penseurs nationalistes font en écrivant comme ils le font, et en tant qu’acteurs d’une histoire où ils agissent en disant ce qu’ils disent. Ainsi, elle met l’accent sur les phénomènes de « redescription rhétorique » (Quentin Skinner), c’est-à-dire sur les éléments rhétoriques qui contribuent au changement conceptuel à l’intérieur du discours populiste en le constituant en tant que tel, donc en le rendant agissant de lui-même.

3Nous sommes ainsi confrontés massivement à une rhétorique dualiste, antithétique, qui prend appui sur une paire philosophique, l’opposition entre l’apparence et la réalité, dont la concrétisation la plus importante est l’opposition entre le pays légal et le pays réel, même si cette distinction n’est pas explicitée en tant que telle dans chaque partie du corpus, par exemple chez M. Barrès, et nécessite donc d’être reconstruite à partir d’autres usages antithétiques. Parmi ces usages, les plus saillants concernent les oppositions entre la vanité des luttes politiques et la positivité de la décision compétente dans le respect des traditions, d’une part, entre le verbalisme parlementaire (« le gouvernement de la discussion ») et la politique efficiente dans un cadre autoritaire, d’autre part.

4à ce titre, la rhétorique de l’« être contre » suscite une stratégie argumentative qui fait appel à l’essence des choses et base ainsi ses arguments sur une essence déterminée et nationaliste, au nom d’un ordre traditionnel vrai, d’une réalité naturelle. Rhétorique antisystème donc, par sa manière d’opposer la figure du peuple à celle des députés du Parlement, et aussi par sa défense des « petits » contre les « gros ». Demeure-t-elle pour autant dans le cadre plus global de la stratégie du « parler pour et contre » si prégnante au sein même du discours parlementaire, comme le montre Kari Palonen dans ses études en cours sur la conception rhétorique du parlementarisme ?

5De fait, il demeure une différence essentielle entre le discours nationaliste et le discours parlementaire. La rhétorique parlementaire identifie son adversaire et ses positions dans une joute oratoire visible aux yeux de tous au sein d’un espace de communication réciproque, du moins idéalement. La rhétorique nationaliste nous renvoie conjointement à une politique dont nous ne percevons que la dimension illusoire et à une essence naturelle des choses dont nous n’appréhendons que des effets compensateurs de cette fausse politique.

6Entre l’approche rhétorique et l’étude historique, la présente étude de T. Vaarakallio sur les modalités du changement conceptuel au sein du discours nationaliste au cours d’un siècle de vie politique met bien en évidence l’importance de la distinction, dans la recherche d’une politique alternative à la démocratie parlementaire, entre l’essence de la vraie politique et l’apparence de la fausse politique. à ce titre, la rhétorique nationaliste est plus une rhétorique antisystème qu’une rhétorique antipolitique : elle tend en effet à dévaloriser tant la dynamique démocratique des luttes politiques que la discussion parlementaire au nom d’un unanimisme, d’une cohérence, voire d’une harmonie politiques issues de l’essence naturelle des choses, et à l’encontre de tout pluralisme, de toute alternative et de toute contingence ; elle vise donc à révéler la tendance de la nature à l’ordre et la concrétisation d’un tel ordre social déterminé dans un pouvoir de pure autorité. Il s’agit donc avant tout d’une entreprise de refondation de la politique dans un sens foncièrement conservateur, pour ne pas dire réactionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Tuula Vaarakallio, « Rotten to the Core ». Variations of French Nationalist Anti-System Rhetoric », Mots. Les langages du politique [En ligne], 81 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://mots.revues.org/734

Haut de page

Auteur

Jacques Guilhaumou

Université de Marseille, ENS-LSH, CNRS (Triangle)
guilhaum@newsup.univ-mrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page