Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Chroniques
Des mots en politique

Préfixes branchés de la communication1

Maurice Tournier
p. 131-138

Texte intégral

  • 1 La presse dépouillée comprend essentiellement : LM (Le Monde), MD (Monde diplomatique), L (Libérati (...)
  • 2 Il faudrait aussi faire un sort aux adjectifs de même provenance. Par exemple électronique (de la r (...)

1Un trait original du discours « branché », repris dans les journaux, est la formation de néologismes sur des bases issues de termes ultratechniques tronqués et de rare utilisation, dans le champ sociopolitique, jusqu’à la fin du siècle. Le phénomène concerne plus particulièrement quatre formants relevant des nouvelles techniques liant l’automatisme et la communication : télé-, média-, vidéo-, cyber- et, encore plus récemment, de curieuses (et éphémères ?) formations franglaises, non encore identifiées par les dictionnaires français, en net-, en inter-, en info-, en web-, voire à partir du e- d’electronic (voyelle prononcée à l’anglaise [î]) 2.

2Le développement de la communication rend productive, dans le domaine social et politique, toute une série de formants de type savant, évoquant les nouvelles technologies à partir de bases grecques ou latines.

  • 3 C. Ockrent, Duel. Comment la télévision façonne un président, Hachette, 1988, p. 14.

3Télé- est à la fois un véritable préfixe issu du grec (têlé, « loin », « à distance ») et dont l’usage remonte au début du 17e siècle (télescope) et aujourd’hui, très souvent mais pas obligatoirement, une abréviation de téléphone et surtout de télévision (1900) : « Toutes les démocraties occidentales sont entrées dans l’ère de la télécratie » 3. Dans le champ sociopolitique, c’est une floraison de termes nouveaux. Mais parfois il n’est pas aisé de départager les deux types de formants l’un de l’autre.

  • 4 Voir RH, p. 2093-2095.
  • 5 « Ces pressions grandissantes allant dans le sens du développement de la “télébanlieue” ne feront q (...)
  • 6 « Le 21e siècle sera l’ère du télétravail mais aussi de la télévie » (Ettighoffer, 1995).

4À la souche adverbiale peuvent se rattacher – après une salve « technique » au 19e siècle (télégramme, téléphone, télépathie, etc.) et celle de l’immédiat après-guerre (télex, télécommande, téléguider, etc.) 4 – les termes sociaux de : télécommunications, télé-enseignement, téléscripteur et télédictage, téléconférence (B. Quemada 1974), télé-informatique et télématique (S. Nora 1977), télébanlieue et télébanlieusard 5, « téléassistante : des secours par téléphone » (MNC 1989), téléréunion (LM 24.1.1991), télécommuniquer 1993, télévote (E. Neveu 1994), téléachat, télétravail (travail à domicile) 6, télétravailler, téléperquisition, télésurveillance, etc.

  • 7 De la même manière, un nouveau préfixe micro- est l’abréviation de micro-ordinateur : voir microfil (...)

5De la souche substantivale (la Télé) 7 on peut faire dépendre : téléspectateur 1949, télégénique 1961, et ces mots des années 1970 : télévisionné, télédrogue et télédrogué (drogué de télévision et non drogué à distance… quoique), téléculture, télectoral (mot-valise : télévision + électoral, Quotidien de Paris, 29 avril 1974), télémanie, télépoliticien (R.G. Schwartzenberg 1977) ou des années suivantes : télévore, télé-démocratie (C. Ockrent 1988, calque de teledemocracy), télévangéliste (prêcheur utilisant la télévision) et télécoraniste (id.), télé-guerre, « le télé-secteur de l’info-spectacle » (MD avril 1997), télépopulisme, -iste (populisme télévisuel, P.-A. Taguieff 1998), « télérévolte en Serbie » (L 23 mars 2000), télé-poubelle, etc.

  • 8 Voir J. Jouët, L’écran apprivoisé. Télématique et informatique à domicile, Réseaux, 1987, p. 25.

6Une troisième souche a, un temps, été fournie par télétel et minitel, jusqu’à parer les « messageurs » du nom de minitélistes 8. Mais à quoi correspondent des formations comme : téléjournal (presse de télévision ou presse passant par le minitel ou le « net » ?), ou le mot télécratie 1971, qui désigne tantôt le spectacle télévisuel offert lors d’une élection, tantôt une consultation « démocratique » effectuée par sondages, ou encore se télé-informer (s’informer le plus souvent grâce à la télévision mais de plus en plus, après le minitel, par internet) ? « L’intégration du téléviseur et de l’ordinateur, via le réseau Internet, fera de l’appareil de télévision de demain un organe de télé-action » (MD aout 2000). Ces cas à sens double, à référent glissant ou relativement indécidables, montrent que l’origine première du formant tend à s’estomper dans la compétence des néologues. Il en reste le préfixe télé- que connotent les ambitions, les rêves et les dangers de la « société de communication »…

  • 9 F. Ramirez, C. Rolot, Choisir un président. Vérités et mensonges d’une image télévisuelle, Ramsay, (...)

7À la même sphère de valeurs appartient le formant média- (substantif anglais media, RH 1923). Celui-ci vient du pluriel latin de medium (moyen, milieu) et passe en français par l’entremise de l’anglicisme mass-media (RH 1953) ; il désigne, lui aussi, les moyens modernes de communication de masse : « Nous vivons dans l’ère des médias » 9.

8Dans le domaine sociopolitique se sont répandus des termes dont le nom média forme soit le centre, soit une base préfixée. On enregistre au cours des années 1970-1990 des formations comme : médiatique, médiathèque, médiatiser, « une société médiatisée » (Le Matin 19 décembre 1980), non médiatisé, médiatisation, supermédiatisé, surmédiatisé, -isation, multimédiatisé, médiatisable, médiologie, -ique et médiologue, (R. Debray 1980, mots formés sur médio-, tiré de medium), mass-médiatique (id.), « politique mass-médiatisée », média-démocratie, médiacrate, médiacratie, -cratique, « État médiatique ou, plus exactement, médiagogique » (R. Debray 1989), médiatisme (J. Piel 1989), « consensus médiatico-universitaire » 1989, médiacentrisme 1991, médiastroïska (MNC 1991), médiavores 1997, etc.

  • 10 Les « accusations vidéo-posthumes de Jean-Claude Méry » (Télérama, 6 décembre 2000, p. 80).

9Le formant vidéo-, à l’instar de média, a pu se muer en substantif (un vidéo RH 1955, la vidéo RH 1960, art vidéo 1963, vente en vidéo 2001) et c’est ce substantif, issu d’une forme verbale latine (« je vois ») et devenu soit base préfixée, soit base à suffixations, qui se retrouve dans les termes datant des années 1970-1990 de : vidéo-gazette, vidéocratie (R. Debray 1980), vidéotex, vidéo-société (NO 17 octobre 1991), vidéopolitique, vidéo-surveillance, vidéologie (MD aout 1998, mot-valise : vidéo + idéologie), vidéo-meurtre, vidéo-arbitrage, vidéo-posthume 10, etc. Les créations par changement de la base préfixée sont nombreuses : vidéaste est formé sur le patron de cinéaste ; vidéophone sur celui de téléphone ; vidéothèque, comme médiathèque, sur celui de bibliothèque ; vidéophobie vient s’ajouter à la liste de nos -phobies. Dans d’autres cas, il semble s’agir du passage d’un adjectif invariable postposé à une position de préfixe, à l’imitation de la construction anglaise ; c’est ainsi que cassette vidéo se transforme en vidéocassette, disque vidéo en vidéodisque, etc. Dans le champ sociopolitique, cette inversion est immanente : la sphère des médias (qui se substitue à la sphère de l’imprimé) est appelée par R. Debray la vidéosphère, face à la graphosphère (1991). Ajoutons à cela que les mots suivent à toute allure l’évolution de la technique : un terme comme visioconférence (LW) est en train de se substituer à téléconférence et à audioconférence (1986).

  • 11 Y compris les structures qui gouvernent la langue (voir Shaumjan et ses « modèles cybernétiques de (...)
  • 12 À partir de l’ouvrage de N. Wiener, Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the (...)
  • 13 Terme situationniste de 1966, repris dans De la misère en milieu étudiant, Genève, éd. Zoè, mars 19 (...)
  • 14 Calque de cyberspace (1984). Voir J. Colombain, Internet, Milan, 2000, p. 20.
  • 15 Dans Témoignage chrétien, 9 avril 1998.
  • 16 G. Otman, Les mots de la cyberculture, Belin, 1999.
  • 17 Voir LM 7 mai 1998.

10Quant au plus mystérieux (du point de vue sémantique pour le commun des francophones) d’entre ces formants « communicationnels », cyber-, il est né soit d’une troncation française de cybernétique (Ampère 1834, du grec kubernêtikê, art de gouverner) 11, soit d’emprunts directs à l’anglo-américain 12 (voir « être cyber », « parler cyber », RFI 27 mars 1998). Quoi qu’il en soit, la diffusion des termes anglais a déclenché en français une série novatrice qui n’en est qu’à ses débuts. C’est « l’ère cyber », le « sabir cyber », le « monde cyber », voire « le cyber » tout court. On observe, dans le domaine social et non seulement technique, l’arrivée au cours des années 1970-2001 de : cybernétisme 13, cybermonde ou cyberespace 14, cybernaute, cybercafé, cybérie, pro-cyber, cyberlecteur, cyberscolarité, cyberimpôt, cybercommerce (ou « commerce électronique », L 7 mai 1998), cyberspectateur, cybermensonge, « cyberloterie immobilière » (L 24 juillet 1998), cybergourou, cyberjunkie, cyberpunk (ou technolibertaire), cyber-putsch, cybernazisme, cyberconflit, « Boris cyberstar » (L 1 octobre 1998), « super dictature, cyber guerilleros » 15, cyberculture 16 et cyberculturel, cyberdémocratie, cyber-marchands, cyberenseigne, cyber-achats, cyberenchères, cyber- monnaie, cybercampagne publicitaire, cyberéconomie, « Une cyberpétition est ouverte sur le web » (LM 5 octobre 2000), « édifier la cyber-Europe » (L 23 mars 2000), cyberguerre, cyberdiffusion, cybersexe, cyberreligion, cybercriminel et cybercriminalité, cyberdélinquant et cyberdélinquance, cyber-langues, cybertrace, cybercité, cyber-résistant et cyber-résistance, cybermaire, cyberpolice, voire cyberflic, etc. On graffitait déjà en mai 1968 : « En attendant la cybernétique, les flics ! » 17.

  • 18 Raccourci de « Interconnexion of Networks » ou de « Interconnecting Network » (voir LW). Premier ré (...)
  • 19 WWW (World Wide Web) ou Web (1990) : « Toile Planétaire d’information développée en Suisse par le C (...)
  • 20 Lire, avril 2000, p. 55.
  • 21 Inter- a aujourdhui deux origines, le préfixe issu du latin qu’on trouve dans international 1802, l (...)
  • 22 C. Duigou, « L’infocentre ou l’irrésistible ascension de l’informatique individuelle », Bulletin CI (...)
  • 23 Voir le « marché international des inforoutes et du multimédia de Montréal » (Lire, avril 2000, p. (...)
  • 24 Voir J. Colombain, op. cit., p. 25.
  • 25 « Cyberculture. Le Web s’est enrichi d’une multitude de magazines en-ligne, qu’on appelle aussi e-z (...)

11De nouvelles séries entées sur net (raccourci de network, réseau) ou Internet 18 (tronqué en inter-), sur info- et sur web- (traduit par « la Toile ») 19 paraissent s’annoncer avec net-économie (L 29 aout 2000) ou netéconomie (LM 15 septembre 2000), netgénération (ibid.), netiquette, mot-valise désignant des règles de communication (LW) et de « nommage », comme on dit aujourd’hui, mot abrégé en NTK « charte déontologique des internautes » 20 internaute, interespace, interactif 21, infocentre 22, inforoute 23, info riches et info pauvres 24, site-web (ou site tout court, prononcé à la française), webzine et webmestre 25, web-résistance, webfiction, etc. « La solitude du cyberespace déprime les internautes » (LM 2 septembre 1998). À quand l’âge du « tout-internet » ? (Ph. Breton, LM 12 janvier 2001).

  • 26 On a d’abord dit, à l’américaine, e-business (parfois lui-même réduit à eb), puis commerce électron (...)
  • 27 Ou encore « démocratie électronique » (Hermès, 26-27, 2000).
  • 28 On parle aussi d’« urne électronique » (L 1 novembre 2000).
  • 29 « Association pour le développement des e-procédures », qui vise à « faire passer toutes les tâches (...)
  • 30 C’est en juin 2000 que « le Conseil européen adoptait l’initiative e-Europe, pour mettre l’Union eu (...)
  • 31 Voir Actes du colloque de Besançon, dans Cahiers de lexicologie, 3, Didier-Larousse, 1962.
  • 32 « Le lancement de l’e-book français, le Cybook de la société Cytale, était programmé pour le Salon (...)

12Mentionnons, enfin et surtout, la mode franglaise qui foisonne depuis l’an 2000 en lançant des constructions par préfixation de l’adjectif electronic tronqué en e-. Libération titre, le 29 aout 2000 : « Le cyber-libraire américain inaugure aujourd’hui “Amazon.fr”. L’e-commerce 26 en quête de profits », tandis que Le Monde du 6 septembre désigne une candidate aux élections libanaises, qui soutient un projet de Cité de l’informatique, de la manière suivante : « Beyrouth. Une e-candidate a fait chuter le chef du gouvernement ». On se sert des mots et des choses, tel Jérémie Lefebvre, « créateur du premier e-syndicat », qui « dénonce les conditions de travail dans les start-up » et agit au nom d’» Ubi Free, le premier syndicat virtuel » (L 1 novembre 2000). On s’illusionne : « La e-démocratie [ou “démocratie en continu”] 27 peut vaincre la désaffection du politique » (L 21 avril 2000) 28. On se méfie : « L’actuel bric à brac de clichés journalistiques (e-démocratie, e-élections, politique.com, citoyens interactifs, etc.) n’est pas sans rappeler l’ancien discours sur les radios libres… » (MD aout 2000) ; « le e-vote [ou “vote en ligne”] réclame un niveau de sécurité bien supérieur à celui du e-commerce » (Canard enchainé, 21 mars 2001). On redoute les e-farces (LM interactif, 17 janvier 2001). On craint surtout de ne pas être à jour : « Où serez-vous pour la révolution des e-services ? » (NO 14 septembre 2000). On en rajoute aussi, et voici la e-éducation, à côté du cyber-professeur, les e-procédures de l’Adep 29, les e-repreneurs des start-up devenues start-down (LM interactif 17 janvier 2001) ; on retombe « du e-boom au e-krach » (LM dossiers février 2001), etc. Bref, on baptise : Le Monde économique titre « Un laboratoire d’idées pour l’e-Europe » 30. Le « livre électronique », annoncé dès 1961 par le R.P. Busa, du Centre biblique de Gallarate 31, deviendra-t-il le e-livre, à moins que ne triomphe l’appellation d’e-book, déjà très implantée dans la presse spécialisée, soit formulée comme telle au salon du Livre de 2001, soit transformée en Cybook 32, à la franglaise, soit encore naturalisée sous la forme d’i-bouque, à l’instar du Canard enchainé ?

  • 33 F économie, 22 février 2001 : iBazar est « le leader français des enchères sur Internet créé en oct (...)

13Remarquons, en effet, que le e- préfixé peut s’écrire en français, comme il se prononce en anglais, i, depuis le lancement de l’ordinateur « iMac » sur le marché français au début de 1998. Exemples : « Christian Dutoit, directeur général de i-télévision (Groupe Canal +), a affirmé /…/ qu’il veillera à ce que France Télévision n’obtienne pas de dotation supplémentaire… » (L 11 janvier 2001) ; « Vous prendrez bien un bout de i-télévision ? » (L 22 janvier 2001) ; « Avec l’i-mode, les Japonais ont une longueur d’avance… » (LM interactif 17 janvier 2001). Est-ce l’indice d’un début de francisation ? Un clivage, en effet, parait s’être créé entre les deux préfixes tronqués, au niveau des titres et des marques : « Concentration dans le secteur des enchères en ligne. iBazar cède aux avances d’eBay. Plus rien ne s’oppose au rachat d’iBazar par le géant américain eBay. » On observera ici que la préfixation en i- est faite pour l’entreprise française et celle en e- pour son repreneur américain 33.

  • 34 Il faudrait aussi parler des suffixations tronquées précédées d’un point, telle .com, qui vont au-d (...)

14La mode s’étend même plus loin, avec d’autres préfixations apocopées, le m-, par exemple, qui raccourcit mobile, ou le g- qui synthétise gène : « Le m-commerce, nouvel eldorado /…/ Ces ingrédients permettent au Japon de se placer en tête du m-commerce, le commerce électronique de la mobilité /…/ Le business model qui se met en place au Japon fait converger trois sphères, celle du téléphone mobile, celle de l’Internet fixe et celle des magasins de proximité » (LM dossiers février 2001) ; « Les prémices d’une nouvelle nouvelle économie, que l’on pourrait baptiser g (pour gène) -business, apparaissent » (LM 6 décembre 2000) 34. Chimie morphologique ou alchimie du verbe ?

  • 35 Voir J. Colombain, op. cit., p. 8.
  • 36 « Au bureau, les sites consultés et les mails échangés peuvent vous causer de sérieux ennuis » (F 1 (...)
  • 37 Une série de verbes franglais en -er entre en concurrence avec des substituts français : surfer-nav (...)
  • 38 Réflexion d’une Cyber mamie : « J’aime bien recevoir des émails de mes petits-enfants » (Télérama, (...)

15Il est intéressant d’observer comment le français, dès l’apparition de ce genre de formation (1997), a commencé à se battre contre lui en promouvant soit, comme au Québec et en Belgique, l’usage de courriel, courriéler, courriéliser au lieu et place du e-mail imposé par les constructeurs et les habitudes marchandes, soit, suivant une recommandation de l’Académie française, après l’échec d’adèle (« Adresse électronique »), l’usage du mot mél ou mel (abréviation-valise de « message/messagerie électronique » et prononciation française possible de mail), soit la postposition du e- dans courrier-e 35, soit tout simplement le terme mail (prononcé mèl) sans préfixe 36 pour désigner tout courrier électronique 37 soit encore la transcription vocale de la lecture populaire : émail, comme le vernis vitrifié d’un bijou 38… L’habitude d’une préfixation en e-, en i- ou en é- se prendra-t-elle ou une francisation complète lui sera-t-elle substituée ? Laissons faire l’usage, disent les sages, qui en ont vu passer d’autres…


*

16Mais ces sages ont-ils compris qu’une mode qui dure ne concerne pas seulement l’alternance des codes dans le discours ; elle peut transformer jusqu’à la morphologie d’une langue ? C’est le cas dans le domaine de l’antéposition. Si l’adjectif invariable préposé – type social-démocrates, national-populistes –, qui a tendu à s’installer dans le jargon journalistique, est entré en conflit avec la francisation de sociaux-démocrates (ou socio-démocrates) et nationaux-populistes, qui semble l’emporter, le raccourci en e- et i- d’électronique avec préfixation, que l’on trouve dans e-candidat, e-élection après e-mail, entraine la prolifération actuelle d’une série déviante par rapport aux habitudes structurelles du français. Les réactions dispersent maladroitement leurs efforts. Ce ne serait pas si grave, au fond, si cela ne traduisait le fait que le discours politique et, bien au delà, certaines habitudes sociales paraissent de plus en plus à la remorque des facilités, des modes et des perversions « globalisantes » de l’économie publicitaire… Qui fera un jour le départ entre l’emprunt régénérateur nécessaire et la colonisation linguistico-économique ?

  • 39 C. Hagège, Halte à la mort des langues, Odile Jacob, 2000, p. 104.

« L’emprunt n’est pas en soi une cause de l’extinction des langues. Il en est un signe inquiétant lorsqu’il est envahissant »39.

Haut de page

Notes

1 La presse dépouillée comprend essentiellement : LM (Le Monde), MD (Monde diplomatique), L (Libération), F (Le Figaro), NO (Nouvel Observateur). Le sigle RH réfère au Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, éd. 1995 ; le sigle MNC réfère à B. Quemada dir., Mots nouveaux contemporains, Klincksieck, 1993 ; le sigle LW réfère au Lexique Wanadoo, 2000. Chaque attestation peut être datée et référencée ; mais ces indications ne signaleraient pas forcément une première datation ; elles correspondent à un emploi intéressant répertorié dans le fichier lexicologique de l’UMR 8503 de l’ENS de Lyon (ancien « Labo de Saint-Cloud »).

2 Il faudrait aussi faire un sort aux adjectifs de même provenance. Par exemple électronique (de la révolution électronique à la rédemption électronique, en passant par la sociabilité électronique, voire le flirt électronique, 1987, etc), numérique, aujourd’hui présent dans des lexies comme « homme numérique » (Négroponte 1995), « révolution numérique », « pensée numérique » (MD aout 2000), « espace numérique » (C. Tasca, aout 2000), « fossé numérique » (trou dans la couverture télécommunicative engendrant une inégalité entre les riches, rentables, et les pauvres, non rentables, L’Hebdo des socialistes, 20 octobre 2000), nommé aussi « barrière numérique », « fracture numérique » (L. 6 décembre 2000), digital, comme dans cette « fracture digitale » qui « passe entre ceux qui sont digitaux et les vieux » (LM économie 9 janvier 2001). « La révolution numérique en cours dans les pays développés ajoutera-t-elle à la fracture sociale une fracture digitale ? » (LM dossiers, février 2001). Autre exemple, virtuel : commerce virtuel, pasteur virtuel, diaspora virtuelle, guerre virtuelle, démocratie virtuelle, salon virtuel, etc.

3 C. Ockrent, Duel. Comment la télévision façonne un président, Hachette, 1988, p. 14.

4 Voir RH, p. 2093-2095.

5 « Ces pressions grandissantes allant dans le sens du développement de la “télébanlieue” ne feront que s’accentuer /…/ et créeront des retards dans les déplacements des banlieusards » (A. Toffler, La 3ème vague, trad fr., Denoël, 1980, p. 250-253).

6 « Le 21e siècle sera l’ère du télétravail mais aussi de la télévie » (Ettighoffer, 1995).

7 De la même manière, un nouveau préfixe micro- est l’abréviation de micro-ordinateur : voir microfilm, microcinéma : « La plupart des microfilms sont des animations… » ; « Le microcinéma, visible sur un micro-ordinateur et de petit format, comme l’appelle Pascal Desfarges /…/ n’est pas du cinéma » (LM interactif 21 mars 2001).

8 Voir J. Jouët, L’écran apprivoisé. Télématique et informatique à domicile, Réseaux, 1987, p. 25.

9 F. Ramirez, C. Rolot, Choisir un président. Vérités et mensonges d’une image télévisuelle, Ramsay, 1987, p. 9. Media a donné un nom commun singulier dès 1965 (« Un nouveau média, la télévision », LM 9 mai 1965). Aujourdhui, avec la recommandation de l’Académie (1990), le pluriel prend un s ; mais il est resté quelques années un pluriel latin de medium : « un champion des média, c’est-à-dire des grands moyens de communication » (R. Beauvais, Le français kiskose, Fayard, 1975, p. 193). Singulier aussi : le multimédia 1996.

10 Les « accusations vidéo-posthumes de Jean-Claude Méry » (Télérama, 6 décembre 2000, p. 80).

11 Y compris les structures qui gouvernent la langue (voir Shaumjan et ses « modèles cybernétiques de la grammaire » dans « La cybernétique et la langue », Diogène, 51, 1965, p. 152).

12 À partir de l’ouvrage de N. Wiener, Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine, Cambridge Massachussets, MIT Press, 1948, puis Hermann, 1948. Voir L. Couffignal, La cybernétique, PUF, 1963.

13 Terme situationniste de 1966, repris dans De la misère en milieu étudiant, Genève, éd. Zoè, mars 1976, p. 11.

14 Calque de cyberspace (1984). Voir J. Colombain, Internet, Milan, 2000, p. 20.

15 Dans Témoignage chrétien, 9 avril 1998.

16 G. Otman, Les mots de la cyberculture, Belin, 1999.

17 Voir LM 7 mai 1998.

18 Raccourci de « Interconnexion of Networks » ou de « Interconnecting Network » (voir LW). Premier réseau interconnecté : l’Arpanet de l’armée américaine (1969).

19 WWW (World Wide Web) ou Web (1990) : « Toile Planétaire d’information développée en Suisse par le Centre européen de recherche nucléaire (CERN) » (LW).

20 Lire, avril 2000, p. 55.

21 Inter- a aujourdhui deux origines, le préfixe issu du latin qu’on trouve dans international 1802, l’apocope du nom Internet qu’on trouve dans certains emplois d’interactif : voir « Le Monde interactif [1998] permet au Monde d’imposer sa marque dans le paysage de l’Internet francophone » (LM février 2001).

22 C. Duigou, « L’infocentre ou l’irrésistible ascension de l’informatique individuelle », Bulletin CIMAB, 1984.

23 Voir le « marché international des inforoutes et du multimédia de Montréal » (Lire, avril 2000, p. 55).

24 Voir J. Colombain, op. cit., p. 25.

25 « Cyberculture. Le Web s’est enrichi d’une multitude de magazines en-ligne, qu’on appelle aussi e-zines ou webzines, comme on voudra /…/ Cela donne un webzine original et décapant /…/ avec des rubriques comme “cyber-andouilles”, “cyber-pognon”, “cyber-parano”, “cyber-conseils pour vivre” /…/ Ils revendiquent une création collective sans webmestre principal ni ligne éditoriale attitrée » (Terminal, 74, été-automne 1997, p. 166-167). Un suffixe -zine semble s’être dégagé de la série : voir fanzine.

26 On a d’abord dit, à l’américaine, e-business (parfois lui-même réduit à eb), puis commerce électronique (« Le commerce électronique ou le e-business, c’est le commerce inter-entreprises ou le commerce de détail /…/ En Europe le commerce électronique devrait représenter un marché de 64 milliards de dollars », Entreprendre, 129, janvier 1999) et commerce en ligne (L 23 mars 2000), marketing en ligne (L 21 mai 1998), cyber-commerce (voir plus haut), etc. Les choses cherchent leur nom. Les mots tâtonnent. Rien n’est encore fixé.

27 Ou encore « démocratie électronique » (Hermès, 26-27, 2000).

28 On parle aussi d’« urne électronique » (L 1 novembre 2000).

29 « Association pour le développement des e-procédures », qui vise à « faire passer toutes les tâches administratives du règne du papier à celui d’Internet » (LM économie 9 janvier 2001).

30 C’est en juin 2000 que « le Conseil européen adoptait l’initiative e-Europe, pour mettre l’Union européenne sur les rails de la société de l’information » suite à un rapport intitulé e-Europe 2002, une société de l’information pour tous (LM économique, 9 janvier 2001).

31 Voir Actes du colloque de Besançon, dans Cahiers de lexicologie, 3, Didier-Larousse, 1962.

32 « Le lancement de l’e-book français, le Cybook de la société Cytale, était programmé pour le Salon du Livre de Paris, en mars » (L 16 décembre 2000). L’abréviation de cyber en cy préfixé a commencé en France avec Cylibris en 1996, qui pratique l’« e-doc » (LM interactif, 17 janvier 2001).

33 F économie, 22 février 2001 : iBazar est « le leader français des enchères sur Internet créé en octobre 1998 », commente le journaliste.

34 Il faudrait aussi parler des suffixations tronquées précédées d’un point, telle .com, qui vont au-delà du nom propre : voir les entreprises.com, les dot.com, dans Le Monde du 8 novembre 2000. L’abréviation tend même à devenir mot à part entière pour désigner les start-up (ou « jeunes pousses ») : « Faute de fonds propres et de résultats, les .com les plus faibles ont dû fermer leurs portes /…/ Dès la chute d’une .com, les chasseurs de têtes s’empressent auprès des précieux chômeurs » (LM 5 septembre 2000). Ce type de suffixation vient des marques d’aiguillage qui gèrent les adresses électroniques : .com, .org, .net, .info, .coop, etc. (L 7 mars 2001).

35 Voir J. Colombain, op. cit., p. 8.

36 « Au bureau, les sites consultés et les mails échangés peuvent vous causer de sérieux ennuis » (F 18 janvier 2001) ; « Le mail en mal de réponses. Quoi de plus agaçant /…/ qu’un mail qui reste lettre morte ? » (LM interactif, 21 février 2001). [e-mail] « a donné le verbe mailer, employé pour écrire un mail » (Lire, avril 2000, p. 54).

37 Une série de verbes franglais en -er entre en concurrence avec des substituts français : surfer-naviguer-pianoter, hacker-bidouiller, craquer-pirater ou démolir, mailer-courriéler-messager (messageur 1987), dialer-dialoguer, chater-bavarder (chat-room, espace de discussion), éraser-effacer

38 Réflexion d’une Cyber mamie : « J’aime bien recevoir des émails de mes petits-enfants » (Télérama, 24 novembre 1999).

39 C. Hagège, Halte à la mort des langues, Odile Jacob, 2000, p. 104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Tournier, « Préfixes branchés de la communication », Mots. Les langages du politique [En ligne], 68 | 2002, mis en ligne le 30 avril 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://mots.revues.org/7213

Haut de page

Auteur

Maurice Tournier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page