Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Chroniques
Des mots en politique

Évolution, développement, révolution. Que de désinvoltures !

Maurice Tournier
p. 159-165

Texte intégral

1La racine indo-européenne *wel-, *wel-w, « rouler, faire tourner », où s’originent aussi bien la voute, la volute que la valse, la volte et, grâce aux Italiens, la révolte, est à la base de la famille latine de volvere, volutus, « rouler ».

2Des préfixes multiples ont semé en latin une riche famille de verbes et de substantifs, tels convolvere, « rouler ensemble, s’enrouler » avec, pourquoi pas, « convoler » ; involvere, « rouler vers l’intérieur » ou « envelopper », d’où vient involucion (1314), involution (1371), « enroulement » puis « développement inverse de ce qui constitue l’évolution » (Robert historique). Il y a aussi le verbe devolvere, « rouler, faire rouler vers le bas, précipiter, entrainer, échoir », d’où dévolu et dévolution. Les deux préfixes combinés, in- et de-/dis-, ont donné l’italien qu’on trouve chez Rousseau, disinvoltura (Nouvelle Héloïse, 1761), où leur contraction-contradiction, repli sur soi et négation du repli, explique la « désinvolture », qui est primitivement l’acte de dérouler ce qui a été enroulé et sert à désigner l’acte de révéler le fond de quelque chose sans porter attention aux bienséances, aux susceptibilités ou aux protections, bref à délivrer d’un enroulement. Cette valeur, plus positive que péjorative jusqu’au 19e siècle (chez Balzac, Musset, Stendhal), met en relief la liberté d’une parole libre. Pour le 20e siècle, plus prude, la désinvolture frisera l’inconvenance.

3Devolvere n’a pu qu’en partie donner développer, et involvere donner envelopper. Il s’en faut des deux p. On a pu expliquer cet ajout par un curieux croisement avec un nom bas-latin, faluppa, « balle du blé, brins de paille, fibres » — voir felpe, ferpe, d’où viennent frepe puis fripe, chiffon. De ce croisement viendrait, mais ce n’est qu’une supposition d’étymologiste imaginatif, l’ancien français voloper (et le provençal volopar), qui aurait abouti, après addition des préfixes, à enveloper (10e siècle) et desveloper (12e siècle), pour dire « faire rouler vers le dedans en enfermant et faire rouler vers le dehors en étendant ». Desveloppement (au 15e siècle) a donc pour sens concret à l’origine « l’extension de ce qui était roulé sur soi-même ». Puis, à partir du 17e siècle, les termes ont pris les valeurs de « dégager, éclaircir, révéler » et, de plus en plus, d’« accroitre, agrandir, épanouir » : « Il faut développer ce mystère à vos yeux » (Racine, Esther) ; « Le but du monde est le développement de l’esprit, et la première condition de ce développement de l’esprit, c’est sa liberté » (E. Renan, Souvenirs).

  • 1 1918, Cours d’économie politique, Paris, Sirey, édition revue, p. 319. Mais chez Ch. Gide c’est enc (...)

4L’usage économique date aussi de l’époque classique, par métaphore à partir du développement du corps ou des espèces naturelles, mais il ne s’impose qu’au début du 20e siècle, quand développement semble relayer définitivement essor, voire évolution. « La tendance au développement des entreprises d’État [...] est caractéristique de l’époque actuelle » (Ch. Gide1). Il devient même officiel en toutes langues, lors de la création à Bretton Woods de la BIRD (Banque internationale pour la reconstruction et le développement), le mot ayant été introduit dans le sigle à la demande de l’Amérique du Sud, de l’Inde et de la Chine, c’est dire l’enjeu tiers-mondiste qu’il traduit.

  • 2 Cité dans P. Gilbert, 1971, Dictionnaire des mots nouveaux, Paris, Hachette-Tchou, p. 504.
  • 3 L. Chetouani, 1994-1995, Rapport Lexicométrie et discours politique. Conférence des Nations Unies s (...)
  • 4 Calque de sustainable development (1980). Voir L. Chetouani, 1994, « Des mots pour protéger notre e (...)
  • 5 Voir Critique socialiste, 1973, n° 13-14, Paris, Syros, p. 101 ; J.-M. D’Ans et al., 1972, De l’eth (...)

5Puis le développement, d’action d’accroissement ou d’expansion, est devenu acquis constatable. À partir de là, on a pu distinguer pays développés et pays sous-développés, voire non développés (1964). Cela est récent. Il s’agit de calques. Sous-développé et sous-développement n’entrent guère en usage avant les années 1960, précédés par l’anglais underdevelopped. Définition : « Un pays est sous-développé s’il n’utilise pas ses ressources en richesses naturelles selon les méthodes les plus économiques de la technologie contemporaine » (R. Gendarme, L’économie de l’Algérie, 1959)2. Pourtant la psychologie sociale a ses droits : ces mots, pris en grippe par les pays qu’ils qualifiaient, sont de nos jours, dans les écrits officiels internationaux, de moins en moins utilisés. On a pu constater, lors d’une analyse des traductions françaises des contributions au « Sommet de la Terre » de Rio (1992), qu’aux lexies « pays développés » ou « pays industrialisés » c’était les lexies « pays en développement » ou « pays en voie de développement » qui répondaient3. Diplomatie oblige. Le sous-développé, senti péjoratif, est — lexicalement ! — condamné. Il en est tout à fait différemment de développé et développement. Ce dernier s’est imposé comme mot clé tiers-mondiste en devenant durable4, c’est-dire « viable, acceptable et stabilisateur ». Des néologismes fleurissent autour de lui, dont, en 1972, les calques ironiques des desarollismo et desarollistas d’Amérique latine: développisme, développiste, développementiste, développementeur (ou développe-menteur)5

  • 6 Citations dans Z. Sternhell, 1978, La droite révolutionnaire, Paris, Le Seuil,p. 166.

6À involvere s’opposait aussi le verbe evolvere, supin evolutum, « rouler vers l’extérieur », donc « s’étendre, progresser », qui a donné le substantif evolutio(nem). Emprunté tardivement (1536), le mot technique d’évolution désignait l’action d’évoluer, avec le sens de « manœuvre tournante » ou de « changement de cap », aux 16e et 17e siècles dans des emplois militaires ou maritimes ; aux 18e et 19e siècles, avec le sens élargi de « changement », il est devenu un terme des sciences naturelles puis de la philosophie, de Darwin (évolution-sélection) à… Bergson (évolution créatrice). C’est à partir d’évolution que la théorisation de la transformation des espèces (Lamarck, Saint-Hilaire) et l’influence de la sociologie spencérienne ont suscité l’étiquette évolutionnisme (1873). Prenant la suite de transformisme (1867), celle-ci a servi àlabelliser une doctrine, muée en idéologies, qui s’est généralisée à l’homme et à la société au cours du 19e siècle, et dont le darwinisme social puis, de nos jours, la sociobiologie ont accentué jusqu’au racisme eugéniste la notion de « sélection naturelle ». Au tournant des siècles, Vacher de Lapouge, prétendant instaurer une « politique scientifique », martelait son crédo : « Toute l’évolution sociale est dominée par la sélection » (Les sélections sociales, 1896) ; «Aux fonctions de Justice, d’Égalité, de Fraternité, la politique scientifique préfère la réalité des Forces, des Lois, des Races, de l’Évolution. Malheur aux peuples qui s’attardent dans les rêves ! » (L’Aryen, 1899)6.

  • 7 Cité par P.-A. Taguieff, 1988, La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La (...)
  • 8 1900, Dialogues à Byzance, Paris, la Revue blanche, p. 90.
  • 9 Cité dans A. Liesse, 1894, La question sociale, Paris, Flammarion, p. 71. L’auteur parle des « soci (...)

7Évolution : voilà donc un Janus archi-ambigu, qui a engendré deux courants contraires : à gauche, celui du Progrès et des Progressistes, hérité du siècle des Lumières, qui mise sur l’enrichissement de l’homme grâce à la connaissance scientifique et à l’éducation (voir Condorcet, 1792, Comte, 1852), à l’extrême droite, celui des sélectionnistes (voir Vacher de Lapouge, 1896) qui s’opposent violemment aux premiers : « Avec le lamarckisme, se réjouit Lapouge en 1909, s’est écroulé l’éducationnisme, et le sélectionnisme est resté maitre du terrain »7. Les uns et les autres utilisent le même substantif-adjectif évolutionniste. Mais, entre ces extrêmes, l’éventail des valeurs est très nuancé. Côté droit, le mot n’a pas que le sens lapougien :Julien Benda opère une distinction beaucoup plus traditionnelle lorsqu’il oppose « les absolutistes et les évolutionnistes », « les premiers s’acharnant à soutenir un édifice délabré, se drapant dans leur solitaire mépris de toute modernité [...], les seconds continuant le lent mouvement d’adaptation commencé par la théocratie intelligente, par Chateaubriand, de Maistre et Léon XIII…»8.Chez les socialistes, autre exemple, on a pu risquer évolutionniste, voire évolutionnaire, pour éviter un trop violent révolutionnaire et caractériser le réformisme actif et pragmatique du pas à pas. Dès 1874, César de Paepe distingue la « méthode évolutionniste » et la « méthode révolutionnaire », affirmant qu’elles se complètent l’une l’autre9. Quant à évolutionnaire, c’est à Jaurès, soutenant en 1900 dans La petite république l’action gouvernementale de Millerand, que nous devons le terme :

  • 10 Cité par G. Lefranc, 1977 (rééd.), Le mouvement socialiste sous la 3e République, Paris, Petite bib (...)

Millerand est resté pleinement fidèle à lui-même [...]. Il a toujours été évolutionnaire, en ce sens qu’il a toujours répudié l’emploi des moyens violents. Ce qui est vrai, c’est que, de plus en plus, le marxisme même détourne les travailleurs des vieilles méthodes révolutionnaires et leur conseille la conquête légale et graduelle du pouvoir par le suffrage universel10.

8Continuant sur cette lancée, Jaurès va jusqu’à risquer, en s’autorisant de Marx, il est vrai, l’apparent oxymore d’« évolution révolutionnaire » :

  • 11 1901, Études socialistes, Paris-Genève, rééd. Slatkine, p. 42. Pour Jaurès, il ne s’agit pas d’un o (...)

Par l’action lente et continue des choses, par cette magnifique évolution révolutionnaire que Marx annonçait, la condition primaire de l’action politique ouvrière s’est réalisée11.

  • 12 Pour une information sur les usages et évolutions du mot, voir A. Rey, 1995, Révolution, histoire d (...)
  • 13 1968, « Emploi du mot révolution dans les traductions françaises des discours de Machiavel », Cahie (...)
  • 14 Cité par G. Mailhos, 1968, « Le mot révolution dans l’Essai sur les mœurs et la correspondance de V (...)
  • 15 Ibid., p. 85.

9On le voit, le label évolution et ses dérivés se prêtent en politique à des courants de pensée très divers, voire totalement antagoniques. En serait-il de même pour révolution12? Le préfixe y indique-t-il un redoublement (comme dans refaire), un retour en arrière (comme dans rapporter) ou une insistance (comme dans renforcer) ? Les trois peut-être. Certes, le verbe revolvere caractérise le retournement du retournement, mais il signifiait surtout en latin « rouler vers l’arrière, revenir au point de départ ». Ce sens originel est encore, par métaphore, celui du mot révolution, cycle, cercle, en astronomie au 12e siècle, en politique au 17e, avant de prendre, avec les révolutions anglaise et surtout française, des valeurs radicales de rupture et de transformation. S’interrogeant sur la vogue du mot révolution au 18e siècle, J.-M. Goulemot13 a montré qu’un corpus homogène (une série de traductions françaises du Prince, courant du 16e au 18e siècle) permettait de mettre en évidence une montée des occurrences caractéristique au moins des années 1780 : aucun emploi du terme de 1571 à 1637, puis un cas, puis deux, enfin 25 occurrences dans la traduction de 1782. Mais, alors que les variazione, mutazione, innovazione, rimocazione et autres expressions italiennes se laissaient traduire jusqu’en 1691 par des équivalents où prédomine le mot changements, nombreuses sont celles qui, en 1782, donnent lieu à une traduction par révolutions (toujours au pluriel, remarquons-le). Que désigne ce terme ? En fait, les inconstances, la roue de la fortune, des dangers, des maux et malheurs, des réformations ou modifications, des nouveautés aussi, donc l’idée de retour et celle de mutation, doublées d’un sentiment plus proche de la crainte que de l’enthousiasme. Voltaire regrettait pourtant d’être trop vieux en 1764 pour voir le « beau tapage » : «Tout ce que je vois jette les semences d’une révolution qui arrivera immanquablement [...]. Les jeunes gens sont bienheureux : ils verront de belles choses »14. Mais il ne s’agit ici que d’une « révolution dans les esprits », par écrasement de l’Infâme. Le bouleversement devient historique, donc politico-social, dans l’Essai sur les mœurs (1753), quand Voltaire s’interroge sur les causes des changements violents qui jalonnent « ce vaste théâtre des révolutions depuis Charlemagne »15.

  • 16 Voltaire : «Le souverain qui passe pour le plus puissant de la terre est en même temps le moins aff (...)
  • 17 Ch. Gide, op. cit., p. 32.
  • 18 Sur la notion de « valeur mémorielle », voir M. Tournier, 2003, Des sources du sens. Propos d’étymo (...)
  • 19 Voir J.-M. Gleize, 1969, « Lecture du motif “révolution” dans Le Rouge et le Noir », Cahiers de lex (...)
  • 20 Dans G. Flaubert, 1869, L’éducation sentimentale, Œuvres, Paris, La Pléiade, vol. 2, p. 142.
  • 21 D. Mayaffre, 2002, « 1789/1917. L’ambivalence du discours révolutionnaire des communistes français (...)

10Le champ d’application et de sémantisation de révolution est donc en train, au milieu du siècle, de s’ouvrir, à la soudaineté16, à la violence, à la radicalité. Le dictionnaire de Trévoux en prendra acte en 1771 : « Ce mot, pris dans le sens figuré, désigne un changement brusque arrivé dans le gouvernement d’un État, dans les affaires publiques, dans les choses du monde ». Arrive la Révolution française, et les « modèles » historiques qu’elle propage avec elle. Est-ce 1789, est-ce 1793 ? De quelles images révolutionnaires s’imprègnent ses usages ? Chacun ses clichés. Pour une définition de révolution qui s’efforce à la neutralité : « brusque déclenchement d’un travail latent et lentement muri »17, que d’utilisations contradictoires ! Témoignages d’écrivains sur ces « valeurs mémorielles »18 : telle occurrence suinte la peur : « S’il y a une nouvelle révolution, tous les nobles seront égorgés », soupire Madame de Rénal19 ; telle autre se gonfle d’enthousiasme : « Les successions collatérales seront abolies, un de ces jours, à la prochaine révolution », proclame le clerc Deslauriers20. Derrière l’usage des mêmes mots glissent des mythes différents. Chez le même émetteur parfois, ce sont les modèles historiques qui se superposent puis se remplacent : ainsi peut-on suivre, dans les emplois de révolution chez M. Thorez, le passage de la Révolution d’Octobre à la Révolution française, d’une rhétorique bolchevique à une rhétorique jacobine21. Tout sens, en politique, ne serait-il pas d’abord une mémoire manipulée ?

Haut de page

Notes

1 1918, Cours d’économie politique, Paris, Sirey, édition revue, p. 319. Mais chez Ch. Gide c’est encore évolution qui l’emporte en fréquence.

2 Cité dans P. Gilbert, 1971, Dictionnaire des mots nouveaux, Paris, Hachette-Tchou, p. 504.

3 L. Chetouani, 1994-1995, Rapport Lexicométrie et discours politique. Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement. Rio de Janeiro, juin 1992, Paris, ADEME.

4 Calque de sustainable development (1980). Voir L. Chetouani, 1994, « Des mots pour protéger notre environnement », Mots, n° 39, Paris, Presses de Science-Po, p. 29, et M. Chansou, 1994, « Développement durable, un nouveau terme clé dans les discours politiques », ibid., p. 99-105. Voir ici même l’article de C. Beaurain, p. 45-59.

5 Voir Critique socialiste, 1973, n° 13-14, Paris, Syros, p. 101 ; J.-M. D’Ans et al., 1972, De l’ethnocide, Paris, 10/18, p. 408 ; C. Rossi, 1972, Révolution permanente en Amérique latine, Paris, Maspero.

6 Citations dans Z. Sternhell, 1978, La droite révolutionnaire, Paris, Le Seuil,p. 166.

7 Cité par P.-A. Taguieff, 1988, La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, p. 302.

8 1900, Dialogues à Byzance, Paris, la Revue blanche, p. 90.

9 Cité dans A. Liesse, 1894, La question sociale, Paris, Flammarion, p. 71. L’auteur parle des « socialistes évolutionnistes », ajoutant que « cette méthode n’est pas acceptée par ceux des socialistes, élèves de Marx, qui n’admettent que la socialisation complète des moyens de production » (p. 69).

10 Cité par G. Lefranc, 1977 (rééd.), Le mouvement socialiste sous la 3e République, Paris, Petite bibliothèque Payot, tome 1, p. 117.

11 1901, Études socialistes, Paris-Genève, rééd. Slatkine, p. 42. Pour Jaurès, il ne s’agit pas d’un oxymore, révolutionnaire étant lié à l’idée de grandes transformations : « Je suis convaincu que, dans l’évolution révolutionnaire qui nous conduira au communisme, la propriété collectiviste et la propriété individuelle, le communisme et le capitalisme seront longtemps juxtaposés. C’est la loi même des grandes transformations » (« Question de méthode », Cahiers de la Quinzaine, cité dans Cahiers Spartacus, octobre-novembre 1948, p. 13).

12 Pour une information sur les usages et évolutions du mot, voir A. Rey, 1995, Révolution, histoire d’un mot, Paris, Gallimard.

13 1968, « Emploi du mot révolution dans les traductions françaises des discours de Machiavel », Cahiers de lexicologie, n° 13, Paris, p. 74-83.

14 Cité par G. Mailhos, 1968, « Le mot révolution dans l’Essai sur les mœurs et la correspondance de Voltaire », Cahiers de lexicologie, n° 13, Paris, p. 84.

15 Ibid., p. 85.

16 Voltaire : «Le souverain qui passe pour le plus puissant de la terre est en même temps le moins affermi sur son trône. Il suffit d’un jour de révolution pour l’en faire tomber », Ibid., p. 86.

17 Ch. Gide, op. cit., p. 32.

18 Sur la notion de « valeur mémorielle », voir M. Tournier, 2003, Des sources du sens. Propos d’étymologie sociale 3, Lyon, ENS Éditions, p. 28.

19 Voir J.-M. Gleize, 1969, « Lecture du motif “révolution” dans Le Rouge et le Noir », Cahiers de lexicologie, n° 14, p. 60-64.

20 Dans G. Flaubert, 1869, L’éducation sentimentale, Œuvres, Paris, La Pléiade, vol. 2, p. 142.

21 D. Mayaffre, 2002, « 1789/1917. L’ambivalence du discours révolutionnaire des communistes français des années 1930 », Mots, n° 69, Lyon, p. 77-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Tournier, « Évolution, développement, révolution. Que de désinvoltures ! », Mots. Les langages du politique [En ligne], 72 | 2003, mis en ligne le 29 avril 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mots.revues.org/6553

Haut de page

Auteur

Maurice Tournier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page