Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Recherches

Parti et syndicat dans l’espace léninien. Les mots de Que faire ?

and the unions in Lenin’s view
Partido y syndicato en el espacio leniniano
Denis Barbet
p. 9-26

Résumés

Si toutes sortes de mots peuvent exprimer une relation hiérarchique, ceux de l’espace s’avèrent très performants. La subordination du syndicat au parti chez Lénine est analysée à partir d’une lecture de Que faire ? (1902). Elle s’organise dans un espace multidimensionnel, autour des oppositions entre avant et arrière, haut et bas, large et étroit, extérieur et intérieur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette citation (p. 11) et le corpus étudié ici sont issus de Que faire ? Les questions brulantes de (...)

1« Petit groupe compact, nous suivons (idiom) une voie (poutj) escarpée et difficile, nous tenant fortement par la main. De toutes parts nous sommes entourés d’ennemis, et il nous faut marcher (idti) presque constamment sous leur feu. Nous nous sommes unis /…/ afin de combattre l’ennemi et de ne pas donner (astoupatsia = faire un faux pas) dans le marais (boloto) d’à côté (sosiedniéié = voisin), dont les hôtes, dès le début, nous ont blâmés d’avoir formé un groupe à part et préféré la voie de la lutte à la voie de la conciliation » 1.

  • 2 A. Besançon, Les origines intellectuelles du léninisme, Paris, Calmann-Lévy, 1977, p. 232.

2Il peut sembler incongru de débuter un article sur la conception léniniste des syndicats par cet extrait de Que faire ? dont les termes ont pu être jugés « inhabituellement lyriques » 2 pour désigner ce groupement qu’est « le Parti ». Pourtant, ces quelques lignes contiennent une métaphore des plus instructives pour notre propos : celle de la marche du détachement d’avant-garde qui, attaqué par l’ennemi absolutiste doit progresser, sur la bonne voie, tandis que d’autres combattants sont restés en dessous de cette voie escarpée, comme enlisés dans le marais voisin… Ces concurrents de Lénine égarés, qui nous le verrons ont « dévié » du bon chemin, représentent notamment les défenseurs de la lutte économique (professionnelle, syndicale, trade-unioniste) comparée plus loin à « l’eau stagnante » (stoïatchej vodié) sur laquelle se forme « la moisissure » du spontanéisme (QF, p. 132).

  • 3 Voir M.-L. Honeste, « De l’empreinte au mouvement », dans A. Vaillant (dir.), Corps en mouvement, P (...)

3Cet extrait, pouvant nous servir de fil rouge, témoigne fort bien de la perception qu’a Lénine des positions (dans l’espace) des uns et des autres. Il renvoie à une figure récurrente : la marche 3 de la civilisation ou du genre humain.

  • 4 Voir F. Châtelet, É. Pisier-Kouchner : Les conceptions politiques du XXe siècle, Paris, PUF, Thémis (...)
  • 5 Ibid., p. 321 (Kautsky) et article « Martynov » de P. Claudel dans Encyclopaedia Universalis 2000.
  • 6 Ibid., p. 323, même si les auteurs citent un manuel publié en 1962 à Moscou et non Lénine lui-même.
  • 7 D. Colas, Le léninisme, Paris, PUF, 1998, p. 81.
  • 8 F. Châtelet, O. Duhamel, É. Pisier, Histoire des idées politiques, Paris, PUF, Mémento Thémis, 1989 (...)

4Il conduit à nous interroger d’abord sur l’évolutionnisme de l’auteur. La question est controversée 4. Un véritable évolutionnisme supposerait en effet une vision unidirectionnelle de l’histoire. Or, la conception de Lénine n’est ni complètement fataliste (la classe ouvrière n’est pas nécessairement révolutionnaire du fait de sa situation économique) ni pleinement téléologique (Lénine conçoit une diversité de chemins). Il oppose à l’attentisme des « économistes » un certain volontarisme politique : si on laisse la classe ouvrière « livrée » à elle-même, sans intervention partisane, la révolution s’éloigne. Lénine se montre en ce sens nettement moins évolutionniste par exemple qu’un Kautsky ou que l’» économiste » Martynov 5. Ces nuances étant apportées, l’auteur se rattache bien à un marxisme eschatologique, admettant la succession nécessaire de stades de développement dans l’histoire de l’humanité et l’existence de lois générales d’évolution des sociétés. Comme s’enchainent logiquement pour lui différentes étapes dans la conscience prolétarienne. D’ailleurs il attaque d’emblée Bernstein qui rejette « l’inévitabilité » du socialisme et « la conception même du but final » (QF, p. 8-9). Il existe donc incontestablement pour Lénine une finalité, on peut dire « un sens de l’histoire », une évolution d’ensemble paraissant inéluctable 6… Mais en même temps, on peut emprunter plusieurs voies, plus ou moins adaptées : l’une d’entre elles, qui passe notamment par la révolution et une période de dictature du prolétariat est la meilleure pour parvenir à un but d’ailleurs assez rarement explicité. Le parti est là pour montrer l’itinéraire approprié, qui n’est forcément pas celui qu’emprunteraient instinctivement les acteurs (le mouvement ouvrier est même spontanément réformiste). Dans son rôle d’agent historique, le parti léniniste est bien « le créateur de la classe et de la lutte de classe » 7, moteur de l’histoire. Il a pour mission de mettre cette histoire dans la bonne direction (la sienne) en « élevant » la conscience ouvrière jusqu’à « l’adéquation avec l’évolution objective d’ensemble » 8 : « orienter (napravitj = canaliser) le mouvement professionnel naissant dans la voie (rouslo = lit d’une rivière) que souhaite la social-démocratie » (QF, p.144).

  • 9 Outre le second élément de la « bible bolchevique », au titre pour nous évocateur : Un pas en avant (...)
  • 10 Plusieurs auteurs considèrent l’économisme comme la version russe du syndicalisme au tournant du si (...)
  • 11 Voir C. S. Ingerflom, Le citoyen impossible. Les racines russes du léninisme, Paris, Payot, 1988, p (...)
  • 12 Sur la faiblesse des syndicats russes à l’époque, voir A. Besançon, o. c. p.180-181. Pour la plupar (...)

5Ensuite, Que faire ? ne constitue qu’un moment dans la pensée de Lénine, notamment syndicale 9. Il s’agit cependant d’un moment fort : non seulement cette brochure est connue pour annoncer les partis communistes modernes, mais elle propose déjà une vision clairement subordonnée du syndicalisme. Ecrite fin 1901-début 1902, elle s’en prend sur un ton polémique essentiellement au courant dit « économiste » de la social-démocratie russe, né des grèves de 1896-1897. Lénine y combat les thèses du Credo et vise particulièrement les journaux Rabotchéié Diélo (La cause ouvrière), Rabotchaïa Mysl (La pensée ouvrière), notamment les camarades « girouettes » (QF, p. 224) Martynov et Kritchevski. Ces « prétendus économistes » sont pris dans la réprobation du révisionnisme et de l’opportunisme de Bernstein. Il leur est précisément reproché de privilégier la lutte syndicale sur la lutte politique, de mettre l’accent sur les intérêts immédiats des ouvriers, de les écarter de la lutte politique et de glorifier la spontanéité des masses 10. C’est la « politique trade-unioniste » qui est visée, ce terme ne désignant pas seulement les syndicats britanniques, mais plus généralement l’organisation spontanée de la classe ouvrière 11. Lénine condamne d’ailleurs d’autres expériences syndicales : allemande, avec les anciens syndicats libéraux Hirsch-Duncker (QF, note 43 p. 50) ; russe, avec les tentatives des « marxistes-légaux » comme Zoubatov et Ozerov (QF, p. 142) 12.

  • 13 D. Colas, 1998, o. c., p. 75. À propos de cette « volte-face », voir également C. S. Ingerflom (o. (...)
  • 14 Sur les effets, peut-être grossis, de ces évènements, voir. M. Liebman. (o. c., p. 41, 44 et suiv.)

6Le Lénine qui s’exprime ici est donc le leader de la « première Iskra » (avant la scission du Parti Ouvrier Social-Démocrate de Russie en 1903). Ce n’est déjà plus le Vladimir Oulianov du milieu des années 1890, car il a abandonné depuis « la thèse de l’auto-engendrement de la conscience de classe » 13. Mais ce n’est pas encore le chef bolchevik devant intégrer l’expérience des soviets de 1905, qui contrariera quelque peu sa vision des rapports entre le parti et le prolétariat 14. Il n’existe pas qu’une conception léniniste des syndicats et celle-ci n’est pas figée en 1902. La révolution d’Octobre, les polémiques de 1920-1922 notamment, entraineront d’autres révisions. En tout cas, on observe une constante chez Lénine, au-delà des variations sur la « neutralité » des syndicats (mais toujours pour en assurer le meilleur contrôle) : ils sont subordonnés au parti considéré comme la force dirigeante (« La social-démocratie dirige la lutte de la classe ouvrière », QF, p. 70) en vertu du principe (« abc » du marxisme pour Lénine) selon lequel la politique prime l’économie.

  • 15 Voir à ce sujet R. Mouriaux, Syndicalisme et politique, Paris, Les Éditions ouvrières, 1985, p. 61.

7Cette situation d’infériorité du syndicat, de la lutte corporative est assez notoire pour avoir permis de forger, dans les typologies de « relations parti-syndicat », une variante léniniste, distinguée d’autres expériences 15. Notre objectif n’est pas de revenir sur ces typologies classiques, nécessairement réductrices, ni sur la spécificité « du modèle » (plus souvent contre-modèle), mais d’étudier comment cette sujétion syndicale est lexicalisée.

  • 16 D. Colas, 1998, o. c., passim, en mentionne plusieurs : physiologique, pédagogique, militaire, méca (...)

8Certaines métaphores de Lénine ont déjà été relevées 16, mais nous traquerons ici les espèces spatiales, en supposant qu’elles permettent de signifier une suprématie et révèlent la pensée de l’auteur. Comment s’exprime la subordination syndicale ? Les mots disant la hiérarchie des organisations empruntent-ils au registre de l’espace, à d’autres lexiques ? Pour répondre à ces questions, nous avons procédé au relevé systématique des mots et expressions du corpus en rapport avec l’espace. Si toutes les prépositions pouvant marquer le lieu (dans, en, sur…) n’ont pas été retenues, nous avons prêté attention à l’usage de mots de l’espace dès lors qu’il était question non seulement des organisations, mais aussi plus largement de mouvement ouvrier ou de classe ouvrière, d’activités ou de luttes, de conscience ou de théorie politiques. En outre, nous avons considéré d’autres façons de qualifier les rapports entre partis et syndicats ou d’agencer ces formes.

  • 17 Lénine a lui-même reconnu « l’extrême insuffisance littéraire de la brochure » (M. Liebman, o. c., (...)

9Les limites imparties à cet article nous conduiront toutefois à ne livrer que quelques extraits. Avec l’inconvénient d’occulter la profusion des termes spatiaux chez le locuteur mais en contrepartie l’avantage d’échapper à son style plutôt répétitif 17

  • 18 « Il n’y a que du mouvement /…/ la lutte des contraires ne s’arrête jamais » (A. Besançon, o. c., p (...)

10Dans le cadre d’une pensée matérialiste et dialectique, la vision léninienne du monde est en mouvement, comme l’a bien perçu A. Besançon 18. Les mots de Que faire ? devraient permettre de le vérifier, par le truchement d’une « lutte des contraires » entre l’arrière et l’avant, le bas et le haut, l’étroit et le large, l’intérieur et l’extérieur notamment.

Un mouvement d’arrière en avant

11Sans doute faut-il voir dans l’importance de cet axe horizontal, spatio-temporel la volonté de donner un sens à l’histoire, un but aux acteurs à convaincre. En tout cas, les antonymes avant/arrière ou devant/derrière accompagnent presque systématiquement chez Lénine un mouvement. Pour reprendre la métaphore de la marche, le locuteur et le parti social-démocrate sont en avant, tandis que les concurrents économistes et le syndicat trade-unioniste sont derrière ou « tirent en arrière ».

Avant/arrière (vpiériod/nazad)

  • 19 Le Petit Robert 1, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, 1981, p.  (...)

12Avant, sur l’axe horizontal, peut s’opposer à arrière ou à après. Comme l’indique Le Petit Robert 19, avant peut marquer l’antériorité dans le temps ou dans l’espace mais aussi la priorité dans une hiérarchie : ainsi, Lénine estime contre les bernsteiniens qu’en règle générale le politique vient avant l’économique, même s’» il est des cas où le politique doit /…/ venir après (sliédovatj = suivre) l’économique » (QF, note p. 72).

  • 20 La forme adverbiale en avant a servi de titre à plusieurs publications socialistes, notamment : Vpe (...)

13Les emplois les plus fréquents se trouvent dans les locutions traduites par « en avant 20, de l’avant/en arrière », associées ou non à des verbes. Ces derniers sont parfois omis dans le texte russe, comme dans :

Au lieu d’appeler à marcher en avant (zvatj vpiériod = appeler… en avant), à consolider l’organisation révolutionnaire [Rabotchaïa Mysl] appela à revenir en arrière (zvatj nazad = appeler… en arrière), vers la seule lutte trade-unioniste (QF, p. 44).

14Les verbes apparaissent en revanche dans :
- aller de l’avant, indiquant le sens de l’histoire :

Nous ne pouvons aller de l’avant (idti vpieriod = aller en avant, mais aussi faire des progrès) sans liquider définitivement cette période (QF, p. 6).

15- marcher en avant :

Que la troupe régulière [l’organisation révolutionnaire] ne soit pas broyée par la foule, mais qu’elle marche en avant (vstaniet vpieriédi = se dressera en avant), en tête de la foule (QF, p. 215).

16- mettre en avant, pour promouvoir les ouvriers les plus conscients :

Et nous devons veiller à ce que la masse ouvrière /…/ « mette en avant », (vystavliala) de plus en plus nombreux, ces révolutionnaires de profession (QF, p. 136).

17En mouvement inverse :
- rester en arrière ou derrière :

Les dirigeants /…/ restaient en arrière (okazivalicj pozadi = se trouvaient derrière) sur le plan théorique (QF, p. 224).

18- et surtout, figure récurrente dans le corpus, tirer en arrière (toujours tachtchitj nazad) :

[Ce que font les économistes russes] c’est /…/ tirer le Parti en arrière (QF, p. 60).

Devant/derrière (pried/za)

19Le mot devant apparait dans des formules comme : exposer, dévoiler devant… le peuple ou la classe ouvrière. Le parti, obligé alors de se retourner, mais restant toujours devant le peuple, lui fait face pour lui révéler la vérité. Par exemple :

La dénonciation, devant eux [les ouvriers] de tous les aspects de notre odieuse autocratie (QF, p. 113).

20Les expressions comme se prosterner devant renvoyant plutôt à un mouvement du haut vers le bas seront traitées ultérieurement.

21Moins fréquent, l’antonyme derrière permet tout de même d’établir le bon ordre de marche : Lénine dénonce ainsi un idéologue pour qui « l’agitation politique /…/ doit surgir sur le terrain de cette lutte [économique] et marcher derrière elle » (QF, p. 54).

Avant-garde/Arrière-garde

  • 21 Le Petit Robert 1, o. c., p. 141.
  • 22 A. Besançon, o. c., p. 242.

22On retrouve avec le mot avant-garde la métaphore spatiale et militaire introductive : c’est la « partie d’une armée qui marche en avant du gros des troupes » 21. Lénine russise les noms français avant-garde et arrière-garde ou recourt à l’adjectif piériédovoï (=« avancé, voire progressiste… ») pour désigner la position. La classe ouvrière est le « combattant avancé » (QF, p. 97). Parmi les nombreuses occurrences, la citation suivante souligne la nécessité pour les autres tendances de reconnaitre le principe de la direction de la social-démocratie, mais elle s’applique aussi aux syndicats, conçus comme des « alliés occasionnels » 22 devant admettre le rôle dirigeant du parti :

Il ne suffit pas de se dire « avant-garde », détachement avancé (piériédovoï atriad), il faut faire en sorte que tous les autres détachements se rendent compte et soient obligés de reconnaitre que nous marchons en tête (vpiériédi, QF, p. 103).

23Les extraits suivants identifient les occupants des différentes positions, l’avant pour les Iskristes, l’arrière pour les opportunistes et les ouvriers dépourvus d’un parti « à la hauteur », qui n’a pas su former les organisateurs révolutionnaires susceptibles de « prendre la tête (vctatj vo glavié = “se mettre à la tête”) du mouvement » (QF, p. 120). La social-démocratie risque toujours, pour Lénine, d’être rattrapée voire dépassée (horizontalement ou verticalement) par le si bien nommé « mou-vement » ouvrier. Cette crainte d’être devancé par les masses, souvent exprimée dans Que faire ? peut être liée à la hantise que semble éprouver l’auteur pour l’inertie (la stagnation, l’enlisement). Relevons cependant le fait que les ouvriers, pourtant passés au-dessus, restent faute de guide, à l’arrière-garde :

Nous n’avons pas été à la hauteur de notre tâche, l’activité des masses ouvrières a dépassé (vychié = « plus haut ») la nôtre /…/ Tant qu’il en sera ainsi /…/ les ouvriers /…/ seront l’arrière-garde de la démocratie bourgeoise, et non l’avant-garde social-démocrate (QF, p. 120).

24Avancé (piériédovoï)/arriéré (siéryj = « gris, obscur » ou otstalyj = « arriéré » ou niérazvityj = « peu développé »)

25L’adjectif avancé est par exemple accolé aux « partis socialistes et démocrates » (QF, p. 7) ou à « l’opinion publique », lorsqu’elle se rapproche du marxisme (QF, p. 18)

26À l’inverse, arriéré, plus courant mais combinant espace et temps, désigne presque toujours les ouvriers – les moins conscients, souvent les plus sensibles à l’intérêt corporatif – ou les localités – les plus reculées. Évoquant les tracts d’usines dénonçant les conditions de travail, utiles mais limités s’ils ne sont pas contrôlés par les révolutionnaires, Lénine écrit :

Une véritable passion de « se faire imprimer » s’empara des ouvriers les plus arriérés (siéryj, QF, p. 69).

27On remarquera que ce mot connote l’obscurité, opposée à la lumière de la théorie marxiste (QF, p. 223).

Le résumé de ces revendications [des tisseurs] pourrait constituer un excellent manuel pour l’agitation économique dans les localités arriérées ou parmi les catégories d’ouvriers retardataires (QF, p.188).

28Il existe bien sûr différents degrés d’arriération populaire : le prolétariat (comme les intellectuels d’ailleurs) contient une « masse » et des éléments « moyens » (le parti doit « attirer leur attention », QF, p.142), mais aussi des éléments « plus avancés » c’est-à-dire plus proches de la social-démocratie, que le parti doit transformer en révolutionnaires.

  • 23 Voir C. S. Ingerflom, o. c., passim (masses « vulgaires, barbares, incultes, mesquines »).
  • 24 Par exemple : l’ouvrage Souvenirs sur Lénine, paru aux Éditions sociales en 1956 : « Les souvenirs (...)

29Quand bien même il faut tenir compte de la faible alphabétisation de la Russie et être attentif à ce qu’on écrivait sur le peuple à l’époque (aussi bien les populistes qu’Axelrod) 23, on ne peut manquer d’être frappé par le contraste entre cette vision du peuple reprise par Lénine et l’image qui sera construite par l’historiographie communiste 24.

Autres verbes et expressions sur l’axe horizontal

30D’autres formules méritent d’être ajoutées aux verbes déjà mentionnés, comme :

31- rétrograder : Lénine évoque le retard de la social-démocratie russe en crise sur les masses : « Les dirigeants erraient chacun de son côté et rétrogradaient (chli nazad = « allaient en arrière ») : le mouvement, lui, continuait de s’étendre, d’avancer à pas de géant » (QF, p. 223).

32- se trainer : « Beaucoup d’entre nous /…/ se trainent (volotchatsia) aveuglément à la suite de la lutte /…/ quotidienne » (QF, p. 88).

33D’où l’expression, pour « se trainer à la queue du mouvement », de queuisme : « [la tactique du Rabotchéié Diélo], c’est le queuisme » (khvoctizmom, QF, p. 64).

  • 25 D. Colas, o. c., p. 74.

34Enfin, on retiendra sur cet axe horizontal la formule plutôt imagée empruntée à Plekhanov : « Des gens sont apparus /…/ pour adorer la spontanéité, contemplant religieusement /…/ le “postérieur” (zadnïouïou) du prolétariat russe » (QF, p. 132). Si les spontanéistes contemplent cette partie de la classe ouvrière, c’est bien qu’ils sont derrière elle (et cela ne risque pas d’arriver à l’avant-garde, à moins bien entendu que le prolétariat se mette à lui tourner le dos…). Les mots disent parfaitement l’ordre de marche : nul doute que la masse « suit » 25 le parti qui devant, dirige le mouvement. Et les opposants (les revues économistes notamment) sont en quelque sorte accusés de ralentir et retarder la progression, en trainant ou en tirant vers l’arrière les éléments avancés… Sans compter ceux qui sont perdus ou arrêtés, parce qu’ils ont dévié du bon itinéraire.

La déviation

35Que faire ? regorge de formules supposant une déviation par rapport à une « ligne » ou une voie orthodoxe. Mais les actions visées ne sont pas toujours négatives : Lénine condamne bien sûr les économistes [qui] « dévient (sbivaïoutsia = “dérouter”) constamment du social-démocratisme vers le trade-unionisme » (QF, p. 138).

36Et le parti doit lutter contre ces tendances qui « menacent de détourner le mouvement du droit (pravilnovo = “juste”) chemin » (QF, p. 29) Mais il doit les détourner à son tour :

  • 26 Ce terme allemand est difficilement traduisible en français : il signifie « seulement le syndicat » (...)

Le mouvement ouvrier spontané, c’est le trade-unionisme, la Nur-Gewerk-schaftlerei 26 /…/ c’est justement l’asservissement idéologique des ouvriers par la bourgeoisie. C’est pourquoi notre tâche /…/ est de détourner (sovlietchj) le mouvement ouvrier de cette tendance spontanée (QF, p. 49).

La rectitude du cordeau

37Cette dernière allégorie rappelle la « droiture » de la bonne voie :

Lorsque les maçons posent en différents points les pierres d’un édifice /…/ ils tendent un fil qui les aide à trouver la juste place /…/ Du moment que notre fil a été tendu correctement, nous voulions qu’il fût approuvé pour sa rectitude [pravilnostj = « la justesse »] même, et non pour avoir été tendu par un organe officiel /…/ Si nous avions une équipe de maçons expérimentés [pouvant] sans les aligner au cordeau [nitki], poser les pierres où il convient /…/ [mais] nous n’avons pas encore de ces maçons /…/ [et] les pierres sont assez souvent posées au petit bonheur, sans alignement (QF, p. 201-202).

  • 27 Lénine oppose souvent le professionnalisme des révolutionnaires à « l’artisanat » des économistes.

38Remarquons d’abord que, fort de sa science, symbolisée ici par le cordeau, le parti dirige, dans plusieurs sens du terme : il commande, oriente, « définit la ligne ». Et celle-ci est juste (guidée par le matérialisme historique) comme le cordeau obéissant aux lois (objectives) de la géométrie. On voit bien que le mouvement doit être organisé (alignement, marche régulière sur le bon chemin, organisation politique) et non désordonné (au petit bonheur, progression indisciplinée, agitation spontanée sans théorie). Si c’est le parti qui tend le cordeau, c’est encore faute de bons « professionnels » 27 de la construction révolutionnaire dans le prolétariat.

  • 28 Le rôle et les tâches des syndicats…, 1922 : Œuvres…, o. c., 1975, p. 663.

39Relevons ensuite que cette figure, liée à la conception du parti démiurge, est logiquement utilisée au stade de l’édification révolutionnaire, tandis que les métaphores plus mécaniques (comme celle du syndicat-» mécanisme de transmission » 28 du parti aux masses) semblent plus tardives, intervenant une fois la construction achevée, lorsque se posent des problèmes de fonctionnement.

40Enfin, cette métaphore (« filée » à plusieurs titres…) nous semble ressortir à la fois aux deux axes : le cordeau est tendu horizontalement pour aligner les pierres mais aussi pour pouvoir « monter » le mur, ce qui appelle un mouvement vertical.

Un mouvement du bas vers le haut

41Il faut sans doute opérer des distinctions sur cet axe vertical : c’est celui qui semble exprimer le mieux la hiérarchie (le parti dessus/le syndicat dessous), mais le mouvement ascendant peut aussi renvoyer, dans le corpus, à d’autres idées : l’éclosion (« le mouvement populaire qui montait (padnimaïouchtchiélocia) à nouveau », QF, p. 36), la croissance, l’éducation, y compris morale. À l’inverse, la descente peut signifier la dégradation (« rabaisser »), l’abandon (« baisser pavillon » -pasovatj = « céder ») voire l’humiliation (« s’abaisser à »).

42Comme sur l’axe précédent, les mouvements, de bas en haut (positif) et de haut en bas (négatif) comptent tout autant que la position occupée (supérieure ou inférieure).

Haut/bas (vysoko/nizko), au-dessus (nad)

43Il ne fait aucun doute que le parti se situe au-dessus des masses et des syndicats. Toutefois les adjectifs sont assez rares. Et la traduction peut être plus spatiale que l’original : « La spontanéité de la masse exige de nous, social-démocrates, une haute conscience » (QF, p. 64). Haute traduit en fait massy, signifiant ici plutôt « en grande quantité ».

44Les positions s’expriment toutefois sous forme adverbiale :

Le culte de la spontanéité fait que nous craignons /…/ de nous élever trop au-dessus de la simple satisfaction des besoins directs et immédiats. Ne craignez rien, Messieurs ! Souvenez-vous qu’en matière d’organisation nous sommes si bas (tak nizko) qu’il est absurde même de penser que nous puissions nous élever trop haut ! (QF, p. 165).

45Contre le reproche d’imposer son programme au mouvement spontané, comme s’il s’agissait d’un esprit planant au-dessus d’un chaos informe, Lénine rétorque : « Mais quel est le rôle de la social-démocratie, si ce n’est d’être “l’esprit” qui non seulement plane au-dessus du mouvement spontané, mais “élève” ce dernier au niveau de (littéralement : “jusqu’à”) son programme ? » (QF, p. 64).

  • 29 V. Lénine, « La maladie infantile… », o. c., p. 367.
  • 30 D. Colas, o. c., p. 79 ; A. Besançon, o. c., p. 208.

46On doit retenir bien sûr dans cette « élévation » la dimension éducative. Pour Lénine, le parti éduque les syndicats, ceux-ci étant par ailleurs promus « école préparatoire du communisme » 29 pour les prolétaires. La hiérarchisation (de maitre à « élève ») est ici très nette. Mais l’aspect physique du terme, c’est-à-dire « l’ascension » 30, ne doit pas être négligé : « élever » la conscience ouvrière, ce n’est pas seulement l’éduquer, c’est aussi la hisser, « jusqu’à la hauteur » des social-démocrates.

Élever, s’élever/Abaisser, rabaisser, s’abaisser

47Avec ces verbes élever vs abaisser (et quelques variantes), on tient le principal clivage sur l’axe vertical. Les verbes russes sont généralement suivis ou doublés par une préposition ou une locution adverbiale indiquant ou renforçant le déplacement.

48Un seul exemple parmi les nombreuses oppositions verbales :

Il faut nous attacher principalement à élever les ouvriers au niveau (padnimatj … do) des révolutionnaires, et nullement nous abaisser nous-mêmes (apouskatsia … do) jusqu’au niveau de la « masse ouvrière » comme le veulent les économistes (QF, p. 162).

  • 31 Le Petit Robert 1, p. 618.

49Si l’on s’attache aux constructions verbales, pour Lénine, les social-démocrates doivent « élever (porter plus haut ou faire monter à un niveau supérieur)31 [...]les ouvriers, les manouvriers, leur niveau de conscience, leur mouvement spontané, leur politique trade-unioniste, les économistes, les militants locaux, le journal politique [jusqu’au niveau de] la social-démocratie, [de] la conscience social-démocrate, [des] révolutionnaires, [des] larges conceptions ». En même temps, ils doivent élever leur propre conscience.

50Et ces efforts contrecarrent ceux des économistes, qui « abaissent ou rabaissent (prinijatj) la social-démocratie, son programme, le niveau théorique, la conscience politique [au niveau de (do)] la politique trade-unioniste, [des] intérêts immédiats de la lutte économique courante (QF, p. 131) ou [de] la satisfaction des besoins directs » (QF, p. 165).

51Mais en même temps qu’ils rabaissent, ces concurrents s’abaissent, ce dont témoignent des expressions comme ramper devant (QF, p. 85) ou se prosterner devant : « Au lieu de faire progresser la conscience politique /…/ les Martynov se prosternent devant (littéralement : “tombent en bas devant”) la spontanéité » (QF, note p. 90). Comme pour « se mettre à genoux », la prosternation emporte une triple disqualification de la position basse, de l’immobilité et de l’idolâtrie.

52La superposition des clivages est nettement perceptible : l’axe vertical est comme rabattu sur l’axe horizontal. Il faut avoir une conscience élevée pour être l’avant-garde, mais encore « élargir » la lutte. Ce qui appelle une nouvelle dimension.

Un mouvement vers le « large » 32

  • 32 Au sens non maritime du terme.

53Lénine appelle couramment à « élargir » (raschiritj = « élargir, agrandir ») ce qui est « étroit » (ouzkiy). C’est le cas en particulier du « champ d’action [des ouvriers] » (QF, p. 164), de leur « lutte économique » (QF, p. 138), du « cadre de la vie d’usine » (QF, p. 88), de « la conception de l’économisme » (QF, p. 129, 145).

54Évoquant les faiblesses du parti, l’auteur dénonce le « tour d’horizon borné (littéralement : étroit) [du] révolutionnaire mou /…/ incapable de présenter un plan vaste (chirokovo) et hardi » (QF, p. 156). Et c’est au parti d’opérer cette extension, politique mais aussi géographique : « D’une seule usine à toute la profession, d’une seule localité à l’ensemble du pays » (QF, p. 164).

  • 33 M. Liebman, o. c., p. 26-27.
  • 34 D. Colas, « Lénine » dans La pensée politique, Paris, Larousse, 1992, p. 638.

55Toutefois, si l’élargissement est en principe positif et l’étroitesse négative et du côté syndical, il faut faire une exception… de taille : le parti en effet, pour des raisons de sécurité 33, doit conserver une petite taille (rester un noyau compact et épuré 34 de professionnels conscients), tandis que le syndicat, doit au contraire être le plus large possible. « Et plus larges seront ces organisations [corporatives], plus large aussi sera notre influence sur elles » (QF, p. 141). Bien que Lénine refuse (dès 1902) la confusion entre parti et syndicat, ce n’est certainement pas pour défendre une « indépendance » syndicale, au sens où a pu l’entendre « la tradition » française, mais bien pour assurer la domination partisane : un syndicat purement social-démocrate restreindrait en effet l’influence du parti sur la masse.

  • 35 C. S. Ingerflom, o. c., p. 229 et suiv., p. 210 et suiv.

56Exceptée cette dimension des organisations, l’étroitesse caractérise dans la plupart des cas l’économique et notamment les intérêts corporatifs ouvriers. Comme le note C. S. Ingerflom, le cadre de la classe ouvrière (dans lequel s’enferment les économistes) parait bien étriqué à Lénine, qui cherche à en sortir pour aller vers les autres classes, notamment la paysannerie, à laquelle il accorde désormais plus d’importance 35.

  • 36 Pour A. Besançon, le parti est pan-social, son action est totale, pas seulement ouvrière, o. c., p. (...)

57Une forte aspiration à la « totalité » (notion non sans rapport avec l’espace 36, liée à la mission d’élargissement politique) s’exprime dans Que faire ? La lutte ouvrière, dirigée contre les seuls patrons, reste partielle, localisée, particulariste, le parti bénéficiant au contraire d’une vision totale, unifiante, indispensable au renversement du régime autocratique :

[Il ne suffit pas, comme le disent les économistes] d’» aller aux ouvriers » /…/ les social-démocrates doivent aller dans toutes (vcié) les classes de la population /…/ envoyer dans toutes les directions des détachements de leur armée (QF, p. 98).

[Ils ne doivent] pas avoir pour idéal le secrétaire de trade-union, mais le tribun populaire, sachant réagir contre toute manifestation d’arbitraire /…/ généraliser tous ces faits pour en composer un tableau d’ensemble (QF, p. 100).

58Cette évolution de Lénine, voulant dorénavant « dépasser » le cadre ouvrier procède sans doute d’un constat d’impuissance du prolétariat, notamment russe. Mais elle est également liée à une dernière tension spatiale, mais non axiale comme les précédentes, entre l’extérieur et l’intérieur.

Un mouvement de l’extérieur vers l’intérieur

  • 37 J. Julliard, F. Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Le Seuil, 1971, (...)

59La critique du spontanéisme repose sur l’idée que la conscience révolutionnaire ne peut venir au prolétariat du fait de sa lutte syndicale, mais seulement « du dehors ». Cette thèse de l’importation de la conscience politique (G. Lukács parle de conscience « adjugée », J. Julliard d’» extrincésisme ») 37 est connue : la conscience vient « de l’extérieur (izvnié = « de dehors ») de la sphère des rapports entre ouvriers et patrons » (QF, p. 98), des intellectuels bourgeois.

60On prête d’ordinaire à Karl Kautsky la paternité de cette idée et c’est un fait que Lénine le cite longuement dans Que faire ? :

Le porteur de la science n’est pas le prolétariat, mais les intellectuels bourgeois /…/ c’est par eux [que le socialisme contemporain] a été communiqué aux prolétaires intellectuellement les plus évolués /…/ Ainsi donc, la conscience socialiste est un élément importé du dehors (von Aussen Hineingetragenes) dans la lutte de classe du prolétariat, et non quelque chose qui en surgit spontanément (QF, p. 47-48).

  • 38 F. Châtelet, O. Duhamel, É. Pisier, 1989, o. c., p. 176.
  • 39 Voir C. S. Ingerflom, o. c., p. 52, 206.
  • 40 Ibid., p. 81.

61Pourtant, l’origine de l’extrincésisme nous parait plus diffuse. D’abord, Kautsky souligne que cette thèse figurait dans le programme social-démocrate autrichien dès 1889. Ensuite, cette idée est ancienne : on la trouve au moins, déjà chez Blanqui 38 (ce qui ne suffit pas pour autant à faire de Lénine un « blanquiste »). Enfin, on songe surtout aux auteurs anti-despotiques russes : sans céder à une tentation rétrodictive, leur faisant dire ce que Lénine écrira, on observe des traces de cette conception d’abord chez N. G. Tchernychevski, dont l’influence sur Lénine est unanimement admise. Outre le héros-modèle du révolutionnaire de son roman de 1863, d’ailleurs aussi intitulé Que faire ?, cet auteur estime que les masses « agiront sous l’impulsion d’une initiative extérieure » 39. Pour exprimer la même idée, N. A. Dobrolioubov recourt dans un article également apprécié de Lénine à la métaphore de la caisse : « Asseyez-vous donc dans une caisse vide et essayez de la retourner sans en sortir. Quels efforts cela nécessitera de votre part ! Alors qu’en opérant de l’extérieur, vous pourriez renverser cette caisse d’une seule poussée » 40.

  • 41 A. Besançon, o. c., p. 172.
  • 42 V.C. Fiera, « Tkatchev » dans Encyclopaedia Universalis 2000 ; voir aussi A. Besançon, o. c., p. 15 (...)
  • 43 Cité par C. S. Ingerflom, o. c., p. 185.

62La nécessité de cette importation est le plus souvent justifiée par l’inculture populaire : outre le programme du parti Ziemlia i Volia (Terre et Liberté) en 1876 41, on retrouve cette idée sous la plume du théoricien populiste P. N. Tkatchev 42. Ou encore chez l’un des fondateurs de la social-démocratie russe, P. B. Axelrod, qui raisonne également en termes spatiaux à propos du prolétariat, situé « trop bas » pour « s’élever /…/ sans aucune aide étrangère à la hauteur d’une force révolutionnaire » 43.

63Lénine s’inscrit donc dans cette lignée : pour lui, « abandonnée » à elle-même, sans apport externe, la classe ouvrière, pas seulement russe, stagne dans son réformisme : « [La conscience social-démocrate] ne pouvait leur venir [aux ouvriers] que du dehors. L’histoire de tous les pays atteste que, par ses seules forces, la classe ouvrière ne peut arriver qu’à la conscience trade-unioniste » (QF, p. 37-38).

64Et de railler les démagogues qui flattent les ouvriers incultes dans leur méfiance instinctive « envers tous ceux qui lui apportent du dehors (so storoni) les connaissances politiques et l’expérience révolutionnaire » (QF, p. 151).

65Pour désigner ce mouvement, Lénine utilise une autre métaphore, médicale, comparant les intellectuels social-démocrates à un « bacille révolutionnaire » (QF, p. 90). Mais si le dehors n’est pas pathogène pour les ouvriers, il peut en revanche menacer le parti, qui lui, doit se protéger : « Avec une telle organisation [clandestine] /…/ il n’y aura pas à craindre que le mouvement soit dévoyé par les nombreux éléments du “dehors” (storonnié) », (QF, p. 161). Le noyautage n’est pas réversible.

66Au terme de cette étude, les positions des différents éléments, s’opposant terme à terme, peuvent être présentées ainsi :

67Les dimensions étant fortement axiologisées, on comprend que ce qui monte, avance et s’élargit est valorisé. La fusion des axes et le cumul des positions renforcent le phénomène. Constat inverse pour ce qui s’abaisse, rétrograde et se rétrécit, plutôt déprécié et souvent péjorativement connoté.

68Bien sûr, le registre spatial n’est pas le seul à permettre de hiérarchiser des modes d’action et des organisations.

69Les syndicats pour « utiles » et « très précieux » qu’ils soient, demeurent des « auxiliaires » (posobnikom = « aides », QF, p. 144). Un vocabulaire d’incomplétude marque l’univers syndical dans Que faire ? : la grève ou la lutte économique n’est que « l’éveil (ou la forme embryonnaire) de la conscience » ; elle permet de « sentir » mais pas de « comprendre » (QF, p. 37, 87) ; quand elle ne reste pas « lutte obscure » vs « idées brillantes, achevées » (QF, p. 104), elle n’apporte que des « lueurs de conscience » (QF, p. 37, 91), ne pouvant que « servir de point de départ » à l’action social-démocrate (QF, p. 69).

70Cette notion d’inachèvement s’inscrit dans le schéma de l’évolution de la conscience ouvrière, passant par les stades nécessaires mais insuffisants de l’émeute, de la grève, avant d’atteindre grâce au parti, la conscience social-démocrate.

71Mais ces façons non spatiales d’exprimer la primauté partisane restent très minoritaires par rapport aux figures spatiales, particulièrement performantes, nous l’avons vu, pour formuler une relation hiérarchique.

  • 44 Cette comparaison fera l’objet d’une publication dans les Actes du Colloque Les mots de l’espace po (...)

72L’analyse lexicologique confirme, ceci n’est pas négligeable, les connaissances à propos du « type léniniste » de relations parti-syndicats. Elle montre surtout comment est mise en langue la subordination syndicale. Elle renseigne également sur les caractéristiques des discours spatiaux : celui de Lénine s’avère « multidimensionnel », s’inscrivant sur plusieurs axes pouvant se confondre, mais avec une dominante horizontale ou frontale. Il s’agit là sans doute d’une tendance du discours politique, qui donne des objectifs en même temps qu’un sens à l’histoire. Tandis que le discours syndicaliste révolutionnaire français de la même époque par exemple, inverse la polarité et tend à privilégier plutôt la verticalité 44. Le détour systématique par les mots présente enfin l’avantage de donner accès, plus avant… à ce qu’on pourrait appeler un « espace léninien », peuplé entre autres objets et sujets, de syndicats et de partis.

Haut de page

Notes

1 Cette citation (p. 11) et le corpus étudié ici sont issus de Que faire ? Les questions brulantes de notre mouvement, Editions de Pékin, 1974, 258 p. Importent peu à notre avis les sempiternelles querelles sur les traductions (pourquoi la version chinoise – qui avait surtout l’incontestable mérite d’être peu onéreuse – trahirait-elle davantage que la russe ?) Toutefois, le souci d’éviter tout biais de traduction nous a conduit à vérifier le texte russe dans le tome 6 des œuvres complètes, Moscou, 1959. Les mots de Lénine, transcrits en alphabet latin, sont indiqués entre parenthèses. Il apparait que la traduction française est globalement équivalente au texte original pour ce qui est des métaphores spatiales, mais que le vocabulaire utilisé est souvent plus diversifié que celui de Lénine.

2 A. Besançon, Les origines intellectuelles du léninisme, Paris, Calmann-Lévy, 1977, p. 232.

3 Voir M.-L. Honeste, « De l’empreinte au mouvement », dans A. Vaillant (dir.), Corps en mouvement, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1996, p. 15-27. Cette métaphore sera encore maintes fois utilisée par les « révolutionnaires » de tous bords, avec des variantes (par exemple : « Marchons, marchons… » de l’hymne français, « la marche sur Rome » de Mussolini, mais aussi « la longue marche » de Mao Zedong. Et lorsque cette dernière n’ira pas assez vite, sera proposé un « grand bond en avant »).

4 Voir F. Châtelet, É. Pisier-Kouchner : Les conceptions politiques du XXe siècle, Paris, PUF, Thémis, 1981, p. 322 et suiv.

5 Ibid., p. 321 (Kautsky) et article « Martynov » de P. Claudel dans Encyclopaedia Universalis 2000.

6 Ibid., p. 323, même si les auteurs citent un manuel publié en 1962 à Moscou et non Lénine lui-même.

7 D. Colas, Le léninisme, Paris, PUF, 1998, p. 81.

8 F. Châtelet, O. Duhamel, É. Pisier, Histoire des idées politiques, Paris, PUF, Mémento Thémis, 1989, p. 175.

9 Outre le second élément de la « bible bolchevique », au titre pour nous évocateur : Un pas en avant, deux pas en arrière (1904), on peut lire sur cette question, dans des contextes bien différents : La maladie infantile du communisme (le « gauchisme »), 1920, et les textes de 1921-22 sur le 10e congrès et la NEP (Nouvelle politique économique), repris dans : V. Lénine, Œuvres choisies en trois volumes, Moscou, Éditions du progrès, 1975.

10 Plusieurs auteurs considèrent l’économisme comme la version russe du syndicalisme au tournant du siècle : voir K. Papaioannou, Les marxistes, Paris, J’ai lu, 1965, p. 296-297 ; D. Volkogonov, Le vrai Lénine, Paris, Laffont, 1995, p. 48 ; G. Haupt, « Bolchevisme » dans Encyclopaedia Universalis 2000 ; J. Julliard, Autonomie ouvrière. Études sur le syndicalisme d’action directe, Paris, Le Seuil, 1988, p. 146 et suiv.

11 Voir C. S. Ingerflom, Le citoyen impossible. Les racines russes du léninisme, Paris, Payot, 1988, p. 226-228.

12 Sur la faiblesse des syndicats russes à l’époque, voir A. Besançon, o. c. p.180-181. Pour la plupart des auteurs, Lénine, surtout à cette époque, n’a qu’une faible expérience des syndicats : voir notamment S. Schwarz, Lénine et le mouvement syndical, Cahiers Spartacus, 1970 et A. Kriegel, Aux origines du communisme français, Paris, Flammarion, Champs, 1978, p. 303. A. Besançon apporte des nuances (o. c., p. 193) mais rejoint M. Liebman (Le léninisme sous Lénine 1. La conquête du pouvoir, Paris, Le Seuil, Esprit, 1973, p. 18) sur la méfiance bolchevique à l’égard de la spontanéité des masses et des revendications purement professionnelles.

13 D. Colas, 1998, o. c., p. 75. À propos de cette « volte-face », voir également C. S. Ingerflom (o. c., p. 228 et 206).

14 Sur les effets, peut-être grossis, de ces évènements, voir. M. Liebman. (o. c., p. 41, 44 et suiv.)

15 Voir à ce sujet R. Mouriaux, Syndicalisme et politique, Paris, Les Éditions ouvrières, 1985, p. 61.

16 D. Colas, 1998, o. c., passim, en mentionne plusieurs : physiologique, pédagogique, militaire, mécanique. M. Liebman (o.c., p. 134 et s.) insiste sur la métaphore militaire.

17 Lénine a lui-même reconnu « l’extrême insuffisance littéraire de la brochure » (M. Liebman, o. c., p. 22).

18 « Il n’y a que du mouvement /…/ la lutte des contraires ne s’arrête jamais » (A. Besançon, o. c., p. 207-208). Mais contrairement à cet auteur (p. 218), nous pensons que la lutte des contraires revêt aussi une forte dimension spatiale chez Lénine.

19 Le Petit Robert 1, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, 1981, p. 140.

20 La forme adverbiale en avant a servi de titre à plusieurs publications socialistes, notamment : Vperied, revue des populistes russes exilés fondée dans les années 1870 ; Vorwaerts, l’organe central de la social-démocratie allemande ; Avanti !, journal du parti socialiste italien.

21 Le Petit Robert 1, o. c., p. 141.

22 A. Besançon, o. c., p. 242.

23 Voir C. S. Ingerflom, o. c., passim (masses « vulgaires, barbares, incultes, mesquines »).

24 Par exemple : l’ouvrage Souvenirs sur Lénine, paru aux Éditions sociales en 1956 : « Les souvenirs des ouvriers attestent combien profonds étaient les liens qui unissaient Lénine aux larges masses laborieuses. Il eut toujours en propre un amour immense pour les simples gens et une foi inébranlable en leurs forces créatrices » (p. 270).

25 D. Colas, o. c., p. 74.

26 Ce terme allemand est difficilement traduisible en français : il signifie « seulement le syndicat », avec la connotation péjorative du suffixe -rei. L’expression la plus proche serait peut-être : les « suffisants du syndicalisme », parfois employée pour stigmatiser les syndicalistes révolutionnaires français, soupçonnés de minorer le parti.

27 Lénine oppose souvent le professionnalisme des révolutionnaires à « l’artisanat » des économistes.

28 Le rôle et les tâches des syndicats…, 1922 : Œuvres…, o. c., 1975, p. 663.

29 V. Lénine, « La maladie infantile… », o. c., p. 367.

30 D. Colas, o. c., p. 79 ; A. Besançon, o. c., p. 208.

31 Le Petit Robert 1, p. 618.

32 Au sens non maritime du terme.

33 M. Liebman, o. c., p. 26-27.

34 D. Colas, « Lénine » dans La pensée politique, Paris, Larousse, 1992, p. 638.

35 C. S. Ingerflom, o. c., p. 229 et suiv., p. 210 et suiv.

36 Pour A. Besançon, le parti est pan-social, son action est totale, pas seulement ouvrière, o. c., p. 235. Cette idée de totalité est essentielle pour C. S. Ingerflom, o. c., p. 229.

37 J. Julliard, F. Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Le Seuil, 1971, p. 260.

38 F. Châtelet, O. Duhamel, É. Pisier, 1989, o. c., p. 176.

39 Voir C. S. Ingerflom, o. c., p. 52, 206.

40 Ibid., p. 81.

41 A. Besançon, o. c., p. 172.

42 V.C. Fiera, « Tkatchev » dans Encyclopaedia Universalis 2000 ; voir aussi A. Besançon, o. c., p. 159 et suiv., K. Papaioannou o. c., p. 296.

43 Cité par C. S. Ingerflom, o. c., p. 185.

44 Cette comparaison fera l’objet d’une publication dans les Actes du Colloque Les mots de l’espace pour dire la conflictualité sociale, tenu à Lyon en octobre 2001.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://mots.revues.org/docannexe/image/5142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Barbet, « Parti et syndicat dans l’espace léninien. Les mots de Que faire ? », Mots. Les langages du politique [En ligne], 68 | 2002, mis en ligne le 25 avril 2008, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mots.revues.org/5142

Haut de page

Auteur

Denis Barbet

Centre de Politologie de Lyon, CERIEP, IEP, 14 avenue Berthelot, 69000 Lyon Cedex 07

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page