Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Foudil Cheriguen, Les mots des uns, les mots des autres. Le français au contact de l’arabe et du berbère

Maurice Tournier
p. 153-154
Référence(s) :

Foudil Cheriguen, Les mots des uns, les mots des autres. Le français au contact de l’arabe et du berbère, 2002, Alger, Casbah éditions

Texte intégral

1Avec Les mots des uns, les mots des autres, FoudilCheriguen examine de près les rapports entre le vocabulaire français contemporain et les langues d’Algérie, arabe et berbère, ou plutôt il recherche par quels processus les mots des uns deviennent les mots des autres, comment un xénisme peut devenir un emprunt. Et cela à partir d’une réflexion générale faite d’en haut puis d’enquêtes de terrain, tirées de ses thèses et de ses articles. Ces enquêtes sont de deux ordres : recensions dans des ouvrages de spécialité (architecture, géographie, sociologie) et sondages auprès de populations très ciblées.

2Certes, l’emprunt est un enrichissement phonétique et morphologique de la langue-cible – et l’auteur le montre abondamment. Mais ce qui nous parait neuf ou remis à neuf, pour être passé par l’épreuve des enquêtes, c’est l’idée forte, volonté du chercheur, de toujours tenir compte en priorité de la sémantique, c’est-à-dire de la connaissance, plus ou moins sûre, incertaine ou fabulée, que les usagers emprunteurs possèdent quant à la référence originelle des mots. Mosquée, coranique, hammam, minaret (qui n’a rien d’un diminutif !) sont souvent bien assimilés ; mais que dire de médersa, zaouïa, taïfa, raïs en français ? Une petite explication reste nécessaire pour le lecteur, ne serait-ce qu’en note infrapaginale. Où en est le « connu » des emprunteurs ?Question sociologique à poser d’entrée. Tant de valeurs piégeantes voire préjugées circulent à la faveur du flou du sens ! L’observation, loin de se cantonner à l’oralité (où la casbah perd son h) et à l’orthographe (où elle le retrouve), doit donc intégrer une sociologie des interlocuteurs. « Poser le problème de l’acquisition du vocabulaire sous forme d’emprunt à partir des notions connu / inconnu, compris ou identifié par l’interlocuteur, appelle nécessairement le lexicologue à tenir compte de l’aspect signifié » (p. 69). D’où l’obligation, pour un chercheur qui veut saisir sur le vif le processus d’un emprunt, d’enquêter auprès de témoins sur le contact des langues, au sein de la réalité dite par facilité extralinguistique. Que coufique (p. 84) ou touarègue (p. 98 et autres), adjectifs à suffixe français, portent les marques morpho-grammaticales d’une bonne intégration ne suffit pas à les qualifier d’emprunt. L’auteur signale, dans ses enquêtes, des hésitations et des échecs de définition de la part de locuteurs pourtant avertis connaissant des mots lexicalisés comme cheikh ou moucharabieh (p. 47-53). Ne faudrait-il pas mesurer aussi la part d’investissement social (et idéologique) qui affecte le passage de Fatima (arabe) à fadma (berbère) et à fatma (français algérien puis de France) (p. 199) ?

3Ces doutes quant à l’insertion linguistique de xénismes soi-disant acquis justifient la seconde idée-force qui anime souterrainement l’ouvrage. F. Cheriguen donne pour objectif essentiel au lexicologue d’analyser et illustrer justement ce passage (ce « transfert ») du xénisme à l’emprunt : « Étudier le xénisme, c’est étudier ce que peut être l’emprunt dans sa phase initiale de cheminement vers l’intégration dans la langue emprunteuse ou son rejet (c’est-à-dire maintien comme xénisme ou emprunt occasionnel). C’est justement les raisons négatives, de non-intégration, qui peuvent cerner ce phénomène linguistique de transfert » (p. 85). Voilà pourquoi l’ouvrage ne s’étend pas, comme d’autres, sur des catégorisations mais insiste sur les « degrés » (au moins au nombre de trois) et les « modes » d’insertion des xénismes de la langue-source dans la langue-cible : modes certes phonétique et graphique (chap. 4), syntaxique (chap. 5), lexical (chap. 6) mais surtout sémantique (chap. 7 et 8). Cette suite serait à prendre dans un ordre inversé, tant l’intégration sémantique est, la plupart du temps, la première motivation : c’est touareg avec sa désignation globale qui est emprunté, avant de fonctionner dans une classe déterminée (comme substantif ou adjectif) ou dans une expression syntaxique (comme sujet, objet, épithète ou attribut). Quant à son orthographe, c’est bien le dernier problème qu’il pose !

4À la fois savant (quelle connaissance fine des trois langues !), rationnel, structuré et pédagogique, l’ouvrage de F. Cheriguen est un exemple de science réelle, sans jargon ni prétention à donner des leçons ou légiférer, avant tout respectueux des faits humains de l’intégration d’un mot étranger dans le discours, l’usage puis la langue. Ses conclusions n’en sont que plus solides, sous leur apparente modestie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Tournier, « Foudil Cheriguen, Les mots des uns, les mots des autres. Le français au contact de l’arabe et du berbère », Mots. Les langages du politique [En ligne], 74 | 2004, mis en ligne le 24 avril 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mots.revues.org/5033

Haut de page

Auteur

Maurice Tournier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page