Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Égalité et norme. Pour une analyse du majoritaire social

Linda Pietrantonio
p. 117-127

Résumés

L’article fait état du sens restreint de la notion d’« égalité » au 18e et au 20e siècle. Il met en évidence son unité de sens toujours associée aux rapports sociaux de pouvoir et réfute la thèse du caractère ambigu ou polysémique de l’égalité. L’approche sociologique déployée montre plutôt que l’égalité constitue l’unité descriptive du « monde majoritaire ». Ces deux constats justifient l’étude de la notion de « majoritairesocial » dans l’optique d’une étude renouvelée de la norme.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de cet article a été préparée pour le colloque « Normes sociales et processus cognitifs », organisé par l’équipe SACO (Savoirs, cognitions et rapports sociaux), et tenu à l’Université de Poitiers en juin 2003.

Texte intégral

  • 1  Majoritaire et minoritaire sont entendus ici non pas en termes de nombre ni de droit mais bien en (...)

1La quête de la sociologie pour comprendre et expliquer les inégalités sociales, leur formation, leurs effets, etc., implique comme condition implicite l’égalité. Sans devenir un objet d’étude explicite de cette discipline, l’égalité revêt les formes d’un concept horizon – aux contours flous – à partir duquel les inégalités sociales sont pensées et étudiées. En fait, au 20e siècle, l’égalité est devenue une sorte de mesure implicite des inégalités sociales par laquelle on compare les conditions de vie économique et sociale de divers groupes majoritaires et minoritaires1. Elle constituera aussi un mode de traitement politique du fait minoritaire. Ce phénomène est notamment observable des deux côtés de l’Atlantique, tant par l’intermédiaire de l’idéologie assimilationniste de rigueur au début du siècle (jusqu’aux années soixante-dix) pour l’intégration des populations migrantes, qu’à travers les revendications de la population « noire » aux États-Unis pour l’accès à l’égalité (au cours des années soixante). Les politiques dites du multiculturalisme des vingt dernières années présentent une autre forme d’actualisation de la notion d’égalité, fondée cette fois sur la reconnaissance étatique des spécificités culturelles des groupes de population minoritaires, en lieu et place de la perte de celles-ci en vue d’« atteindre » l’égalité que supposait l’idéologie assimilationniste. De même, les revendications récentes des mouvements gays et lesbiens, celles relatives au mariage des conjoints de même sexe, les revendications pour la présence accrue des femmes au sein de l’appareil politique se font sous la bannière de l’égalité. Aussi peut-on avancer que l’égalité se présente désormais comme une norme régulatrice des rapports sociaux concrets entre groupes (sociaux) aux pouvoirs différenciés. On peut avancer aussi que le sens social de cette norme s’édifie et se transforme à partir de ces rapports sociaux.

  • 2  La thématisation est un groupement de thèmes autour d’une notion commune. En tant qu’unité discurs (...)

2Réunissant dans un même cadre d’analyse rapports sociaux de pouvoir et thématisations de l’égalité2, je propose ici une réflexion sur la norme. Elle emprunte un itinéraire de recherche qui, à partir de l’analyse sociologique de l’égalité (Pietrantonio, 1999), s’est tourné vers l’étude de ce que j’appelle le « majoritaire social » (Pietrantonio, 2002) – une notion qui, tout comme l’égalité, a peu fait l’objet d’études explicites en sociologie et qui parait propice à l’analyse de ce qui constitue la norme, entendue ici comme une instance de référence – dans la tradition barthésienne.

3D’abord, je rendrai compte de l’univers de sens restreint de la notion d’« égalité » au 18e et au 20e siècle, en présentant quelques-unes des principales thématisations auxquelles elle donne lieu dans ces deux larges contextes. Je me tourne ensuite vers la notion de « majoritaire », c’est-à-dire là où l’analyse sociologique de l’égalité conduit.

Perspective théorique et pratique d’analyse

  • 3  Des politiques ou mesures connues aussi sous le nom de affirmative action aux Etats-Unis, de « dis (...)

4Dans la perspective théorique qui supporte mon étude des notions d’égalité et de majoritaire, les rapports sociaux de pouvoir sont pensés comme constitutifs de groupes sociaux, de systèmes de pensée et de normes sociales. Une telle approche permet de s’intéresser aux formes mentales qui accompagnent les rapports sociaux de domination. Parmi ces formes mentales, on compte les catégories de sexe, de race et d’ethnicité. La régulation politique de ces rapports de pouvoir ainsi que leurs formes mentales sont observables au sein de politiques sociales à visée émancipatoire ou antidiscriminatoire, comme celles dites d’action positive3, ou encore au sein de politiques visant l’intégration des populations minoritaires, telles les politiques du multiculturalisme. L’analyse de ces politiques et l’analyse des débats sociaux et scientifiques qu’elles ne manquent pas de susciter permettent d’examiner la saisie sociale des relations de pouvoir et, surtout, les compréhensions que l’on a de la constitution des groupes minoritaires et majoritaires. L’implicite ici étant que ces types de compréhensions entourant « l’être minoritaire » sont susceptibles d’influencer les mesures et politiques sociales (dont on dit qu’elles sont) destinées aux minoritaires. Ces politiques sociales constituent donc un matériau de choix pour l’analyse de ces rapports sociaux.

  • 4  Et publiés dans des revues avec comité de lecture sur une période de plus de dix ans, allant du mi (...)
  • 5  La notion d’agentivité renvoie au « faire social » et au sens de ce « faire social ». Largement ut (...)
  • 6 Il s’agit en fait d’une pratique d’analyse discursive que j’ai pu développer essentiellement grâce (...)
  • 7  Je me suis inspirée de la démarche de Jacqueline Feldman pour l’étude de dictionnaires (1980).
  • 8  La plupart repérés avec l’aide de la base de données textuelles Frantext.

5Cette approche sous-tend mon étude des thématisations de l’égalité effectuée à partir de textes scientifiques (français, américains et canadiens) se réclamant de la philosophie politique, des sciences économiques, de la sociologie, des sciences juridiques et de l’anthropologie. Ces textes ont été produits4 dans la foulée des débats sur l’action positive auxquels la communauté scientifique a pris part, en avançant des positions pour et contre l’instauration de ces politiques. Ils m’ont permis de lire en implicite ce qu’on peut appeler la constitution des égaux et des inégaux – des majoritaires et des minoritaires. J’ai en effet procédé à l’analyse discursive de ce corps de textes sociaux afin d’identifier le référent et le référé eu égard à l’égalité. La technique d’analyse a consisté à retracer les attributs sociaux (soit des attributs « historicisés » par contraste à « essentialisés ») des catégories majoritaire et minoritaires (femmes, Noirs, etc.) en se centrant notamment sur l’individuation et l’agentivité5 que recèle chacune de ces catégories. Cette technique permet de déterminer les types de compréhension que l’on a de la constitution des groupes sociaux identifiés à ces catégories, notamment en cernant les compréhensions historicisées ou essentialisées. Elle procède aussi par une analyse de la « combinatoire de l’implicite et de l’explicite »6 ainsi que par l’analyse de l’enchainement discursif7 de chacun des textes. J’ai par ailleurs pratiqué une analyse semblable sur des textes produits au 18e siècle et avant le 18e siècle8 et sur des données secondaires. C’est-à-dire partant d’une série d’études produites sur les usages lexicaux et variations discursives de l’égalité (18e-20e siècles) (voir Fiala et al., 1999).

  • 9  Je pourrais dire pour une période de plus de deux siècles, mais ce serait abusif, attendu que le c (...)

6Les usages sociaux et thématisations de la notion d’égalité, que j’ai pu dégager avec cette technique d’analyse, dévoilent le caractère composite limité du sens social de l’égalité ainsi qu’une certaine régularité de ses référents sociaux pour le 18e et le 20 siècle9. Son (présumé) caractère polysémique, souvent donné comme motif d’une ambigüité de sens dont l’égalité serait porteuse, renvoie en fait à diverses dimensions de rapports sociaux de pouvoir qu’elle concerne, et non à une insaisissable variété de sens. L’égalité, comme on le verra, traduit le plus souvent une situation sociale de référence. Les contextes discursifs étudiés la renvoient à un espace social où se produisent « liberté » et « échanges », de même qu’à une identité sociale non marquée par les catégories de race, de sexe, d’ethnicité ou de handicap physique ou intellectuel. C’est en cela sans doute que la notion d’égalité a pu acquérir le sens de norme, ici entendu comme un mode d’être souhaité par tous, exempt de contraintes sociales et d’assignations identitaires.

Thématisations et propriétés sociales de l’égalité

  • 10  Le champ sémantique de l’égalité se réfère principalement aux thèmes de justice, liberté, mérite ; (...)

7Ce sur quoi je veux insister ici, c’est qu’il y a une sorte d’unité du champ de signification de la notion d’égalité du 18e au 20e siècle et que cette unité est en lien avec la saisie sociale des rapports de pouvoir, que l’égalité régule10. Peu avant qu’on ne l’institue en principe juridique, les usages de égalité n’auront de sens qu’avec la conscience des rapports sociaux de pouvoir et, inversement, avec la conscience de leur absence. J’en donnerai ci-dessous quelques exemples. Par ailleurs, au 18e siècle comme maintenant, l’égalité renvoie à une sorte de condition pour valoir socialement, pour être reconnu comme un acteur légitime ; bref, elle constitue un moyen de se poser en sujet social. Conséquemment, le rapport constant entre égalité et rapports de domination montre « le caractère insécable de l’ensemble constitué par le symbolique et le matériel » (Guillaumin, 1972, p. 90), voire la profonde cohérence entre ces deux plans, où le symbolique et le concret sont réunis. Aussi, l’analyse du système de pensée entourant l’égalité et l’analyse des mesures politiques ou sociales qui y puisent leur fondement devrait considérer ces deux plans. Ce qui implique qu’on ne considère pas l’égalité comme un absolu ou une évidence mais surtout que le sens de l’égalité, ou mieux son actualisation, change avec l’évolution des rapports de pouvoir.

Égalité et pouvoir : des exemples

  • 11  Il est utile ici de distinguer « situation de majoritaire » d’un éventuel « fait majoritaire » pou (...)

8Dans la première moitié du 18e siècle, on peut avancer que le terme égalité est utilisé pour qualifier la relation des nobles entre eux. Par exemple, par le terme les égaux, le comte de Boulainvilliers (1658-1722) exprime son opposition à la monarchie absolue et témoigne de l’égalité d’origine des nobles. Son usage qualifie « une égalité politique qui implique l’absence d’esclavage, l’absence d’ordres et des privilèges » (Piguet, 1999, p. 31). C’est une égalité qui a la particularité de décrire une situation de majoritaire au sens sociologique du terme, soit celle d’un groupe social détenteur des pouvoirs et créateur des lois11.

9Avant le 18e siècle, on peut trouver d’autres exemples de groupes d’individus qui se définissent par la notion d’égalité. Les Pairs de France, du système féodal, se reconnaissaient par le critère de l’égalité en se nommant le groupe des égaux (Saint-Simon, duc de (1952) [1714]). Dans une moindre mesure, les « égaux » en démocratie ou en république, occurrences relevées chez Mably et Montesquieu, participent de ce même sens de l’égalité ayant rapport à un pouvoir… partagé.

10Dans ces deux périodes de l’histoire avant le 19e siècle, on peut sociologiquement donner un sens équivalent aux termes égalité et majoritaire, attendu que ce dernier est défini en relation au statut social et au pouvoir, voire à un groupe social dominant.

11Ces occurrences rappellent l’égalité des semblables, présente dans l’Antiquité, « où la seule autorité légitime était celle de la parole émanant de la discussion des égaux entre eux » (Thériault, 1999, p. 6), soit chez les égaux en pouvoir.

  • 12  Que l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen énoncera en termes de vertus (...)

12La théorisation de l’égalité moderne conservera ce sens de régulation politique des relations de pouvoir entre humains. Avec le 18e siècle, l’inégalité ne sera plus le fait d’une transcendance divine, fût-elle médiatisée par un monarque, mais bien reconnue comme le fait d’une convention (Rancière, 1990, p. 757). Ce à quoi aboutissent les réflexions de Rousseau sur l’inégalité en 1754. Deux structurations thématiques de l’égalité apparaissent alors : soit une égalité définie en termes de rapport au social (l’égalité du contrat politique12), soit une égalité à caractère ontologique (l’égale dignité des humains). Ces deux thématisations renvoient au domaine politique, au pouvoir. En seront exclus les femmes et autres mineurs (étrangers). Avec la Révolution, la figure du majoritaire social changera, mais le pouvoir d’édifier la norme qu’il porte reste le même.

  • 13  On trouve cette dernière attestation depuis 1932 dans le Dictionnaire de l’Académie, et dans le Ro (...)

13L’égalité d’alors, comme celle d’aujourd’hui médiatisée par les chartes des droits, renvoie à un idéal d’émancipation, qui suppose la reconnaissance de l’existence de rapports sociaux de pouvoir. Alors que le sens du mot égalité au 18e siècle impliquait une « relation, un dynamisme, la recherche d’un équilibre » [je souligne] entre détenteurs d’un pouvoir (Fiala, 1999, p. 14), les dictionnaires contemporains renvoient aussi à ce sens ainsi qu’à un état :le faitd’être égal ou la qualité de ce qui est égal13.

14Ces deux mêmes sens de égalité « état » et égalité « processus » ou « dynamique » ont été observés dans le débat contemporain sur l’« action positive ». Ils sont l’apanage de segments de discours qui s’énoncent par la catégorie majoritaire. Ce fait permet de témoigner d’une certaine régularité de sens des usages modernes du terme égalité du 18e et du 20e siècle – mais avant aussi, si on considère l’égalité des semblables de l’Antiquité grecque.

  • 14  Voir Pietrantonio (1999 et 2002b).
  • 15  La notion de mérite est centrale dans le discours social (et scientifique) relatif aux débats sur (...)

15L’analyse du champ sémantique de égalité à partir des catégories « majoritaire » et « minoritaire » entendues au sens sociologique, c’est-à-dire marquées par une dissymétrie des pouvoirs et des statuts14, permet d’observer que son sens varie non seulement suivant les contextes historiques, mais surtout à partir de ces appartenances catégorielles « majoritaire » et « minoritaire ». Les majoritaires du 18e siècle, comme ceux du 20e siècle, sont ceux qui défendent un état, un équilibre (de privilèges) avec la notion d’égalité : un état ou un équilibre qui induit le pouvoir d’échanger et d’occuper une place sociale, un emploi, par « mérite »15. Dans ces contextes discursifs, on ne note aucun usage de égalité pour évoquer/décrire/défendre la situation sociale ou les relations des minoritaires entre eux.

16Au 20e siècle, on retrouve des usages sociaux de égalité comme norme – sociale et juridique – et comme fondement des politiques publiques. L’égalité a depuis acquis une fonction de mesure des conditions sociales respectives des majoritaires et des minoritaires. On parle en ce cas pour ces derniers, et seulement pour eux, d’« atteindre l’égalité ». Mais qu’atteint-on quand on « atteint » l’égalité ?

  • 16  Qualificatif réservé aux types d’emplois où l’on retrouve principalement ceux qu’on désigne sociol (...)

17L’analyse de la structuration thématique du champ sémantique de égalité au sein des débats sur l’action positive indique que l’égalité est aussi une caractéristique d’espace social. Par exemple, le marché du travail. Dans ce contexte spécifique, le travail domestique demeure exclu des thématisations de l’égalité, tout comme tout autre lieu de travail que l’on qualifierait de « ghetto d’emploi »16. L’analyse indique aussi que l’égalité se développe et s’édifie socialement par l’agentivité des majoritaires – des individus (« libres échangeurs ») qui se meuvent sans assignations (identitaires) de race, de sexe ou d’ethnicité et qui alimentent, ce faisant, l’économie et le marché (Pietrantonio, 2002b). En ces occurrences, l’égalité n’est pas tant perçue comme une idéologie mais bien comme existant – puisqu’on la dit se constituer socialement – par ces agents. En d’autres termes, l’analyse des usages sociaux de l’égalité montre que cette dernière est plus qu’un principe dont on favoriserait l’actualisation ou dénoncerait les effets d’application. Ce principe, édifié en droit, constitue l’unité descriptive du « monde majoritaire », tant dans ses dimensions concrètes que symboliques. Le fait est rarement signalé, sauf à considérer l’implicite de l’adage populaire au sens bien connu de tous : « […] certains sont plus égaux que d’autres » (Orwell, 1945) [je souligne]. On observe, suivant cette thématisation, que la dynamisation ou l’actualisation de l’égalité est pensée comme posant « problème » pour les minoritaires seulement.

18Enfin, si l’égalité se définit par les conditions sociales qu’on peut dire être le fait de majoritaires, elle n’en est pas moins souhaitée et désirée par tous, majoritaires et minoritaires. Mais on peut tout de même observer un amalgame où égalité et majoritaire se confondent presque, tant au plan symbolique que concret, sans pour autant se recouper totalement. Qu’est ce qu’être « majoritaire » ? Quels sont les différents paramètres qui définissent cet état ? Et comment peut-on en faire l’analyse sociologique ?

La notion de « majoritaire » : paramètres d’analyse et problématisation

  • 17  L’approche matérialiste de l’analyse des rapports sociaux de sexe cible aussi l’appropriation de l (...)
  • 18  Cette approche spécifique à l’analyse des rapports de domination, que l’on nomme analyse des rappo (...)

19La notion de « majoritaire » est centrale dans l’analyse des rapports sociaux de pouvoir. Et bien qu’elle soit rarement définie dans les dictionnaires et encyclopédies de sociologie, une grande part des études en sociologie des rapports sociaux ethniques, de race et de sexe s’y réfère pour cerner le statut social d’individus ou de groupes d’individus, que l’on nomme conséquemment « majoritaires » ou « minoritaires ». Cette terminologie majoritaire/minoritaire renvoie en fait à un concept par lequel on identifie et traduit ainsi un type particulier de relations sociales qui impliquent de la domination à différents degrés qui vont croissant de l’exploitation (dépendance, oppression) jusqu’à l’appropriation de l’individualité corporelle comme unité matérielle (Guillaumin, 1992 [1972]). Ce dernier type de domination ayant caractérisé la relation d’esclavage, qui a conduit à l’édification du sens (social) des catégories « Noir/Blanc »17. On parle donc de relations qui sont, certes, génératrices d’inégalités vécues sur un mode individuel, mais celles-ci sont d’abord constitutives de groupes sociaux qui sont alors dans un rapport antagonique et dialectique. Majoritaires et minoritaires, ici, ne peuvent se concevoir l’un sans l’autre, ni empiriquement ni symboliquement. Ils forment ainsi un ensemble social, ce que j’ai appelé ailleurs un « couple social » (Pietrantonio, 2002a), qu’il convient d’analyser comme tel18.

20En outre, les travaux effectués dans cette perspective analytique ont montré que l’ensemble des groupes sociaux minoritaires est dans un rapport dissymétrique face au majoritaire ; un référent qui incarne la catégorie de l’universel. La dissymétrie caractéristique de ces rapports se lit et se vérifie comme le fait d’une particularisation du minoritaire, qui devient ainsi le porteur de la marque de la différence – laquelle n’a bien entendu de sens que contrastée avec une forme de généralité sociale qu’incarne le majoritaire. D’où l’idée de couple social évoquée plus haut. Les actions – le faire social – des minoritaires sont donc particularisées par rapport à un mode d’être social générique qui est le fait de la généralité, sans limitation aucune, que porte la catégorie « majoritaire » (Pietrantonio, 2002b).

  • 19  Font exception à cet égard les travaux du laboratoire CNRS-ENS de Fontenay/Saint-Cloud de la fin d (...)

21Dans l’analyse des rapports sociaux de domination, pensés comme constitutifs des catégories de race, de sexe et d’ethnicité, le groupe majoritaire est le groupe social de référence. Toutefois, au plan théorique, on méconnait la spécificité sociale de cette catégorie, outre celle d’être médiatrice de divers pouvoirs, dont celui d’édification de la norme sociale. Le majoritaire demeure le plus souvent un objet d’analyse implicite tout en émergeant en creux des résultats d’analyse où l’on dégage les conditions d’existence qui sont faites aux minoritaires. Les paramètres pour son étude sont presque inexistants, malgré le fait qu’il serve de catégorie de référence à l’analyse des rapports sociaux de pouvoir. Il en ressort que la situation sociale de référence (celle de « l’être majoritaire ») ne fait pas l’objet d’analyse ou, si on veut, qu’il y a absence de symétrie dans la conceptualisation des catégories majoritaire et minoritaire (et donc des situations sociales qui les concernent), avant l’analyse et dans l’analyse (Guillaumin, 1972 ; Le Doeuff, 1989 ; Mathieu, 1971 ; Michard et Ribery, 1982 ; Pietrantonio, 2000 ; 1999). C’est aussi le cas de la notion d’« égalité ». Elle ne constitue pas un objet d’analyse19 au sein d’études qui se centrent sur les inégalités sociales, et il y a absence de symétrie dans sa conceptualisation selon les catégories « majoritaire » et « minoritaire », avant l’analyse et dans l’analyse – le succès de la thématisation de l’égalité dans la différence, constante depuis deux siècles (pour les minoritaires seulement), en atteste. Il faut prendre acte de ce constat dans l’analyse des rapports de pouvoir dans les contextes les plus divers. Toutefois, il convient de signaler que ce défaut d’analyse procède de l’effet de ces rapports : ils produisent le caractère spécifique des minoritaires et empêchent de voir ce caractère spécifique comme un produit de ces rapports.

En perspective

  • 20  Lequel se développe dans le cadre d’échanges ministériels internationaux sur la protection de la d (...)

22Afin de circonscrire les divers paramètres sociaux et sociologiques de cette notion de « majoritaire », j’ai entrepris de « chasser » son sens à travers des corpus différents, choisis pour leur caractère éclectique et pour l’implicite sur lequel leur sens social s’édifie (soit, actuellement, le discours institutionnel relatif à la « diversité culturelle » dans le champ des politiques de la culture20 et le discours institutionnel actuel de la « différence » au sein du Conseil du statut de la femme au Québec). Je fonde ainsi l’hypothèse que le « majoritaire » se trouve chaque fois dans ce lieu qu’est l’implicite : ces deux premiers corpus recèlent une norme que je crois nécessaire de rendre explicite pour retracer les paramètres divers de ce « majoritaire ». Si une telle hypothèse repose sur la multiplication des contextes sociodiscursifs, les corpus identifiés doivent concerner des enjeux constitués (d’une manière ou d’une autre) par des relations de pouvoir et relatifs à un certain ordre social. C’est de la sorte qu’il me parait possible de saisir non seulement de multiples dimensions de la notion de « majoritaire », mais aussi une potentielle unité de sens dont la présence dans les contextes les plus variés attesterait du caractère significatif des résultats d’analyse (ou des paramètres identifiés).

23L’analyse du majoritaire social me parait une piste d’analyse fructueuse pour la poursuite de l’examen des politiques sociales à visée égalitaire et des débats qu’elles suscitent. Elle est aussi utile pour éviter l’enfermement (analytique) potentiel dans une dichotomie majoritaire/minoritaire qui tend invariablement à faire perdre de vue le caractère dynamique des relations de pouvoir, et donc le caractère dynamique de chacune des catégories de l’ensemble majoritaire/minoritaire – et ainsi la complexité du social qu’on saisit avec lui. Ce travail entrepris poursuit celui de la sociologue Colette Guillaumin qui, au terme d’une étude sur la genèse de l’idéologie raciste et de son langage contemporain, distinguait déjà en 1972 un majoritaire nommé Ego ; le « médiateur imaginaire de l’organisation sociale » (le sujet social) et un « majoritaire absolu » constitué tant en groupe concret qu’en groupe institutionnel, « possesseur du pouvoir matériel » (1972, p. 215). Son analyse a montré que c’est l’association entre ces deux types de majoritaires qui est décisive pour l’orientation de la norme sociale, soit « l’association d’une référence symbolique et du pouvoir matériel » (1972, p. 219). Elle précisait en outre que la relation majoritaire/minoritaire n’est pas une simple relation duelle et opposée, mais bien une relation ternaire. Suivant cette perspective, « chaque majoritaire et chaque minoritaire se définit dans l’ensemble social par rapport au Je imaginaire, l’un par contigüité (le majoritaire), l’autre (le minoritaire) par opposition. Aucun ne [se] confond [à ce Je imaginaire] mais aucun n’a de place sans passer par lui […] » (ibid.) [je souligne] : un trait effectivement apparu à l’analyse du sens de la notion d’égalité. Pour C. Guillaumin, « ce qui est socialement défini comme norme est l’instance de référence [qui est] propriété imaginaire de Ego et non de Alter » (ibid.).

  • 21  Entendu ici dans le sens saussurien du terme, c’est-à-dire : où le point de vue crée l’objet.

24Cette norme, définie comme une instance de référence portée par un groupe social, n’est pas très éloignée de la définition qu’en a donnée Howard Becker, qui en a parlé comme d’une stratégie de domination lorsque élaborée par un groupe pour un autre groupe (Étienne, 1995), ou encore de celle d’Elias pour qui la norme constituait le vecteur de « la conscience de la propre valeur » de ce qu’il appelait « les éléments avancés de la société » (ibid.). Ces deux sens de la notion de norme ne sont pas très éloignés non plus de ce que Roland Barthes nommait en 1957 « le grand référent auquel s’ordonne toute la conduite des référés » (Barthes, 1957, p. 58). Ce qui est déterminant toutefois, dans l’approche développée par C. Guillaumin, notamment pour l’analyse de l’égalité et de la norme sociale qu’elle constitue, c’est cette dimension ternaire de la relation majoritaire/minoritaire, avec le Je imaginaire idéalisé par les majoritaires et les minoritaires : le sujet social ou Ego. Cette dimension ternaire permet d’identifier un ordre symbolique, qui se déploie à partir de rapports sociaux de domination et qui marque autant une identité sociale à privilégier qu’il tapisse les formes de la valence sociale. Un tel ordre, on en conviendra, ne peut certes être considéré uniquement comme le fait d’une « stratégie de domination » ou encore comme le fait d’« éléments avancés de la société », sauf à en réduire considérablement la portée pour chacun de nous. Faire l’étude du majoritaire social est en définitive une manière de reproblématiser la question de la norme. Partant de l’analyse de ces rapports sociaux spécifiques que sont les rapports de pouvoir, et du postulat que ces rapports dynamiques sont de nature à influencer ce qu’on appelle (faute d’un meilleur terme) l’ordre social, cerner le majoritaire social et ses paramètres divers (concrets et symboliques), en faire un objet d’analyse explicite, peut servir notamment à voir autrement21 deux formes extrêmes de cet ordre, soit la nation et l’hétéronormativité. Ces deux formes ont un impact sur l’identité sociale de tout individu, là où précisément, on en conviendra, l’égalité s’est érigée en norme et s’est faite projection du meilleur – de l’être et de l’action. Dans cette perspective de recherche, une question s’impose d’ores et déjà : quelle(s) identité(s) revêt l’Ego égalitaire ?

Haut de page

Bibliographie

Barthes R., 1964, Communication, no 4, numéro spécial sur les « Recherches sémiologiques », R. Barthes éd., 1993, Œuvres complètes, t. 1 (1942-1945), Paris, Le Seuil.

– 1957, Mythologies, Paris, Le Seuil.

Bonnafous S., 1991, L’immigration prise aux mots, Paris, Kimé.

Étienne J., 1995, « Normes », Dictionnaire de sociologie. Les notions, les mécanismes, les auteurs, Paris, Hatier, p. 157-161.

Fiala P., 1999, « Les termes de l’égalité et de l’inégalité : flux et reflux », P. Fiala éd., In/égalité/s. Usages lexicaux et variations discursives (18e‑20e siècles), Paris, L’Harmattan (Sémantiques), p. 7-20.

Guillaumin C., 1978, « Pratique du pouvoir et idée de Nature. I. L’appropriation des femmes », Questions féministes, p. 5-30.

– 1972, L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris, Mouton.

Le DoeufF M., 1989, L’Étude et le rouet. Des femmes, de la philosophie, etc., Paris, Le Seuil.

Mathieu N.-Cl., 1971, « Notes pour une définition sociologique des catégories de sexe », Épistémologie sociologique, no 11, p. 19-39.

MICHARD Cl., 1996, « Genre et sexe en linguistique : les analyses du masculin générique », Mots, no 49, p. 29-37.

Michard Cl., Ribery Cl., 1982, Sexisme et sciences humaines : pratique linguistique du rapport de sexage, Presses universitaires de Lille.

Nouvelles questions féministes, 2003,vol. 23, no 3 « À contresens de l’égalité ».

Piguet M-F., 1999, « La famille d’égal au 18e siècle : l’exemple de Boulainvilliers et celui de la pensée économique », P. Fiala éd., op cit., p. 21-42.

Pietrantonio L., 2002a, « Who is “we” ? An exploratory study of the notion of “the majority” and cultural policy », Canadian Ethnic Studies, no 34, 3, p. 142-156.

– 2002b, « Le débat scientifique sur l’action positive : l’occasion d’une analyse sociologique de l’égalité », Études ethniques au Canada, no 34, 1, p. 64-84.

– 2000, « Une dissymétrie sociale : rapports sociaux majoritaires/minoritaires », Bastidiana, no 29-30, p. 151-176.

– 1999, La construction sociale de la (dé)légitimation de l’action positive ou l’envers de l’égalité, thèse de doctorat, Université de Montréal.

Rancière J., 1990, « Égalité », Encyclopédie philosophique universelle, A. Jacob éd., II. Les notions philosophiques, Dictionnaire, Paris, PUF, p. 757-759.

SAINt-Simon (duc de), 1952 [1714], Mémoires, Gallimard (Nouvelles Revue Française, Bibliothèque de la Pléiade), chap. IV, p. 461-489.

Tahon M.-Bl., 2003, Sociologie des rapports de sexe, Presses de l’université d’Ottawa.

Thériault J.-Y., 1999, « Présentation : la citoyenneté, entre normativité et factualité », Sociologie et sociétés, no 31, 2, p. 5-14.

Haut de page

Notes

1  Majoritaire et minoritaire sont entendus ici non pas en termes de nombre ni de droit mais bien en termes de pouvoir différencié et de statuts sociaux concrets et symboliques.

2  La thématisation est un groupement de thèmes autour d’une notion commune. En tant qu’unité discursive d’analyse, elle est une sorte de « grande unité signifiante du discours » (Barthes, 1964, p. 1413) qui dit plus que le champ sémantique, ici de l’égalité, car ce champ apparait dans une forme structurée avec les thématisations.

3  Des politiques ou mesures connues aussi sous le nom de affirmative action aux Etats-Unis, de « discrimination positive » en France, de « programmes d’accès à l’égalité » au Québec.

4  Et publiés dans des revues avec comité de lecture sur une période de plus de dix ans, allant du milieu des années quatre-vingt à la fin des années quatre-vingt-dix. On parle ici d’un corpus de cinq textes de langue française (corpus 1), représentatifs d’un corpus plus vaste (corpus 0) comprenant aussi des textes de langue anglaise. La terminologie « corpus 1 » et « corpus 0 » est empruntée à S. Bonnafous (1991).

5  La notion d’agentivité renvoie au « faire social » et au sens de ce « faire social ». Largement utilisée par les sociolinguistes, mais aussi par les sociologues, elle est issue d’études en linguistique où elle a la particularité suivante : « linguistiquement parlant, c’est l’agentivité qui sépare la notion d’humain de celle d’animal » (Michard, 1996, p. 35).

6 Il s’agit en fait d’une pratique d’analyse discursive que j’ai pu développer essentiellement grâce aux travaux de C. Guillaumin (particulièrement ceux de 1972) et en réunissant les résultats d’analyse communs de diverses études conduites au cours de ces trente dernières années sur ces rapports sociaux de race, de sexe et rapports sociaux ethniques. Voir Pietrantonio, 1999 et 2000.

7  Je me suis inspirée de la démarche de Jacqueline Feldman pour l’étude de dictionnaires (1980).

8  La plupart repérés avec l’aide de la base de données textuelles Frantext.

9  Je pourrais dire pour une période de plus de deux siècles, mais ce serait abusif, attendu que le corpus analysé ne contenait pas de textes sociaux du 19e siècle. Cette autre dimension comparative reste à faire et à articuler à la présente analyse.

10  Le champ sémantique de l’égalité se réfère principalement aux thèmes de justice, liberté, mérite ; trois thèmes qui cernent l’idéologie méritocratique qui porte le projet égalitaire depuis le 18e siècle. À ces thèmes généraux s’ajoutent, à l’intérieur de notre corpus du 20e siècle les thèmes de discrimination, de compétence et celui de différence dont les sens peuvent varier.

11  Il est utile ici de distinguer « situation de majoritaire » d’un éventuel « fait majoritaire » pour lequel, à ma connaissance, il n’existe à l’heure actuelle aucune étude sociologique. Je remercie un des lecteurs anonymes de cet article de me permettre d’apporter cette précision.

12  Que l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen énoncera en termes de vertus et de talents.

13  On trouve cette dernière attestation depuis 1932 dans le Dictionnaire de l’Académie, et dans le Robert depuis quelques décennies (Fiala, 1999).

14  Voir Pietrantonio (1999 et 2002b).

15  La notion de mérite est centrale dans le discours social (et scientifique) relatif aux débats sur l’action positive.

16  Qualificatif réservé aux types d’emplois où l’on retrouve principalement ceux qu’on désigne sociologiquement par le terme de minoritaire.

17  L’approche matérialiste de l’analyse des rapports sociaux de sexe cible aussi l’appropriation de l’individualité corporelle comme exercice ultime de domination ; ce que C. Guillaumin (1978a) définit par l’expression « rapport de sexage ».

18  Cette approche spécifique à l’analyse des rapports de domination, que l’on nomme analyse des rapports sociaux constitutifs, n’est certes pas uniquement le fait de C. Guillaumin, mais l’ensemble des travaux de cette dernière ont grandement contribué à son développement.

19  Font exception à cet égard les travaux du laboratoire CNRS-ENS de Fontenay/Saint-Cloud de la fin des années quatre-vingt-dix, UMR 8503, Analyse de corpus, équipe « Pratiques du langage au 18e siècle » (voir Fiala, 1999). Par ailleurs, tout récemment, on peut observer que des études des inégalités sociales faites par des sociologues et des anthropologues se tournent vers la notion d’« égalité ». C’est tout particulièrement le cas pour l’analyse des motifs et débats entourant la notion de parité en France. Voir, entre autres, le no 3, vol. 23 de la revue Nouvelles questions féministes (2003) et M.-B. Tahon, 2003. Mais ces études récentes ne font pas tant l’analyse du sens de l’égalité qu’elles mettent en avant ou débattent des modalités spécifiques de son actualisation pour les minoritaires – en ce cas-ci, les femmes.

20  Lequel se développe dans le cadre d’échanges ministériels internationaux sur la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques sous l’égide de l’UNESCO.

21  Entendu ici dans le sens saussurien du terme, c’est-à-dire : où le point de vue crée l’objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Pietrantonio, « Égalité et norme. Pour une analyse du majoritaire social », Mots. Les langages du politique [En ligne], 78 | 2005, mis en ligne le 31 janvier 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://mots.revues.org/431

Haut de page

Auteur

Linda Pietrantonio

Université d’Ottawa, Département de sociologie
linda.pietrantonio@uottawa.ca

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page