Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Geneviève Calbris, L’expression gestuelle de la pensée d’un homme politique

Maurice Tournier
p. 135-137
Référence(s) :

Geneviève Calbris, L’expression gestuelle de la pensée d’un homme politique, 2003, Paris, CNRS Éditions (Communication), 205 p.

Texte intégral

1« Travail empirique admirable », selon les termes du préfacier Jacques Cosnier, cet ouvrage de recherche, qui atteint le plus fondamental, non seulement concentre en peu de pages le pas à pas rigoureux d’une analyse détaillée de la gestuelle propre à Lionel Jospin, mais il est sous-tendu par une interrogation et des hypothèses théoriques si fortes qu’elles ont nécessité la construction de tout un appareil descriptif et interprétatif ; elles débouchent aussi sur des questions anthropologiques d’un tel intérêt que s’ouvrent au chercheur en langages et communication les voies d’une « interprétation bio-écologique de l’homme ». Comme un Premier ministre télévisé, gestualisant les accents d’une pensée pré-conceptuelle avant de la verbaliser, l’homme des origines a dû bouger pour dire, avant de parler. Affirmer que le geste fait signe ne suffit pas. Pour Geneviève Calbris, l’abstrait sort du concret. Cette thèse, elle va amplement la démontrer, grâce à une savante et pertinente technique de recherche et à l’étude rigoureuse d’une expression-témoin bien choisie.

  • 1 G. Calbris, 2001, « Principes méthodologiques pour une analyse du geste accompagnant la parole », M (...)

2Après le tour d’horizon obligé des « maitres » de la discipline et des réflexions et typologies des uns et des autres, une méthodologie d’analyse de la gestualité, à la fois éprouvée et originale, que deux numéros antérieurs de Mots avaient en partie présentée, dans ses principes et outils et dans son application à l’« espace symbolique » de Jospin1, se trouve ici explicitée en détail, dans le souci d’une adaptation, la plus fidèle possible, aux traits physiques porteurs de sens. Il y a là deux choix clairement établis, fondant la recherche : le pragmatisme et la co-verbalité, qui opèrent, parmi les gestes multiples que nous pouvons faire, un tri radical ne prenant en compte que la netteté descriptible et significative des traits physiques, qu’ils soient mono- ou polysémantiques, mis en rapport direct de sens avec un segment oral verbalisé succédant au geste ou l’accompagnant.

3De nombreux dessins épurés et stylisés illustrent ces configurations, dont une vingtaine de figures suffisent à composer un répertoire matriciel efficace (poing, index, pyramide ou pointeau, cadre, bol retourné, pince digitale, auto-centration, etc.). Les exemples donnés montrent aussi comment le texte a été travaillé mot après mot dans son rapport aux gestes (signalant par l’italique début, durée et fin d’une séquence gestuelle, par le gras les phénomènes d’accentuation, par l’astérisque le renvoi à un geste initial, par des mots ou lettres entre crochets de quelle configuration, de quelle main, de quelle direction il s’agit, etc.). Des décomptes d’occurrences viennent, le cas échéant, compléter le tableau.

4L’application de cette méthodologie à la gestuelle de Lionel Jospin (dont la patiente analyse a, pour une part, permis de roder certains des descripteurs utilisés) n’en est que le meilleur exemple, tant l’ajustement est parfait et prouvé le bien-fondé de la thèse. Prêtons, à ce sujet, attention au titre de l’ouvrage : expression gestuelle et pensée y sont réunis, comme pour tout geste co-verbal signifiant, dans une relation essentielle, vitale, que viennent rejoindre à la fois homme et politique, les deux réalités sociopersonnelles de Lionel Jospin que l’étude va dégager, ne serait-ce que dans la distinction entre droite et gauche opérée par un ambidextre clairement latéralisé. On trouve au cours de cette recherche, à lire les commentaires subtils de Geneviève Calbris qui nourrissent avec justesse ses descriptions, des clés interprétatives marquant ou nuançant la pensée de l’orateur et les clés quasi-psychologiques d’une personnalité toute en ouverture et préservation de soi, à la fois affirmée et en retrait : la main droite sur le cœur (affichage personnel) accompagne la négation du discours et le dédoublement de l’« homme politique » : « Il ne me revenait pas à moi, homme politique, de trancher… ».

5Des images bien dessinées se dégagent de l’analyse, comme une suite de portraits : le spontané, l’imaginatif, l’acteur, l’impliqué, le pédagogue, le chef du gouvernement doué de maitrise, de sens du concret, de précision dans l’affirmation, de netteté dans le cadrage mais aussi de force dans la décision et l’effort personnel ou dans la « poussée » incitative. Images suggestives : le tranchant de la main raidie s’abat, les paumes poussent vers l’avant, des mouvements balayent un ensemble, la répartition des signes entre gauche et droite s’effectue de manière équilibrée et profondément symbolique, de l’un vers l’autre, de la cause à la conséquence, du moins au plus, d’autrui à moi, etc. La journaliste du Monde rendant compte de cette recherche va jusqu’à résumer de façon trop lapidaire : « Lionel pense de la main droite, Jospin parle de la main gauche ». On précise un détail, on écarte une question, on soupèse un argument, on montre ou affiche l’objectif, on gère en symétrie… L’homme politique LJ se lit dans ses gestes jusqu’au niveau de ses intentions et de l’esprit qui les anime. S’agit-il simplement d’un personnage montré ou d’un savant stratège en communication ? Ni l’un ni l’autre. La part d’inconscient et de spontanéité est trop forte pour que la pensée ait eu le temps de pré-ajuster les gestes… ou pour que des conseillers en com puissent intervenir positivement.

6Le dernier chapitre et la conclusion, à relire de près, vont même beaucoup plus loin que le descriptif interprété au niveau de l’individu. Se dégagent de grands axes d’expression valables pour tout locuteur français et probablement occidental : il s’agit d’espaces symboliques : axe de la croissance ou des valeurs de bas et haut, axe de la marche d’arrière en avant, axe de l’écriture ou de la suite logique de gauche à droite, et de leurs interférences, de leurs enchainements et de leur report sur l’axe transversal. Au-delà de ce qui est plus que des hypothèses de fond, nous apercevons, à lire ce livre passionnant, l’expressivité de l’Homme lui-même, dans la naissance et le déroulement de son scénario physico-mental et son accession concrète au symbolisme.

Haut de page

Notes

1 G. Calbris, 2001, « Principes méthodologiques pour une analyse du geste accompagnant la parole », Mots, n° 67, décembre, p. 129-148, et 2002, « L’espace symbolique révélé par la gestuelle co-verbale d’un homme politique », Mots, n° 68, mars, p. 45-58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Tournier, « Geneviève Calbris, L’expression gestuelle de la pensée d’un homme politique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 75 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://mots.revues.org/3573

Haut de page

Auteur

Maurice Tournier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page