Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes-rendus de lecture

Agnès Steuckardt (dir.), Entre village et tranchées. L’écriture de poilus ordinaires

Uzès, Inclinaison, 2015
Magali Guaresi
p. 135-139
Référence(s) :

Agnès Steuckardt (sous la direction de), Entre village et tranchées. L’écriture de poilus ordinaires, Uzès, Inclinaison, 2015

Texte intégral

1Publié dans le cadre du projet « Corpus 14 » sous la direction d’Agnès Steuckardt, l’ouvrage Entre village et tranchées. L’écriture de poilus ordinaires constitue un apport original à l’abondante littérature scientifique que suscite la Grande Guerre à l’occasion de la commémoration de son centenaire.

2L’ouvrage est d’abord remarquable parce qu’il repose sur un important travail documentaire, mené en amont de la publication : un vaste corpus de 650 lettres a été rassemblé, transcrit et annoté pour constituer un matériel à disposition des linguistes mais également des historiens et du grand public. Cet ensemble d’archives réunit la correspondance de dix scripteurs : sept poilus et trois femmes. L’essentiel est composé des échanges de deux familles héraultaises, celle de Laurent (299 lettres), de sa femme Joséphine (20) et de sa belle-sœur Louise (9), d’une part, et celle de Pierre (50 lettres), de sa femme Marie (40) et de son beau-frère Ernest (9), d’autre part. Un corpus plus modeste, destiné à être complété dans une seconde étape du travail, apporte un aperçu de la correspondance de poilus dans la France septentrionale : le fond documentaire de trois frères originaires de l’Ain fournit 189 cartes postales et cinq lettres proviennent d’un soldat de la Marne. L’une des premières réalisations du groupe de travail a ainsi été de rassembler une documentation éparse, entre les centres d’archives départementales et les greniers familiaux, dans le but de proposer à la communauté scientifique et au grand public – par le truchement d’une exposition et d’un hébergement du corpus en ligne1 – des ensembles épistolaires triés, numérisés et retranscrits dans le respect à la lettre des usages linguistiques des épistoliers. Par ailleurs, les lecteurs et les lectrices trouveront reproduite, dans la seconde partie de l’ouvrage, une soixantaine de lettres parmi les plus représentatives des procédés d’écriture mis en évidence dans les analyses linguistiques qui forment la première partie.

3Outre ce travail de philologie numérique sur le matériau d’archives, le second apport de l’ouvrage réside dans l’entreprise de renouvellement du regard sur les correspondances de la Grande Guerre. Au point de départ du projet se trouve, en effet, le constat d’un certain désintérêt de l’historiographie pour les écrits de soldats « peu-lettrés », c’est-à-dire de Français n’ayant pas le certificat d’étude et étant peu rompus à la pratique épistolaire avant leur mobilisation sur le front en 1914. Sans doute, les écrits des poilus ordinaires ont-ils durablement été ignorés en raison de leur sous-représentation dans les fonds archivistiques ; les correspondances étant mieux conservées dans les milieux lettrés que dans les autres. Mais, pour les auteurs, cette connaissance lacunaire des courriers échangés dans les franges populaires s’explique surtout par le désintérêt des chercheurs, et des historiens en particulier, pour cette source. D’autant plus que ces lettres ont longtemps été soumises à des processus éditoriaux qui ont contribué à effacer leurs particularités linguistiques au profit d’une normalisation et d’une réécriture en « bon français ». En s’intéressant centralement à un corpus d’écrits de peu-lettrés, l’ouvrage dirigé par Agnès Steuckardt fait donc la double preuve de la fécondité d’une approche linguistique des objets traditionnels de l’histoire et de la pertinence des études de productions scripturales non conformes à la norme institutionnelle.

4En effet, l’un des principaux points forts des treize contributions qui composent l’ouvrage réside, selon nous, dans l’analyse de la consubstantialité entre l’écriture des poilus ordinaires et leur passé de soldat. Se poser la question des particularités orthographiques, stylistiques, thématiques, syntaxiques, ou discursives de leurs écrits permet une compréhension de leurs réalités historiques et sociales, les premières étant constitutives des secondes. Dans et par leurs lettres, les poilus racontent évidemment la guerre et le quotidien sur le front mais surtout, ils construisent leur position d’acteurs pris entre la guerre et la volonté de maintenir un lien avec leur village d’origine. En décryptant les caractéristiques linguistiques de l’écriture des poilus et leurs usages spécifiques du français, les auteurs enrichissent substantiellement la connaissance du quotidien des mobilisés et de leurs représentations, entre les petites histoires familiales et la grande Histoire.

  • 2 Par exemple, les écrits des scripteurs attestent de processus de dénasalisation typique de l’occita (...)
  • 3 Ce constat est d’autant plus important qu’on sait que les vernaculaires avaient cours sur le front (...)

5Plusieurs contributions de l’ouvrage s’attachent, ainsi, à penser l’écriture épistolaire des gens « peu-lettrés » dans son contexte historico-social de production. La première Guerre Mondiale est le théâtre d’une explosion de la correspondance, permise par les dispositions de gratuité et d’acheminement du courrier mises en place par l’État. Au total, dix milliards de lettres sont échangées durant le conflit, comme le rappelle Simon Mercier dans son panorama historique de la production épistolaire qui débute l’ouvrage. Outre l’impérieux besoin des soldats de maintenir un lien avec l’arrière – nous y reviendrons, le corpus permet d’attester de la progression de l’alphabétisation et du français dans les masses paysannes et artisanes au début du xxe siècle. Le français s’impose comme la langue de l’écrit sous la plume des poilus ordinaires alors que les campagnes sont encore majoritairement dialectophones à cette époque. L’article de Jean-Michel Géa « Le dialecte dans l’écriture de la guerre : la part absente ? » montre que « l’idiome de la petite patrie » ne perce que rarement et subtilement, sous forme d’interférences phonétiques, morphosyntaxiques ou lexicales2, dans la prose des soldats et de leurs interlocutrices. De façon contre-intuitive, le corpus témoigne du faible recours à la langue orale « usuelle, familiale et familière » (p. 54) pour conserver le contact avec les proches3 et montre un français en passe de s’imposer comme la nouvelle langue du quotidien. Elle est également pour les mobilisés un moyen de produire un ethos patriotique, une image de combattant ayant adopté la langue nationale comme langue de guerre. En creux, c’est l’efficacité de l’école qui fait coïncider « en un remarquable syncrétisme la francisation linguistique et nationalitaire des petits français » (p. 65) qui est soulignée.

6Reste que ce français, appris durant quelques années à l’école de la Troisième République par les épistoliers, fait montre d’un certain nombre de spécificités qui le distinguent du français des poilus plus lettrés. Le corpus rend compte d’une graphie des soldats ordinaires « loin des canons orthographiques » (Jean-Christophe Pellat, p. 67). Les scories repérées correspondent essentiellement aux zones de fragilités de l’orthographe française par ailleurs bien identifiées (comme les accents, les accords nominaux et verbaux, les homonymes grammaticaux ou encore les formes verbales homophones /E/). L’étude syntaxique des écrits des tranchées, menée par Christel Le Bellec, révèle elle aussi une langue dynamique, marquée par des traces d’état ancien des normes françaises et celles d’un français avancé. Particulièrement, les textes des combattants s’écartent notablement des standards du français écrit par leur ponctuation, utilisée pour encadrer des structures, à la fois, au-delà de la proposition et en-deçà du texte (Agnès Steuckardt). La linguiste remarque ainsi que la ponctuation sert moins à structurer la syntaxe qu’à suivre, dans ce discours continu, le cheminement des pensées et des affects des scripteurs. Cette forme discursive est également analysée par Sonia Branca-Rosoff comme l’un des deux modes d’appropriation de l’écriture par les peu-lettrés. A côté d’usages respectueux du cadre épistolaire populaire, elle relève l’importance des « flux » verbaux ininterrompus qui renouent avec les habitudes du parler ordinaire (les expansions vers la droite par exemple). Davantage attestées dans les lettres affectives entre époux, ces pratiques rendent compte de la vocation première que les poilus confèrent à leur correspondance : celle de faire entendre leur voix au village, de construire et de conserver un lien avec l’arrière, de conjurer la mort par le simple acte d’écrire.

7Et c’est là l’une des clefs de compréhension majeure de l’écriture des poilus ordinaires mises en évidence par plusieurs des études de l’ouvrage : le dispositif de communication incarné par la lettre importe davantage que le contenu communiqué (Florence Pellegrini). Ainsi l’étude textométrique menée par Giancarlo Luxardo apprend qu’en dépit de l’existence de deux types de discours structurant le corpus – d’un côté, la narration de la guerre et d’un autre, les mots du lien familial et régional – c’est le vocabulaire de la famille qui connait les fréquences les plus élevées. A partir d’un autre constat, celui de la faiblesse du recours à l’argot dans les lettres, Nicolas Bianchi corrobore l’idée d’un primat des énoncés phatiques ; ces derniers étant moins le lieu de l’expansion d’un éventuel « parler de poilus populaire » que les énoncés relatifs à l’expression de guerre. Il en ressort que la correspondance des soldats peu-lettrés se saisit avant tout comme une écriture de l’intime, singularisée par une puissance expressivité de la « tragédie de l’absence », décrite par notamment par Chantal Wionet dans le dernier chapitre de l’ouvrage. Sa raison d’être est avant tout phatique et performative : elle créé et perpétue le lien avec des territoires et une vie sociale et familiale que certains poilus n’avaient jamais quittés avant la guerre (Corinne Gomila).

  • 4 La contribution de Stéphanie Fonvielle dans l’ouvrage s’attache à décrire le rôle des femmes dans l (...)
  • 5 Dans son article sur les dénominations de l’ennemi, Nathalie Auger montre qu’au fil du temps ce son (...)

8À partir de cette multitude de points de vue sur le même corpus, l’ouvrage parvient finalement à baliser les grandes caractéristiques des échanges épistolaires des poilus : une correspondance à la fois banale et historique, relevant du dialogue intime avec une épouse et de la conversation sociale (avec la famille élargie ou le voisinage)4 et ayant pour but premier de pallier l’absence, de lutter contre la « languitude » ou encore plus fondamentalement de se faire savoir en vie. Autant d’objectifs qui deviennent de plus en plus impérieux au fur et à mesure que le conflit s’enlise et que se multiplient les grands massacres dont la bataille de Verdun en 1916 incarne le paroxysme5. C’est sur ce dernier point, à savoir l’analyse diachronique du corpus (qui gagnerait à être étendu au-delà de 1916) ainsi que sur la mise en place d’une comparaison inter-régionale plus systématique des lettres que se trouvent, nous semble-t-il, les prolongements les plus stimulants des futurs travaux de l’équipe.

Haut de page

Notes

1 L’intégralité du corpus est consultable à l’adresse suivante : <http://corpus14.ortolang.fr/?root=Corpus14.xml> (consulté le 24 janvier 2017)

2 Par exemple, les écrits des scripteurs attestent de processus de dénasalisation typique de l’occitan : ils écrivent « il la n’est » pour « il en est ».

3 Ce constat est d’autant plus important qu’on sait que les vernaculaires avaient cours sur le front où, logique régionale du recrutement oblige, des soldats originaires de mêmes endroits se retrouvaient.

4 La contribution de Stéphanie Fonvielle dans l’ouvrage s’attache à décrire le rôle des femmes dans la transmission des nouvelles de guerre à l’arrière.

5 Dans son article sur les dénominations de l’ennemi, Nathalie Auger montre qu’au fil du temps ce sont moins les boches que les soldats français ont en détestation que la guerre elle-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Guaresi, « Agnès Steuckardt (dir.), Entre village et tranchées. L’écriture de poilus ordinaires », Mots. Les langages du politique [En ligne], 113 | 2017, mis en ligne le 09 mars 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mots.revues.org/22709

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page