Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Binarité du genre grammatical – binarité des écritures ?

Binarity of the grammatical genre – binarity of the writings?
Binaridad del género gramatical ¿Binaridad de las escrituras ?
Daniel Elmiger
p. 37-52

Résumés

Dans notre contribution, nous nous proposons de faire une description de fond et un inventaire des possibilités théoriques et pratiques en matière d’écriture « non sexiste » impliquant une modification de l’utilisation de noms (et de leurs éléments satellites) par rapport aux usages conventionnels. Ce panorama recouvre un vaste champ d’options allant de formes traditionnellement en usage (par exemple formes masculines ou féminines à valeur générique, doublets, formes neutralisant les marques de genre, etc.) et de procédés plus ou moins novateurs (par exemple divers procédés abréviatifs) jusqu’à des suggestions théoriquement envisageables, mais peu probables (par exemple une modification profonde – voire l’abolition – du système des genres : une solution de type « anglais » ou « hongrois »). Dans un premier temps, nous rappellerons le système binaire (mais pas tout à fait équilibré) du français, pour ensuite montrer, à l’aide d’une présentation à deux volets, les possibilités théoriques et pratiques qui ont été suggérées (et utilisées) à ce jour : premièrement, l’utilisation conjointe du féminin et du masculin (par exemple au moyen de doublets) afin de mettre explicitement en valeur les deux genres ; deuxièmement la recherche de formes tierces en vue d’une augmentation systémique et formelle de la configuration des genres en œuvre dans la plupart des langues romanes – ou pour réduire (localement ou globalement) le système des genres à une forme (voire un seul genre).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction : le système binaire des genres français et ses inégalités
Les solutions de remplacement
Deux séries de stratégies
Le dédoublement des formes
La réduction de la variation binaire
Le dédoublement des formes
Les doublets intégraux
Les doublets abrégés
Les neutralisations
Les noms et adjectifs
Les participes
Déterminants et pronoms
Le fonctionnement du système des genres
Le « système anglais »
Le « système hongrois »
L’utilisation de formes génériques
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction : le système binaire des genres français et ses inégalités

Le français a un système à deux genres grammaticaux, qui a perdu presque toutes les traces de l’ancien système ternaire (impliquant un genre neutre) du latin (voir Elmiger, 2015). Il convient de distinguer, dans les relations d’accord qui sous-tendent ce système, les formes susceptibles de contenir une information de genre : il y a d’une part les éléments qui donnent ou régissent le genre et d’autre part ceux qui s’accordent en fonction de l’élément donneur (nous les appellerons satellites). En français, le genre des donneurs (notamment pour ce qui est des noms communs) n’est en général pas apparent, comme c’est le cas dans d’autres langues (où par exemple la terminaison d’un nom peut être un indicateur de son genre grammatical), mais il se traduit par la relation formelle de congruence entre donneur et éléments satellites. Ce système est relativement complexe et il n’est ni possible ni nécessaire d’entrer dans l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Elmiger, « Binarité du genre grammatical – binarité des écritures ? », Mots. Les langages du politique [En ligne], 113 | 2017, mis en ligne le 09 mars 2019, consulté le 23 mai 2017. URL : http://mots.revues.org/22624

Haut de page

Auteur

Daniel Elmiger

Université de Genève

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page