Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Les usages du qualificatif droitier au Nouveau Parti anticapitaliste. Orthodoxie et pluralisme intrapartisan à l’extrême gauche

The uses of the adjective right wing in New Anti-Capitalist Party. Orthodoxy and intra-partisan pluralism in the ranks of the radical left
Los usos del qualificativo droitier en el Nouveau Parti anticapitaliste. Ortodoxia y pluralismo intra-partisano en la extrema izquierda
Jérémy Sinigaglia
p. 103-120

Résumés

L’article propose une analyse des usages du qualificatif droitier dans les luttes de positions intra-partisanes à l’extrême gauche. S’appuyant sur une enquête menée auprès du Nouveau Parti anticapitaliste, il montre comment ce terme vise à disqualifier certaines orientations programmatiques et stratégiques et à stigmatiser les militants qui les portent, en tendant à favoriser une forme d’orthodoxie politique. L’insulte est un acte de destitution qui revêt ainsi un caractère performatif, conduisant à la défection les militants dont le positionnement est assimilé à une « dérive ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La qualification de droitier dans les luttes de positions internes
Une accusation de « déviationnisme »
Droitier dans les échanges oraux : un terme « guillotine »
Une tentative échouée de retournement du stigmate : le courant anarcho-droitier du NPA
La naissance du « blog du courant anarcho-droitier du NPA »
Contre les « curés rouges » et le « catéchisme révolutionnaire »
La réception du blog : « ils nous prenaient carrément pour des ennemis »
Recompositions de l’extrême gauche et pratiques du pluralisme intrapartisan

Aperçu du texte

Le clivage gauche/droite, qui trouve son origine dans la topographie parlementaire avant de se diffuser plus largement à partir du début du 20e siècle (Gauchet, 1997 ; Crapez, 1998), reste, en dépit des interrogations récurrentes dont il fait l’objet (Aebischer, 2003), un principe fort de division du monde politique, un instrument de classement des idéologies, des partis et des agents au sein du champ politique (Le Bohec, Le Digol, 2012). Mais ce clivage « pluriel » (Richard, 2006) n’est pas seulement mobilisé dans les relations interpartisanes : les notions de gauche et de droite, toujours relatives, fonctionnent également comme un principe de division à l’intérieur des partis eux-mêmes, au sein desquels se rejouent les luttes de position et les stratégies de distinction. L’histoire de l’extrême gauche en général, et des trotskismes en particulier (Bensaïd, 2002), en fournit une excellente illustration. Cette topographie politique interne est déjà présente dans les écrits de Lénine...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Sinigaglia, « Les usages du qualificatif droitier au Nouveau Parti anticapitaliste. Orthodoxie et pluralisme intrapartisan à l’extrême gauche », Mots. Les langages du politique [En ligne], 111 | 2016, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 26 juin 2017. URL : http://mots.revues.org/22389

Haut de page

Auteur

Jérémy Sinigaglia

IEP de Strasbourg, SAGE

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page