Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

L’accent : un marqueur de l’homme politique dans les films de fiction français (années trente) ?

El acento : ¿ un marcador del hombre político en las películas francesas de ficción (años treinta) ?
The accent: a marker for politicians in French fiction movies (in the 1930’s)?
François Amy de la Bretèque
p. 63-80

Résumés

On partira de l’idée – c’est un lieu commun – que le parlant a marqué le retour des accents dans le cinéma français. Dès que celui-ci est devenu parlant, les bandes d’actualité permettaient d’entendre la voix, l’élocution et les particularités phoniques d’hommes politiques comme Léon Blum. Le cinéma de fiction profita-t-il de cette opportunité de caractériser les élus et les responsables ? Cette contribution montre qu’en réalité il n’en est rien ou assez peu. Cela ne veut pas dire qu’on n’y joua pas de la palette des voix et des diverses intonations, car la variété de l’oral était un des plaisirs nouveaux du cinéma parlant. Qu’en est-il alors de l’homme politique ? Dans un régime où l’élu est très attaché à sa circonscription, son origine se trahit-elle dans sa parole ? Nous serons conduit à donner une réponse nuancée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La question de l’accent replacée dans l’histoire du cinéma
Études de cas
Topaze première version
L’accent du théâtre et celui du cinéma
Trois Topaze, des films à ancrage plus ou moins marqué
Le diagramme des personnages dans Topaze 1933 : comment les personnages se situent dans l’émission orale de la langue française
Le renversement de situation
Le Roi : les accents marqueurs des régimes et des options politiques ?
Antériorité de la pièce
Le jeu des langues et des accents

Aperçu du texte

Le film d’actualité, désormais sonore et parlant dans les années trente, a laissé de nombreux témoignages de la parole et de l’accent des hommes politiques dans les circonstances de leur vie publique. Il représente un matériau de premier ordre pour les linguistes et politologues, à condition que l’on prenne en compte les contraintes spécifiques de la diffusion de la parole et de l’enregistrement cinématographique.

Mais ce ne sera pas mon objet. On préférera dans cette étude s’adresser au film dit « de fiction ». Celle-ci, disent Jacques Aumont et Michel Marie (2001), « est une forme de discours qui fait référence à des personnages ou à des actions qui n’existent que dans l’imagination de leur auteur et par la suite dans celle du lecteur/spectateur » (c’est la définition commune) ; ils ajoutent : « ce discours […] n’est en principe pas à prendre au sérieux : il n’engage pas celui qui le profère comme un jugement ou une proposition du langage de la vie réelle. Il relève du processus de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Amy de la Bretèque, « L’accent : un marqueur de l’homme politique dans les films de fiction français (années trente) ? », Mots. Les langages du politique [En ligne], 111 | 2016, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 26 juin 2017. URL : http://mots.revues.org/22354

Haut de page

Auteur

François Amy de la Bretèque

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page