Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

« Il n’y a pas de droite ici au Venezuela »

Les interprétations conflictuelles ordinaires des mots du politique
“There is no right, here, in Venezuela”. Ordinary conflicting interpretations of political terms
“No existe aquí derecha en Venezuela”. Interpretaciones conflictivas ordinarias de las palabras políticas
Clémentine Berjaud
p. 37-52

Résumés

Cet article analyse, dans le cadre du Venezuela d’Hugo Chávez, les conflits sociopolitiques au prisme des mots du politique, et plus précisément de leurs appropriations et usages par les citoyens ordinaires. Il révèle que les termes gauche, droite et socialisme ne recouvrent pas le même sens pour tous les citoyens qui, pourtant, les entendent et les utilisent au quotidien. Ils cristallisent de fait des appartenances contrastées, des identités concurrentielles et structurantes, tout en donnant à voir les ressorts et les mécanismes des affrontements sociaux et politiques à l’œuvre sur la période.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les appropriations concurrentielles des mots du politique
Le socialisme : pluralité et enjeux de définitions
Gauche et droite : de la lecture compétente aux positionnements inattendus
Ressorts et ressources d’affrontements sociopolitiques
La construction de l’appartenance : une ressource électorale
Une arme politique : (dé)qualification et disqualification

Aperçu du texte

En prenant pour cadre le Venezuela d’Hugo Chávez, cet article s’ancre dans un contexte discursif et politique spécifique. En effet, entre 1998, date de l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez, et fin 2012, ce pays connaît non seulement de profondes transformations économiques, sociales et politiques (Compagnon et al., 2009 ; Folz et al., 2013) mais encore trois processus conjoints. Premièrement, la polarisation politique progressive cristallise un certain nombre d’antagonismes, politiques mais aussi liés aux appartenances sociales en conflit dans le pays. L’inclusion dans le champ politique de franges de la population qui en étaient auparavant distantes (Berjaud, Tarragoni, 2012) si ce n’est exclues, devient, ensuite, un phénomène important qui marque par son intensité et sa durée les mandats successifs d’Hugo Chávez. Concernant le contexte discursif enfin, l’usage et la multiplication des prises de parole présidentielles constituent un facteur clef pour comprendre les spécificités du te...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Berjaud, « « Il n’y a pas de droite ici au Venezuela » », Mots. Les langages du politique [En ligne], 109 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mots.revues.org/22091

Haut de page

Auteur

Clémentine Berjaud

CESSP-CRPS (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), GEIVEN (Groupe d’Études Interdisciplinaire sur le Venezuela)

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page