Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Peuples autochtones. La fabrique onusienne d’une identité symbolique

Indigenous peoples. The construction of a symbolic identity at the United Nations
Pueblos indígenas. La fábrica de una identidad simbólica en las Naciones Unidas
Irène Bellier et Veronica González-González
p. 131-150

Résumés

Cet article vise à décrire le processus de production de symboles que l’ONU a avalisé dans le domaine des peuples autochtones, ainsi que les termes de leur reconnaissance et de leur circulation dans le champ des institutions internationales. Nous démontrons, sur la base de nos recherches en anthropologie politique, conduites aux Nations unies depuis 2001, que la construction d’un espace politique pour les peuples autochtones dans le système international s’appuie sur des pratiques symboliques et linguistiques qui visent à poser les termes de nouveaux paradigmes politiques. En nous appuyant sur une approche constructiviste sociale, nous montrons également certaines tensions impliquées par l’usage de ces symboles, lesquelles témoignent des limites de l’alliance entre l’ONU et les peuples autochtones.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La production de symboles avalisés par les Nations unies
L’accord sur l’identité « peuples autochtones »
Une Charte des droits des peuples autochtones
L’institutionnalisation des questions autochtones et le partage du monde
Tensions sur l’usage des symboles : la nature et les limites de l’alliance entre la communauté internationale et les peuples autochtones
La nature intergouvernementale de l’Onu
Les tensions institutionnelles
Ce que les symboles cachent

Aperçu du texte

You have a home at the United Nations…
We begin a new chapter in the history of indigenous
peoples at the United Nations.
Kofi Annan, Secrétaire général de l’ONU, 2002

Comme en témoigne l’adresse de l’ancien Secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, prononcée à l’Instance permanente sur les questions autochtones en mai 2006, l’institution du monde dont la charte commence par ces mots : « Nous, peuples… », a accueilli les représentants des dits peuples autochtones pour entendre leurs revendications et y porter réponse (Daes, 2008 ; Morin, 2006 ; Muehlebach, 2001 ; Niezen, 2003). Dans le cadre de cet article, nous souhaitons montrer la puissance symbolique des éléments qui ont contribué à créer un espace propice à la négociation d’une identité globale, à travers et par-delà la production d’un instrument de grande valeur morale, politique et symbolique : la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (ci-après : « la Déclaration »).

Kofi Annan verbalise la n...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Bellier et Veronica González-González, « Peuples autochtones. La fabrique onusienne d’une identité symbolique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 108 | 2015, mis en ligne le 06 octobre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mots.revues.org/22050

Haut de page

Auteurs

Irène Bellier

CNRS, EHESS, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC), Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (LAIOS), ERC-SOGIP

Veronica González-González

EHESS, Scales of Governance - The UN and Indigenous Peoples (SOGIP)

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page