Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

À propos d’une accroche éditoriale. Rivarol et la francophonie

About a slash headline: Rivarol and the French-speaking world
A propósito de un abordaje editorial. Rivarol y la francofonía
Guilhem Armand
p. 61-70

Résumés

Cette approche du Discours sur l’universalité de la langue française de Rivarol tend à montrer que la « francophonie » qui s’élabore ici est une réponse philosophique et linguistique à la puissance coloniale des autres nations européennes, mais que s’y ressent déjà une forme de volonté de domination politique. Le paradoxe déjà évident se complexifie lorsque Rivarol souligne combien la langue française est propice au développement des idées comme celles de Raynal : les valeurs intrinsèques de la langue classique, édifiée sous le despotisme, sont celles qui permettent d’exprimer les idées des Lumières. Et peut-être peut-on lire ici un des fondements de la francophonie telle qu’elle s’est ensuite constituée : une langue, reflet d’un pouvoir fort, diffusant des valeurs universelles – donc parfois en opposition à ce pouvoir central – de façon centrifuge.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du texte

En 1784, Antoine Rivarol, répondant à trois questions de l’Académie de Berlin, écrit son Discours sur l’universalité de la langue française. Les éditions Manucius qui viennent de rééditer l’ouvrage en 2013 ont ajouté un bandeau commercial : « La francophonie au xviiie siècle ». L’accroche souligne un contraste entre l’appréhension actuelle de la notion de francophonie, qui évoque souvent les mondes non européens, et l’argumentation de Rivarol qui, dans une démarche européocentriste, étudie la langue française au regard des autres langues européennes, mais selon une visée universalisante. Elle joue sur un anachronisme paradoxalement valide : si la notion (évolutive) de francophonie et le mot lui-même ne sont apparus qu’à la fin du xixe siècle, sous la plume d’Onésime Reclus, la démarche par moments quasi téléologique du Discours ainsi que sa postérité semblent en quelque sorte valider cette association.

Le texte de Rivarol a en effet connu un rapide succès, d’où un certain nombre de r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guilhem Armand, « À propos d’une accroche éditoriale. Rivarol et la francophonie », Mots. Les langages du politique [En ligne], 106 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mots.revues.org/21779

Haut de page

Auteur

Guilhem Armand

CRLHOI, Université de La Réunion

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page