Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Un post-colonialisme linguistique ?

Carmen Alén Garabato et Henri Boyer
p. 5-12

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du texte

On pourrait penser que l’unilinguisme, corrélat glottopolitique du nationalisme linguistique (Boyer, 2008 ; Moreno Cabrera, 2008) et par ailleurs idéologie dont l’impact sur l’histoire de la langue française et plus généralement sur l’histoire linguistique de la France n’est plus à démontrer, qui n’a toléré aucune langue concurrente du français sur les territoires du Royaume, puis de la République, pas plus qu’il n’a jamais vraiment accepté les velléités naturelles de manquement à la norme légitime (Decrosse, 1986 ; Schöni, 1988 ; Knecht, 1993 ; Boyer, 2000), est du point de vue sociolinguistique une spécialité française. À y regarder de plus près, une autre langue romane, tout aussi expansionniste durant des siècles, peut elle aussi revendiquer une telle idéologie, bien que dans une version moins assurée (le soutien effectif de l’appareil d’État n’ayant pas eu sur la longue durée l’efficacité assimilatrice et uniformisatrice de l’État républicain français) : il s’agit de l’espagnol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Alén Garabato et Henri Boyer, « Un post-colonialisme linguistique ? », Mots. Les langages du politique [En ligne], 106 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://mots.revues.org/21746

Haut de page

Auteurs

Carmen Alén Garabato

Université Montpellier 3, DIPRALANG, EA 739

Articles du même auteur

Henri Boyer

Université Montpellier 3, DIPRALANG, EA 739

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page