Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Le noir et la transparence dans la campagne du Parti pirate français pour les élections législatives de 2012

The colour black and transparency in the French Pirate Party’s [Parti pirate] campaign in the 2012 parliamentary elections
El negro y la transparencia en la campaña electoral del Partido pirata [Parti pirate] francés para las elecciones legislativas del 2012
Christine Chevret-Castellani
p. 67-84

Résumés

S’appuyant sur un corpus constitué de différents outils de communication politique, cet article vise à retracer la dialectique du noir et de la transparence dans la campagne électorale législative de 2012 du Parti pirate français. L’hypothèse qui y est présentée porte sur la différence entre le discours visuel et le discours verbal, différence qui pourrait révéler une contradiction performative entre l’énonciation visuelle et l’énonciation verbale. La finalité est de dégager quelques enjeux socio-politiques de la communication du Parti pirate français, ainsi que de resituer un monde, celui du « crypto-anarchisme ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Significations politiques du noir et de la transparence
Éléments d’une cartographie des significations historico-culturelles du noir
Lexicographie de la transparence
Le discours sur la transparence aux élections législatives de 2012
Analyse lexicométrique des contenus du site web
La transparence en contexte : analyse qualitative du corpus
Les images de la campagne pour les élections législatives de 2012
La dialectique du noir et de la transparence dans les clips de campagne
Sémiotique de la page d’accueil du site web « legislatives.partipirate.org »
Le « clair-obscur » du Parti pirate : enjeux sociopolitiques du discours
Rupture du Parti pirate avec le « crypto-anarchisme » ?
Fondements et limites du « crypto-anarchisme »

Aperçu du texte

Lorsque le Parti pirate est créé en Suède, en 2006, l’analogie avec la piraterie est utilisée pour désigner la lutte pour des libertés « numériques », le téléchargement et la redistribution des biens informationnels sur l’internet (Goldenberg, Proulx, 2010). Ce parti politique reprend le noir pour son drapeau qu’il présente comme un pavillon de flibustiers (Miegel, Olsson, 2008), notamment dans son logo. Pour ses membres, l’analogie avec la piraterie sert à se présenter comme des justiciers en réseau mais aussi à composer de « nouveaux chaînages symboliques » (Auray, 2009, p. 12). Si le principe auquel obéit la piraterie consiste en la conquête de nouveaux territoires, le « pirate » sur le web conquiert effectivement un territoire; cependant, il ne combat pas physiquement.

Le « piratage » – terme introduit dans le Petit Robert dès 1979 – pourrait apparaître comme une euphémisation de la « piraterie » (Keucheyan, Tessier, 2008, p. 457). À partir de 1999, avec l’échange de fichiers pai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Chevret-Castellani, « Le noir et la transparence dans la campagne du Parti pirate français pour les élections législatives de 2012 », Mots. Les langages du politique [En ligne], 105 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://mots.revues.org/21700

Haut de page

Auteur

Christine Chevret-Castellani

Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité. Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, EA1803

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page