Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Disciplines et champs de recherche pour l’étude des langages du politique

Sémantique lexicale et langages du politique. Le paradoxe d’un mariage difficile ?

Sylvianne Rémi-Giraud
p. 165-173

Texte intégral

  • 1  En particulier, je n’aborderai pas, faute de compétence dans le domaine, le traitement automatique (...)

1Réfléchir sur l’apport de la sémantique lexicale aux langages du politique dans les trente dernières années semble s’imposer dans le cadre d’une revue qui conjoint ces deux aspects dans son titre même, Mots. Les langages du politique… Et pourtant, cette jonction interdisciplinaire n’a rien d’évident dans les faits. J’essaierai d’apporter un éclairage, qui ne pourra être que partiel, à cette problématique1.

  • 2  Rappelons que l’onomasiologie va du sens à la forme (du signifié au signifiant) tandis que la séma (...)

2L’éventail des disciplines qui constituent la linguistique est en expansion constante : la sémantique et la sémantique lexicale en particulier n’échappent pas à la règle (Tamba, 2007, Larrivée, 2008). Je m’attacherai à un aspect particulier de l’évolution de cette discipline en France, en tentant de retracer le tournant qu’a représenté, après le courant dominant de sémantique structurale, l’intérêt croissant porté à partir du milieu des années quatre-vingt à la polysémie. J’essaierai de montrer en quoi ce tournant peut être profitable à la science politique et aux langages du politique, sans que, pour autant, l’on puisse parler d’un véritable apport. Pour cela, il est nécessaire de mettre en contraste les deux types d’approche, onomasiologique et sémasiologique2.

L’onomasiologie. Les champs lexicaux

3On partira de la conception aristotélicienne de la définition, de nature logique, représentée par une périphrase du type :

Fauteuil : siège + à dossier + à bras + pour une personne

  • 3  Seule Jacqueline Picoche utilise le terme champ générique en filiation avec la tradition logique.

4qui pose d’abord le genre prochain (siège), c’est-à-dire la classe plus générale immédiatement supérieure à l’espèce considérée, puis les différences spécifiques permettant de distinguer cette espèce d’autres espèces appartenant au même genre. Ce type de définition, qui a une « visée référentielle » (Lehmann, Martin-Berthet, 2008, p. 41) se trouve exploité de manière empirique par les dictionnaires. Il s’agit de la définition par inclusion, qui comporte un trait définitoire ou incluant (représenté par l’hyperonyme immédiat du mot) et des traits différenciateurs. Dans le cadre de la sémantique structurale des années soixante-dix / quatre-vingt, c’est une décomposition de ce type qui est systématisée, à partir du modèle phonologique et avec une tout autre conception théorique, sous le nom d’analyse sémique ou componentielle. On construit un champ lexical3 à partir d’un commun dénominateur sémantique (l’archisémème représenté ou non par un archilexème) et on extrait, par une analyse différentielle, les sèmes qui opposent les sémèmes (significations) de ces mots à l’intérieur d’un ensemble lexical clos. On se reportera au très célèbre champ des sièges de Bernard Pottier qui reste présent dans tous les manuels.

5Ce type de champ lexical présente les caractéristiques suivantes :

6– les mots sont décontextualisés ;

7– ils sont « toilettés » de leur polysémie ;

8– ils s’inscrivent sur l’axe paradigmatique des substitutions, dans le cadre d’une structuration hiérarchique verticale impliquant des relations telles que l’hyponymie, l’hyperonymie, la cohyponymie, la synonymie, l’antonymie.

  • 4  Voir entre autres Mounin, 1972, Picoche, 1992, Touratier, 2000.

9Le fondement théorique est celui du concept de valeur défini par Saussure et du principe d’immanence du système linguistique par rapport aux données de l’expérience. La structuration, qui résulte de la seule mise en opposition des unités lexicales du champ, se trouve donc rigoureusement déconnectée de la référence et de l’extralinguistique. Cette théorie produit une méthodologie robuste et rigoureuse permettant d’appréhender le lexique d’une manière systématique et formalisable au moyen de grilles, de tableaux ou d’arborescences4.

10L’apport qui en résulte pour l’étude des langages du politique est plus discutable pour les raisons suivantes :

  • 5  Il convient de situer à part la théorie de François Rastier, qui prône une sémantique différentiel (...)

11– la dimension des discours est ignorée5 ;

  • 6  On entendra par référent la classe d’objets à laquelle peut renvoyer un mot donné (c’est-à-dire la (...)

12– l’analyse sémique s’attache à dégager les sèmes relatifs à la dénotation du mot, c’est-à-dire la partie de la signification de ce mot qui permet de renvoyer au référent6, mais elle tend à faire apparaître les connotations du mot comme des « valeurs additionnelles, secondes, périphériques, etc. » (Kerbrat-Orecchioni, 1977, p. 12) ;

  • 7  Voir Kleiber, 1999, p. 37-38 ; Lehmann, Martin-Berthet, 2008, p. 55.

13– malgré la revendication du principe d’immanence, on remarque (et le débat a été largement ouvert sur ce point) que la signification est fortement adossée au référent (du moins à la perception qu’on en a), qui fournit le réservoir de sèmes qui la constituent7 ;

14– le trait définitoire (ou incluant) des mots du champ lexical (par exemple, « siège » pour les mots chaise, fauteuil, tabouret, canapé, etc.) joue un rôle crucial : il est au point de départ de la signification des mots qu’il est le premier à « connecter » en quelque sorte au référent et, en tant qu’archisémème, il est au point de départ de la constitution du champ lexical.

  • 8  La notion d’abstraction étant elle-même d’une extrême complexité (voir Flaux, Glatigny, Samain, 19 (...)
  • 9  Je décris une tendance générale mais l’affirmation mérite, bien sûr, d’être nuancée. Un exemple ré (...)

15Or les mots du politique ne se prêtent pas de bonne grâce à ce type d’analyse. La recherche du trait définitoire, dont les lexicographes soulignent eux-mêmes la difficulté, peut devenir une quête impossible pour des mots qui appartiennent à des domaines d’expérience non physiques (vie politique et sociale, histoire, psychologie, etc.). Quel est le trait définitoire de nation, de croissance, de l’adjectif social ? Un pays est-il un groupe humain ou un territoire ? Qu’est-ce que la base d’un syndicat, qu’est-ce que… la politique ? Et quand bien même on réussirait à le stabiliser, ce trait définitoire, quelle en serait finalement la pertinence ? Ce qui fait sens dans les discours politiques, n’est-ce pas justement la partie la plus subjective et la plus interprétative de la signification des mots, celle qui relève moins de la dénotation que de la connotation ? Et cette partie-là, c’est celle que révèlent les usages des mots enchâssés dans des énoncés, engagés dans des contextes, pris dans la trame discursive de l’argumentation, du débat, de la polémique… De fait, située hors discours, l’analyse sémique a pu produire des équations « déshydratées » assez dissuasives (par exemple, pour femme, une formule telle que « humain » + « non mâle » + « adulte ») et elle a trouvé son terrain d’élection dans la constitution de champs lexicaux tels que celui des sièges, des habitations, des animaux domestiques, etc., c’est-à-dire de noms dits concrets renvoyant à un référent immédiatement perceptible et susceptibles d’entrer une structuration de type taxinomique. Plus rares ont été les études portant sur des mots prédicatifs (verbes, adjectifs, encore moins adverbes) et sur des noms abstraits8. On comprend que tout cela ait pu être rebutant pour ceux qui s’attachent avant tout aux représentations véhiculées par les mots9

La sémasiologie. Approches de la polysémie

  • 10  La polysémie est présente dans la période antérieure, en particulier dans Greimas, 1966, et, à par (...)
  • 11  Rappelons toutefois que, pour François Rastier, la dimension textuelle dénie toute pertinence à la (...)

16La polysémie vint… ou, du moins, affirma sa prééminence10 et s’inscrivit au cœur des débats11. Cette problématique est en complémentarité avec la précédente. En effet, si en onomasiologie, à une signification unique (l’archisémème) se rattache une pluralité de mots lexicaux, en sémasiologie, à un mot unique se rattache une pluralité de significations. Encore faut-il que ces significations puissent être reliées entre elles, si l’on veut éviter l’éclatement homonymique qui résulterait de l’absence de ce principe d’unité.

17L’approche de la polysémie présente les caractéristiques suivantes :

18– elle nécessite une contextualisation minimale afin de faire apparaître les différences de significations d’un mot donné ;

19– le mot inscrit donc ses différents emplois sur l’axe syntagmatique ;

20– cette procédure doit prendre en compte les contextes d’usage, si l’on entend appréhender des significations relativement stabilisées au niveau du lexique général ;

21– ces contextes d’usage sont les constructions courantes, les collocations, les expressions plus ou moins figées, figurées et non figurées, les énoncés, les proverbes, etc., qui abondent dans les exemples des articles des dictionnaires.

  • 12  Ce qui n’exclut d’ailleurs pas les significations métaphoriques que l’on trouve dans robe d’un oig (...)
  • 13  C’est ce qu’ont montré, dans le cadre de la sémantique cognitive, George Lakoff et Mark Johnson da (...)

22Ce glissement du paradigmatique au syntagmatique a une incidence forte sur la description de la signification lexicale. L’expérience montre en effet que, lorsqu’on examine le fonctionnement interne d’un mot polysémique en listant l’ensemble des significations de ce mot, il est relativement rare que ces significations se rattachent à un même trait définitoire et renvoient à des référents homogènes (comme le fait le champ lexical). Tel est le cas, par exemple, du mot robe, qui conserve le trait définitoire « vêtement qui entoure le corps », qu’il s’agisse du vêtement d’homme, du vêtement distinctif de certaines fonctions, du vêtement d’enfant, du vêtement féminin ou de la robe de chambre12. Il en est de même du mot peuple qui décline plusieurs significations à partir du trait définitoire « ensemble d’êtres humains », qu’il s’agisse de la population d’un pays (relations entre les peuples), du corps de la nation (souveraineté du peuple), du plus grand nombre opposé aux classes supérieures (sortir du peuple) ou de la foule (il y a du peuple). Mais, dans une grande majorité de mots et d’emplois, on constate que le trait définitoire manque de robustesse et s’efface, en particulier dans les dérivations métaphoriques et métonymiques, qui « travaillent » en profondeur le lexique commun13. C’est en fait à un véritable basculement de la structuration sémantique qu’on assiste, la « radiographie » de la polysémie du mot montrant la prégnance des traits spécifiques et surtout de ces fameux traits subjectifs et évaluatifs prétendument secondaires – au détriment du trait définitoire. Ainsi le verbe mener perd son trait définitoire spatial « faire aller » dans de nombreux emplois métaphoriques tels que se laisser mener, mener l’enquête, une négociation, mener une chose à terme, etc. Mais il conserve le trait subjectif « pouvoir », « maîtrise », présent implicitement dès l’acception spatiale dans des contextes usuels tels que l’instituteur mène les enfants au cinéma, le paysan mène les bêtes aux champs, le colonel mène ses troupes au feu, où la dissymétrie des actants suggère une autorité de l’agent sur le patient. Ce trait devient manifeste, allant même jusqu’à l’abus de pouvoir, dans des expressions figurées telles que mener quelqu’un en laisse, à la baguette, par le bout du nez (qu’on ne trouve pas avec conduire), ainsi que dans le dérivé meneur (bien différent de conducteur !).

Le mariage est-il possible ?

  • 14  Il est intéressant aussi de noter que, dans un pays qui s’enorgueillit d’avoir coupé la tête d’un (...)

23On voit le bénéfice que l’étude des langages du politique peut tirer de l’approche de la polysémie, dans la mesure où celle-ci permet de mettre au jour des représentations qui ne font l’objet ni des définitions des dictionnaires ni de l’analyse sémique. Ainsi, dans un débat qui a opposé à la fin de l’année 2009 la droite et la gauche à propos de la large régularisation des sans-papiers prônée par Martine Aubry et dénoncée comme une régularisation massive par la droite, on voit bien comment deux mots en emploi synonymique peuvent devenir antonymes par le seul biais des représentations qui leur sont attachées. L’adjectif large possède un trait évaluatif positif d’ouverture, de générosité (large sourire, esprit, idées larges, être large avec quelqu’un, ainsi que le dérivé largesse) tandis que l’adjectif massif connote l’indistinction, le poids, la lourdeur (traits massifs, bombardement massif ainsi que le syntagme usuel masse informe)14… C’est seulement par une structuration d’ensemble des significations et la prise en compte des régularités discursives et de la sédimentation des usages que ces représentations émergent.

  • 15  On prendra l’exemple des expressions France d’en haut / France d’en bas employées par Jean-Pierre (...)
  • 16  Bacot, Rémi-Giraud éd., 2002 ; Bonnet, Desmarchelier éd., 2007.
  • 17  Steuckardt, Honoré éd., 2006.
  • 18  Par exemple le mot proximité (Le Bart, Lefebvre éd., 2005).
  • 19  On se reportera à l’impressionnante bibliographie sur l’onomastique politique présentée ici même p (...)

24Or l’analyse des discours politiques ne peut que s’intéresser tout particulièrement à ces représentations logées au creux des significations, qui conditionnent les points de vue, fondent les convergences et les divergences, et peuvent au gré des discours fluctuer, s’inverser, se contredire, ces traits connotatifs étant particulièrement fluides et flexibles15… Si Maurice Tournier a été pionnier dans cette conception des mots « habités » (Bakhtine) d’histoire et de discours, de valeurs, d’antagonismes, d’échos des luttes sociales, de nombreuses recherches s’inscrivent dans cette filiation. Pour ne prendre que quelques exemples récents, on peut citer les travaux relatifs à l’emploi des métaphores et des métonymies en politique16, à l’attitude des locuteurs à l’égard des emprunts17, au surgissement de valeurs associées à des mots qui jusque-là vaquaient sans bruit18, aux images, impressions et valeurs que véhiculent les noms propres19, aux coagulations syntagmatiques qui s’imposent à un moment sociohistorique donné, produisant des formules, des petites phrases, des slogans (Krieg-Planque, 2009), et même au-delà des discours à la reconstitution des cadres sémantiques collectifs (ou prédiscours) qui les organisent (Paveau, 2006).

  • 20  Qu’elle distingue de la polysémie statique, que je n’évoquerai pas ici.

25Peut-on parler pour autant d’une véritable jonction entre la sémantique lexicale et la science politique ? Rien n’est moins sûr. La recherche de l’unité du polysème donne lieu en France à des modélisations du sens lexical de plus en plus abstraites, très stimulantes au plan théorique et épistémologique, mais difficiles d’accès – parfois pour les spécialistes eux-mêmes – et, de ce fait, d’un faible rendement interdisciplinaire. Ce n’est pas encore le cas avec Picoche (1986) qui introduit la sémantique lexicale dans le cadre de la psychomécanique du langage (Guillaume). Attentive aux collocations et expressions figées et établissant une navette constante entre les sens dits propres et les sens figurés, elle réussit à proposer, malgré le caractère réputé hermétique de cette théorie, une structuration dynamique de la polysémie20, qui ordonne les différentes significations du mot comme autant de « saisies » sur un cinétisme continu allant du sens plénier aux sens « subduits » (ou appauvris). Ainsi le verbe marcher, dans des emplois tels que marcher sur le trottoir, Garibaldi marche sur Rome, ma machine à laver marche, mon entreprise marche, Pierre marche dans la combine, se déleste progressivement des traits physiques tout en conservant d’un bout à l’autre les traits évaluatifs de « normalité », « régularité », « facilité » qui conduisent à voir par dérision, dans le dernier exemple, l’humain comme une machine bien réglée…

  • 21  Kleiber, 1999. Ce dernier, partisan d’une sémantique référentielle, parle aussi d’un « chapeau abs (...)
  • 22  On se reportera aussi à la théorie des propriétés extrinsèques de Cadiot, Nemo, 1997, qui ramènent (...)
  • 23  Appartiennent entre autres à cette école Daniel Lebaud, Jean-Jacques Franckel, Denis Paillard, Éve (...)

26Mais les théorisations plus récentes poussent jusqu’à l’extrême cette quête du Graal de l’unité du polysème. Partant de l’observation des contextes d’usage et privilégiant les acceptions figurées par rapport aux significations dénominatives, elles se détachent des significations « effectives » pour atteindre un niveau de modélisation totalement abstrait, qui situe l’analyse dans une logique purement intensionnelle où toute distinction entre sens propres et sens figurés est abolie. Leur objectif est de poser un « sens aréférentiel »21 de niveau supérieur, capable de subsumer toutes les significations du mot sans ordonnancement ni hiérarchisation aucune. Cadiot (1994) propose par exemple pour le mot boîte un « modèle mental flexible » qui prend la forme d’un schéma actanciel du type X contenir Y pour produire/fournir Z, ce qui conduit aussi bien à la boîte munie d’un couvercle, à la partie du corps (boîte crânienne), à l’entreprise et à la boîte de nuit22. Plus récemment, la théorie des formes sémantiques de Cadiot et Visetti (2001), inscrite dans une conception sémiotique de la perception (liée à l’action, à l’expressivité, aux valeurs), s’attache à dessiner le « motif » du mot (noyau de sens très instable) destiné à trouver une stabilisation (un profil) dans le lexique puis une thématisation en discours. À ce niveau, une banale pomme fait l’objet d’une glose telle que « rond, dense, lisse, de contact agréable, appelant un certain geste de prise en main ». On citera enfin la théorie culiolienne des formes schématiques23, qui porte le principe d’unité du mot polysémique au niveau d’une représentation métalinguistique, faite d’une chaîne d’opérations totalement désémantisée. Ainsi peut-on donner à un mot aussi inoffensif que lit une forme aussi inattendue que « lit est la détermination qualitative que confère un prédicat P à son repère de construction par le fait qu’il ne construit rien d’autre que P » (Franckel, Lebaud, 1992).

  • 24  Ne retrouve-t-on pas dans Langages no 172 (2008) le mot livre, dont le sémantisme protéiforme fait (...)

27L’écart se transforme en abîme… On peut alors se poser la question suivante. La difficulté vient-elle de l’objet lui-même, du lexique ? Celui-ci n’est-il pas trop ondoyant et divers pour faire l’objet d’un traitement unitaire ? On observe que les modélisations les plus abstraites ont tendance à s’appuyer encore et toujours sur des mots renvoyant à des entités concrètes24 ou physiques (par exemple, les verbes de mouvement). Le vocabulaire politique se soustrait-il finalement à toute entreprise de modélisation ? Ou alors, devrait-on rester plus modestement au plus près des mots, de tous les mots, quitte à renoncer aux aspects les plus ambitieux de théories qui, si légitimes et enrichissantes soient-elles, les prennent peut-être plus comme prétextes que comme objets véritables ?

Haut de page

Bibliographie

Bacot P., Rémi-Giraud S. éd., 2002, Mots. Les langages du politique, no 68, mars, Les métaphores spatiales en politique.

— 2007, Mots de l’espace et conflictualité sociale, Paris, L’Harmattan.

Bonnet V., Desmarchelier D. éd., 2007, Mots. Les langages du politique, no 84, juillet, Politiquement sportif.

Cadiot P., 1994, « Représentation d’objets et sémantique lexicale. Qu’est-ce qu’une boîte ? », French Language Studies, no 4, p. 1-23.

Cadiot P., Nemo F., 1997, « Pour une sémiogénèse du nom », Langue française, no 113, mars, p. 3-11.

Cadiot P., Visetti Y.-M., 2001, Pour une théorie des formes sémantiques. Motifs, profils, thèmes, Paris, PUF.

Flaux N., Glatigny M., Samain D., 1996, Les noms abstraits. Histoire et théories, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Franckel J.-J., Lebaud D., 1992, « Lexique et opérations. Le lit de l’arbitraire », La théorie d’Antoine Culioli. Ouvertures et incidences, Paris, Ophrys, p. 89-105.

Greimas A.-J., 1966, Sémantique structurale, Paris, Larousse.

Kerbrat-Orechioni C., 1977, La connotation, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Kleiber G., 1999, Problèmes de sémantique. La polysémie en questions, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Krieg-Planque A., 2009, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Lakoff G., Johnson M., 1985, Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit [trad. de Metaphors We Live By, Chicago, Londres, The University of Chicago Press, 1980].

Langages, 2008, no 172, décembre, Représentations du sens lexical.

Larrivée P., 2008, Une histoire du sens. Panorama de la sémantique linguistique depuis Bréal, Bruxelles, Peter Lang.

Le Bart C., Lefebvre R. éd., 2005, Mots. Les langages du politique, no 77, mars, Proximité.

Lehmann A., Martin-Berthet F., 2008 [1998, 2003], Introduction à la lexicologie. Sémantique et morphologie, Paris, Armand Colin, 3e édition (1re édition : Dunod ; 2e édition : Nathan/VUEF).

Martin R., 1992 [1983], Pour une logique du sens, Paris, PUF.

Milner J.-C.,1989, Introduction à une science du langage, Paris, Le Seuil.

Mounin G., 1972, Clefs pour la sémantique, Paris, Seghers.

Nyckees V., 2000, « Changement de sens et déterminisme socio-culturel », Mémoires de la Société de linguistique de Paris, Théories contemporaines du changement sémantique, t. IX, Louvain, Peeters, p. 31-58.

Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Picoche J., 1986, Structures sémantiques du lexique français, Paris, Nathan.

— 1992 [1977], Précis de lexicologie française, Paris, Nathan.

Rastier F., 2001, Arts et sciences du texte, Paris, PUF.

Rémi-Giraud S., 2005, « France d’en haut / France d’en bas : Raffarin tout terrain », Mots. Les langages du politique, no 77, mars, p. 93-105.

Rémi-Giraud S., Panier L. éd., 2003, La polysémie ou l’empire des sens. Mots, discours, représentations, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Soutet O. éd., 2005, La polysémie, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne.

Steuckardt A., Honoré J.-P. éd., 2006, Mots. Les langages du politique, no 82, novembre, L’emprunt et sa glose.

Tamba I., 2007 [1988], La sémantique, Paris, PUF (Que sais-je ?).

Touratier C., 2000, La sémantique, Paris, Armand Colin.

Tournier M., 1993-2002, Propos d’étymologie sociale, vol. I, Des mots sur la grève, 1993, Paris, Klincksieck ; vol. II, Des mots en politique, 1997, même éditeur ; vol. III, Des sources du sens, 2002, Lyon, ENS Éditions.

Victorri B., 1997, « La polysémie, un artefact de la linguistique ? », Revue de sémantique et de pragmatique, no 2, p. 41-62.

Victorri B., Fuchs C., 1996, La polysémie. Construction dynamique du sens, Paris, Hermès.

Haut de page

Notes

1  En particulier, je n’aborderai pas, faute de compétence dans le domaine, le traitement automatique du sens. Je mentionnerai toutefois les perspectives ouvertes par la sémantique interprétative et textuelle de François Rastier et les recherches menées dans cette voie par Matthieu Valette. Je n’intégrerai pas non plus la praxématique, initiée à la fin des années soixante-dix par Robert Lafont, théorie qui s’intéresse aux conditions sociales et culturelles de production des signes, dans une perspective à la fois dynamique (inspirée de Guillaume) et matérialiste.

2  Rappelons que l’onomasiologie va du sens à la forme (du signifié au signifiant) tandis que la sémasiologie va de la forme au sens (du signifiant au signifié).

3  Seule Jacqueline Picoche utilise le terme champ générique en filiation avec la tradition logique.

4  Voir entre autres Mounin, 1972, Picoche, 1992, Touratier, 2000.

5  Il convient de situer à part la théorie de François Rastier, qui prône une sémantique différentielle ayant pour objet le texte et non le mot, fondée sur l’analyse de réseaux de sèmes appartenant à deux catégories, les isotopies (fond sémantique) et les molécules sémiques (formes sémantiques).

6  On entendra par référent la classe d’objets à laquelle peut renvoyer un mot donné (c’est-à-dire la référence virtuelle au sens de Milner, 1989).

7  Voir Kleiber, 1999, p. 37-38 ; Lehmann, Martin-Berthet, 2008, p. 55.

8  La notion d’abstraction étant elle-même d’une extrême complexité (voir Flaux, Glatigny, Samain, 1996).

9  Je décris une tendance générale mais l’affirmation mérite, bien sûr, d’être nuancée. Un exemple récent montre que l’analyse sémique peut servir de base à une juriste pour traiter d’un problème politique comme celui des dénominations du mur israélien (communication d’Albane Geslin au séminaire Lexpopolex, Lyon, 30 avril 2010).

10  La polysémie est présente dans la période antérieure, en particulier dans Greimas, 1966, et, à partir des années soixante-dix, dans les travaux de Robert Martin. Mais les publications sur cette question se multiplient à partir de 1985 (la polysémie s’étendant même à la sémantique grammaticale). Citons entre autres Picoche, 1986 ; Victorri, Fuchs, 1996 ; Kleiber, 1999 ; Rémi-Giraud, Panier éd., 2003 ; Soutet éd., 2005 – sans compter des numéros de revue et un nombre considérable d’articles.

11  Rappelons toutefois que, pour François Rastier, la dimension textuelle dénie toute pertinence à la polysémie, qui n’est qu’un artefact de la linguistique du signe. D’autre part, je n’aborderai pas ici la dimension diachronique de la polysémie : on se reportera aux travaux de Vincent Nyckees, qui développe une théorie du changement sémantique fondée sur un déterminisme collectif de nature socioculturelle.

12  Ce qui n’exclut d’ailleurs pas les significations métaphoriques que l’on trouve dans robe d’un oignon, robe d’un cigare, robe du vin.

13  C’est ce qu’ont montré, dans le cadre de la sémantique cognitive, George Lakoff et Mark Johnson dans leur incontournable ouvrage Les métaphores dans la vie quotidienne.

14  Il est intéressant aussi de noter que, dans un pays qui s’enorgueillit d’avoir coupé la tête d’un roi, l’adjectif aristocratique comporte toujours des connotations positives d’élégance, de distinction et de raffinement, à l’opposé de son rival bourgeois, durablement englué dans le matérialisme et le conformisme.

15  On prendra l’exemple des expressions France d’en haut / France d’en bas employées par Jean-Pierre Raffarin, dans lesquelles les valeurs positive et négative usuellement associées aux adjectifs haut et bas s’inversent (Rémi-Giraud, 2005).

16  Bacot, Rémi-Giraud éd., 2002 ; Bonnet, Desmarchelier éd., 2007.

17  Steuckardt, Honoré éd., 2006.

18  Par exemple le mot proximité (Le Bart, Lefebvre éd., 2005).

19  On se reportera à l’impressionnante bibliographie sur l’onomastique politique présentée ici même par Paul Bacot.

20  Qu’elle distingue de la polysémie statique, que je n’évoquerai pas ici.

21  Kleiber, 1999. Ce dernier, partisan d’une sémantique référentielle, parle aussi d’un « chapeau abstractif ».

22  On se reportera aussi à la théorie des propriétés extrinsèques de Cadiot, Nemo, 1997, qui ramènent les différentes significations du mot client à l’unique propriété « dont il faut s’occuper ».

23  Appartiennent entre autres à cette école Daniel Lebaud, Jean-Jacques Franckel, Denis Paillard, Évelyne Saunier, Sarah de Vogüé. Citons également les opérations de construction d’une « scène verbale » de Bernard Victorri.

24  Ne retrouve-t-on pas dans Langages no 172 (2008) le mot livre, dont le sémantisme protéiforme fait l’objet de débats et de polémiques depuis les années 1987-1991 ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvianne Rémi-Giraud, « Sémantique lexicale et langages du politique. Le paradoxe d’un mariage difficile ? », Mots. Les langages du politique [En ligne], 94 | 2010, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://mots.revues.org/19882

Haut de page

Auteur

Sylvianne Rémi-Giraud

Université de Lyon, Université Lumière Lyon 2, ICAR
sylviane.remi@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page