Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

L’adjectif bolivariano dans la presse vénézuélienne. Entre langue et positionnements politiques

Églantine Samouth
p. 47-63

Résumés

Cet article traite de l’utilisation de l’adjectif bolivariano dans le langage politique vénézuélien. Il s’agit d’interroger son signifié, en s’arrêtant tout d’abord sur son histoire et ses aspects linguistiques, puis en observant comment circule ce terme – et avec lui, le mythe de Simón Bolívar –, du discours du président Hugo Chávez à celui de la presse. L’analyse discursive porte plus particulièrement sur un corpus de presse vénézuélienne constitué autour de la tentative de coup d’État contre Hugo Chávez, afin d’examiner les enjeux politiques liés à cet adjectif. L’étude montre d’abord l’ambigüité inhérente à ce terme, puis son glissement vers un nouveau signifié : se rapportant à l’origine à la figure de Bolívar, il se rapporte désormais à celle de Hugo Chávez et sa « révolution bolivarienne ».

Haut de page

Texte intégral

1La « révolution bolivarienne » du président vénézuélien Hugo Chávez, dont la notoriété est aujourd’hui mondiale, fait l’objet, en tant que phénomène sociopolitique, de nombreux commentaires et analyses. Plus rares sont les études qui se sont penchées de manière approfondie sur cette dénomination, et plus particulièrement, sur l’adjectif bolivariano, formé à partir du patronyme de Simón Bolívar. L’utilisation de ce terme dans le langage politique vénézuélien nous parait en effet mériter réflexion, à l’heure où la référence à cette figure illustre de l’indépendance latino-américaine est devenue, depuis l’arrivée au pouvoir de Hugo Chávez, omniprésente. Elle pose, selon nous, deux questions principales et complémentaires. D’une part, celle du sens de cet adjectif, et dans le même temps, de sa relation avec la figure de Simón Bolívar : dans quelle mesure cet adjectif véhicule-t-il le mythe du Libertador ? D’autre part, celle des enjeux politiques dont il est porteur : son emploi suscite-t-il le débat, la polémique ? Est-il révélateur de positions politiques ?

  • 1  Cette étude s’inscrit dans le cadre plus large d’une recherche de doctorat portant sur la construc (...)

2Ainsi, c’est sous l’angle de la circulation entre les discours que nous nous proposons d’aborder ici le terme bolivariano, et c’est dans cette perspective que nous examinerons les emplois qui en sont faits dans un corpus de presse quotidienne vénézuélienne. À mi-chemin entre le discours strictement politique et les discours ordinaires du peuple vénézuélien, le discours des médias apparait, en effet, comme un site approprié pour l’observation du fonctionnement de cet adjectif, en ce que ces derniers peuvent être considérés comme des « opérateurs de circulation » (Krieg-Planque, 2009, p. 125) des énoncés. Plus précisément, il s’agit d’analyser l’utilisation de ce terme dans un moment d’intense production discursive et de paroles en conflit : le coup d’État contre Hugo Chávez en avril 20021.

3On ne peut néanmoins s’interroger sur l’utilisation et le sens de cet adjectif sans évoquer l’importance de la figure du Libertador au Venezuela. Nous reviendrons donc dans un premier temps sur la genèse du mythe de Simón Bolívar, puis sur son appropriation par Hugo Chávez et sur l’usage que ce dernier fait de l’adjectif bolivariano. Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur le sens de cet adjectif en observant, d’une part, sa morphologie et d’autre part, son parcours historique. Dans ces deux premières parties, les exemples cités ne relèvent pas d’un corpus construit, mais sont le fruit de différentes recherches, menées dans le but d’apporter un éclairage à l’étude, cette fois-ci systématique, de notre corpus, à laquelle est consacrée notre troisième partie.

Le mythe de Bolívar au Venezuela

Genèse du culte

  • 2  Voir Carrera Damas, 1989, p. 43. Sur le culte de Bolívar au Venezuela, voir aussi Gómez, 2006 ; La (...)
  • 3  « L’effigie et le nom de Simón Bolívar, ainsi que ses titres de Libertador et de Père de la Patrie (...)

4Simón Bolívar, symbole de la fondation de la nation vénézuélienne, fait l’objet, au Venezuela, d’un véritable culte, présentant, selon plusieurs spécialistes, des connotations quasi religieuses2. Cette sacralisation a largement été alimentée par une constante utilisation politique de la figure du Libertador, préconisant le retour à ses projets originels et présentant la période indépendantiste comme une sorte d’âge d’or (Gómez, 2006, p. 95-96). Peu de temps après sa mort, en 1833, le rapatriement de sa dépouille mortelle de Colombie au Venezuela, célébré en grande pompe, marque le moment fondateur de ce culte. Celui-ci se poursuit au cours du 20e siècle, à tel point qu’en 1968, le nom, l’effigie et les titres de Bolívar font l’objet d’une loi, interdisant, entre autres, leur utilisation à des fins de propagande politique3.

  • 4  « Mais Bolívar n’est pas avec eux – les oppresseurs –, il est aux côtés des opprimés. C’est pour c (...)
  • 5  Coordinadora guerrillera Simón Bolívar ; voir Gómez, 2006, p. 105 ; sur la perception d’un « Bolív (...)

5La référence à Bolívar va prendre une dimension nouvelle dans les années soixante-dix, lorsque le mouvement colombien de guérilla urbaine M-19 dérobe, le 19 avril 1974, l’une des épées de Bolívar exposée dans un musée de Bogotá. Ce vol se veut symbolique d’une reprise du combat de Bolívar, pour une seconde indépendance, « cette fois totale et définitive », aux côtés des opprimés4. Cette nouvelle perception d’un Simón Bolívar « de gauche » inspire plusieurs mouvements de guérilla colombiens, qui formeront, dans les années quatre-vingt, la Coordination de guérillas Simón Bolívar5. Elle gagne également la guérilla vénézuélienne et ne serait pas sans lien avec la création de l’Armée bolivarienne révolutionnaire (Ejército Bolivariano Revolucionario) de Hugo Chávez en 1982 (Gómez, 2006, p. 110-111).

  • 6  « Primero que nada, quiero dar buenos días a todo el pueblo de Venezuela, y este mensaje bolivaria (...)

6Le projet de ce groupe clandestin, fondé par Hugo Chávez – alors officier de l’armée vénézuélienne – et quelques compagnons d’armes, est de refonder la nation vénézuélienne (Langue, 2002, p. 57 ; Hébrard, 2006) sur la base des idéaux de Simón Bolívar. Ces militaires mènent, le 4 février 1992, une tentative de coup d’État contre le gouvernement de Carlos Andrés Pérez. L’échec de ce soulèvement est l’occasion, pour le commandant Hugo Chávez, de faire sa première apparition médiatique à travers un message qu’il qualifie de « bolivarien » et dans lequel il engage ses compagnons à déposer les armes : « Pour commencer, je veux saluer tout le peuple vénézuélien, et ce message bolivarien s’adresse aux vaillants soldats qui se trouvent […] » ; « Je vous remercie de votre loyauté, je vous remercie de votre courage, de votre générosité, et j’assume pour ma part, devant le pays et devant vous, la responsabilité de ce mouvement militaire bolivarien. »6

  • 7  « La République bolivarienne du Venezuela est irrévocablement libre et indépendante et fonde son p (...)

7Après deux ans d’emprisonnement, l’ex-putschiste décide d’emprunter la voie de la légalité. Il est élu président de la République en 1998 et fait alors rédiger une nouvelle Constitution, approuvée par référendum en 1999, qui fait de Simón Bolívar une référence incontournable. Le pays, jusqu’ici appelé République du Venezuela, y est rebaptisé République bolivarienne du Venezuela, tandis que son article premier stipule que le patrimoine et les valeurs de la République reposent sur la doctrine du Libertador7.

8La référence à Bolívar dans le discours de Hugo Chávez

  • 8   « […] el mejor homenaje que nosotros le estamos rindiendo a Bolívar y le vamos a rendir a Bolívar(...)

9Si la figure de Simón Bolívar a toujours été utilisée au Venezuela à des fins politiques, avec Hugo Chávez, elle devient omniprésente. Dans ses discours, la référence au Libertador est constante, celui-ci possédant une connaissance exhaustive des textes, de la pensée et de l’histoire de Simón Bolívar (Langue, 2008, p. 7). Il se présente ainsi comme héritier de l’œuvre indépendantiste du Père de la Patrie : « Le plus bel hommage que nous sommes en train de rendre à Bolívar et que nous allons rendre à Bolívar, c’est de prendre son drapeau, et de faire de ses rêves et de ses luttes pour une patrie libre et souveraine une réalité, et c’est cela que nous sommes en train de faire en ce moment au Venezuela [...] »8.

  • 9   Voir notamment Chumaceiro Arreaza, 2003, p. 33, et Barrera Linares, 2003, p. 64-65.

10En outre, plusieurs analystes du discours vénézuéliens9 remarquent que Hugo Chávez a réintroduit dans le lexique politique certains termes datant de la période de l’Indépendance, tels que mantuanos, désignant les membres de l’élite créole – dont était issu Simón Bolívar – au temps de la colonie, ou encore oligarcas, terme avec lequel Hugo Chávez se plait à désigner ses opposants. La période indépendantiste et le vocabulaire qui lui est associé constituent donc la « deixis fondatrice » du discours de Chávez, c’est-à-dire « la ou les situations d’énonciation antérieures dont la deixis actuelle se donne pour la répétition et dont elle tire une bonne part de sa légitimité » (Maingueneau, 1991, p. 113). En effet, Hugo Chávez ne peut trouver de meilleure légitimation à son projet de refondation nationale qu’en l’inscrivant dans la lignée de l’épopée indépendantiste de Simón Bolívar.

  • 10  Quant elles ne portent pas le nom d’autres héros de la guerre d’indépendance, telles les missions (...)
  • 11 . Respectivement : Révolution bolivarienne, Constitution de la République bolivarienne du Venezuela (...)

11C’est ainsi que le président vénézuélien va qualifier de « bolivarien » tout ce qui a trait à son projet politique, et une bonne partie des initiatives menées par son gouvernement10. Il entend mener à bien la Revolución bolivariana ; et la Constitución de la República Bolivariana de Venezuela, de son vrai nom, devient, dans ses discours, la Constitución bolivariana. Dès le début de son mandat, il appelle les citoyens vénézuéliens à constituer des organisations locales appelées círculos bolivarianos, et proclame la création d’« écoles bolivariennes », puis crée, en 2003, l’Universidad Bolivariana de Venezuela. En 2005, l’agence de presse officielle du Venezuela, Venpres, devient l’Agencia Bolivariana de Noticias. Hugo Chávez est également à l’initiative du projet ALBA, Alternativa Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América11, un projet d’intégration économique à l’échelle latino-américaine.

  • 12  Voir Discurso de toma de posesión, 2 février 1999, en ligne [URL : http://www.analitica.com/​Bitbli (...)
  • 13  « No, nosotros los bolivarianos, nosotros los revolucionarios somos humanistas […] ». « Alocución (...)

12Dans ses discours, le président use et abuse de cet adjectif. Il clôt ainsi son discours d’investiture en adressant au peuple vénézuélien une « accolade bolivarienne » (« un abrazo bolivariano »)12. Par ailleurs, dans de nombreux emplois, le terme bolivariano semble devenir un équivalent de « révolutionnaire » : « Non, nous les bolivariens, nous les révolutionnaires nous sommes des humanistes. »13

  • 14  « […] el caraqueño inmortal, el bolivariano, el revolucionario, el líder de todos los tiempos, el (...)

13Dans cette forme substantivée, bolivarien semble indiquer l’adhésion à une doctrine politique : celle du bolivarianisme. Dans l’exemple qui suit, Simón Bolívar lui-même, dans une utilisation anachronique du terme, devient « le » bolivarien par excellence : « [...] l’habitant immortel de Caracas, le bolivarien, le révolutionnaire, le leader de tous les temps, le commandant éternel de cette révolution, qui n’est autre que Simón Bolívar […] »14.

14Qualifier le Libertador de « bolivarien » parait redondant, puisque cet adjectif est dérivé de son propre patronyme. On peut par conséquent légitimement s’interroger sur le sens du terme bolivariano : ne s’est-il pas chargé d’un sens nouveau avec l’arrivée au pouvoir de Hugo Chávez ?

Quel signifié pour l’adjectif bolivariano ?

15Un détour par quelques considérations linguistiques et par l’histoire de cet adjectif s’avère donc nécessaire pour tenter de cerner son signifié.

Remarques lexicologiques

L’adjectif bolivariano : un adjectif qualificatif ou relationnel ?

16Concernant la catégorie des adjectifs, tout d’abord, les grammaires ont coutume de distinguer entre les adjectifs qualificatifs, qui « indiquent une caractéristique, essentielle ou contingente […], du terme auquel ils se rapportent » (Riegel et al., 1994, p. 355-356), et les adjectifs relationnels, qui « indiquent une relation […] avec le référent du nom dont ils sont dérivés » (ibid., p. 357). L’adjectif bolivariano est-il donc un adjectif relationnel, indiquant une simple relation avec le personnage de Simón Bolívar, du type : « l’épopée bolivarienne » = « l’épopée de Bolívar » ? Ou est-il un adjectif qualificatif, indiquant ainsi une caractéristique du type : « la révolution bolivarienne » = « la révolution présentant des qualités dignes des idéaux de Bolívar » ?

Le suffixe -iano

  • 15  Bosque, Demonte, 1999, § 70.3.1, p. 4611. Par « suffixe par défaut », les auteurs entendent « un s (...)

17Penchons-nous ensuite sur sa morphologie en observant le suffixe -iano qui, ajouté au nom propre de Bolívar, forme l’adjectif bolivariano. D’après la grammaire descriptive de la langue espagnole de Bosque et Demonte (1999), il constitue ce qu’ils appellent le suffixe « par défaut » des adjectifs relationnels dérivés de noms propres de personnes15. C’est dans ce domaine qu’il est le plus productif et il permet ainsi de former toutes sortes d’adjectifs à partir de noms propres : freudiano, clintoniano, ciceroniano, sanmartiniano, etc. Cependant, ce même ouvrage indique que dans le domaine politique, le suffixe -iano entre en concurrence avec le suffixe -ista dans son statut de suffixe « par défaut ». On trouve en effet de nombreux adjectifs formés de noms de personnalités politiques et du suffixe -ista : marxista, franquista, castrista ou chavista.

  • 16  Nous opérons ici une comparaison entre l’espagnol et le français, dans la mesure où la concurrence (...)

18Cette concurrence existe aussi, au sein des dérivés d’anthroponymes, entre les suffixes français équivalents -ien et -iste16. Le premier permet de construire des adjectifs « relatifs à la personne dont le nom sert de base à l’adjectif » (« le style gaullien » = « le style de De Gaulle »), et le second, des adjectifs « à valeur de partisan de la personne dont le nom sert de base à l’adjectif ou du courant politique dont elle est le représentant emblématique » (Lignon, 2002, p. 13) (« un député gaulliste » = « un député partisan de De Gaulle / du courant politique qu’il représente »). Morphologiquement, l’adjectif bolivariano n’a donc pas d’acception spécifiquement politique. Il n’a pas le sens de « partisan de Bolívar, des idées de Bolívar » qu’il aurait pu avoir s’il avait été formé avec le suffixe -ista (*bolivarista).

19Mais cette répartition des suffixes -ien et -iste n’est pas toujours aussi nette, dans la mesure où l’on peut trouver des dérivés en -ien dans des emplois de type partisan (stalinien, chiraquien). C’est le cas également du suffixe espagnol -iano, commele confirment les usages qui sont faits de l’adjectif bolivariano (voir infra). Pour Stéphanie Lignon, cela est dû au fait que le suffixe -ien est un suffixe non marqué, « malléable » ; ainsi, dans les emplois « à valeur de partisan », cette valeur est « imputable non pas au suffixe lui-même (comme c’est le cas avec le suffixe iste) mais à la capacité référentielle du nom de base » (Lignon, 2002, p. 14-15). Cette dernière remarque corrobore l’idée que bolivarista aurait eu d’emblée une valeur partisane, due au suffixe -ista, ce qui n’est pas le cas de bolivariano. Toutefois, si le suffixe -iano peut être considéré comme un suffixe « neutre », son choix, pour la formation de l’adjectif bolivariano, n’est sans doute pas complètement immotivé, car il permet de mettre en avant la personne de Bolívar – totalement mythifiée au Venezuela – plutôt que les aspects idéologiques ou politiques qu’il représente.

Un adjectif formé à partir d’un nom propre : Bolívar

20Par ailleurs, l’adjectif bolivariano est construit à partir du nom propre Bolívar. Or les grammaires, comme par exemple celle de Riegel, considèrent que les noms propres sont « dépourvus de sens lexical […] et ne sont pas susceptibles d’une définition au sens ordinaire du terme » (Riegel et al., 1994, p. 175-176). Dans cette perspective, on peut s’interroger sur le signifié de l’adjectif bolivariano, puisqu’il dérive d’un nom propre, catégorie qui n’a pas de signifié en soi. On peut cependant opposer à cette conception asémantique du nom propre une autre conception, selon laquelle le nom propre produit du sens, qui ne peut être observé qu’en discours. Ainsi, Paul Siblot et Sarah Leroy, travaillant sur l’antonomase (ex : « Pierre est un véritable Don Juan »), remarquent que dans ce cas, le nom propre fait référence à un ensemble de représentations auxquelles il est associé (Siblot, Leroy, 2000). La question qui se pose alors est celle de la sélection des propriétés « représentatives » de ce référent. Ainsi, dans le cas où bolivariano aurait une valeur qualificative, « qui présente des qualités dignes de Simón Bolívar », on peut s’interroger sur le sens de cet adjectif : quels sont les aspects de son histoire, de sa pensée, de son caractère, qui sont sélectionnés comme « représentatifs » de ce personnage ?

Remarques lexicographiques : quelques pistes pour l’histoire du terme bolivariano

  • 17  Cette recherche sur le parcours historique de bolivariano ne prétend pas être exhaustive mais nous (...)
  • 18  Dictionnaires de la langue espagnole, dictionnaires étymologiques, historiques et d’hispanismes, d (...)
  • 19  Voir Castillero, 1995, p. 225. Voir également, en ligne, les documents suivants : « El Congreso Bo (...)
  • 20  « bolivariano, na. adj. Perteneciente o relativo a Simón Bolívar, militar venezolano, o a su histo (...)

21Il nous a donc semblé nécessaire, afin de nous faire une idée plus précise du sens de cet adjectif, de revenir sur ses origines et d’observer quel usage en était fait, en discours, avant Hugo Chávez17. La consultation d’un grand nombre de dictionnaires18 ne nous a pas permis de déterminer la date exacte d’apparition de bolivariano. La plus ancienne utilisation du terme que nous ayons relevée est celle d’un Congreso bolivariano19 (Congrès bolivarien). Réunissant des représentants de plusieurs pays d’Amérique Latine, il eut lieu au Panamá en 1926, en commémoration du centenaire du Congrès de Panamá – dans lequel Simón Bolívar avait appelé les pays alors indépendants à l’unité continentale. Le terme est ensuite accepté en 1936 dans le dictionnaire de la Real Academia, qui en donne la définition suivante : « Qui appartient ou est relatif à Simón Bolívar, militaire vénézuélien, ou à son histoire, sa politique, etc. Congrès bolivarien. Doctrine bolivarienne. »20

  • 21  Antonio Arraíz, 1940, Culto bolivariano, Caracas, Editorial Cóndor, cité dans la bibliographie de (...)
  • 22  « [...] fue un auténtico bolivariano y sintió la grandeza y el genio del Libertador ». Pareja Y Pa (...)

22Deux ans plus tard, en 1938, le président vénézuélien Eleazar López Contreras crée la Sociedad Bolivariana de Venezuela (Société Bolivarienne du Venezuela), chargée de la diffusion des idéaux du Libertador, au travers, par exemple, d’une réédition de l’ensemble de ses écrits (Carrera Damas, 1989, p. 244). Il faut préciser qu’il existait auparavant, depuis 1843, une société menant une activité similaire, nommée Sociedad Boliviana (ibid.), Société Bolivienne. Il semblerait donc que bolivariano n’était pas employé alors, et qu’il ne soit apparu que dans les années vingt-trente. On trouve ensuite d’autres occurrences du terme : l’historien Germán Carrera Damas, dans son ouvrage sur le « culte à Bolívar », fait par exemple référence à la publication d’un essai de l’écrivain Antonio Arraíz, en 1940, intitulé Culto bolivariano21 (Culte bolivarien) ; ou bien encore à un auteur écrivant en 1951, à propos de l’ancien dictateur vénézuélien Juan Vicente Gómez : « […] ce fut un authentique bolivarien, il avait ressenti la grandeur et le génie du Libérateur »22.

23Dans ces emplois, bolivariano oscille entre une valeur relative (Société bolivarienne du Venezuela, Culte bolivarien = « de Bolívar ») et une valeur qualificative (« Ce fut un authentique bolivarien » = « partisan de Bolívar », « représentant des idéaux de Bolívar »). Et dans le syntagme « Congrès bolivarien », il semble pouvoir recevoir les deux interprétations : « congrès relatif à Bolívar » ou « congrès en hommage / conforme aux idéaux de Bolívar ». On constate ainsi que le signifié de bolivariano n’est pas univoque, et qu’il est parfois difficile, même en contexte, de lui enlever son ambigüité.

L’adjectif bolivariano dans un corpus de presse vénézuélienne

24L’utilisation de l’adjectif bolivariano avait donc cours avant Hugo Chávez ; mais avec lui, elle devient permanente. La question qui se pose maintenant est de savoir comment ce terme au signifié équivoque circule dans la société vénézuélienne : son usage surabondant par le président vénézuélien pose-t-il problème ? A-t-il été intégré dans le langage courant ? Nous examinerons ici l’utilisation qui en est faite dans la presse, durant la tentative de coup d’État contre Hugo Chávez. En avril 2002, en effet, celui-ci est destitué et remplacé par un président provisoire, Pedro Carmona, dirigeant de l’organisation patronale Fedecámaras, suite à une grève générale et à d’importantes manifestations, lors desquelles plusieurs personnes trouvent la mort. Il recouvre ses fonctions un peu moins de quarante-huit heures plus tard, soutenu par une partie de l’armée et par les manifestations spontanées de ses partisans. Notre corpus est constitué des éditions des trois principaux quotidiens nationaux : El Nacional, El Universal et Últimas Noticias, entre le 12 et le 15 avril 2002, c’est-à-dire à partir de l’annonce dans les journaux de la chute de Hugo Chávez jusqu’à celle de son retour au pouvoir. Étudier le fonctionnement de cet adjectif dans un contexte de crise majeure permet, selon nous, d’observer les enjeux politiques qui lui sont associés. Deux sortes d’emplois se dégagent du relevé des occurrences de bolivariano dans le corpus : d’une part, la reprise de syntagmes créés par Hugo Chávez, principalement Revolución bolivariana, Constitución bolivariana et círculos bolivarianos ; d’autre part, des emplois que nous avons appelé des emplois « libres », où le terme bolivariano apparait non pas à l’intérieur d’expressions figées, mais dans des usages divers.

Reprise des syntagmes créés par Hugo Chávez

25Dans la mesure où il s’agit d’expressions créées par Hugo Chávez, l’accent est mis, dans cette partie de l’analyse, sur le problème de la prise en charge énonciative : ces syntagmes sont-ils assumés ou non par les rédacteurs des articles ?

República Bolivariana de Venezuela

  • 23  « Eliminan “bolivariana” del nombre de la República », Últimas Noticias, 13 avril 2002.

26On trouve dans le corpus onze emplois, toujours assumés, du syntagme República bolivariana de Venezuela. Ils sont généralement inclus dans des syntagmes plus larges faisant référence à des titres ou à des documents officiels : Presidente de la República Bolivariana de Venezuela, Gaceta Oficial de la República Bolivariana de Venezuela. Néanmoins, l’une des premières mesures du gouvernement de transition mis en place après la chute de Hugo Chávez est d’éliminer l’adjectif bolivariano du nom officiel du pays. La República Bolivariana de Venezuela redevient la República de Venezuela. Bolivariano apparait ainsi à trois reprises dans des emplois autonymiques, comme dans ce titre de Últimas Noticias : « “Bolivarienne” est éliminé du nom de la République »23.

27On constate donc que le nouveau baptême du pays par Chávez ne fait pas l’unanimité, et que l’emploi du qualificatif bolivariano suscite la polémique.

Revolución bolivariana

  • 24  La modalisation autonymique est définie par Jacqueline Authier-Revuz (1995, p. 101) comme « modali (...)

28Sur les cinquante-neuf occurrences de revolución qui apparaissent dans le corpus, seulement sept sont accompagnées de l’épithète bolivariano. On a classé ces sept occurrences du syntagme Revolución bolivariana en deux catégories, selon qu’il est mis ou non à distance par un procédé de modalisation autonymique24 :

Syntagmes non mis à distance

1.Il a indiqué que, bien qu’il n’ait eu d’autre credo politique que la révolution bolivarienne […]*

2. Espinoza a mené le projet de la révolution culturelle bolivarienne […] (Espinoza llevó adelante el plan de la revolución cultural bolivariana […] ».

3.Vous avez défendu, y compris par le biais d’un communiqué, Hugo Chávez, le processus, la révolution culturelle bolivarienne […]

Syntagmes mis à distance par un procédé de modalisation autonymique

4. Mais, permettez-moi de citer quelques paragraphes d’un essai du poète allemand Hans Magnus Enzensberger, prémonitoires de la conduite étatique de la « révolution bolivarienne »: […]

5. Il est évident que le processus politique qu’était en train de développer l’ex-président Chávez au Venezuela, et qu’il a dénommé « révolution bolivarienne », […]

6. Le quotidien [Financial Times] suppose qu’après ce qu’il s’est passé, la « Révolution Bolivarienne » peut tendre à se radicaliser.

7.  Sauver le Venezuela, cela symbolise le rejet face au retard que représente la prétendue révolution bolivarienne […]

29* 1) Señala que, aunque no había tenido otros afectos políticos que la revolución bolivariana […] « El líder querido en La Guaira », El Nacional, 13 avril 2002 ; 2) Espinoza llevó adelante el plan de la revolución cultural bolivariana […]. « Manuel Espinoza mantiene su convicciones revolucionarias, ibid.  ; 3) Usted defendió, incluso a través de un comunicado, a Hugo Chávez, al proceso, a la revolución cultural bolivariana […], « Hasta nuevo aviso », ibid. ; 4) Pero, permítaseme citar unos párrafos de un ensayo del poeta alemán Hans Magnus Enserberger [sic], premonitorios de la conducta estatal de la « revolución bolivariana » : […] « La selección implacable de los peores », El Nacional, 12 avril 2002 ; 6) Es evidente que el proceso político que venía desarrollando el ex presidente Chávez en Venezuela, al cual denominó “revolución bolivariana”, […] ; El que no oye consejos… , Últimas Noticias, 13 avril 2002 ; 6) El diario [Financial Times] supone que después de lo ocurrido, la « Revolución Bolivariana » puede tender a radicalizarse. » « Visión en la WEB », El Universal, 15 avril 2002 ; 7) « Rescatar a Venezuela, simboliza el rechazo ante el atraso de la pretendida revolución bolivariana […] ». « Rescatemos Venezuela », El Universal, 12  avril 2002.

30Parmi ces sept emplois, trois sont entre guillemets et dans un quatrième, le locuteur met à distance le syntagme « révolution bolivarienne » à l’aide d’un modalisateur : « la prétendue révolution bolivarienne ». Ainsi, on constate que sur les sept emplois recensés de Revolución bolivariana, quatre ne sont pas assumés. L’utilisation de cette expression, dans le discours des journaux, ne va donc pas de soi. Elle est désignée comme étant la reprise d’un discours autre, en l’occurrence celui de Hugo Chávez. Il faut préciser que dans les autres emplois de revolución (sans l’adjectif bolivariano), le terme est à plusieurs reprises mis entre guillemets, accompagné d’un modalisateur ou bien d’un adjectif remettant en question la réalité même de cette révolution : « pour “la révolution » (« por la revolución” ») ; « la “jolie révolution” » (« la revolución bonita” ») ; « cette prétendue révolution » (« esta pretendida revolución ») ; « une fausse révolution » (« una falsa revolución »).

31Si bien que lorsque l’expression Revolución bolivarianaest mise à distance, il est difficile de déterminer si c’est seulement la qualification de « bolivarienne » qui est remise en question, ou bien également l’utilisation par Hugo Chávez du terme de « révolution » pour désigner le processus politique qu’il a initié.

Constitución bolivariana

32Bien qu’il soit fait référence un bon nombre de fois à la Constitution pour savoir si l’instauration du gouvernement provisoire respecte la légalité, le syntagme complet, Constitución bolivariana, n’apparait que huit fois dans tout le corpus, dont trois fois dans un même article. Le reste du temps, il est fait référence à la Constitution soit sous son véritable nom, Constitución de la República Bolivariana de Venezuela – mais seulement quatre fois –, soit sous les termes Constitución de 1999, ou bien on la désigne tout simplement par la Constitución.

33On peut observer dans le tableau suivant les différents emplois du syntagme Constitución bolivariana :

Syntagmes non mis à distance

1. Quels seront les principes selon lesquels se tiendront ces élections ? Ceux de la Constitution bolivarienne, criblée d’absurdités et fruit de tromperies, de mensonges, d’usurpations, avec un Congrès monocaméral ?*

2. 15/12 : Il gagne avec une large majorité le référendum sur l’approbation de la nouvelle Constitution bolivarienne.

3. Chirinos ajoute que la Constitution Bolivarienne, dont il fut un des corédacteurs, peut être un point de départ pour la construction d’un nouveau pays.

Mise à distance par un procédé de modalisation autonymique

4. Continuer de citer la Constitution « bolivarienne » comme point de référence […]

5. Telles ont été les étapes d’un coup d’État qui de fait

et de droit a annulé la validité de la Constitution « bolivarienne ».

6. […] l’opinion qui prévaut est celle du spécialisteHumberto Njaim pour qui il est évident que c’est une réalité anticonstitutionnelle qui s’est imposée, même si les nouvelles autorités assoient leur légalité sur l’article 350 de la dénommée Constitution Bolivarienne.

Syntagme tronqué
et mis à distance

7. L’article 233 de la « bolivarienne » prévoit qu’en cas d’empêchement absolu du président, […]

8. […] continuer d’agir sur la base des principes d’organisation politique et juridique violés de la « bolivarienne » n’a pas de sens.

Syntagme apparaissant dans du discours direct

9. […] le peuple est dans la rue, tentant de protéger son gouvernement et la Constitution bolivarienne […]

10 […] attachés au respect des principes consacrés par l’article 55 de la Constitution bolivarienne […]

34* 1) ¿ Bajo qué esquemas se van a celebrar esas elecciones ? ¿ Los de la Constitución bolivariana, plagada de disparates y fruto de engaños, mentiras usurpaciones, con un Congreso unicameral ? « ¿ Hacia dónde vamos ? », El Nacional, 13 avril 2002 ; 2) 15/12 : Gana por amplia mayoría el referéndum aprobatorio de la nueva Constitución bolivariana. Frise de bas de page retraçant le parcours d’Hugo Chávez depuis 1992, ibid. ; 3) Agrega Chirinos que la Constitución Bolivariana, de la que fue co-redactor, puede ser un punto de partida para construir un nuevo país. « Chirinos : Es inevitable la salida del Gobierno », El Nacional, 12 avril 2002 ; 4) Seguir citando la Constitución “bolivariana” como punto de referencia […]. « ¿ Hacia dónde vamos ? », El Nacional, 13 avril 2002 ; 5) Esos fueron los pasos de un golpe de Estado que de hecho y de derecho derogó la vigencia de la Constitución « bolivariana ». Article cité, ibid. ; 6) […] prevalece la sentencia del estudioso Humberto Njaim para quien es evidente que lo que se ha impuesto es la realidad extraconstitucional, aún cuando las nuevas autoridades sustenta [sic] su legalidad en el artículo 350 de la llamada Constitución Bolivariana, « Realidad política supera normas constitucionales », Últimas Noticias, 13 avril 2002 ; 7) El artículo 233 de la « bolivariana » establece que las faltas absolutas del Presidente […]. « ¿ Hacia dónde vamos ? », El Nacional, 13 avril 2002 ; 8) […] seguir actuando con base en los esquemas de organización política y jurídica de la « bolivariana » violados, carece de sentido. Ibid ; 9) […] el pueblo está en la calle, rescatando su gobierno y la Constitución bolivariana […]. « Carmona dejó el Palacio en manos de los militares chavistas », Últimas Noticias, 14 avril 2002 ; 10) […] apegados en los supuestos consagrados en el artículo 55 de la Constitución bolivariana, […]. « La PM pide se investiguen sucesos del 11-A », El Universal, 15 avril 2002.

35On remarque ici que dans le syntagme Constitución bolivariana, c’est l’adjectif bolivariana qui est mis entre guillemets. De plus, on a deux emplois du syntagme Constitución bolivariana tronqué, qui devient « la bolivariana ». Ainsi, c’est bien la qualification de « bolivarienne » qui est mise à distance : elle est désignée comme « n’allant pas de soi ». On trouve également la « dénommée Constitution bolivarienne », ou le syntagme entier sans guillemet ni modalisation, mais apparaissant dans du discours direct rapporté, donc non pris en charge par le journal. Ainsi, on constate que dans l’ensemble du corpus, on ne trouve que trois fois l’expression Constitución bolivariana totalement assumée.

36Les syntagmes Revolución bolivariana et Constitución bolivariana sont donc assez peu repris dans le corpus, et lorsqu’ils sont employés, ils sont le plus souvent mis à distance. Parmi les procédés de mise à distance, les plus fréquemment employés sont les guillemets, à propos desquels Jacqueline Authier-Revuz souligne qu’ils indiquent « une sorte de manque, de creux à combler interprétativement, un “appel de glose” si l’on veut » (Authier-Revuz, 1995, p. 136). Avec les guillemets, ainsi qu’avec le modalisateur dénommée, les rédacteurs se contentent en effet de désigner ces syntagmes pour signaler qu’ils n’en assument pas la responsabilité, laissant au lecteur la liberté d’interprétation de cette non-prise en charge. Celle-ci peut ainsi être interprétée simplement comme une façon pour le journaliste d’indiquer que ce ne sont pas ses mots, mais ceux de Hugo Chávez. Toutefois, dans la mesure où ces syntagmes apparaissent le plus souvent dans des articles d’opinion, très critiques envers le gouvernement de Chávez, on peut la lire également comme une manière de remettre en question la façon dont ce dernier désigne – et qualifie – ses réalisations politiques. On penche d’ailleurs plus facilement vers cette interprétation dans le cas du syntagme « la prétendue Révolution bolivarienne », car le modalisateur « prétendue » comporte une indication supplémentaire par rapport aux autres procédés de modalisation autonymique utilisés : l’inadéquation des mots à ce qu’ils désignent. Selon cette seconde interprétation, bolivariano a une valeur d’adjectif qualificatif, puisqu’il indique une propriété essentielle des termes revolución et constitución: celle d’être digne des idéaux de Simón Bolívar, propriété qui semble ne pas aller de soi dans le discours des journaux. Encore au-delà, on peut voir dans cette non-prise en charge de syntagmes figés, créés par Hugo Chávez, une manière d’exprimer une distance vis-à-vis de son discours en général, particulièrement dans un contexte de crise où sa légitimité en tant que président est remise en cause.

Círculos bolivarianos

37Enfin, l’emploi le plus fréquent dans le corpus est celui du syntagme círculos bolivarianos (100 occurrences, sur un total de 170 occurrences de bolivariano). Les « cercles bolivariens » désignent des organisations locales dont la création a été impulsée par Hugo Chávez, et qui ont pour mission d’assurer une cohésion sociale en défendant les idéaux de Simón Bolívar et de la Révolution bolivarienne25. Dans le corpus, ils sont tenus pour responsables des actes de violence survenus pendant les évènements d’avril 2002, et plus particulièrement, des coups de feu tirés pendant la manifestation anti-Chávez du 11 avril, qui firent dix-sept morts. Cette accusation est contestable, ces assassinats ayant été attribués par la suite à des francs-tireurs dont l’identité est encore incertaine.

  • 26  « los “círculos bolivarianos”, a quienes les sobra el nombre y también la agresividad ». « Protest (...)

38Le syntagme círculos bolivarianos apparait quatre fois entre guillemets, et six fois mis à distance par un modalisateur : « les dénommés cercles bolivariens ». Par deux fois, leur nom fait l’objet de commentaires, comme dans cet exemple : « les “cercles bolivariens”, dont le nom et l’agressivité sont de trop »26.

39Mais le plus souvent, le segment círculos bolivarianos est employé tel quel, sans être mis à distance. Il semble être passé dans le langage courant, dans la mesure où il sert à désigner un référent qui n’a pas d’autre dénomination. Ici, l’adjectif n’indique plus une quelconque relation avec la figure de Simón Bolívar, mais s’intègre dans une expression figée, qui va servir à désigner, plus généralement, les défenseurs du régime chaviste. On remarque d’ailleurs que l’adjectif chavista se substitue parfois à l’adjectif bolivariano pour former le syntagme círculos chavistas (cercles chavistes). De plus, on constate que dans plusieurs articles, le segment círculos bolivarianos est repris ensuite par des expressions comme « los partidarios del teniente coronel Chávez » (« les partisans du lieutenant-colonel Chávez ») ou « simpatizantes del chavismo » (« des sympathisants du chavisme »).

Emplois « libres »

40On relève enfin, dans le corpus, des emplois plus marginaux mais non moins significatifs, qu’on a appelé « libres ». On en compte trente-cinq dans tout le corpus. Dans beaucoup de ces utilisations libres, bolivariano s’applique aux défenseurs du régime de Chávez : « brigades bolivariennes » (« brigadas bolivarianas »), « masses bolivariennes » (« turbas bolivarianas »), « milices bolivariennes » (« milicias bolivarianas »), « groupes bolivariens armés » (« grupos bolivarianos armados »).

  • 27  « a manos de sus francotiradores bolivarianos ». « Los muertos de Hugo », ibid.
  • 28  « El presidente, […] en sus propios sindicatos bolivarianos, controlados por el Estado » « Hugo Ch (...)

41Bolivariano semble alors devenir équivalent de chavista. Dans les exemples suivants, la relation entre Hugo Chávez et les substantifs qualifiés de « bolivariens » apparait encore plus explicitement, à travers le possessif sus : « de la main de ses francs-tireurs bolivariens »27 ; « Le président, […] dans ses propres syndicats bolivariens, contrôlés par l’État »28.

42On remarque que dans ces emplois libres, bolivariano se charge d’une certaine valeur dépréciative, due pour une part aux termes auxquels il est associé (brigades, masses, milices, francs-tireurs), mais aussi au contexte de crise sociopolitique dont Hugo Chávez et ses partisans sont tenus pour principaux responsables : le terme « bolivarien » lui-même semble ainsi devenir péjoratif.

  • 29  « Camuflado detrás de lentes oscuros y gorra bolivariana ». « Los chavistas armados defendieron a (...)

43On trouve également des emplois plus étonnants. Ainsi le supplément satirique d’El Nacional, El Cameleón, qui se plait à employer cet adjectif, parle par exemple de « crise bolivarienne » : on comprend donc qu’il s’agit de la « crise du gouvernement de Chávez » et que le journal parodie ici l’attitude du président, qui utilise bolivariano dans les contextes les plus singuliers. Dans un autre article, un ancien gouverneur est décrit comme « camouflé derrière des lunettes noires et une casquette bolivarienne »29. On suppose qu’il s’agit ici de la casquette caractéristique des partisans de Chávez : le fameux béret rouge avec lequel le commandant fit sa première apparition médiatique.

  • 30  « Como si cada quien  dividido en “escuálido” o en “bolivariano”− hubiese encontrado una casilla, (...)
  • 31  « […] Pasaron muchos bolivarianos por acá y nos decían : “¡ escuálidos ! Perdieron plata, ¿ verdad (...)

44On trouve enfin trois emplois de bolivariano substantivé dont deux figurent ci-dessous : « Comme si tout un chacun − catégorisé comme “escuálido” ou “bolivarien” − avait trouvé une case, une certitude, et même un orgueil »30 ; « Beaucoup de bolivariens sont passés par ici, et ils nous lançaient : “escuálidos ! Vous avez perdu de l’argent, n’est-ce pas ? […]” »31

45Dans les trois emplois, le terme bolivariano s’oppose au terme escuálido (“maigrichon”, “décharné”), surnom donné par Hugo Chávez à ses opposants – qui se le sont d’ailleurs approprié (Barrera Linares, 2003, p. 73). Ces emplois sont très parlants quant à l’évolution de sens que connait l’adjectif bolivariano. Il semble indiquer désormais une appartenance politique : dans le Venezuela de Hugo Chávez, on est soit bolivariano, soit escuálido. Qu’il ait une valeur qualificative ou une valeur relationnelle, dans ces utilisations libres, l’adjectif bolivariano perd son signifié d’origine – « de Bolívar », ou « digne des idéaux de Bolívar » – pour signifier désormais « de Chávez » ou « caractéristique de Hugo Chávez et de sa politique bolivarienne ».

  • 32  Pour une définition plus précise de cette notion, voir Laclau, 2008, p. 153-157, s’intéressant au (...)

46Le signifié de l’adjectif bolivariano est ambigu depuis son apparition, puisqu’on a vu qu’il a toujours oscillé entre une valeur relative et une valeur qualificative. Mais avec Hugo Chávez, il devient encore plus équivoque, dans la mesure où celui-ci en généralise l’usage pour qualifier tout ce qui a trait à son projet politique, au point que, dans certains cas, bolivariano semble se vider de tout signifié. Aussi, en circulant à travers d’autres discours, il va peu à peu changer de sens. Comme on l’a vu, la presse, en reprenant cet adjectif, manifeste une double attitude. Soit elle met à distance les syntagmes créés par Hugo Chávez ; dans ce cas, la qualification de bolivariano/a semble poser problème. Soit elle intègre le terme bolivariano dans son discours, sans le remettre en cause, mais pour lui donner un nouveau signifié : il devient alors un équivalent, non plus de « relatif à Bolívar », mais de « relatif à Chávez ». En ce sens, on peut penser que bolivariano est devenu ce que Laclau appelle un signifiant flottant32, c’est-à-dire un signifiant dont la signification est en suspens, ballottée dans une lutte entre des discours hégémoniques rivaux. Enfin, on peut se demander dans quelle mesure cet adjectif symbolise aujourd’hui le discours chavézien, et poser par conséquent la question du devenir de ce terme après Hugo Chávez : reprendra-t-il son signifié d’origine, ou restera-t-il marqué par la « révolution bolivarienne » et le renouveau du langage politique qu’elle implique ? C’est sur cette interrogation que nous concluons cette étude, qui constitue une première piste de recherche et pourrait être complétée par l’analyse des emplois de bolivariano dans d’autres corpus, tels que le discours des partis politiques vénézuéliens, ou les discours spontanés du peuple lui-même.

Haut de page

Bibliographie

Anrup Roland, 1999, « La palabra y la espada : lucha armada y discurso de poder en Colombia », Anales Nueva Época, no 2, Göteborg, Instituto Iberoamericano de la Universidad de Göteborg. En ligne [URL : http://gupea.ub.gu.se/dspace/bitstream/2077/3214/1/anales_2_anrup_1.pdf]

Authier-Revuz Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidence du dire, Paris, Larousse.

Barrera Linares Luis, 2003, « Discurso y comportamiento venezolanos : “sociedad civil” contra “círculos bolivarianos” », Discurso y sociedad, vol. IV, no 3, Discurso y democracia en Venezuela, p. 57-76.

Bosque Ignatio, Demonte Violeta éd., 1999, Gramática descriptiva de la lengua española, t. III : Entre la oración y el discurso. Morfología, Madrid, Espasa, Real Academia Española (Nebrija y Bello).

Carrera Damas Germán, 1989, El culto a Bolívar, Caracas, Grijalbo.

Castillero Ernesto J., 1995 [1948], Historia de Panamá, Panamá, Lic. Eduardo (11e édition).

Charaudeau Patrick, Maingueneau Dominique, 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil.

Chumaceiro Arreaza Irma, 2003, « El discurso de Hugo Chávez : Bolívar como estrategia para dividir a los venezolanos », Boletín de Lingüística, no 20, en ligne [URL: http://redalyc.uaemex.mx/redalyc/src/inicio/ArtPdfRed.jsp?iCve=34702003].

Gómez Alejandro, 2006, « L’épée du Libertador dans l’idéologie des révolutionnaires bolivariens », Problèmes d’Amérique Latine, no 60, p. 95-114.

Hébrard Véronique, 2006, « Le Venezuela et le mythe de l’homme en armes (xixe-xxe siècles) », Visages d’Amérique Latine, no 3, p. 62-70.

Krieg-Planque Alice, 2009, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Laclau Ernesto, 2008, La raison populiste (On populist reason, 2005, trad. J.P. Ricard), Paris, Le Seuil.

Langue Frédérique, 2002, Hugo Chávez et le Venezuela. Une action politique au pays de Bolívar, Paris, L’Harmattan.

—  2008, « Les cendres des héros », Nuevo mundo mundos nuevos, en ligne [URL : http://nuevomundo.revues.org/index29012.html].

Lignon Stéphanie, 2002, « L’adjectif en -ien comme révélateur de phénomènes de concurrence », Bulletin de linguistique appliquée et générale, no 27, p. 135-150, en ligne[URL : http://w3.erss.univ-tlse2.fr/textes/publications/CE/Lignon.pdf].

Maingueneau Dominique, 1991, L’analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette.

Pareja Y Paz Soldán José, 1951, Juan Vicente Gómez, un fenómeno telúrico, Caracas, Avila Gráfica.

Porras Ponceleón Temir, 2000, « Venezuela : les ambiguïtés de la “révolution bolivarienne” », Problèmes d’Amérique Latine, no 39, p. 3-23.

Riegel Martin et al., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Siblot Paul, Leroy Sarah, 2000, « L’antonomase entre nom propre et catégorisation nominale », Mots. Les langages du politique, 2000, no 63, Noms propres, p. 89-104, en ligne [URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mots_0243-6450_2000_num_63_1_2207].

Dictionnaires

Diccionario de la lengua española, 1984, Madrid, Real Academia española, version en ligne [URL : http://www.rae.es].

Diccionario de uso del español, 1998, Moliner María, Madrid, Gredos.

Diccionario etimológico español e hispánico, 1955, García de Diego Vicente, Madrid, SAETA.

Enciclopedia del idioma : diccionario histórico y moderno de la lengua española (siglos xii al xx) etimológico, tecnológico, regional e hispanoamericano, 1958, Alonso Pedraz Martín, Madrid, Aguilar.

Nuevo diccionario de americanismos e indigenismos, 1998, Marcos A. Morínigo (version actualisée par Marcos A. M. Vázquez-Prego), Buenos Aires, Claridad.Morgan Donot

Haut de page

Notes

1  Cette étude s’inscrit dans le cadre plus large d’une recherche de doctorat portant sur la construction discursive de cet évènement dans la presse quotidienne vénézuélienne. Pour une brève présentation du contexte socio-politique de cet évènement et du corpus, voir infra.

2  Voir Carrera Damas, 1989, p. 43. Sur le culte de Bolívar au Venezuela, voir aussi Gómez, 2006 ; Langue, 2008 ; Hébrard, 2006 ; Porras Ponceleón, 2000, p. 8-9.

3  « L’effigie et le nom de Simón Bolívar, ainsi que ses titres de Libertador et de Père de la Patrie, ne pourront être utilisés à des fins de propagande politique ou pour des activités analogues. » Loi du 20 juin 1968 sur l’utilisation du nom, de l’effigie et des titres de Simón Bolívar, article 4, en ligne [URL : http://www.gobiernoenlinea.ve/legislacion-view/sharedfiles/266.pdf]. Tous les sites mentionnés dans cet article ont été consultés le 26 mars 2010. Sauf mention contraire, nous traduisons toutes les citations.

4  « Mais Bolívar n’est pas avec eux – les oppresseurs –, il est aux côtés des opprimés. C’est pour cette raison que son épée passe entre nos mains. Aux mains du peuple en armes. Au service des combats de nos peuples, elle ne trouvera de repos qu’avec la seconde indépendance, cette fois totale et définitive… » Extrait du bulletin du M-19, no 2, février 1974, dans Gómez, 2006, p. 103-104 pour la traduction française. Pour le texte en espagnol, voir Anrup, 1999, p. 1.

5  Coordinadora guerrillera Simón Bolívar ; voir Gómez, 2006, p. 105 ; sur la perception d’un « Bolívar de gauche », voir p. 105 et 111.

6  « Primero que nada, quiero dar buenos días a todo el pueblo de Venezuela, y este mensaje bolivariano va dirigido a los valientes soldados que se encuentran […] » ; « Les agradezco su lealtad, les agradezco su valentía, su desprendimiento, y yo, ante el país, y ante ustedes, asumo la responsabilidad de este movimiento militar bolivariano. » Extraits du discours de reddition du commandant Hugo Chávez, le 4 février 1992. En ligne [URL : http://www.analitica.com/Bitblio/hchavez/4f.asp]. Dans les citations originales comme dans leur traduction, nous soulignons.

7  « La République bolivarienne du Venezuela est irrévocablement libre et indépendante et fonde son patrimoine moral, ses valeurs de liberté, d’égalité, de justice et de paix internationale sur la doctrine de Simón Bolívar, le Libérateur. » Constitución de la República bolivariana de Venezuela, 1999, article 1.

8   « […] el mejor homenaje que nosotros le estamos rindiendo a Bolívar y le vamos a rendir a Bolívar es tomar su bandera y hacer realidad sus sueños y sus luchas de patria libre y soberana y eso es lo que estamos haciendo ahora en Venezuela […] ». Hugo Chávez, « Discurso en la juramentación de los círculos bolivarianos en Caracas », 17 décembre 2001. Extrait de discours cité dans Chumaceiro Arreaza, 2003, p. 30.

9   Voir notamment Chumaceiro Arreaza, 2003, p. 33, et Barrera Linares, 2003, p. 64-65.

10  Quant elles ne portent pas le nom d’autres héros de la guerre d’indépendance, telles les missions éducatives Ribas, Robinsón et Sucre, par exemple.

11 . Respectivement : Révolution bolivarienne, Constitution de la République bolivarienne du Venezuela, Cercles bolivariens, Université bolivarienne du Venezuela, Agence de nouvelles bolivarienne et Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique. L’ALBA est proposée comme une alternative à l’ALCA (Aire de libre commerce des Amériques) dont les États-Unis sont le principal moteur.

12  Voir Discurso de toma de posesión, 2 février 1999, en ligne [URL : http://www.analitica.com/Bitblio/hchavez/toma.asp].

13  « No, nosotros los bolivarianos, nosotros los revolucionarios somos humanistas […] ». « Alocución a la nación al retornar al poder », 14 avril 2002, en ligne [URL : http://www.analitica.com/bitblioteca/hchavez/vuelta_al_poder.asp].

14  « […] el caraqueño inmortal, el bolivariano, el revolucionario, el líder de todos los tiempos, el comandante eterno de esta revolución que no es otro que Simón Bolívar […] ». « Juramentación del Comando de la Revolución. Primer año del Gobierno Revolucionario », 10 janvier 2002. Extrait de discours cité par Chumaceiro Arreaza, 2003, p. 31.

15  Bosque, Demonte, 1999, § 70.3.1, p. 4611. Par « suffixe par défaut », les auteurs entendent « un suffixe qui peut s’appliquer chaque fois qu’il n’y a pas de suffixe synonyme plus spécifique, plus approprié » ; note 21, p. 4611-4612.

16  Nous opérons ici une comparaison entre l’espagnol et le français, dans la mesure où la concurrence entre ces suffixes semble fonctionner de manière similaire dans les deux langues.

17  Cette recherche sur le parcours historique de bolivariano ne prétend pas être exhaustive mais nous a permis de constituer quelques premières pistes pour l’histoire de ce terme. Elle a été menée dans des articles et ouvrages historiques, des dictionnaires, et par le biais du moteur de recherche Google.

18  Dictionnaires de la langue espagnole, dictionnaires étymologiques, historiques et d’hispanismes, dont les références figurent, pour les principaux, en bibliographie.

19  Voir Castillero, 1995, p. 225. Voir également, en ligne, les documents suivants : « El Congreso Bolivariano », La Prensa (quotidien panaméen), 23 juillet 2006 [URL : http://mensual.prensa.com/mensual/contenido/2006/07/23/hoy/vivir/677782.html] ; « Invitación al congreso estudiantil bolivariano », Panamá, 1926 [URL : http://ecotropicos.saber.ula.ve/db/ssaber/Edocs/pubelectronicas/mundouniversitario/num14_enero2005/articulo2.pdf] ; « La voz de “acción comunal” en el Congreso bolivaria [URL : http://bdigital.binal.ac.pa/bdp/descarga.php?f=accion-3.pdf].

20  « bolivariano, na. adj. Perteneciente o relativo a Simón Bolívar, militar venezolano, o a su historia, su política, etc. Congreso bolivariano. Doctrina bolivariana. » Pour la date d’acceptation du terme dans le dictionnaire, recherche effectuée dans la rubrique « Nuevo tesoro lexicográfico de la lengua española » du dictionnaire en ligne de la Real Academia Española.

21  Antonio Arraíz, 1940, Culto bolivariano, Caracas, Editorial Cóndor, cité dans la bibliographie de Carrera Damas, 1989.

22  « [...] fue un auténtico bolivariano y sintió la grandeza y el genio del Libertador ». Pareja Y Paz Soldán, 1951, p. 84-85, cité dans Carrera Damas, 1989, p. 229.

23  « Eliminan “bolivariana” del nombre de la República », Últimas Noticias, 13 avril 2002.

24  La modalisation autonymique est définie par Jacqueline Authier-Revuz (1995, p. 101) comme « modalisation consistant en une représentation réflexive opacifiante du dire en train de se faire ». Elle « se manifeste dans toute situation où l’énonciateur commente son propre dire en train de se faire ; le “commentaire” témoigne d’un dédoublement au niveau de l’énonciation et peut, dans sa forme la plus réduite, se résumer à la présence de guillemets ou s’exprimer par des énoncés métadiscursifs ». Charaudeau, Maingueneau, 2002, article « Autonymie ».

25  Voir le site [http://portal.gobiernoenlinea.ve/cartelera/CirculosBolivarianos.html].

26  « los “círculos bolivarianos”, a quienes les sobra el nombre y también la agresividad ». « Protestas en todo el país », El Universal, 12 avril 2002.

27  « a manos de sus francotiradores bolivarianos ». « Los muertos de Hugo », ibid.

28  « El presidente, […] en sus propios sindicatos bolivarianos, controlados por el Estado » « Hugo Chávez : un autócrata en substancia, no sólo en estilo », ibid.

29  « Camuflado detrás de lentes oscuros y gorra bolivariana ». « Los chavistas armados defendieron a su Presidente », ibid.

30  « Como si cada quien  dividido en “escuálido” o en “bolivariano”− hubiese encontrado una casilla, una certeza, y hasta un orgullo ». « Meditación del error », ibid., 15 avril 2002.

31  « […] Pasaron muchos bolivarianos por acá y nos decían : “¡ escuálidos ! Perdieron plata, ¿ verdad ? […] » « Edificio del CNP sufrió daños », ibid.

32  Pour une définition plus précise de cette notion, voir Laclau, 2008, p. 153-157, s’intéressant au « peuple » comme signifiant flottant dans le cadre des régimes populistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Églantine Samouth, « L’adjectif bolivariano dans la presse vénézuélienne. Entre langue et positionnements politiques », Mots. Les langages du politique [En ligne], 93 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mots.revues.org/19829

Haut de page

Auteur

Églantine Samouth

Université Paris-Est Créteil Val de Marne, CEDITEC
egsamouth@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page