Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Sophie Moirand, Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre

Nathalie Dugalès
p. 139-141
Référence(s) :

Sophie Moirand, Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, 2007, Paris, PUF (Linguistique nouvelle), 180 p.

Texte intégral

Dans cet ouvrage, qui relate cinq années de recherches, Sophie Moirand ambitionne de mettre en évidence le lien entre la production médiatique et la constitution des mémoires individuelles et collectives. Partie d’une étude sur la vulgarisation scientifique, elle s’est orientée, à partir des matériaux collectés sur le discours de presse, vers cette autre piste qu’est la circulation des dires et, finalement, du lien entre dires et mémoires, ce qui l’a incitée à se concentrer sur le traitement par la presse écrite des faits et évènements scientifiques et techniques à caractère politique, comme les OGM ou la « vache folle ». S’inspirant des travaux de l’analyse de discours française telle que conceptualisée par Michel Pêcheux, Sophie Moirand les repense en les articulant aux notions de dialogisme de Bakhtine et de mémoire collective de Halbwachs. Différents sous-corpus sont peu à peu constitués à partir de corpus de référence fondés sur la base de « moments » ou « instants discursifs » qui englobent l’évènement, de son apparition à son enfouissement.

1Cette notion de « moment discursif » permet à l’auteur de dérouler une analyse tout d’abord dans le fil horizontal du discours, analyse qui, fondée sur les récurrences, les reformulations, les manières de dire, quel que soit le genre de l’énonciation, cherchera à identifier le paradigme désignationnel du fait ou de l’évènement en question. Au fil du moment discursif, les notions émergentes et les « mots-évènements » perdent progressivement leur rôle de désignation pour devenir des déclencheurs mémoriels qui inscrivent l’objet du discours dans un univers représentationnel spécifique. Sophie Moirand nous expose ici la circulation des notions relatives à ces évènements scientifiques ou techniques à caractère politique, de la reformulation des discours-sources à la modification de ces notions au fil de la circulation. Ainsi, nous dit-elle, « au gré de ces voyages, énonciativement incontrôlables, les mots spécialisés ou leur formulation médiatisée gagnent des sens nouveaux, au détriment parfois de leur sens original, et finissent par fonctionner sous le régime de l’allusion plutôt que sous celui de la désignation » (p. 20). Par ces discours se construit la représentation de faits nouveaux, les liens créés entre divers évènements permettant la construction de leur sens social. Les désignations de ces évènements finissent par devenir elles-mêmes des référents et à fonctionner comme des dénominations partagées. Finalement, ces mots ne désignent plus l’objet mais l’évènement.

  • 1  Alain Lecomte, 1981, « Comment Einstein raconte comment Newton expliquait la lumière (ou le rôle d (...)

2La notion d’objet discursif empruntée à Jean-Blaise Grize permettra quant à elle une analyse dans le fil vertical du discours, recontextualisant ainsi ces dires en les rapportant au genre de l’énonciation et à l’énonciateur. Sophie Moirand met ici en avant la multiplicité des sources et des dires dans le traitement par la presse d’évènements scientifiques ou techniques à caractère politique. Ce caractère plurilogal est marqué par la diversité des locuteurs et par conséquent des mondes sociaux, mais également par l’inscription de dires renvoyant à des discours transverses et à des moments de l’histoire ancienne ou récente. Il manifeste la complexité des relations entre la science et la société. Les dires circulant ainsi produisent finalement des effets de sens différents en faisant appel à des domaines de mémoire distincts au fil de leur activation par le texte de presse. Se concentrant sur l’un des trois modes discursifs de la presse (Charaudeau), celui de l’explication, Sophie Moirand s’interroge sur la fonction des rappels mémoriels qui interviennent par la mémoire des mots ou des discours transverses. S’appuyant au départ sur la conception de la mémoire d’Alain Lecomte pour qui cette dernière « se trouve toujours et demeure en dehors des sujets et seulement dans les mots qu’ils emploient » (Lecomte, 1981, p. 711, cité par Moirand, p. 145), son analyse du discours de presse l’invite à supputer finalement l’existence d’un lien entre la mémoire des mots et la faculté de mémorisation et de rappel de tout individu. La mémoire interdiscursive participerait non seulement à la constitution de mémoires collectives de cadres sociaux, selon la conception de Halbwachs, mais aussi à la construction des mémoires individuelles, chaque trace résonnant de manière différente dans la mémoire de chacun. Par cette circulation des dires, les médias constituent une mémoire collective médiatique qui se superpose aux mémoires collectives communautaires. Les médias jouent le rôle de remontée en mémoire en faisant appel à différents modèles de mémoire, celle des mots et celle des dires. Leur pouvoir évocateur réside surtout dans les valeurs que véhiculent ces mots et dires, pouvoir qui sera déterminé par le contexte de l’allusion qui justifie leur emploi.

3Achevant son ouvrage sur la réception par le lecteur du discours médiatique, Sophie Moirand met alors en avant le rôle de la presse dans la formation du citoyen dans les sociétés démocratiques contemporaines, en invitant d’un côté les médias à réfléchir sur le rôle du langage dans la construction des évènements, et de l’autre l’État à mettre en place ou renforcer l’apprentissage par l’École d’une lecture méthodique de la presse. Sophie Moirand inscrit son livre dans une visée pragmatique, celle de contribuer à la formation des citoyens en leur permettant d’analyser ce langage qui prend part à la construction de la réalité.

Haut de page

Notes

1  Alain Lecomte, 1981, « Comment Einstein raconte comment Newton expliquait la lumière (ou le rôle de la mémoire interdiscursive dans le processus explicatif) », Revue européenne des sciences sociales et Cahiers Vilfredo Pareto, n° 19, p. 71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Dugalès, « Sophie Moirand, Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre », Mots. Les langages du politique [En ligne], 88 | 2008, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 19 février 2017. URL : http://mots.revues.org/18653

Haut de page

Auteur

Nathalie Dugalès

Université de Rennes 1, CERIEM
nathalie_dugales@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page