Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Chroniques

Des mots en politique Liberté de la presse, des Lumières aux Trois Glorieuses

Agnès Steuckardt
p. 173-182

Texte intégral

  • 1  Le Rapport annuel 2002 de Reporters sans frontières peut être consulté sur le site : http://www.rs (...)

1« La liberté de la presse se porte mal. Le Rapport annuel 2002 de Reporters sans frontières est sans appel : l’ensemble des chiffres est en augmentation par rapport à l’année précédente. Aujourd’hui, 106 journalistes sont emprisonnés dans le monde1 » : le discours contemporain pose une équivalence implicite entre la liberté de la presse et le sort fait aux journalistes, et, pour le lecteur, la geôle du journaliste représente une sorte de prototype inversé de l’expression liberté de la presse. Pourtant, quand, au début du 18e siècle, la lexie apparait en français, elle a bien peu à voir avec le journalisme d’alors : la sage Gazette, le très raisonnable Journal des savants, le bien inoffensif Mercure galant, jouissent du privilège, qui leur assure l’exclusive commerciale, pour peu qu’ils s’en tiennent à un discours des plus conformiste. Et, lorsque liberté de la presse s’installe dans le langage des Lumières, c’est sans doute plutôt le philosophe embastillé qui en représenterait le prototype inversé. Quel parcours a donc conduit d’un modèle à l’autre ? Voyons comment un siècle d’histoire, de l’apparition du mot en français (1738) à son entrée dans le dictionnaire de l’Académie (1835), en a travaillé le sens.

Liberty of the press

2La première attestation de la lexie est datée, à la fois par le Robert historique et par le TLF, de 1738. Elle se trouve dans les Lettres juives, œuvre de Jean-Baptiste d’Argens, écrivain-voyageur, marquis aixois d’origine. Il s’agit d’un roman épistolaire sur le modèle des Lettres persanes. L’épistolier principal en est le juif Aaron Monceca, qui voyage à travers l’Europe. De Paris, de Londres, de Turin ou d’Hambourg, il écrit à ses amis restés en Orient pour leur raconter les mœurs européennes. La lettre où figure liberté de la presse, adressée de Londres, rapporte les propos d’un whig, ami d’Aaron ; ce whig proteste contre les « mauvais auteurs étrangers qui se mêlent d’écrire l’histoire de l’Angleterre » :

Nous savons parfaitement bien qu’il ne faut point opprimer la liberté de la presse ; et nous sommes les premiers à la protéger. Mais nous ne croyons pas qu’on en doive ainsi tolérer les excès ; et il nous paroit que c’est outrer la douceur du gouvernement. Aussi en abuse-t-on sans ménagement tous les jours (Jean-Baptiste d’Argens, Lettres juives ou Correspondance philosophique, historique et critique, référence Frantext, 1737, t. II, lettre 187, p. 433).

3Ce premier contexte d’emploi apporte trois indications essentielles : premièrement, il montre que le mot presse renvoie à l’origine à des livres et non à des journaux, puisque ce sont des ouvrages d’histoire qui sont visés. Il invite ensuite à chercher en Angleterre l’origine de la lexie. Enfin, il pose d’emblée liberté de la presse en association avec des mots comme excès et abuser, signalant que la définition de liberté de la presse passe par celle des limites qu’on lui assigne.   

4Déverbal de presser, le nom presse développe deux sens : il peut signifier d’abord « la situation où l’on se presse, où l’on est pressé », en particulier dans le cas d’une foule nombreuse et compacte ; si l’on s’en rapporte à Frantext, c’est ce dernier sens qui est actualisé par la majorité des occurrences avant la Révolution. Mais presse peut renvoyer aussi à l’action de presser ; le mot désigne alors toute machine utilisée pour presser, et notamment, à partir du 15e siècle, la machine destinée à l’impression typographique. La métonymie qui fait passer de la machine à imprimer au résultat de l’impression se met en place de façon hésitante. Furetière explique que la presse désigne le nombre de feuilles que les imprimeurs peuvent tirer en un jour, et Trévoux reprend cette définition. En fait, l’effacement du sens concret s’accomplit vraisemblablement par les locutions : sous la presse, sous presse (1550, d’après le Robert historique). En disant qu’un ouvrage est sous presse, on glisse par une première métonymie du sens de « machine à imprimer », vers le sens d’« opération d’imprimer » ; c’est dans liberté de la presse que se joue le second basculement métonymique entre « opération d’imprimer » et « résultat de cet opération ».

  • 2  1989, Oxford, Clarendon Press.
  • 3  Voltaire se fait le passeur de cette lexie en français : « La liberté d’imprimer est l’un des priv (...)

5Comme le suggère la mise en scène d’un whig par le marquis d’Argens, c’est en Angleterre qu’est formé le syntagme qui fait de presse le complément du nom liberté. À l’article Press, le Oxford English Dictionary2 mentionne d’abord, dans le paragraphe consacré à l’étymologie de liberty of press, l’ouvrage de Milton, publié en 1644, pendant la première Révolution anglaise, et intitulé : Aeropagitica ; a Speech of Mr. John Milton for the Liberty of Unlicenc’d Printing to the Parlament of England. La « Liberty of Printing », c’est la « liberté d’imprimer »3, quelle que soit la nature de ce que l’on imprime. Les jalons étymologiques suivants montrent la substitution de press à printing, avec le Memorial […] upon the Liberties of the Press and Pulpit de R. L’Estrange en 1680, et l’Apology for the Liberty of the Press de W. Denton, en 1681, à la veille de la Glorieuse Révolution, et peu avant l’Act de 1695 qui abolit le contrôle des publications. Le passage au substantif press gauchit sans doute le sens d’« action d’imprimer » au profit de celui de « résultat de cette action » ; ainsi liberty of the press s’achemine du sens de « liberté d’imprimer » vers celui de « liberté des choses imprimées ». Lorsque le marquis d’Argens introduit la lexie en français, le mot presse doit donc être compris dans une acception très large. Par la suite, quand les philosophes des Lumières emploient liberté de la presse songent-ils vraiment à la liberté des journaux ?

6En fait, ils affectent à l’égard des gazetiers, nouvellistes et autres folliculaires un mépris certain, comme en témoignent ces premières lignes de l’article « Journaliste » de l’Encyclopédie :

  • 4  1969 [1751-1772], Encyclopédie, Readex Microreprint, Pergamon Press (édition consultable sur le si (...)

Journaliste, s. m. (Littérat.) : auteur qui s’occupe à publier des extraits et des jugemens des ouvrages de Littérature, de Sciences et d’Arts, à mesure qu’ils paroissent ; d’où l’on voit qu’un homme de cette espece ne feroit jamais rien si les autres se reposoient. Il ne seroit pourtant pas sans mérite, s’il avoit les talens nécessaires pour la tâche qu’il s’est imposée4.

  • 5  Sur l’hostilité des philosophes des Lumières à l’égard des journalistes, voir J. Sgard, 1997, « Jo (...)

7Diderot, rédacteur de cet article, présente l’infériorité du journaliste par rapport aux créateurs et aux scientifiques comme une évidence logique. Il aurait du mérite, sans doute, s’il avait les « talents nécessaires » à sa tâche, mais, le jugement négatif de la première phrase porte à faire peu de fond sur ces « talents », et donc à situer du côté de l’irréel le mérite du journaliste5. Quand les Lumières parlent de liberté de la presse, ce n’est donc nullement à la liberté des journaux qu’ils pensent, mais à la liberté d’imprimer en général, et sans doute dans leur esprit plutôt d’imprimer des livres que des journaux.

Valorisation

8Même s’il chicane sur les abus qu’on peut en faire, le whig des Lettres juives pose d’emblée la liberté de la presse comme une valeur admise par tout un chacun ; en effet, quand il dit : « Nous savons parfaitement bien qu’il ne faut point opprimer la liberté de la presse », il place la prédication selon laquelle il ne faut point opprimer la liberté de la presse dans une complétive : il en fait ainsi un présupposé inaccessible à la réfutation directe. Le discours des Lumières conforte cette valorisation en bâtissant une argumentation par les conséquences, qui consiste à dire à peu près : « La liberté de la presse est bonne parce qu’elle n’a que des avantages et pas d’inconvénients ». Les deux volets de l’argumentation sont clairement posés au début de l’article « Liberté de la presse » de l’Encyclopédie :

On demande si la liberté de la presse est avantageuse ou préjudiciable à un état. La réponse n’est pas difficile. Il est de la plus grande importance de conserver cet usage dans tous les états fondés sur la liberté : je dis plus ; les inconvéniens de cette liberté sont si peu considérables vis-à-vis de ses avantages, que ce devroit être le droit commun de l’univers, et qu’il est à propos de l’autoriser dans tous les gouvernemens (Jaucourt).

9Cette argumentation par la pesée des avantages et des inconvénients présente deux volets : la démonstration de l’impuissance des écrits imprimés à nuire, et la démonstration que la liberté de la presse est source de progrès. L’article « Liberté de la presse », soucieux de rassurer, s’emploie surtout à démontrer l’innocuité de l’écrit ; Voltaire reprend le thème en vers :

  • 6  1877 [1771], Œuvres complètes, t. 7, Épitre 109, Paris, Garnier, p. 421.

Hé ! Quel mal après tout peut faire un pauvre auteur ?
Ruiner son libraire, excéder son lecteur […]6.

  • 7  1773 [1771], De l’Homme, section 4, chapitre 16, Londres, Société typographique, p. 329.
  • 8  Ouvr. cit., section 9, chapitre 12, p. 323.
  • 9  Ouvr. cit., section 9, chapitre 12, p. 324.

10Helvétius consacre de nombreuses pages à faire valoir les avantages de la liberté de la presse : elle est « l’aliment de l’émulation7 » et c’est en particulier « à la liberté de la presse que les sciences physiques doivent leur perfection8 » ; elle est plus généralement « le moyen de découvrir la vérité9 ».  

11Le plaidoyer peut être complété par un « argument des contraires ». Le locuteur montre alors que la liberté de la presse est bonne parce que son contraire est mauvais. L’article « Libelle » en fait une ouverture vigoureuse :

En général, tout pays où il n’est pas permis de penser et d’écrire ses pensées doit nécessairement tomber dans la stupidité, la superstition et la barbarie.

12De l’absence de liberté de la presse résultent « stupidité », « superstition », « barbarie », contre-valeurs, s’il en est, des Lumières. L’article « Liberté de la presse » de l’Encyclopédie se conclut, de façon plus contournée, sur cette même idée :

Enfin, rien ne peut tant multiplier les séditions et les libelles dans un pays où le gouvernement subsiste dans un état d’indépendance, que de defendre cette impression non autorisée, ou de donner à quelqu’un des pouvoirs illimités de punir tout ce qui lui déplait ; de telles concessions de pouvoirs dans un pays libre, deviendroient un attentat contre la liberté, de sorte qu’on peut assurer que cette liberté seroit perdue dans la Grande-Bretagne, par exemple, au moment que les tentatives de la gêne de la presse réussiroient ; aussi n’a‑t‑on garde d’établir cette espece d’inquisition.

  • 10  L’hébreu gey-hinnom, « vallée de l’Hinnom », était le nom du lieu où les Israélites idolâtres sacr (...)

13On remarque ici une difficulté à nommer ce contraire de la liberté de la presse. Le rédacteur utilise des infinitifs : d’une part, défendre cette impression non autorisée, avec un redoublement assez maladroit de l’idée négative dans le groupe nominal complément d’objet direct, d’autre part, punir tout ce qui lui déplait, peu précis. Les groupes nominaux auxquels il recourt ne sont guère plus satisfaisants : dans gêne de la presse, même si le mot gêne est plus fort dans la langue du 18e siècle qu’en français moderne, et s’il garde quelque chose de la force de l’étymon géhenne10 il parait tout de même un peu décalé dans cette application à une chose et non à une personne ; dans espèce d’inquisition, le locuteur marque lui-même, par la modalisation espèce de, son insatisfaction à l’égard de cette dénomination, sans doute trop chargée de connotations religieuses, inadéquates ici.

  • 11  Rousseau, 1971 [1762], Du contrat social, livre IV, chapitre VII, « De la censure », Paris, Seuil, (...)
  • 12  L’ami du peuple, n° 183, 6 aout 1790, [Paris 1790], Bruxelles, Pôle Nord, 1989-1994, p. 1166. Dans (...)

14Pour nous modernes, c’est le mot censure qui fonctionne comme antonyme de liberté de la presse. Mais dans la langue du 18e siècle, la censure ne se restreint nullement à un régime juridique régissant les publications. Rousseau la définit comme la « déclaration du jugement public11 » ; cette censure, héritée de la censura pratiquée par la République romaine, est une forme d’exercice de la souveraineté du peuple ; ainsi défini, le mot est loin de porter la péjoration dont l’usage courant le charge aujourd’hui. Pendant la Révolution encore, il peut être employé avec le sens positif que lui donne Rousseau, et Marat par exemple revendique la « qualité de censeur public12 ». La restriction de censure à un caractère juridique et au domaine de l’imprimerie ne se fait qu’à partir de 1790 (d’après le Robert historique et le TLF). Du point de vue lexical donc, la valorisation de liberté de la presse est allée de pair avec une dévalorisation de son contraire : il fallait un mot pour stigmatiser cette contre-valeur, et c’est finalement à censure que, depuis la Révolution, est dévolu ce rôle.  

Praxis révolutionnaire et mutation de sens

15Il faut d’abord en convenir : la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 n’utilise pas la lexie liberté de la presse pour proclamer ce droit nouveau ; l’article XI déclare :

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

16Est-ce à dire que libre communication des pensées et des opinions soit mieux installé dans le vocabulaire des Lumières ? Dans les données de la base Frantext, avant 1789, liberté de la presse apparait 38 fois, tandis que libre communication n’a que 3 occurrences, liberté d’écrire 2, liberté d’imprimer 1, et que liberté d’expression n’est pas attesté. C’est donc bien liberté de la presse qui fait figure de mot-slogan dans le discours des Lumières. Si les députés de 89 ont préféré libre communication des pensées et des opinions, c’est probablement que, dans un souci de précision juridique, ils ont choisi une formulation leur permettant de couvrir tous les aspects de la communication.

  • 13  Sur les débats autour de la liberté de la presse pendant la Révolution, voir A. Steuckardt, à para (...)

17La proclamation de la « libre communication des pensées », et donc en particulier de la liberté de la presse, détermine un changement majeur dans le traitement discursif de la lexie : elle n’était en France qu’une abstraction, et il fallait en chercher une représentation concrète en Angleterre. Elle devient un droit, à l’existence menacée certes, mais un droit proclamé. Dès lors, on ne parle plus de la liberté de la presse comme d’un but à atteindre, dont on fait valoir les mérites, mais comme d’un acquis, qu’il convient de définir. L’article XI renvoie à une loi future la définition de l’« abus de cette liberté » : c’est autour de cette idée que s’organise le discours révolutionnaire sur la liberté de la presse, les uns se plaignant qu’on l’anéantisse, les autres qu’on en abuse13.

  • 14  166 journaux politiques et d’information générale sont fondés en 1789. Sur cette explosion du jour (...)

18Le changement se trouve aussi dans la pratique éditoriale. Ce ne sont pas en effet les ouvrages philosophiques longuement muris des Lumières qui viennent rendre effectif le droit fraichement conquis, mais bien une multitude de journaux souvent éphémères, et de simples placards14. Cette praxis nouvelle entraine une modification de la représentation prototypique de liberté de la presse : l’exercice de la liberté de la presse par les journalistes pendant la Révolution, puis pendant le 19e siècle, scelle une association de notion à prototype entre liberté de la presse et liberté des journaux, et cette substitution va affecter le mot presse. Sur ce point, la datation proposée par le TLF dans la partie « Étymologie » de l’article « Presse » parait contestable : pour la première attestation du sens « ensemble des journaux et périodiques », le TLF renvoie à au passage cité plus haut des Lettres juives : or, on l’a vu, le cotexte de la citation infirme cette glose, et son contexte idéologique la rend peu vraisemblable. Il faut attendre l’explosion du journal, à partir de 1789, qui, par le changement de prototypie qu’il entraine pour liberté de la presse, détermine la mutation sémantique du mot presse.

Stabilisation

  • 15  Maine de Biran, Journal, 17 mai 1824, référence Frantext, p. 181.
  • 16  Mignet, Histoire de la Révolution française, référence Frantext, t. 1, p. 64.

19Aussi puissante que soit cette explosion du journal, le changement de prototypie n’impose pas immédiatement le nouveau sens du mot presse. Les cooccurrences de presse et journaux données par Frantext pour la période 1800-1835 témoignent d’une certaine hésitation de l’usage. Ainsi, par exemple, Maine de Biran s’inquiète des « dangers que feraient naitre le système libéral et surtout la liberté complète de la presse et des journaux15 ». La coordination laisse penser qu’il pose ici deux entités distinctes, presse renvoyant alors plutôt aux publications livresques. Mais, lorsque Mignet, racontant la Révolution, écrit : « La presse échauffait les esprits, les journaux répandaient les délibérations de l’Assemblée16 », il juxtapose deux termes qui semblent permettre une variation synonymique propre à l’amplification. Cependant, là encore, l’interprétation est incertaine : peut-être Mignet distingue-t-il un hyperonyme presse (compris comme « ensemble des publications ») enveloppant l’hyponyme journal.

20C’est sans doute l’attention particulière portée aux journaux par les pouvoirs successifs qui stabilise la superposition entre liberté de la presse et liberté des journaux, et finalement l’assimilation entre presse et journaux. Ce sont les journaux, et non les livres, qui sont soumis à l’obligation de payer le timbre en 1797. Ce sont eux que vise la loi du 21 octobre 1814, qui impose l’autorisation préalable. Au total, sous l’Empire et la Restauration, une trentaine de textes législatifs viennent tenter d’encadrer, avec plus ou moins de rigueur, la presse périodique. C’est encore contre les journaux qu’est dirigée la première ordonnance, publiée le 26 juillet 1830 par Charles X dans Le Moniteur. Le Rapport du garde des sceaux Chantelauze, qui précède cette ordonnance, explique :

  • 17  Passage cité dans M. Agostino et al., 2000, Textes d’histoire contemporaine, Bordeaux, Presses uni (...)

Il faut bien le reconnaitre, ces agitations, qui ne peuvent s’accroitre sans de grands périls, sont presque exclusivement produites et excitées par la liberté de la presse. Une loi sur les élections, non moins féconde en désordres a sans doute concouru à les entretenir. Mais ce serait nier l’évidence que de ne pas voir dans les journaux le principal foyer d’une corruption dont les progrès sont chaque jour plus sensibles, et la première source des calamités qui menacent le royaume17.

21Voilà donc d’où venait tout le mal : la liberté de la presse, les journaux. Dans le passage, journaux sert de reprise anaphorique à liberté de la presse ; le texte n’indique pas de mouvement de restriction : les journaux semblent ici représenter pour le locuteur le champ d’application de la liberté de la presse dans sa totalité. L’ordonnance elle-même, qui instaure une autorisation préalable trimestrielle et toujours révocable, suscite la réaction des journalistes, qui entrainent la population parisienne dans l’insurrection. Les Trois glorieuses viennent démontrer le pouvoir du journal, qui renverse Charles X et met en place la monarchie de Juillet. Forte de cette légitimité nouvelle, la lexie liberté de la presse entre en 1835 dans le Dictionnaire de l’Académie ; si l’on compare, à l’article « Presse » l’édition de 1798 à la suivante, on remarque en effet l’ajout du paragraphe suivant :

Fig. : Liberté de la presse. Liberté de mettre au jour, par la voie de l’impression, ses idées, ses opinions sur toutes sortes de matières, sans être obligé de les soumettre à une censure. La liberté de la presse existe en France et en Angleterre. Mettre des restrictions à la liberté de la presse. On dit de même : La presse est libre dans ce pays. Les délits de la presse. Etc.

  • 18  La septième édition du Dictionnaire de l’Académie (1878) introduit sous la vedette Presse, une sou (...)
  • 19  Voir M.-È. Thérenty et A. Vaillant, 2001, 1836, l’an I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et (...)

22Après 1830, la France peut figurer, à côté de l’Angleterre, dans la rubrique des exemples qui donneront une représentation concrète de la notion. Remarquons cependant que l’Académie envisage prudemment que l’on puisse « mettre des restrictions à la liberté de la presse ». Si elle n’enregistre pas dans cette sixième édition le glissement qui conduit presse, par métonymie et restriction, vers le sens d’« ensemble des publications périodiques »18, le Dictionnaire général et grammatical des dictionnaires français de Napoléon Landais note, dès 1834, « on nomme presse périodique les journaux ». En 1836, Émile de Girardin invente la presse commerciale moderne19, il appelle son journal : La Presse.

23Les contours de liberté de la presse se sont donc dessinés en fonction des obstacles rencontrés dans l’histoire. C’est d’abord un mot d’ordre des Lumières contre le régime des privilèges : les écrivains français réclament pour leurs livres cette liberté de la presse dont les Anglais leur donnent le modèle. La Révolution, qui l’établit pour un temps, permet l’explosion du journal et fait de lui le lieu d’exercice privilégié de la liberté de la presse, déplaçant du même coup le sens du mot presse.

24Entre 1789 et 1793, d’autres contours sont dessinés : à l’intérieur d’un régime juridique de liberté de la presse, ses limites sont celles que lui impose le respect d’autres libertés. Pour les constituants, ces limites, définies par la loi Thouret du 26 aout 1792, étaient la provocation à la désobéissance à la loi et la calomnie ; la réflexion juridique contemporaine poursuit le tracé de ces frontières de la liberté de la presse, avec par exemple la protection de la présomption d’innocence.

25Devenue un droit, encore fragile en 1830, puis plus assuré avec la loi de 1881, la liberté de la presse se heurte enfin aux obstacles que lui oppose le pouvoir de l’argent. Dès 1840, Heinrich Heine analyse la contradiction entre une liberté légale et une « non-liberté » réelle :

  • 20  « Wenn man die französische Presse nicht nach ihrer äußeren Erscheinung beurteilt, sondern sie in (...)

Quand on juge la presse française non par son apparence extérieure mais dans son intériorité, épiée depuis ses bureaux, on doit reconnaitre qu’elle souffre d’une certaine forme de non-liberté […]. La presse quotidienne française est dans une certaine mesure une oligarchie, pas une démocratie ; car la fondation d’un journal français s’accompagne de tant de frais et d’embuches, que seules des personnes qui sont capables de mettre en jeu les plus grosses sommes peuvent créer un journal. C’est pourquoi ce sont habituellement des capitalistes et autres industriels qui dépensent l’argent pour la création d’un journal20.

26Par un nouveau retour de la praxis à la langue, les législateurs du 20e siècle ont entrepris, par la loi du 26 aout 1986, de redéfinir la liberté de la presse comme « liberté d’être informé » autant que « liberté d’informer ». Ils espèrent ainsi permettre au journal de rester le prototype de la liberté de la presse, et empêcher qu’il n’en devienne un contre-modèle.

Haut de page

Notes

1  Le Rapport annuel 2002 de Reporters sans frontières peut être consulté sur le site : http://www.rsf.org/

2  1989, Oxford, Clarendon Press.

3  Voltaire se fait le passeur de cette lexie en français : « La liberté d’imprimer est l’un des privilèges dont les Anglais sont le plus jaloux », 1769, Précis du siècle de Louis XV, chapitre 24, (1re attestation donnée par Frantext).

4  1969 [1751-1772], Encyclopédie, Readex Microreprint, Pergamon Press (édition consultable sur le site du laboratoire ATILF).

5  Sur l’hostilité des philosophes des Lumières à l’égard des journalistes, voir J. Sgard, 1997, « Journaux et journalisme », dans M. Delon (éd.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, PUF, p. 630-631.

6  1877 [1771], Œuvres complètes, t. 7, Épitre 109, Paris, Garnier, p. 421.

7  1773 [1771], De l’Homme, section 4, chapitre 16, Londres, Société typographique, p. 329.

8  Ouvr. cit., section 9, chapitre 12, p. 323.

9  Ouvr. cit., section 9, chapitre 12, p. 324.

10  L’hébreu gey-hinnom, « vallée de l’Hinnom », était le nom du lieu où les Israélites idolâtres sacrifiaient des enfants par le feu ; dans la Bible, le nom désigne l’Enfer, et en ancien français, géhenne signifie « torture ».

11  Rousseau, 1971 [1762], Du contrat social, livre IV, chapitre VII, « De la censure », Paris, Seuil, p. 572.

12  L’ami du peuple, n° 183, 6 aout 1790, [Paris 1790], Bruxelles, Pôle Nord, 1989-1994, p. 1166. Dans sa spécialisation scolaire attestée depuis 1732, le mot est utilisé sans marquage axiologique.

13  Sur les débats autour de la liberté de la presse pendant la Révolution, voir A. Steuckardt, à paraitre, « La notion de liberté de la presse : défense et illustration dans l’ami du peuple de Marat », R. Monnier, J. Guilhaumou (éds), Actes de la journée d’études sur l’histoire des notions socio-politiques (23 novembre 2002), Paris, Société des études robespierristes.

14  166 journaux politiques et d’information générale sont fondés en 1789. Sur cette explosion du journal, voir C. Labrosse et P. Rétat, 1989, Naissance du journal révolutionnaire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, et P. Rétat (éd.), 1989, La révolution du journal 1788-1794, Paris, Éditions du CNRS.

15  Maine de Biran, Journal, 17 mai 1824, référence Frantext, p. 181.

16  Mignet, Histoire de la Révolution française, référence Frantext, t. 1, p. 64.

17  Passage cité dans M. Agostino et al., 2000, Textes d’histoire contemporaine, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

18  La septième édition du Dictionnaire de l’Académie (1878) introduit sous la vedette Presse, une sous-entrée ainsi conçue : « Presse, se dit figurément de l’imprimerie en général, des livres et surtout des journaux. On s’est demandé quelquefois si la presse n’était pas plus nuisible qu’utile » ; le passage sur Liberté de la presse, de l’édition précédente, se trouve intégré à cette sous-entrée. La présentation du rédacteur établit une progression logique : par l’adverbe figurément, il indique la première métonymie, qui conduit du sens de « machime à imprimer » à celui d’« opération d’imprimer » (« imprimerie en général ») ; il glisse, par énumération, vers la seconde métonymie, qui mène d’« opération d’imprimer » à « livres » et « journaux », avec une restriction prototypique sur les journaux, marquée par surtout ; le commentaire sur liberté de la presse, placé à la suite, présente la lexie comme une application particulière de ce sens restreint. Le rédacteur tente donc de plier l’histoire des déplacements de sens à une reconstruction logique (adoptée d’ailleurs par les dictionnaires contemporains), qui ne rend pas compte de l’histoire réelle du mot, puisqu’elle masque le rôle de la lexie liberté de la presse dans le second basculement métonymique et dans la restriction prototypique sur le journaux. Notons enfin que l’exemple choisi  manifeste sans doute une certaine inquiétude à l’égard de son référent.

19  Voir M.-È. Thérenty et A. Vaillant, 2001, 1836, l’an I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique de La Presse de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions.

20  « Wenn man die französische Presse nicht nach ihrer äußeren Erscheinung beurteilt, sondern sie in ihren Innern, in ihren Büreaus belauscht, muss man eingestehen, dass sie einer besonderen Art von Unfreiheit leidet […]. Die französische Tagespresse ist gewissermassen eine Oligarchie, keine Democratie ; denn die Begründung eines französischen Journals ist mit so vielen Kosten und Schwierigkeiten verbunden, dass nur Personen, die instande sind, die größten Summen aufs Spiel zu setzen, ein Journal errichten können. Es sind daher gewöhnlich Kapitalisten oder sonstige Industriellen, die das Geld herschießen zur Stiftung eines Journals », H. Heine, Lutezia, SW Bd. 6, 181, cité par F. Schneider, 1972-1997, « Presse, Freiheit der Presse, Zensur », dans O. Brunner, W. Conze, R. Koselleck, Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexicon zur politisch-sozialer Sprache in Deutschland, Stuttgart, Klett Cotta, p. 899-927.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Steuckardt, « Des mots en politique Liberté de la presse, des Lumières aux Trois Glorieuses », Mots. Les langages du politique [En ligne], 73 | 2003, mis en ligne le 13 octobre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mots.revues.org/16972

Haut de page

Auteur

Agnès Steuckardt

Université de Provence – 29, avenue Robert Schuman 13621 Aix-en-Provence cedex 01 – agnes.steuckardt@univ.mont3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page