Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Chroniques

Les méditations militaires de Scipione Ammirato Guerre et raison d’État

Michel Senellart
p. 161-168

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple Thomas dAquin, Somme théologique, IIa-IIae, qu. 40.
  • 2  Dans 1592, LIdea del libro degoverni di stato et di guerra, Venise, f. 47v-63v.
  • 3  « Guerre licite est celle, quand quelquun nayant point de juste, ni de légitime sujet de guerroy (...)
  • 4  Voir F. Guicciardini, 1561, Histoire dItalie, trad. fr. de J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, 1996 (...)

1La raison dÉtat, dans son acception historique, désigne cet ensemble de doctrines, aux 17e-18e siècles, qui posent le problème de la conservation de lÉtat non dans lhypothèse dune genèse autarcique ni sur lhorizon dune universalité pacifiée, mais dans un contexte de concurrence, de lutte et dinsécurité générale. À ce titre, il est incontestable quelle a affaire à la guerre, sinon comme à son principal objet, du moins comme à son souci le plus grave. Il semble donc légitime de se demander quelle place elle lui accorde et quelles limites elle lui fixe. Poser la question en ces termes, cependant, ne laisse pas de faire problème. Une telle question, en effet, – comment la raison dÉtat justifie-t-elle la guerre ? – présuppose que la raison dÉtat constitue le cadre théorique à lintérieur duquel se serait développée une nouvelle analyse de la guerre, différente de celle, élaborée depuis le Moyen Âge, par la littérature théologico-juridique. Or sil est exact que, dans cette tradition, la construction dun cadre théorique général, tirant sa spécificité de principes universels, précédait la mise en question de la guerre comme phénomène particulier1, il nest pas sûr quil en aille de même dans le discours de la raison dÉtat. Loin que ce discours définisse le cadre à lintérieur duquel sénoncerait une nouvelle pensée de la guerre, on peut se demander si ce nest pas celle-ci, à linverse, qui a défini lespace à partir duquel ce discours est devenu possible. Ce serait moins la raison dÉtat, en somme, qui justifierait la guerre, selon tel ou tel critère de réalisme, que la guerre qui, dans sa logique propre, expliquerait la raison dÉtat. La distinction des deux points de vue nest pas purement académique. Elle oppose deux types de rationalité, lune normative, en termes de droit (quid juris ?), lautre instrumentale, en termes de moyens (comment faire ?). La première correspond sans doute à tout un ensemble de textes, à linstar du Discorso della ragione di guerra de G. Frachetta2 qui distingue deux formes du jus belli, la guerre juste et la guerre licite3, et deux formes de ratio belli, la vraie et lapparente. Malgré les audaces dont ils font preuve par rapport au modèle scolastique, ces textes ne représentent peut-être pas la tendance la plus novatrice du discours de la raison dÉtat. Ils ne doivent pas dissimuler en tout cas lémergence dune autre tendance, plus radicale, consistant non à subsumer la pratique de la guerre sous les maximes de la prudence politique, mais à redéfinir celle-ci à partir de la manière, historiquement liée à lévolution des techniques et des stratégies, dont on fait désormais la guerre. Renversement capital dans la notion de lois de la guerre. Alors quau Moyen Âge, les lois de la guerre étaient les lois imposées à la guerre, pour la contenir dans les limites juridico-morales de la guerre juste, à partir du 16e siècle, elles deviennent les lois imposées par la guerre, en dehors de toute normativité juridique et religieuse. Cest chez Guicciardini, sans doute, que saffirme le plus nettement cette conscience du bouleversement des règles du jeu politique par lirruption de la guerre moderne, fondée sur loffensive massive et foudroyante dune armée disposant dune puissante artillerie4.

  • 5  Sur ces bouleversements, voir notamment la bonne synthèse dA. Campillo, 1986, La fuerza de la raz (...)
  • 6  F. Meinecke, 1924, Die Idee der Staatsräson in der neueren Geschichte, trad. de M. Chevallier, 197 (...)
  • 7  Publiciste et historien florentin, Scipione Ammirato (1531-1600) est le principal représentant du (...)
  • 8  1594, Discorsi sopra Cornelio Tacito, Florence. Nombreuses rééditions jusquau 19e siècle. Sur les (...)
  • 9  Ibid., XII, 1 ; trad. de L. Melliet, VI, 7, p. 338 : « [La] raison dÉtat n[est] autre chose quu (...)
  • 10  Sur cette interprétation de la raison dÉtat en termes de dérogation, voir M. Viroli,1992, From Po (...)

2Mon intention, ici, nest pas desquisser une interprétation générale de la raison dÉtat à partir des profonds bouleversements de la technique militaire au 16e siècle5. La question que je voudrais poser est plus étroitement circonscrite. Elle procède dabord dun problème de méthode. De Meinecke et de Mattei aux travaux les plus récents6, on étudie les variations de lidée de raison dÉtat sur la base dénoncés réunis par leur commune appartenance à un même discours, sans se demander, trop souvent, dans quel genre spécifique ils sinscrivent, quelle place ils y occupent, quel rôle ils y jouent, à quels lecteurs ils sadressent ni à quelle efficacité ils prétendent. Cest ainsi que lon analyse la définition de la raison dÉtat formulée par Scipione Ammirato7 en isolant le bref traité quil lui consacre de lensemble du dispositif argumentatif dans lequel il sinsère et dont il forme une pièce certes centrale, mais non autonome – son commentaire des Annales et des Histoires de Tacite8. Or, je me demande si lon ne se condamne pas, de la sorte, à méconnaitre sa véritable signification. La définition célèbre de S. Ammirato – la raison dÉtat comme contravention, ou dérogation, aux lois ordinaires en vue de lintérêt commun9 – est fréquemment interprétée en termes de recodification juridique des pratiques de puissance, au sein dune hiérarchie de « raisons » ou lois – loi naturelle, loi civile, droit de guerre, droit des gens, loi divine – qui structurent le réel. Réduite au principe juridique de la dérogation10, la « bonne raison dÉtat » permettrait ainsi de concilier, non sans ambigüité, exigences politiques, normes juridiques et impératifs éthiques. Une telle présentation, cependant, a linconvénient majeur de faire silence sur ce qui constitue, pour S. Ammirato, la principale source de la prudence politique : lhistoire, dans sa pure factualité. Cest contre les juristes, et non sur leur terrain, que S. Ammirato défend lidée de deroga, afin douvrir le champ dune science historique du gouvernement :

  • 11  Ouvr. cit., III, 13, p. 130-131, cité dans la trad. de Melliet, IV, 2, p. 203-204. Sur ce même thè (...)

Que personne ne cuide mieux apprendre les affaires d’État [le cose di stato] d’aucun livre que de l’histoire, parce que les excellents historiographes sont ceux qui, non en la spéculation, ains au fait [non in speculazioni, ma in fatto] et, comme on dit, en argent comptant et pécune nombrée [in pecunia numerata], donnent les préceptes, les règles et les enseignements des accidents, des évènements, des fortunes mêlées qui se rencontrent tous les jours au gouvernement des États, soit monarchiques, aristocratiques ou populaires, et qui traitent des affaires de paix et de guerre, d’alliances, de confédérations, et de toutes les affaires politiques et militaires, autrement [dit] publiques. Et quand je multiplie les exemples, je ne le fais à autre fin, que pour montrer la vérité et uniformité de cette doctrine11.

  • 12  A. Momigliano, 1983, « Le premier commentaire politique de Tacite », dans Problèmes dhistoriograp (...)
  • 13  1581, C.C. Taciti ab excessu divi Augusti Annalium libri quattuor priores, et in hos observationes(...)
  • 14  K. C. Schellhase, ouvr. cit., p. 123 : « He made no effort comparable to Machiavellis to combine (...)
  • 15  Voir Th. Gordon, 1728, The Annales, to which are prefixed Political Discourses, Dublin.

3Avec S. Ammirato, à la suite de Machiavel, saffirme un genre nouveau, distinct aussi bien des Institutions du prince, des recueils dexempla historiques et des florilèges de maximes que des traités de droit public et de science politique : le commentaire historico-politique. Lessor de ce genre se confond en partie avec le développement du tacitisme, mais ne sy réduit pas, de même que ce dernier a des contours plus larges, ou plus flous, que le genre en question. Son étude reste encore pour une grande part à effectuer. Selon la classification établie par Arnaldo Momigliano12, on peut distinguer trois groupes décrits tacitistes, correspondant à leur chronologie même, du 16e au 17e siècle : celui des recueils daphorismes, à la manière de Carlo Pasquali, ou Charles Paschal13, traitant le texte tacitien comme une mine de sententiae, mais sans souci dapplication pratique14 ; celui des commentaires politiques proprement dits, le groupe le plus prolifique, imprégné dun machiavélisme plus ou moins diffus, qui commence avec S. Ammirato et se prolonge jusquau 18e siècle15 ; celui, enfin, plus tardif et dérivé, des « traités systématiques consacrés aux lieux communs traditionnels, composés exclusivement ou presque de maximes tacitiennes ». Le commentaire politique se distingue donc par son effort pour articuler le récit historique à lanalyse de lhistoire présente, afin den dégager des maximes de conduite et daction. Commentaire, à cet égard, est un mot trompeur, car cest le présent historique qui forme sa véritable matière, éclairée ou rendue intelligible par lenseignement tacitien. À linverse du commentaire critique, le commentaire historique ne vise pas à rétablir le passé dans sa forme authentique, mais à faire ressortir, dans la trame des évènements actuels, limage dune expérience déjà vécue et réfléchie.

  • 16  Sur lanalyse par S. Ammirato du problème turc et les remèdes quil préconise, voir A. Alberti, 19 (...)
  • 17  Ouvr. cit., XII, 3 ; trad. L. Melliet, VI, 9, p. 362.
  • 18  Thèses défendues dans certains des Opuscoli publiés à Florence en 1637, longtemps après sa mort. V (...)

4Lhypothèse que je voudrais formuler est la suivante : le commentaire historico-politique ne constitue-t-il pas la forme dun discours qui ne part pas de prémisses universelles, comme le discours théologique ou juridique, mais des déterminations actuelles de laction politique, en les référant non à des critères invariables, mais à des situations comparables ? Plus précisément : nest-ce pas parce quil pense la politique à partir des rapports de guerre qui déterminent le présent quil est voué à une radicale historicité, la guerre obligeant à regarder les choses non in speculazioni, ma in fatto et à payer ses conseils « en argent comptant » ? Pour tenter de répondre à ces questions, il faut rappeler, tout dabord, quelle guerre hante les Discours de S. Ammirato. Avec un grand nombre de ses contemporains, à commencer par Botero, il est obsédé par le péril turc16. « Lobservation des choses politiques, écrit-il, nous enseigne quen lespace de cent ans le Turc se peut faire maitre de lItalie, sil ny est pourvu17 ». De même quun bon artisan prévoit ce qui est nécessaire à son art et y pourvoit de bonne heure, de même lart politique doit-il semployer à prévenir cette menace qui, à travers lItalie, pèse sur toute la chrétienté. La contradiction principale de son temps nétant pas au sein du monde chrétien, mais entre celui-ci et lislam, il importe de réunir toutes les forces en vue dune nouvelle croisade sur terre et sur mer. Ce thème relativement banal sarticule, chez S. Ammirato, à un argument politique original. Il soutient en effet, contre Machiavel, que la division de lItalie nest pas due aux papes et que lunité italienne, si elle avait été réalisée, aurait apporté plus dinconvénients que davantages à lItalie18. La multitude des principautés, avec des centres fortifiés répartis tout au long de la péninsule, lui parait une digue plus efficace quun prince unique contre lenvahisseur turc. Politique et religion se soutiennent ainsi lune lautre, la religion comme facteur de solidarité politique entre les États, la politique comme facteur de renforcement de lunité religieuse. Relation circulaire, la politique trouvant sa limitation dans ce qui lui permet, en fait, daccroitre son efficace contre lennemi commun. Cest sur fond de cette guerre latente, tendue vers un affrontement décisif, que se comprend le concept de ragion di stato employé par S. Ammirato. Lambivalence qui le caractérise – raison transgressant toutes les raisons ordinaires, mais subordonnée à la loi divine – ne tient pas à linconsistance de lesprit de compromis, mais à la structure même du rapport de forces qui met en jeu, face à lessor ottoman, lavenir du monde chrétien.

  • 19  Mais cette disposition sapplique également aux campagnes : « Il faut que le bon ordre tenu en la (...)

5À propos de la famine, ce péril intérieur qui menace chaque État, S. Ammirato écrit quil est nécessaire, pour y remédier, « dimiter lordre de la guerre », en imposant aux villes19 le modèle du camp :

  • 20  Cest-à-dire : « ordonneront lexercice, le travail et le métier en quoi les souffreteux devront ê (...)
  • 21  Ibid., p. 372.

Non content que la cité soit partie et subdivisée en plusieurs parties, [il faudrait] créer des chefs de rue, lesquels comme sergents de bande, qui obéissent à leur capitaine, auront le soin des habitants de leur rue, donneront de la besogne aux pauvres20 et par conséquent procureront pour eux qu’ils aient à manger21.

  • 22  Ibid., p. 373.
  • 23  Voir XII, 1 ; trad. Melliet, VI, 7, p. 353; voir également XV, 5 (trad. Melliet, VIII, 10), où son (...)
  • 24 Ibid., I, 6 ; trad. Melliet, I, 6, p. 40.
  • 25 Ibid., I, 11 ; trad. Melliet, I, 11, p. 60.
  • 26  Voir ibid., I, 11, « Des finances militaires » ; III, 8 (trad. Melliet, III, 9), « Des moyens dau (...)
  • 27  Voir ibid., XIII, 11 ; trad. Melliet, VII, 10, p. 457-458.
  • 28 Ibid., XX, 2 ; trad. Melliet, XI, 9, p. 789.

6La lutte contre la famine impose la suspension des relations civiles ordinaires, létablissement dune discipline rigoureuse, lusage de la contrainte pour le salut commun. Il en va de même pour le péril extérieur que constitue lexpansion ottomane, à ceci près toutefois que si la famine est un accident, la menace turque, quant à elle, est permanente. La raison dÉtat autorise à prendre des dispositions extraordinaires dans les cas extrêmes. Elle est donc, en quelque sorte, la pointe de lart politique qui consiste à prévoir ces cas et à sy préparer. Ou plutôt, elle est le prix à payer lorsque surviennent de tels cas, sans quon ait eu le temps dy pourvoir à lavance. Ainsi, en cas de famine, si la discipline ne suffit pas et que lurgence lexige, la mortalité des sujets narrivant jamais sans grand dommage du prince22, lui est-il permis de réquisitionner le blé des riches et même, en dernier recours, de vendre largenterie des églises23. Le péril turc est un cas extrême dont les princes dEurope négligent de se soucier, leurs querelles étant cause que « nous laissons croitre la puissance du Turc, et nous consommant nous-mêmes, nous rendons faibles et impuissants pour résister à ses nombreuses et épouvantables armées, si jamais il lui prend volonté de venir nous attaquer24 ». Or « un prince nest pas sage qui na de bonne heure assemblé des nerfs pour la guerre, afin dêtre bien préparé aux extrêmes cas que le temps peut faire naître25 ». Problème économique, auquel S. Ammirato consacre plusieurs discours26, mais également militaire : comment créer une armée disciplinée, fondée sur le modèle de la « sévère milice » des anciens, capable de faire pièce à la puissance du Turc ? Celui-ci, en effet, nest pas simplement un ennemi cruel, perfide et inhumain27. Il est aussi un exemple de discipline martiale. Sa force réside moins dans ses troupes innombrables que dans ses régiments de janissaires soumis, dès leur jeune âge, à lentrainement le plus rigoureux28. Léthos disciplinaire qui traverse les Discorsi de S. Ammirato, et qui anime sa conception de la ragion di stato, le prince devant ordonner sa volonté propre à la considération du bien public, ne procède donc pas de la seule nostalgie de lordre romain. Il répond à un impératif stratégique, qui découle de la nature même de lennemi auquel sont confrontés les États italiens.

  • 29 Ibid., XIV, 2 ; trad. Melliet, VII, 12.

7Loin donc que la raison dÉtat définisse les conditions, les règles et les fins de la guerre, il me semble que cest la guerre qui dessine le champ de la raison dÉtat. Non pas la guerre allégorique des appétits et des passions ni celle, intemporelle, des rivalités entre voisins, mais la guerre comme structure historiquement déterminée du rapport des forces, dont dépend le maintien des équilibres établis. De ce point de vue, on peut dire que la raison dÉtat relève moins dun discours éthico-religieux, caractérisé en termes de droit (quid juris ?), que dun discours historico-politique, caractérisé en termes de fait. Que faire dans la situation quimposent les faits ? Cest cette question qui fait lobjet de ce que S. Ammirato appelle les « méditations militaires29 » :

  • 30 Ibid. ; trad. Melliet, p. 469.

Ainsi devrions-nous aller incessamment méditant, avec quelles armes il serait meilleur s’opposer à la puissance du Turc, avec quel ordre de bataille, avec quel mélange d’armes et de nations, avec quel nombre de gens à pied et à cheval, en quel temps, en quel lieu, avec quel avantage, quelle ruse et nouveau stratagème. Au défaut de quoi, nous connaitrons trop tard notre négligence, paresse et lâcheté touchant les affaires de la guerre30.

  • 31 Ibid. ; trad. Melliet, p. 463.
  • 32  Ibid. VoirFlavius Josèphe, 1980, Guerre des juifs, III, 75, trad. dA. Pelletier, Paris, Les Belle (...)

8Méditation : S. Ammirato emploie le mot dans son double sens, qui correspond au grec meletê, de réflexion et dexercice. « Lexercice est une action qui met en œuvre ce quon a appris en travaillant le corps, et la méditation fait le même effet, remémorant souvent avec lentendement la chose qui a été enseignée. Tellement quon pourrait dire que la méditation est un exercice de lesprit, comme lexercice est une méditation du corps31 ». La méditation surmonte ainsi lopposition de la théorie et de la pratique. Elle est à la fois lune et lautre, remémoration, exercice du jugement, mise à lépreuve. Les Discorsi de S. Ammirato ne doivent-ils pas se lire comme lillustration dun nouveau genre, issu de lexpérience des guerres modernes : celui des méditations politico-militaires ? Genre étranger à la pure spéculation, car si les méditations militaires, selon le mot que S. Ammirato prête à Flavius Josèphe, sont des batailles sans sang (battaglie senza sangue), les batailles en revanche sont des méditations sanglantes (meditazioni con sangue)32.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple Thomas dAquin, Somme théologique, IIa-IIae, qu. 40.

2  Dans 1592, LIdea del libro degoverni di stato et di guerra, Venise, f. 47v-63v.

3  « Guerre licite est celle, quand quelquun nayant point de juste, ni de légitime sujet de guerroyer, pense néanmoins y être bien fondé après avoir fait faire un diligent état, et soigneux examen de ses raisons » (trad. de L. Melliet, dans : [Ammirato], 1633, Discours politique et militaire sur C. Tacite, Rouen, p. 895-896. Sur cet ouvrage, dont la 1re édition parut en 1628, voir M. Senellart, 1997, « La traduction des Discorsi dAmmirato par L. Melliet (1628) : déplacements, additions, reconstruction », dans G. Dottoli (dir.), Politique et littérature en France aux XVIe et XVIIe siècles, Bari, Adriatica-Paris, Didier, p. 273-290).

4  Voir F. Guicciardini, 1561, Histoire dItalie, trad. fr. de J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, 1996, Paris, Robert Laffont, « Bouquins ». « Ainsi était entrée en Italie, écrit-il à propos de linvasion par les troupes françaises de Charles VIII en 1494, une flamme, une peste, qui non seulement changea les États, mais aussi la façon de les gouverner et les façons de faire la guerre ».

5  Sur ces bouleversements, voir notamment la bonne synthèse dA. Campillo, 1986, La fuerza de la razon. Guerra, esatdo y ciencia en los tratados militares del Rinacimiento, de Maquiavelo a Galileo, Secretariado de publicaciones, Universidad de Murcia.

6  F. Meinecke, 1924, Die Idee der Staatsräson in der neueren Geschichte, trad. de M. Chevallier, 1973, Lidée de la raison dÉtat dans lhistoire des Temps modernes, Genève, Droz ; R. de Mattei, 1979, Il problema della « ragion di Stato » nelletà della controriforma, Milan-Naples, Riccardo Ricciardi. Pour la bibliographie des travaux récents, voir M. Senellart, 1997, « Le problème de la raison dÉtat de Botero à Zuccolo (1589-1621) », dans Ch. Menasseyre et A. Tosel (dir.), Figures italiennes de la rationalité, Paris, Kimé, p. 153-189.

7  Publiciste et historien florentin, Scipione Ammirato (1531-1600) est le principal représentant du tacitisme italien à la fin du 16e siècle, courant de pensée qui constitue une sorte de double, plus ou moins masqué, du machiavélisme, sans se réduire toutefois aux maximes de ce dernier. Il est, avec Giovanni Botero, lun des premiers théoriciens de la ragion di stato. Pour plus de précisions sur cet auteur, voir R. de Mattei, 1963, Il pensiero politico di Scipione Ammirato, Milan, Giuffrè, et M. Senellart, 1997, « La critique de Machiavel dans les Discorsi sopra Tacito (1594) dAmmirato », Problèmes dhistoire des religions, t. VIII, Bruxelles, Éditions de lUniversité de Bruxelles, p. 105-119.

8  1594, Discorsi sopra Cornelio Tacito, Florence. Nombreuses rééditions jusquau 19e siècle. Sur les traductions françaises de cet ouvrage au 17e siècle, voir note 3. Celle de Melliet, que je cite désormais, modifie lordre des chapitres.

9  Ibid., XII, 1 ; trad. de L. Melliet, VI, 7, p. 338 : « [La] raison dÉtat n[est] autre chose quune contravention aux raisons ordinaires pour le respect du bien public, ou pour le respect dune plus grande et plus universelle raison ».

10  Sur cette interprétation de la raison dÉtat en termes de dérogation, voir M. Viroli,1992, From Politics to Reason of State.The Acquisition and Transformation of the Language of Politics 1250-1600, Cambridge UP, « Ideas in context ».

11  Ouvr. cit., III, 13, p. 130-131, cité dans la trad. de Melliet, IV, 2, p. 203-204. Sur ce même thème, voir XIII, 4, p. 270-271 (trad. Melliet, VII, 3, p. 407-408), où S. Ammirato oppose le filosofo politico, versé dans la pratique de lhistoire, aux dottori di legge. Sur ce conflit, voir R. de Mattei, 1982, « La vertenza tra “filosofi politici” e “legisti” », dans Il pensiero politico italiano nelletà della controriforma, Milan-Naples, R. Ricciardi, t. I, p. 164-187.

12  A. Momigliano, 1983, « Le premier commentaire politique de Tacite », dans Problèmes dhistoriographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », p. 223-225.

13  1581, C.C. Taciti ab excessu divi Augusti Annalium libri quattuor priores, et in hos observationes, Paris, apud R. Colombellum. Voir K. C. Schellhase, 1976, Tacitus in Renaissance Political Thought, Chicago UP, p. 122-123.

14  K. C. Schellhase, ouvr. cit., p. 123 : « He made no effort comparable to Machiavellis to combine what he read in Tacitus with what he had learned from his own experience ».

15  Voir Th. Gordon, 1728, The Annales, to which are prefixed Political Discourses, Dublin.

16  Sur lanalyse par S. Ammirato du problème turc et les remèdes quil préconise, voir A. Alberti, 1931, « Politica e ragion di Stato nell opera di Sc. Ammirato », Atti dell Accademia delle Scienze di Torino, Turin, classe di scienze morali, stor. e filol., vol. LXVI, p. 620-625.

17  Ouvr. cit., XII, 3 ; trad. L. Melliet, VI, 9, p. 362.

18  Thèses défendues dans certains des Opuscoli publiés à Florence en 1637, longtemps après sa mort. Voir R. de Mattei, 1961, « Ammirato », Dizionario biografico degli Italiani, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, p. 3.

19  Mais cette disposition sapplique également aux campagnes : « Il faut que le bon ordre tenu en la cité soit aussi observé aux champs » (ouvr. cit., XII, 3 ; trad. L. Melliet, VI, 9, p. 373).

20  Cest-à-dire : « ordonneront lexercice, le travail et le métier en quoi les souffreteux devront être occupés, soit pour rendre moins onéreuse et griève la libéralité de ceux qui les soulageront, soit pour dompter la truandise et combattre loisiveté » (ibid., trad. Melliet, p. 372).

21  Ibid., p. 372.

22  Ibid., p. 373.

23  Voir XII, 1 ; trad. Melliet, VI, 7, p. 353; voir également XV, 5 (trad. Melliet, VIII, 10), où sont précisées les limites de ce droit.

24 Ibid., I, 6 ; trad. Melliet, I, 6, p. 40.

25 Ibid., I, 11 ; trad. Melliet, I, 11, p. 60.

26  Voir ibid., I, 11, « Des finances militaires » ; III, 8 (trad. Melliet, III, 9), « Des moyens daugmenter les finances » ; XVIII, 9 (trad. Melliet, X, 8), « Que les deniers sont les nerfs de la guerre ».

27  Voir ibid., XIII, 11 ; trad. Melliet, VII, 10, p. 457-458.

28 Ibid., XX, 2 ; trad. Melliet, XI, 9, p. 789.

29 Ibid., XIV, 2 ; trad. Melliet, VII, 12.

30 Ibid. ; trad. Melliet, p. 469.

31 Ibid. ; trad. Melliet, p. 463.

32  Ibid. VoirFlavius Josèphe, 1980, Guerre des juifs, III, 75, trad. dA. Pelletier, Paris, Les Belles Lettres. Josèphe utilise le mot meleté qui signifie « exercices, entrainements, manœuvres » et aussi, dans les dictionnaires anciens comme celui dEstienne, méditations (« On ne se tromperait pas en disant que leurs manœuvres (meletas) sont des batailles sans effusion de sang et que leurs batailles ne sont que des manœuvres avec effusion de sang »). Je remercie Christophe Batsch pour la référence précise de ce passage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Senellart, « Les méditations militaires de Scipione Ammirato Guerre et raison d’État », Mots. Les langages du politique [En ligne], 73 | 2003, mis en ligne le 13 octobre 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://mots.revues.org/16932

Haut de page

Auteur

Michel Senellart

ENS-LSH - 15, Parvis René-Descartes 69366 Lyon cedex 07 –msenell@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page