Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier
Comptes rendus

Pourquoi sommes-nous en guerre ?

Maurice Tournier
p. 93-95
Référence(s) :

Norman Mailer, 2003, Pourquoi sommes-nous en guerre ?, traduit de l’anglais (Why are we at war?) par Bernard Cohen, Paris, Denoël, 113 p.

Texte intégral

1Depuis Les Nus et les Morts jusqu’au Combat du siècle, Norman Mailer ne cesse de s’interroger sur la guerre, l’impérialisme économique et politique, sur leurs raisons et leurs justifications. Il y a 35 ans paraissait son courageux Pourquoi sommes-nous au Vietnam ? Une tension identique de l’interrogation aboutissant à la remise en cause de l’idéologie réactionnaire et expansionniste d’une certaine Amérique a quasiment imposé le nouveau titre : Pourquoi sommes-nous en guerre ? Il s’agit, on s’en doute, de l’Irak.

2Composé d’un entretien avec Dotson Rader, d’une intervention devant le Club du Commonwealth de San Francisco puis d’une ancienne « Note sur un long et flottant malaise » mise à jour, ce livre est une dénonciation de « la folie historique » (John Le Carré) des États-Unis et, nommément, de son actuel président, accusé de « trafic de morale biaisée ».

3Les mots n’en sont pas mâchés. Spontané, direct, sans fioriture ni littérature autres que le malaise d’un humour à fleur de peau, le discours de l’écrivain harcèle de piques les « conservateurs du drapeau » imbus de « l’idée que, si l’Amérique devient un empire, cela ne pourra qu’avoir un effet bénéfique sur tout ce qui, dans ce pays, a besoin d’être purifié. Par eux ! », pointe les perversions intellectuelles d’aujourd’hui (« L’Amérique est en train de se perdre à cause de la télévision… Le mensonge et la manipulation ont été élevés au rang de principes par les publicitaires… »), puis attaque de face le « capitalisme triomphant », son « excès de boursicotage », sa « fourberie dévastatrice », son « éléphantastique vanité » comme son « inexorable nullité esthétique ». Bref, les États-Unis sont moins menacés par l’immigration que par l’« empire du plastique » : « Notre problème essentiel n’est pas l’afflux d’immigrés mais la culture capitaliste américaine. » Venus d’un « conservateur de gauche », comme Mailer aime à s’appeler, ces propos ne se veulent ni iconoclastes ni révolutionnaires. Il ne s’agit que de « raison garder ». De polémique implacable, à mots choisis.

4Et de culpabilités… Telle phrase, à propos d’Israël, en est révélatrice : « Tout comme j’évoquais la terrible culpabilité rentrée des chrétiens à voir qu’ils ne se vouent pas à la charité mais à l’appât du gain, je crois qu’il y a une crise comparable à l’intérieur d’Israël… (Nous nous sommes transformés en le contraire de nous-mêmes). » Toujours la même question depuis le début : « Quel profit pour moi si je possède le monde entier en perdant mon âme ? ». Pour un penseur qui s’assume, comme Mailer, « juif et fier de l’être »… Pire lui parait, en tous cas, l’hypocrisie (ou la naïveté religieuse ?) qui semble régner à la Maison Blanche : « Bush et ses sectateurs sont persuadés d’avoir raison. Chaque dimanche, à l’église, cette conviction est si forte qu’elle leur met les larmes aux yeux. Et, bien sûr, ce sont les actes des hommes, non leurs émotions, qui font l’histoire. »

5Tout cela sans tendresse aucune, loin de là, pour le terrorisme, Ben Laden et ses sbires, le régime saoudien et, de façon générale, les pays arabes dictatoriaux. Sans concession non plus, Mailer poursuit la logique de son accusation, pour les fautes présentes et à venir d’une Amérique « face à une situation prétotalitaire » dont le développement risque de mener loin : « Le patriotisme d’une nation en crise présente une tendance logique à la fascisation. » De l’entretien avec Dodson Raider, on retiendra cette simple phrase : « C’est une chose d’entendre une énorme explosion. C’en est une autre de se rendre compte qu’elle vous a rendu sourd. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Tournier, « Pourquoi sommes-nous en guerre ? », Mots. Les langages du politique [En ligne], 79 | 2005, mis en ligne le 28 mai 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mots.revues.org/1662

Haut de page

Auteur

Maurice Tournier

maurice.tournier@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page