Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

La Turquie, terre eurasiatique et république bicéphale. Ankara et Istanbul dans la presse française

Éléonore Yasri-Labrique
p. 37-52

Résumés

L’analyse des toponymes Ankara et Istanbul dans les gros titres de la presse quotidienne française entre le 1er mai et le 31 décembre 2004 permet de mettre au jour des différences significatives concernant l’emploi des désignants (référentiels ou métonymiques) et les représentations liées à l’évocation des deux principales villes turques. Elle révèle que les effets et les enjeux de l’émergence de ces noms dans le corpus sont asymétriques et que l’actualisation récurrente et spécifique d’Ankara contribue à l’éloignement de la Turquie dans l’imaginaire européen.

Haut de page

Texte intégral

1Quels que soient les documents que l’on consulte sur la Turquie, il est frappant de constater la dualité qui caractérise l’interdiscours sur ce pays. Le toponyme Turquie est généralement placé dans un environnement binaire, qu’on l’actualise dans un contexte historique, géopolitique ou culturel. Ainsi, à la Turquie ottomane s’oppose la Turquie moderne ; à la Turquie musulmane, la Turquie laïque ; à la Turquie occidentale ayant un pied en Europe, la Turquie orientale inscrite en Asie Mineure… La liste est longue de ces oppositions qui finissent par suggérer qu’il n’existe pas « une » mais « des » Turquie, dont les références varient au gré des énonciateurs.

2Cette dualité, liée en grande partie à la bicontinentalité du territoire et aux soubresauts de l’histoire récente (de 1453 à nos jours, en passant par la fondation de la République turque en 1923), revêt un caractère particulièrement troublant depuis le sommet européen de Copenhague. En effet, en décembre 2002, la candidature de la Turquie à l’entrée dans l’Union européenne (UE) est définitivement retenue. Cette éventuelle adhésion occupe désormais la scène médiatique française avec une intensité irrégulière au moment de l’élargissement de l’UE à dix nouveaux pays le 1er mai 2004, devient un des thèmes majeurs de la campagne électorale pour le scrutin européen du 13 juin et continue de faire couler de l’encre au moins jusqu’en décembre 2004, lorsque l’ouverture des négociations officielles avec la Turquie est fixée au 3 octobre 2005.

3Dans cette perspective, il nous a semblé intéressant d’examiner l’interdiscours consacré à ce pays dans la presse écrite nationale entre le 1er mai et le 31 décembre 2004. Pour ce faire, nous avons choisi de concentrer notre attention sur trois publications de la presse quotidienne généraliste à large tirage : Le Monde, Le Figaro et Libération. La lecture des gros titres de cette période a révélé d’emblée l’existence d’une autre dualité quand il s’agit d’évoquer la Turquie dans cette situation de communication spécifique, à savoir une mise en scène a priori parallèle des noms de ville Ankara et Istanbul. Il nous est apparu que l’actualisation de ces deux mots, chargés de valeurs référentielles ou métonymiques variées, renvoie à des réalités complexes, avec des effets et des implications multiples, essentiellement d’ordre représentationnel. C’est pourquoi, vu « le processus de focalisation qui est, dans la presse écrite (surtout en contexte de titrage) particulièrement productif » et « compte tenu précisément de la fonction majeure assurée par le titre […] dans la réception de l’information » (Boyer, 2003, p. 78), nous avons décidé d’étudier ces noms de lieux évocateurs en résonance avec l’imaginaire collectif des lecteurs et leurs représentations ethno-socioculturelles. Nous allons donc, après avoir présenté le corpus, proposer une analyse des significations et des enjeux de l’émergence des toponymes Ankara et Istanbul dans les gros titres de la presse écrite quotidienne française sur les huit derniers mois de l’année 2004.

Présentation du corpus

4Bien que la presse hebdomadaire ne soit pas dénuée d’intérêt, nous avons préféré dépouiller certains quotidiens nationaux qui ont largement influencé ou reflété les opinions concernant l’éventuelle adhésion de la Turquie à l’UE, avant même que ne soit entériné le principe des négociations officielles. La période écoulée entre le 1er mai 2004, qui voit l’élargissement historique de l’UE à 25 états membres, et le 31 décembre, qui clôture un trimestre marqué par les décisions des plus hautes instances européennes à propos de la question turque, a vu la prolifération exceptionnelled’un interdiscours sur la Turquie dans la presse quotidienne, comme nous le montre (notamment colonne 4) le tableau suivant :

Tableau 1 : Actualisation des noms Turquie, Ankara et Istanbul dans les titres du Monde, de Libération et du Figaro à différentes périodes récentes

Quotidien

étudié

Toponyme actualisé

Du 01/01/03

au 30/04/04

Du 01/05/04

au 31/12/04

Du 01/01/05

au 02/10/05

Du 03/10/05

au 03/06/06

Le Monde

Turquie

187

269

163

131

Ankara

53

67

39

19

Istanbul

34

49

9

19

Libération

Turquie

111

152

74

68

Ankara

24

27

18

12

Istanbul

14

17

12

10

Le Figaro

Turquie

218

311

180

111

Ankara

71

119

45

30

Istanbul

42

25

15

15

5Les questions relatives à la Turquie sont plus amplement thématisées sur les huit mois dont nous nous préoccupons que sur les seize mois précédents, qui s’inscrivent dans la continuité du sommet de Copenhague et la préparation à l’élargissement majeur de l’UE, les dix mois suivants, qui permettent la transition avant l’ouverture officielle des pourparlers d’adhésion, et les huit derniers mois, caractérisés par l’étape préliminaire de ces négociations avant qu’elles n’entrent dans leur phase dite concrète à la mi-juin 2006. Ainsi l’actualisation du nom de pays Turquie est-elle extrêmement récurrente entre le 1er mai et le 31 décembre 2004 ; elle évolue en fonction du calendrier européen, met en jeu des réalités et des représentations d’une grande complexité (voir Yasri-Labrique, 2007) et fait par conséquent l’objet d’autres recherches en cours. Dans cet article, nous nous intéresserons uniquement aux deux noms de ville Ankara et Istanbul, représentatifs à des degrés divers de cette république turque que de nombreuses cartes ont encore tendance à montrer comme étant dotée non pas d’une, mais de deux capitales.

Sémiotique cartographique

6Au moment de l’ouverture des pourparlers d’adhésion, une carte de la Turquie a été proposée dans une publication hebdomadaire destinée à la jeunesse, en introduction d’un dossier politique intitulé « Turquie : le choix de l’Europe » (Clés de l’actualité, n° 634, du 29 septembre au 5 octobre 2005). Cet élément iconographique, situé en haut de la première page, au-dessus d’une photo dévoilant, d’une part, le drapeau turc et, d’autre part, une sculpture à l’effigie de Mustafa Kemal, délimite en jaune le territoire de la Turquie et y indique deux villes (non pas une, qui serait la capitale, ni quelques-unes, qui correspondraient aux plus grands centres urbains du pays dont font aussi partie Izmir ou Adana). Certes, la police de caractères d’Ankara est très légèrement plus grande que celle d’Istanbul, mais les deux mots sont inscrits en gras et accompagnés d’un point rouge de la même dimension. La consultation de la carte seule peut faire hésiter le jeune lecteur sur le choix de la capitale effective. Autre exemple : dans un recueil de contributions intitulé La Turquie (Vaner, 2005, p. 421), la carte qui a pour titre « Le réseau urbain de la Turquie en 2000 » mentionne de façon assez remarquable dans sa légende « les deux capitales », encerclées d’un épais trait noir. Nous ne pouvons donc ignorer cette ambigüité constitutive des représentations attachées à la Turquie moderne, plus de quatre-vingts ans après la décision d’Atatürk de transférer la capitale politique du pays d’Istanbul à Ankara, décision radicale et historique, empreinte d’« une double signification : la rupture avec un passé islamique et ottoman, totalement rejeté, et le recentrage sur l’Anatolie, territoire où s’exprime la pureté originelle turque » (Riaux, 2006, p. 5).

7Notre analyse, qui prend en compte les « deux durées de lecture d’un article : le simple relevé des éléments détachés en gras et en capitales, suivi éventuellement d’une véritable lecture du texte » (Maingueneau, 2005, p. 53), se base sur un corpus de 129 documents sélectionnés pour l’actualisation des toponymes Ankara ou Istanbul au niveau des gros titres. C’est à ces énoncés, dont la fonction d’appel est l’un des rôles primordiaux, que nous consacrerons l’essentiel de notre étude. Ces données se répartissent comme suit (figure 2) :

Tableau 2 : répartition des 129 titres d’articles constitutifs du corpus

Le Monde

Ankara : 25

Istanbul : 20

Libération

Ankara : 15

Istanbul : 9

LeFigaro

Ankara : 43

Istanbul : 17

8On constate que le nom de la capitale politique actuelle est davantage présent dans ces gros titres que celui de la plus grande ville de Turquie. Dans l’hypothèse où la saisie de ces éléments accrocheurs peut faire naitre des images mentales ou des réactions émotionnelles susceptibles de s’ancrer dans l’imaginaire individuel, on est en droit d’envisager que la répétition massive du terme Ankara risque d’avoir des répercussions sur la perception, par le lecteur assidu, de cette ville peu connue et de la république turque qui lui est associée. Mais la récurrence n’est pas un critère suffisant. Il faut aussi examiner les significations profondes liées à ces deux toponymes dans la presse écrite française de cette époque-là, selon qu’il s’agit d’un emploi référentiel ou d’un emploi métonymique. En effet, nous pouvons classer l’usage des noms propres que nous étudions selon ces deux grandes catégories.

Ankara et Istanbul : des références équivalentes ?

Définitions et mises en scène

9L’emploi de type référentiel (également appelé locatif) permet de considérer la ville en question comme un espace restreint correspondant par exemple aux définitions qu’en donnent les dictionnaires usuels. Nous garderons en mémoire les premières précisions qu’apportent sans modifications des ouvrages de ce genre publiés chez Hachette en 1995 (Dictionnaire de la langue française) puis en 2002 (Dictionnaire Hachette) :

Ankara : capitale de la Turquie (depuis 1924), dans l’Anatolie centrale.
Istanbul : principale ville et port de Turquie, sur le Bosphore et la mer de Marmara.

10Ankara et Istanbul sont donc bien des sites particuliers, avec un statut et une histoire spécifiques, un emplacement géographique déterminé. Utiliser ces noms de manière référentielle revient à désigner ces centres urbains, à les reconnaitre comme lieux d’activités ou d’évènements. Qu’en est-il dans notre corpus ?

11Il est important de signaler, dans un premier temps, que l’actualisation du nom Ankara est avant tout de type métonymique (100 % des gros titres de Libération ; 96% de ceux du Monde ; 88,37 % de ceux du Figaro) tandis que celle d’Istanbul est essentiellement de type référentiel (77,78 % des gros titres de Libération ; 85 % de ceux du Monde ;100 % de ceux du Figaro). Il y a donc une répartition tout à fait inégalitaire entre les deux types d’emploi concernant ces villes, ainsi soumises à l’attention des lecteurs selon des modes d’appréhension différents. Cela entraine vraisemblablement des constructions cognitives et des représentations ethno-socioculturelles dissemblables. Alors qu’Istanbul apparait dans sa dimension physique d’espace citadin où il se passe quelque chose, Ankara perd sa consistance géographique au profit d’une entité abstraite, théorique ou symbolique. Les deux repères ne participent pas d’un même univers.

Ankara, une cité inexistante

12Nous venons de le voir, Ankara est peu utilisé dans notre corpus comme désignant de la capitale turque située en Anatolie, même si dans le corps des articles, on trouve souvent cette précision censée guider le lecteur. Dans les deux journaux (Le Figaro et Le Monde) où de rares titres font apparaitre Ankara en tant qu’espace urbain, le seul événement signalé, considéré comme digne d’intérêt, est la visite qu’un chef de gouvernement européen y a effectuée le 17 mai 2004. Elle se retrouve évoquée dans une brève de Libération sous le titre « Visite houleuse de Tony Blair en Turquie », où il est précisé que le Premier ministre britannique « s’est rendu hier à Ankara », le toponyme ayant pleinement ici sa valeur référentielle. Le Figaro propose aussi ce titre où Ankara désigne clairement la capitale turque : « Le nouvel express Istanbul-Ankara déraille » (23 juillet 2004), mais il s’agit simplement d’évoquer deux points du territoire dans le cadre de la mise en service d’une nouvelle liaison ferroviaire contestée. On trouve également quelques titres où le toponyme Ankara est actualisé de façon plutôt référentielle, mais dans un contexte qui met l’accent sur l’idée de non-évènement : « Avant l’invasion de l’Irak, George Bush aurait débarqué à Ankara comme en pays conquis » (25 juin 2004), où l’irréel du passé permet de déréaliser l’évènement évoqué , ou encore « Raffarin attend une “révolution européenne” à Ankara » (17 décembre 2004), où c’est le sémantisme du verbe « attendre », renforcé par la distance qu’implique l’emploi autonymique des guillemets, qui marque la non-réalisation du processus souhaité. Cette analyse confirme l’impression que, pour les lecteurs des quotidiens nationaux, Ankara serait au mieux une agglomération où il ne se passe rien, au pire une ville qui n’existe pas dans sa matérialité mais uniquement dans son essence représentative. Cela peut avoir des implications importantes au niveau de l’imaginaire collectif : quel crédit accorder à un pays dont la capitale s’apparente à une cité fantôme, sans repères spatio-temporels précis ?

Istanbul, une mégapole familière

13Au contraire, Istanbul est souvent évoquée dans son aspect concret de mégapole contemporaine. Des recoupements rapides entre les éléments descriptifs des 46 titres actualisant ce nom permettent d’en brosser un portrait schématique : c’est une ville qui, comme beaucoup d’autres familières aux lecteurs français, possède un « cœur touristique » et se trouve confrontée, d’une part, à des risques d’ « inondations » et, d’autre part, au problème des « embouteillages » (Libération) ; c’est également (fait ô combien rassurant) une cité qui a vu l’implantation d’au moins « un McDonald’s », un endroit où se produisent des « manifestations » et où se trouvent des institutions aussi prestigieuses qu’une « université », une « Bourse » et un « Musée d’art moderne » (Le Monde) ; c’est enfin un lieu qui non seulement accueille une « wonderwoman », invite « le Pape » et célèbre la « Saint-Sylvestre », mais abrite aussi une population constituée en partie de « francophiles » (Le Figaro). On constate donc que cette esquisse pourrait s’appliquer à n’importe quelle grande cité européenne et que le côté étranger, voire spécifiquement turc, d’Istanbul n’est pas celui sur lequel les journalistes insistent le plus dans les gros titres de la presse quotidienne : ils en font au contraire une ville ordinaire. De par son histoire, sa situation géographique et son patrimoine architectural, Istanbul n’est pourtant pas une ville comme les autres (en témoigne par exemple, en décembre 2005, le dossier de L’Express intitulé « Istanbul la sublime » qui la consacre « ville de l’année »). Mais derrière ce portrait sommaire, plutôt valorisant malgré une certaine tendance au nivellement, se cache en fait une réalité plus complexe : Istanbul est, d’une part, un site dangereux, d’autre part un carrefour culturel. La lecture en continu des éléments contenant le toponyme Istanbul à valeur uniquement référentielle donne parfois froid dans le dos. C’est en particulier une ville qui semble cernée par le terrorisme : selon les journaux analysés ici, 40 à 45 % de ces gros titres sont en relation avec des « attentats », des « attaques », des « bombes » et des « explosions ». Par ailleurs, pour Libération, c’est également une ville en permanence menacée par « une faille majeure » et à certains moments « en état de siège ». Les aspects sympathiques sont estompés au profit de l’idée d’un danger tantôt ponctuel ou conjoncturel, tantôt structurel, qui transforme Istanbul en un lieu généralement menaçant. On verra cependant que, lorsque le toponyme est pris dans son emploi métonymique, les représentations attachées à celle qui fut Byzance ou Constantinople peuvent être plus favorables.

14Ce qu’il convient de retenir néanmoins, c’est la différence de perception qui existe entre les deux villes pour le lectorat de ces journaux : Istanbul, destination touristique et repère historique familier, ressort de ces titres comme un espace certes dangereux, mais tangible et somme toute relativement banal, tandis qu’Ankara, ville lointaine et méconnue, sans emblème particulier dans l’imaginaire collectif français bien qu’elle soit décrite ailleurs comme « une véritable ville européenne, avec son parlement, son théâtre national et son opéra » (Zarcone, 2005, p. 58), est complètement désincarnée. L’emploi métonymique quasi systématique de ce toponyme gomme l’idée du lieu et transforme l’espace géographique en un espace actanciel. Dans les gros titres de la presse écrite, Ankara, contrairement à ce qui se passe pour Istanbul, devient un acteur indépendant de son point d’ancrage, un personnage complexe aux caractères anthropomorphiques abondamment évoqués, une entité morale aux contours incertains. L’impact de cette représentation peut être d’autant plus important qu’elle émerge de la lecture de quotidiens réputés derrière lesquels le public place généralement « une instance subjective qui joue le rôle de garant de ce qui est dit » (Maingueneau, 2005, p. 80).

Ankara et Istanbul : des métonymies univoques ?

Istanbul sans détours

15Si on reprend les cinq titres où Istanbul est actualisé dans un emploi métonymique, en position de sujet grammatical, ce nom propre désigne à trois reprises les autorités locales chargées d’administrer cette ville eurasiatique. C’est bien ainsi que fonctionnent par exemple les expressions suivantes : « Istanbul envisage une taxe contre les embouteillages » (Libération, 22 novembre 2004) ou encore « Istanbul ouvre un Musée d’art moderne » (Le Monde, 16 décembre 2004), qui permettent d’ailleurs de montrer la municipalité d’Istanbul comme résolument moderne et dynamique, c’est-à-dire d’en véhiculer une image plutôt positive. Les autres actualisations s’avèrent légèrement différentes mais sont toutes deux en relation avec la création artistique. Dans « Istanbul, révélateur d’un nouveau cinéma turc » (Le Monde, 12 mai 2004), le toponyme se charge d’un sens inédit pour évoquer la grande manifestation cinématographique qui se déroule chaque année, tandis que dans « L’Istanbul emballant de Pina Bausch » (Libération, 8 juin 2004), il renvoie directement à la composition originale de la chorégraphe allemande. On voit donc que l’emploi métonymique d’Istanbul peut véhiculer des signifiés multiples, rattachés à l’espace géographique correspondant à la ville située sur le Bosphore. Par ailleurs, il conforte l’image favorable que le lecteur français pourrait avoir de la mégapole turque, ce qui n’est pas le cas pour l’emploi métonymique d’Ankara, ou plutôt les emplois métonymiques, car ces actualisations sont porteuses de différentes valeurs, de la plus généralisante à la plus particularisante.

Les faces cachées d’Ankara

Métonymies usuelles

La Turquie

16Sur les 77 occurrences de type métonymique d’Ankara, environ la moitié représentent la Turquie comme pays pris dans sa globalité et surtout perçu comme candidat à l’intégration dans l’UE. On retrouve ici un fonctionnement stéréotypé où la capitale (la tête) est employée pour désigner le pays (le corps), ce que Michelle Lecolle appelle le « rapport lieu institutionnel/actant institutionnel : capitale d’un pays, lieu d’une institution » (2004, p. 5). Dans le cas qui nous occupe, cet emploi d’Ankara permet une variation supplémentaire sur le thème de la question turque à travers la répétition de structures en cours de figement. Toutes déclinent cette perspective qui suscite bien des peurs et que les médias ont mise en scène selon divers processus de focalisation et de spectacularisation, celle de l’éventuelle adhésion de la Turquie à l’UE : « l’adhésion d’Ankara » (Le Monde du 13 octobre 2004, Libération du 13 septembre 2004, Le Figaro des 19 juillet, 24 septembre et 28 octobre 2004), « l’entrée d’Ankara » (Le Monde du 3 octobre 2004, Libération du 10 juin 2004, Le Figaro du 15 décembre 2004), « la candidature d’Ankara » (Libération du 1er septembre 2004, Le Figaro du 26 juillet 2004), « l’arrivée d’Ankara » (Le Monde du 15 décembre 2004).

Les autorités turques

17Un fonctionnement métonymique plus restreint mais tout aussi courant en d’autres occasions permet à Ankara, dans une vingtaine de cas (soit un quart des occurrences métonymiques) de signifier les autorités turques qui officient dans la capitale, c’est-à-dire l’espace décisionnel. Il existe bien sûr des nuances : il s’agit essentiellement du gouvernement, mais on peut également envisager la représentation parlementaire. Lorsqu’il s’agit du gouvernement, Ankara est souvent utilisé dans un contexte symétrique où il est mis en parallèle avec une autre capitale : « Athènes soutient Ankara » (Le Figaro, 11 juin 2004) ; « Athènes appelle Ankara à la trêve » (Libération, 6 août 2004) ; « Unités de vue sur le terrorisme entre Moscou et Ankara » (Le Monde, 6 décembre 2004) ; « Paris demande à Ankara de reconnaitre le génocide arménien » (Le Monde, 13 décembre 2004).

Un membre du gouvernement turc

18Par un phénomène de condensation maximale du processus précédent, Ankara peut en arriver à désigner non plus l’ensemble du gouvernement turc, mais un seul de ses membres, notamment le Premier ministre. Lecolle confirme cette hypothèse lorsqu’elle écrit : « Le cas de la métonymie lieu institutionnel / actant institutionnel relève également de la “polyréférentialité externe”. Dans le discours journalistique, cette métonymie permet de référer à tout ce qui a trait à l’institution (dirigeant, groupe de dirigeants, institution) et ceci le plus souvent de manière indéterminée » (2004, p. 8). On relève alors des structures assez étranges où le nom de ville est associé non seulement à une activité humaine (c’était déjà le cas précédemment avec des formules telles que « Ankara espère », « Ankara s’inquiète », « Ankara adopte »… ou « Ankara réaffirme », « Ankara trouble »...), mais aussi à du discours cité de manière directe (« Ankara s’agace et juge “hors de question” un référendum en France », Le Monde, 7 octobre 2004). On trouve également des appositions qui singularisent et humanisent cet espace actanciel sans référer nommément à un représentant turc (« Invité par l’UE, Ankara prône un plan pour Chypre, sous l’égide de l’ONU », 21 décembre 2004). La ville, le pays, l’institution disparaissent ; il ne reste plus qu’un personnage. De manière assez spectaculaire, le toponyme devient nom d’acteur, mais la personne réelle évoquée à travers ce nom de lieu perd parallèlement de sa consistance et de son humanité.

Métonymies originales

19Il existe deux autres emplois métonymiques particuliers, représentés chacun par un petit nombre d’occurrences dans notre corpus, mais cependant très significatifs.

L’éventuelle adhésion de la Turquie à l’UE

20C’est toujours dans un souci de raccourci, afin de mieux frapper les esprits, que le toponyme Ankara en vient à désigner cette perspective effrayante dans l’imaginaire collectif français, à savoir la possible intégration de la Turquie dans l’UE, la fameuse question turque. On arrive ici au terme d’un processus de simplification et de figement qui renvoie à un aspect langagier de la mise en scène médiatique appelé « focalisation lexico-pragmatique » : « Cette pratique, qui consiste à promouvoir massivement l’usage d’un mot […] durant une période plus ou moins brève, n’est pas innocente car elle ne jette pas son dévolu, au départ, sur n’importe quel mot. Par ailleurs celui-ci ne sort pas indemne de l’aventure : son sémantisme en conserve plus ou moins longtemps la mémoire. » (Boyer, 2003, p. 74-75.) Ici, le nom de la capitale turque, ville méconnue dont le toponyme représente le plus souvent le pays dans son ensemble ou les autorités nationales, en vient à désigner un problème complexe autour duquel s’articulent des peurs cristallisées et qui touche aux rapports tumultueux entre la Turquie et l’Europe depuis 1963 (au moins). Cet emploi ne concerne dans notre corpus que Le Figaro, c’est-à-dire un journal qui reflète l’hostilité ambiante à l’entrée de la Turquie dans l’UE. Il est actualisé à plusieurs reprises à partir d’octobre 2004, au moment décisif où le principe des négociations d’adhésion est entériné. On le retrouve dans des titres d’articles parus à des dates symptomatiques, dans lesquels cette éventuelle adhésion est assimilée à une autre grande problématique soumise à consultation nationale, à savoir le projet de Constitution européenne : « Le PS se divise sur Ankara autant que sur la Constitution » (8 octobre) ; « Villiers lance sa campagne du non à Ankara et à la Constitution » (18 décembre). Avec ce type d’actualisation, le nom Ankara devient synonyme de problème politique et se charge de connotations négatives.

Une entité morale indéfinie

21Enfin, un usage plus difficile à interpréter revient dans les différents journaux. C’est ce que nous appellerons des « cas limites » où, comme dans certains exemples de polysémie, « la figure qui relie les significations peut n’être pas, ou n’être plus, sentie comme telle » (Ducrot et Todorov, 1972, p. 303). Le nom Ankara y est systématiquement associé au participe passé « condamné » : « Ankara condamné trois fois par la Cour européenne des droits de l’Homme » (Le Monde, 27 juillet 2004) ; « Strasbourg a régulièrement condamné Ankara pour tortures » (Le Monde, 5 octobre 2004) ; « Ankaracondamné pour sexisme » (Libération, 17 novembre 2004) ; « Ankara condamné » (Le Figaro, 10 novembre 2004).

22Que représente ce toponyme qui ne peut avoir qu’une valeur métonymique dans ces usages journalistiques ? Ce n’est pas la ville, ni même son administration ou sa population qui sont ici concernées par cette condamnation parfois énigmatique (Le Figaro), parfois plus précisément liée à des atteintes aux droits de l’Homme (Le Monde) ou en fonction d’un motif apparemment moins grave (Libération). Est-ce le pays dans son ensemble en tant qu’entité morale (quoique les actes soient concrets et relèvent d’individus ou d’administrations particulières) ? S’agit-il des autorités turques en tant qu’entité politique, même si les personnes ne sont pas incriminées ? S’agit-il du ministère de la Justice qui pourrait être mis en cause pour sa négligence, voire son laxisme ou sa tolérance par rapport à des situations jugées inacceptables ? Quelle que soit la réponse envisagée, il semble qu’Ankara soit utilisé pour que la responsabilité en question soit reportée sur la Turquie en tant qu’état et atteigne tout ou partie de la population (auteur, complice, témoin ?). En tout cas, cet emploi flou permet une fois de plus de jeter le discrédit sur cette capitale, symbole d’un pays condamnable, dont l’image négative rejaillit sur l’ensemble des habitants du territoire turc. Nous pensons donc que les effets liés à ces différentes productions de sens comportent des implications cruciales, notamment sur le plan des représentations ethno-socioculturelles en jeu.

Effets et enjeux

23Alors que l’emploi métonymique du nom Istanbul est plutôt univoque dans la mesure où il renvoie à un signifié en relation avec cette ville, celui du toponyme Ankara recouvre une référentialité équivoque, multidimensionnelle (politique ou morale, structurelle ou conjoncturelle) qui ne permet pas facilement au lecteur de la presse écrite quotidienne d’avoir des représentations précises de cette capitale et du pays qu’elle symbolise. Les enjeux représentationnels se posent donc de manière différente pour ces deux cités turques.

Le cas d’Istanbul

24Le cas d’Istanbul est relativement facile à cerner : cette mégapole est évoquée dans les journaux que nous étudions comme un espace géographique unique, bien que la fascination qu’il exerce dans l’imaginaire collectif français soit gommée au profit de la mise en valeur de son caractère complexe d’endroit dangereux et de carrefour culturel ordinaire. Au même titre que beaucoup d’autres grandes villes contemporaines (Paris, Londres, New York, Casablanca…), c’est une cité présente dans la presse française pour des raisons similaires et récurrentes : d’une part, elle est confrontée au risque du terrorisme international ; d’autre part, c’est un creuset reconnu de civilisations et de créations artistiques. L’emploi du toponyme Istanbul renvoie tour à tour à cet espace urbain circonscrit ou à la municipalité qui en a la charge, à des évènements dramatiques qui s’y sont produits ou à des manifestations culturelles qui s’y déroulent tantôt régulièrement, tantôt ponctuellement. L’unicité du cadre ne fait donc pas de doute. L’évocation d’Ankara est au contraire plus problématique et on peut s’interroger sur les effets que cela suscite.

Le cas d’Ankara

Un effet d’indigence

25à la lecture des titres étudiés, on a d’abord l’impression que cette cité anatolienne, qui abrite pourtant musées, industries, bibliothèques et mausolées n’existe pas en tant que telle. Cette capitale, cette « tête » semble vidée de sa substance. Pour vérifier si cette hypothèse, émise à propos de la presse écrite quotidienne publiée en France après le 1er mai 2004, fait écho à une situation familière dans l’esprit du lectorat français, nous avons choisi de nous tourner vers des ouvrages de référence récents, accessibles à la plupart de nos concitoyens, et de faire ainsi rapidement le tour de ce qu’indiquent les dictionnaires usuels et les encyclopédies familiales. Nous en avons sélectionné six, intéressants pour leur parution pendant une dizaine d’années (1995-2005) et pour la diversité des supports (livres volumineux, éditions simplifiées pour la jeunesse, fiches illustrées, Internet…). Il apparait que dans ces six ouvrages, le traitement de l’item Istanbul est systématiquement plus détaillé que celui de l’item Ankara. Plus significatif encore : le Dictionnaire Larousse Super Major(1997) n’a pas d’entrée pour Ankara. En revanche, la définition correspondant à Istanbul s’étale sur plusieurs lignes et fait référence à « Sainte-Sophie ». Il parait plus aisé pour un enfant français d’avoir des renseignements sur un monument d’Istanbul que sur la capitale. Si l’on se penche sur des publications destinées aux jeunes comme aux adultes, on s’aperçoit que le nombre de précisions sur Ankara ou Istanbul se fait toujours en faveur de cette dernière, comme dans le Quid 2004 : Ankara : 6 références, dont une définitoire p. 1324 (3 lignes) ; Istanbul : 10 références + une définitoire (omise dans l’index) p. 1324 (40 lignes + renvoi encadré p. 1327) + renvoi à Byzance (5 références) + renvoi à Constantinople (11 références).

26On constate donc une indigence généralisée des informations sur la ville d’Ankara dans les ouvrages de référence dont le rôle dans la construction des images cognitives et le développement des connaissances est primordial. La dissolution de la capitale turque, impression véhiculée à travers la presse quotidienne nationale, est en résonance avec un déficit de références dans des domaines plus académiques. Le discours médiatique fait ici la part belle à des « savoirs de croyance » qui relèvent de l’« appréciation » plutôt qu’à des « savoirs de connaissances » qui procèdent d’une « représentation rationalisée » du monde (Charaudeau, 2005, p. 32), et laisse la porte ouverte à toutes les évaluations de type normatif et à toutes les représentations figées ancrées dans l’imaginaire collectif.

Un effet de confusion

27Une autre conséquence du jeu sur les divers emplois métonymiques du nom Ankara dans les titres de la presse quotidienne est un effet de confusion. Si l’on examine les signifiés exacts que recouvre ce toponyme devenu nom d’acteur, on ne peut que s’interroger sur l’identité et la responsabilité de celui-ci. Lorsque les journaux titrent sur Ankara en lui attribuant des propriétés anthropomorphiques, le lecteur est en droit de se demander de qui il s’agit et de se poser un certain nombre d’autres questions sur la teneur, la portée, l’origine et les suites des actes évoqués à son sujet. Mais le brouillage lié à ce seul et même désignant est tel que les distinctions entre les autorités turques et une population dont il n’est pas souvent question par ailleurs dans les gros titres, sont difficiles à établir. Les incidences sur le public risquent d’être peu propices à une remodélisation des constructions stéréotypées et d’encourager par ailleurs des amalgames regrettables, donnant une image négative de l’ensemble du peuple turc.

Un effet d’éloignement

28Ce troisième effet concerne d’abord le plan local, mais a des répercussions plus générales que nous analyserons dans la partie suivante. Notons pour le moment que la lecture de ces gros titres favorise le sentiment qu’Istanbul et Ankara relèvent de deux univers séparés, voire opposés, dont l’union parait impossible. La non-congruence entre ces deux éléments ne se résume pas à leur situation géographique sur deux continents. L’un existe, l’autre pas ; Istanbul est une ville où l’insécurité ne menace pas encore le développement et la vie quotidienne, tandis qu’Ankara est un espace abstrait, inquiétant et condamnable. Et quand un titre relie ces deux cités au statut différent, c’est pour faire un constat d’échec : le train express censé établir une liaison plus rapide entre ces deux points déraille, ce qui jette une fois de plus le discrédit sur les autorités d’Ankara (« Le ministre des Transports mis en cause », Le Figaro, 28 juillet 2004). L’idée d’incommunicabilité se trouve renforcée et il semble donc que la représentation binaire associée à la Turquie moderne soit relayée dans la presse écrite française et présentée sous forme de dichotomie inconciliable, plutôt que comme un atout potentiel, une richesse supplémentaire. En effet, l’opposition historique entre les deux grandes villes date des années vingt : « Les pressions d’Istanbul (condamnation à mort de Mustafa Kemal, fatawa promulguées contre lui, envoi de troupes contre ses fidèles ou encore encouragement de révoltes « antikémalistes ») radicalisèrent davantage les “dissidents” qui, le 23 avril 1920, inaugurèrent une nouvelle Assemblée à Ankara » (Bozarslan, 2004, p. 24). Les ruptures passées (fin de l’Empire ottoman et création d’un nouvel état) ainsi que l’éloignement spatial entre les deux têtes de cette république bicéphale sont répercutés, voire déformés ou amplifiés, à des niveaux variés : politique, juridique, social, culturel… Cette impression rencontre des échos significatifs dans une affirmation telle que « la Turquie est fondamentalement un pays déchiré, entre, d’une part, un Ouest prospère et une élite occidentalisée adhérant plus ou moins à l’idéologie officielle laïque héritée du Kémalisme, puis, d’autre part, un Est anatolien islamo-asiatique majoritaire, tourné vers le Moyen-Orient » (Del Valle et Razavi, 2005, mot de l’éditeur), qui fait allusion sans les nommer à Istanbul et Ankara, et leurs sphères d’influence respectives, au détriment de la capitale actuelle.

29à travers ces différents effets d’indigence, de confusion et d’éloignement, s’esquisse la mise en place de ce que Jean-Paul Honoré nomme des « dispositifs de fermeture » (1994, p. 42) qui renvoient directement aux enjeux représentationnels en phase avec l’imaginaire collectif du lectorat français.

Les enjeux représentationnels

30L’évocation a priori parallèle des deux principales villes turques dans les gros titres de la presse quotidienne française n’est en fait ni équivalente ni univoque. Ainsi la fonction de repérage propre à l’emploi locatif du toponyme est-elle presque exclusivement dévolue au nom Istanbul dans ce corpus, ce qui fait de cette ville un espace concret d’une banalité plutôt rassurante. Pour Ankara, le toponyme assure une fonction de désignation complexe rendue possible par l’usage des différentes métonymies mises au jour dans notre étude. Cette capacité de désignation révèle un double enjeu, apparemment contradictoire : d’un côté, elle implique des extensions de sens parfois opaques (Ankara pour « la Turquie », « les autorités turques », voire « les Turcs » dans leur ensemble là où cette formule pourrait apparaitre comme abusive) et fonctionne également comme une restriction à valeur de symbole. Cette ville, à laquelle se superposent toutes les valeurs ajoutées que nous avons définies, devient l’emblème par excellence de cette république candidate à l’intégration européenne. Mais dans ce double mouvement, on retrouve une constante : Ankara, contrairement à Istanbul qui représente le visage familier de la Turquie, ce qui est proche de l’Europe et même dans l’Europe, implique une plus grande altérité : ce n’est pas seulement le visage asiatique du pays (qui pourrait déranger les partisans d’une UE basée exclusivement sur des critères géographiques), c’est aussi l’éloigné dans l’espace et la connaissance, l’intrus à qui il est difficile d’accorder sa confiance, l’inconnu qui en devient inquiétant car il porte en lui les germes d’une menace insaisissable et par conséquent entre sans difficultés dans la sphère du condamnable. Les représentations complexes attachées à cette capitale officielle mais énigmatique, dont les composantes concrètes sont dissoutes au profit d’images floues oscillant entre la symbolisation d’un pouvoir étranger et celle d’une problématique effrayante pour la plupart des Européens, font que l’emploi insistant de ce toponyme dans les gros titres met à distance la Turquie, univers autre dont les références culturelles diffèrent généralement de celles du lectorat français.

31à l’issue de ces réflexions, il apparait que l’actualisation récurrente des toponymes Ankara et Istanbul dans les titres de la presse écrite quotidienne française renvoie au lecteur une dualité familière dès qu’il s’agit de la Turquie moderne. La presse joue sur une mise en scène complexe et un discours équivoque concernant les deux plus grandes villes du pays. Il ressort néanmoins de cette évocation asymétrique qu’Istanbul demeure une mégapole culturelle ancrée dans la réalité, accessible, vaguement ordinaire, déjà européenne, tandis qu’Ankara assume à la fois un statut de capitale reconnue et d’espace incertain. En effet, les occurrences plus fréquentes du nom propre Ankara, les connotations et le sémantisme du lexique qui lui est attaché, permettent de lever l’ambigüité que de nombreux documents iconographiques ou textuels semblaient vouloir conforter : les médias reconnaissent clairement à la cité anatolienne son rôle de capitale politique. Mais l’espace se dilue dans un flot de métonymies usuelles ou originales, qui substitue à l’image du lieu celle d’une entité virtuelle aux contours improbables. Cette capitale officielle, siège d’un gouvernement musulman et symbole d’une république laïque, finit par désigner un pays eurasiatique méconnu, un pouvoir différent qui inquiète, une population souvent appréhendée à travers des stéréotypes, et, s’épaississant de ces multiples représentations, elle devient l’emblème d’une problématique qui s’impose à la France et à ses partenaires de façon cruciale. Ainsi, par le biais de productions de sens introduites dans le discours médiatique, le mot Ankara en vient à représenter la candidature de la Turquie à l’intégration dans l’UE, éventualité d’autant plus redoutée qu’elle bouscule de très nombreux repères et pose finalement la question de l’identité européenne. à travers l’actualisation d’un tel toponyme, c’est l’image de tout un pays qui est en jeu. La Turquie, avec Ankara pour capitale, semble plus lointaine et plus menaçante pour l’Europe que si Istanbul en était restée la première ville.

Haut de page

Bibliographie

Boyer Henri, 2003, De l’autre côté du discours, Paris, L’Harmattan.

Bozarslan Hamit, 2004, Histoire de la Turquie contemporaine, Paris, La Découverte.

Charaudeau Patrick, 2005, Les médias et l’information, Bruxelles, De Boeck Université.

Clés de l’actualité, « Turquie : Le choix de l’Europe », n° 634, du 29 septembre au 5 octobre 2005.

Del Valle Alexandre, Razavi Emmanuel, 2005, Le dilemme turc ou les vrais enjeux de la candidature d’Ankara, Paris, Des Syrtes.

Ducrot Oswald et Todorov Tzvetan, 1972, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Le Seuil.

Honoré Jean-Paul, 1994, « De la nippophilie à la nippophobie : Les stéréotypes versatiles dans la vulgate de presse (1980-1993) », Mots. Les langages du politique, n° 41, Parler du Japon.

Lecolle Michelle, 2004, « Toponymes en jeu : diversité et mixage des emplois métonymiques de toponymes », Studii si cercercerati filologica, n° 3, Université de Pitesti (proposé par le site www.info-metaphor.com).

L’Express, « Istanbul : Voyage entre deux mondes », n° 2840, du 8 au 14 décembre 2005.

Maingueneau Dominique, 2005, Analyser les textes de communication, Paris, Armand Colin.

Riaux Gilles, 2006, La formation de l’état-nation en Turquie et les enjeux de son adhésion à l’Union européenne (publié sur www.diploweb.com).

Vaner Semih éd., 2005, La Turquie, Paris, Fayard-CERI.

Yasri-Labrique Eléonore, 2007, « “Une porte qui s’ouvre”. Quand les journaux français mettent en scène la Turquie… », Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène (t. 1), Paris, L’Harmattan.

Zarcone Thierry, 2005, La Turquie. De l’Empire ottoman à la République d’Atatürk, Paris, Gallimard.

Haut de page

Annexe

Corpus

Articles contenant le toponyme Turquie ou Ankara ou Istanbul dans le titre, dans les archives du 1er mai au 31 décembre 2004 :

www.lemonde.fr

www.liberation.fr

www.lefigaro.fr

Dictionnaires et encyclopédies

Dictionnaire de la langue française, Alpha-Hachette, 1995.

Dictionnaire Larousse Super Major, Larousse-Bordas, 1997.

Dictionnaire Hachette, Hachette Livre, 2002.

Fiches Encyclopédie « Atlas de l’Europe », éditions Atlas, 2003.

Quid 2004, Robert Laffont, septembre 2003.

www.wikipedia.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Yasri-Labrique, « La Turquie, terre eurasiatique et république bicéphale. Ankara et Istanbul dans la presse française », Mots. Les langages du politique [En ligne], 86 | 2008, mis en ligne le 30 mars 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://mots.revues.org/13232

Haut de page

Auteur

Éléonore Yasri-Labrique

Université Paul Valéry Montpellier 3 (DIPRALANG)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page