Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Chroniques

Flâneries carnavalesques en Révolution (1791)

Jacques Guilhaumou
p. 117-126

Texte intégral

Mademoiselle Gaba… femme Fonte… s’est transportée à petit bruit chez la femme d’Ou… vu qu’elles ont été toutes deux montérovisées (c’est un néologisme que nous n’entendons pas, et nos correspondants seront obligés de nous l’expliquer)
(Chronique scandaleuse n°6, 1791).

  • 1 Le Spectateur National du 1er février 1791. Tous les documents référencés dans les notes ont été co (...)
  • 2 Les Annales patriotiques et littéraires du 27 janvier 1791, Le véritable Père Duchesne, Le Père Duc (...)
  • 3 La Légende Dorée, 14, 6 avril 1791.
  • 4 Nouveau Dictionnaire pour servir à l’intelligence des termes mis en vogue par la Révolution, janvie (...)

1Un homme très honnête, mais très affligé de tout ce qu’il voit aujourd’hui, parce qu’il voit et ne veut voir que les effets de l’anarchie1, se rend à Paris de sa Province méridionale pour voir d’honnêtes gens et lire de bons journaux. Suivons les flâneries burlesques à travers Paris de cet aristocruche2 qui ne connait que des principes inconstitutionnels et mimonarchiques3. Ne confond-il pas les vrais, ardents et utiles patriotes avec les têtes exaltées par des idées fausses, vagues, exagérées, inconsistantes, associant alors à la confusion des idées l’abus des mots4 ?

  • 5 Histoire authentique et suivie de la Révolution de France, 1792, tome 2.

2Une lettre d’un ami, du 5 mars 17915 l’avait mis en garde contre la présence dans Paris de membres du club des gueux et des sans-culottes qui, liés aux Jacobins, se rassemblent dans les rues, les carrefours, les places publiques et lisent, avec une voix rugissante, les pamphlets incendiaires qu’on leur distribue pour en infecter le peuple crédule. Il veut donc se garder de cette espèce d’armée qui circule sous la dénomination burlesque de sans-culottes et règne, au nom d’une souveraineté factice et d’une faveur populacière, sur l’abus des mots, en introduisant la confusion entre les mots de despotisme et de royauté, de liberté et de révolte.

  • 6 Le Babillard, juin 1791, p. 26.
  • 7 La Correspondance des Mécontents du 15 mars 1791.

3En cette période de carnaval, il convient donc d’éviter les motionneurs adeptes de la clubinocratie6. À vrai dire, il suffirait à notre honnête homme de rencontrer quelques masques et fantômes jacobiniques, en particulier l’archi-jacobin Robespierre, tout en recherchant la compagnie des architectes-constitutionnaires7 du côté droit de l’Assemblée Nationale dont il pense qu’ils ont lié les pierres fondamentales de l’édifice de la Constitution.

  • 8 Lettres bougrement patriotiques de Lemaire du 20 mars 1791.

4Cependant il éprouve d’emblée le plus grand mal à distinguer les papiers raisonnables au milieu des papiers incendiaires, d’autant plus que la conformité des titres ajoute à la confusion. Les faux Marat, les faux Père Duchêne, les faux Orateur circulent en nombre et côtoient les vrais, sans qu’il soit facile de distinguer les vrais des faux, la plupart de ces pamphlets n’étant pas signés. Ainsi jamais on a tant vu de Père Duchêne, véritable Protée : c’est à qui sera en grande colère, en grande fureur, en grande joie, c’est à qui, sous ce titre, empoisonnera le public de tout ce qu’il y a d’abject, de dégoutant, d’atroce, de trivial et de bête8.

  • 9 Le Mercure Universel du 14 mars 1791 ; L’ennemi des aristocrates de la rue Henri IV, 1791.
  • 10 Le Carnaval de 1791 ou Le Carnaval jacobite.
  • 11 Le Journal des clubs du 4 mars 1791.

5La confusion atteint son paroxysme lorsqu’il se rend rue Pavée Saint-André-des-Arts, marché ordinaire des pamphlets, d’où il voit sortir des colporteurs qui les distribuent gratis en les jetant dans les maisons. Les uns, qui se disent colporteurs patriotes, dénoncent l’invasion aristocaponienne d’écrivains stipendiés soutenus par les libraires gagés, véritable armée d’écrivailleurs à la solde des aristocrates9. Les autres, que l’on dit colporteurs aristocrates, précisent que ce n’est qu’un travestissement général permettant de dévoiler le carnaval jacobite, c’est-à-dire la mascarade patriote des Jacobins qui font l’accaparement criminel de tous les habits d’Arlequin, de Pierrot et de Polichinelle10. À vrai dire, notre honnête homme voit avec plaisir, aux coins des rues, de ces aristocrates, autrefois humiliés, qui reprennent le dessus en endossant le costume populaire, en affectant un langage populaire, en agissant de façon populaire11.

  • 12 Le tête-à-tête du Père Duchêne et de Jean-Bart de la Place Saint-Michel et la série des Entretiens (...)
  • 13 Le véritable Père Duchêne, Grande Joie du Père Duchesne, 1791.

6En ce temps de carnaval, personne ne prend en compte le placard municipal qui réitère cette année encore les défenses de l’an passé. La scène la plus burlesque est cette rencontre entre Jean-Bart et le brave Père Duchêne – un faux Père Duchêne disent les archi-Jacobins – qui dialoguent de bon sens12. Passons sur les expressions sales qui défigurent des pensées ingénieuses car rien n’est moins gai que le retour de ces mots également rejetés par le gout et la pudeur. Jean-Bart dit au Père Duchêne que ses injures contre les aristocruches ne font pas des raisons, qu’il est fou de prononcer des bénédictions à l’envers et qu’il faut qu’il écoute ses raisons à lui : « Ce sont les aristocrates qui dominent, donc les Jacobins sont des aristocrates ». Nous sommes d’accord sur les mots, en conclut-il. À jouer au propos discordant, le Père Duchêne y retrouve le bon sens et peut dire ses sacrées raisons en jurant contre les mille millions d’aristocrates aristocrates et d’aristocrates patriotes que sont ces foutus aristocrates de Jacobins. Mieux encore, se refusant à parler la mère langue de Mirabeau, il peut s’écrier contre les patriotes enjacobinés qui dénoncent les monarchiens : « Tu ne connais seulement au français ; tu veux te mêler d’écrire et tu ne connais pas les mots ! Queuque c’est donc ces peuples que tu appelles monarchiens, triple mille diligences chargées de dictionnaire, pas un mot de français »13. C’est ainsi que les père et mère Duchêne nous entretiennent des impostures jacobites.

  • 14 Lettre du Père Duchesne à l’un de ses amis, janvier 1791.
  • 15 Le Courrier des départements du 31 décembre 1790.
  • 16 Les Révolutions de Paris, 27, 9 au 16 janvier 1790.
  • 17 Le Journal de la Révolution du 13 septembre 1791.
  • 18 Le véritable Père Duchêne, La grande menace du Père Duchesne contre l’Agioteur qui lui a escroqué c (...)

7Il est vrai que les rues de Paris ne résonnent, surtout aux portes des boulangers, que des suites de l’affaire récemment suscitée par l’initiative du club monarchique, la diminution du pain. Les Jacobins s’étaient déchainés pendant l’hiver contre cette invention aristo-calotine ; ils disent que ces monarchistes, qualifiés en termes de jacobinière de monarchiens ou monarchieux, sont des aristocrates parce qu’ils dépensent leur argent à donner du pain, précise le Père Duchesne, homme de bon sens14. Gorsas se moque ainsi du sou de pain15. Les Révolutions de Paris mettent en garde depuis longtemps les patriotes contre les aristocrates qui veulent échauffer les classes pauvres par l’idée de la diminution du pain16. Notre honnête homme ne croit guère à ces dénonciations qui imputent de surcroit aux monarchiens le fait de retenir des denrées en cachette, d’en constituer un magot contre-révolutionnel, avant d’en faire, une fois putréfiées, des denrées anti-révolutionnelles17. Il pense que tout cela n’est que menteries pour mieux dissimuler l’action des agioteurs en jacobinés qui nous font poursuivre l’aristocrate tout en étant rebondi comme le bœuf gras18.

  • 19 Los Monolos-Dialogos ou les singularités du docteur Singulos, 1791.
  • 20 La fin burlesque des faiseurs de motions du Palais-Royal, 1791.

8Soucieux de contourner la chicane sur les mots, voulant éprouver le plaisir de la variété et du piquant des tableaux, il est pressé de se rendre au Palais-Royal, lieu de toutes les Nations, de toutes les factions, de tous les systèmes, de toutes les opinions, de toutes les nouveautés, etc. Car c’est là que l’on trouve, dit-on, des écrits de tous les genres à la mode : calomnies, lubricités, impostures, éloges et sottises de toute nature. Blasé sur les livres, et peu enclin à fréquenter les souterrains de la métaphysique, en bon héritier de la gaieté française, il dédaigne l’homme sans caractère, l’homme qui se range dans la classe des utilités, devenu ridicule à force de prétendre devenir autre chose que ce qu’il peut être : la gravité n’est-elle pas un mystère du corps inventé pour cacher les défauts de l’esprit ?19 Qui rencontre-t-il au Palais-Royal, au lieu des amours, des ris et des grâces qu’il attendait : des faiseurs de motions20 qui savent par cœur les mots despotisme, fanatisme, liberté, aristocratie, poignards, tyrans, etc. Ces démagogues délibèrent sans fin sur les droits de l’homme en faisant des discours incendiaires… jusqu’au moment où quelqu’un parle du veto royal. Avec plaisir, il constate que ces mots font pâlir les visages, que les têtes se troublent, que les cœurs s’aigrissent, qu’ils opinent en tumulte pour s’égarer ensuite dans les bois !

9Au Cirque même se déroule une bien étrange cérémonie, le Duc d’Orléans, bourgeois du Palais-Royal, accompagne le Roi au-devant du Père Duchêne. Le Roi, à son indignation, s’agenouille devant ce célébrant en fumée qui lui frotte le front de cendre noire et lui dit : « Nom d’un Foutre, Monarque Français, souviens-toi que tu fus Roi, que ta faiblesse et ta sottise t’ont rendu être nul, mais que tu reviendras Roi, si tu sais devenir ferme ». Mesdames de France, ces foutues piegrièches s’agenouillent également devant le marchand de fourneaux qui leur barbouille le crâne de cendres. Cette rencontre avec le roi ajoute à la perplexité de notre honnête homme.

  • 21 La Chronique de Paris du 6 février 1791, Le Lendemain du 28 mars 1791.

10Continuant ces tribulations dans Paris, il est constamment agressé par l’horrible licence des colporteurs. Ainsi sous la galerie des Tuileries, l’un d’entre eux a l’audace de crier : La grande colère du Père Duchesne contre le roi et les aristocrates, et personne n’a la hardiesse de s’opposer à une pareille infamie. Pire encore, un autre crie le Nouveau Te Deum du Père Duchêne. La foule se presse autour de lui pour l’acheter. Notre honnête homme finit par en prendre un exemplaire et le lire. Que d’horreurs, s’exclame-t-il, quatre pages employées à vomir, en style des halles, toutes les indécences inimaginables contre la personne du roi !21

11Qui plus est, il ne rencontre comme acteurs de la Révolution que masques et fantômes. À l’Hôtel de Ville, le maire Bailly se présente sur le perron avec sur la tête un bonnet à trois cornes, dont deux de côté désignent l’une la bassesse, l’autre la turpitude, celle du milieu désignant l’abondance et la quantité des gaspillages, au milieu d’autres masques qui jettent des petits pains et des cervelas pour distraire la canaille et les affamés, qui crient alors à tue-tête, « Vive la Nation ».

  • 22 A la chie au lit ou le Tour de Carnaval du Père Duchesne à une société d’aristocrates, Le Père Duch (...)

12Sa tournée carnavalesque se termine tard le soir par un bal masqué dans un superbe salon. Ce salon avait deux portes, sur deux rues différentes. Le maitre, en habile homme, pour avoir plus de pratiques, met une enseigne à chaque porte ; sur l’une, bal des patriotes, sur l’autre, bal des aristocrates, ce qui ne pouvait pas manquer de faire un imbroglio admirable. Lorsque notre honnête homme voit des députés du côté droit de l’Assemblée Nationale, en particulier Clermont, Malouet, Cazalès et à leur tête l’abbé Maury, s’engouffrer dans la porte des aristocrates, se sentant en pays de connaissance, il les suit et s’agrège à eux. On cause, on babille, on disserte, on raisonne, on déraisonne, on s’échauffe. L’abbé Maury propose d’enlever le roi de Paris. Entretemps, des patriotes déguisés sont entrés par l’autre porte, avec à leur tête Robespierre habillé en petit maitre. Ils entendent ce que cela veut dire ; ils sont curieux de voir jusqu’où ça ira ; ils applaudissent l’abbé. Mais bientôt les masques tombent. D’abord c’est un étonnement, puis un éclat de rire universel. Le bon abbé se fâcha. Un plaisant lui cria « Taisez-vous, ou craignez d’être lanterné… ». De fait se trouvait parmi eux Hébert, le Père Duchesne déguisé en seigneur allemand qui s’écria, lorsqu’il se fit connaitre, contres ces bougres de gibier de lanterne « à la chie au lit, à la chie au lit »22.

  • 23 Le Lendemain du 19 avril 1791.
  • 24 La Rocambole des Journaux, 1, janvier 1792.
  • 25 La Correspondance Nationale du 8 mars 1791.

13Quelque peu effrayé, il attendra quelques semaines avant de clubiner. Mais c’est encore au club des Jacobins que lui apparait au milieu de Danton, Marat, Prudhomme, Desmoulins, Audouin, Gorsas, en dogues d’Angleterre, costumes de furie, torches et poignards à la main, la figure de Robespierre : il est là habillé en honnête homme comme lui, fantôme aux Jacobins, habit long et blanc, voile sur la tête, qui ne fait que passer. Son voisin le prévient de ne pas avoir peur, car ce sera la seule fois que ce masque paraitra pendant la séance du club. Il savait que les compagnons écrituriers23 de Robespierre, et tout particulièrement Gorsas ce bouillant journalomane24, se chargeraient par la suite de faire publier ses mensonges comme des vérités dans le but d’anathématiser les nouvelles lois de l’État25, en confondant révolution et constitution. Mais, cette présence éphémère de Robespierre à son image devait avoir un effet momentanément apaisant sur sa personne.

  • 26 Le Contre-poison ou Préservatif du 17 mars 1791.
  • 27 Le Creuset du 17 aout 1791, Le Lendemain du 2 mai 1791.

14Continuant de clubiner, il a tout le temps d’apprécier le portrait des autres chefs jacobites en démagogues26. Dans la marche des révolutions, ils affectent de confondre la populace, ce rebut des villes qu’il a côtoyé sous le nom de sans-culottes, avec les honnêtes artisans. Ils mettent en mouvement ces prolétaires, n’ayant ni maitres, ni propriétés, ni intérêt à la chose publique. Bourgeois insensés, ils grossissent ce torrent incendiaire de femmes éperdues. Puis ils imputent au terme réprouvé de parti des dénominations odieuses qui servent à la fois de cachet et de ralliement pour immoler les victimes proscrites par ces démagogues : parti des honnêtes gens, parti monarchique, parti des aristo-imbécillocrates, parti des coblenciens, etc. Mais il constate, à sa grande déception, que les nombreux écrits de ses amis, que l’on appelle ici monarchiens et faux patriotes, publiés et colportés en masses énormes et gratuites dans les maisons, les cafés, les assemblées, les groupes, et même jusque dans la salle des Jacobins, comme il a pu le constater lors de sa flânerie, ont produit un effet contraire : jamais on n’a vu, à ce jour, autant de candidats se présenter pour être admis à la Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins. Finalement, il s’amusa de l’intervention d’un orateur qui s’écria : « les factieux, messieurs ». Ces deux mots mal assortis excitèrent des murmures. L’orateur crut alors mieux faire en retournant sa phrase : « Messieurs les factieux ». Ici les huées l’empêchèrent de continuer. Il se retira de la tribune fort surpris d’un tel accueil et confia à notre honnête homme qu’il était très convaincu que le club des Jacobins était difficile sur les constructions grammaticales27.

  • 28 La Feuille du Jour du 12 juillet 1791.

15Notre honnête homme devient de plus en plus précautionneux, il se risque de moins en moins dans les rues de Paris, même si le temps du Carnaval est échu. Il préfère fréquenter le cabinet littéraire et politique de M. Girardin, au Palais-Royal, où il trouve la collection complète des meilleurs journaux français, anglais et allemands28. Il s’efforce également de rencontrer des hommes qui puissent lui faire connaitre la continuité du génie de la langue portant l’empreinte du caractère de l’homme.

  • 29 Journal de la langue française, De la nécessité de créer des mots nouveaux, 1791, p. 296.
  • 30 Journal de la langue française, 1791, p. 203.

16Après avoir lu le Journal de la Langue française, il se décide ainsi à rencontrer Urbain Domergue, en présence d’un second grammairien patriote, Antoine Tournon. La discussion entre ces deux éminents littérateurs porte sur la nécessité ou non de créer des mots nouveaux, dans le but d’en finir avec les vieux mots qui rappellent de gothiques idées. Tournon est le plus enthousiaste : il trouve que l’on respecte trop l’usage et qu’on n’a donc pas assez réfléchi sur les intarissables richesses de la langue française ; il préconise donc de créer des mots nouveaux analogues aux idées neuves29. Domergue est plus réservé, il répond immédiatement à Tournon que l’emploi trop fréquent de mots nouveaux rend le style barbare, et qu’il convient de s’en tenir, de façon modérée, aux heureux néologismes. Il est tout particulièrement sensible aux mots nouveaux apparus, de façon analogique, au sein du mouvement patriotique, et qui acquiert alors force et droits : ainsi en est-il de possibiliser, qui signifie « rendre possible »30.

17Il cite alors le cas du néologisme de loyaume dont tout le monde convient à tort (voir ci-dessous) qu’il en est le créateur dans le Journal de la langue française, comme le souligne le Journal des journaux du 15 aout 1791. Ne rend-il pas bien compte de l’existence non plus d’un royaume gouverné par un roi, mais d’une nation où la loi commande ? Et pourtant l’usage ne retiendra pas ce néologisme.

  • 31 Le Journal des Mécontents du 23 avril 1791.
  • 32 La Légende Dorée du 15 mars 1791.

18Notre honnête homme, rebattu de malheureux néologismes, opine dans un premier temps à la réflexion de Domergue, mais finit par y voir la parole d’un génie publicole qui n’échappe pas aux deux vices du temps, le philosophisme et la politicomanie31. On parle politique et constitution jusque dans les boudoirs, les droits de l’homme et le contrat social en ont exilé Dorat et Chaulieu. Ainsi les républicains factieux ont renversé cette belle école de la politesse, espèce de sensitive qui fuit la main trop rude de la démocratie32.

19Qui plus est Domergue veut ignorer que le néologisme de loyaume est déjà attesté en 1789 de la manière suivante :

  • 33 La Trompette du Jugement du premier septembre 1789, p. 24.

La loi faite et acceptée par tous est notre unique souverain ; si on pouvait employer ce mot sans heurter la grammaire, il faudrait dire, la France est un loyaume […]. Le mot de royaume désigne la propriété d’un roi, or nous n’avons aliéné ni nos biens, ni nos personnes à notre délégué, donc nous ne sommes pas un royaume33.

  • 34 Le Cousin Jacques, septembre 1790, p. 27.
  • 35 Le Lendemain du 6 décembre 1790.

20Pourquoi se rendre ridicule et présomptueux en couchant ce pseudo-néologisme sur le papier ? Sans doute, pour faire comprendre aux hommes en place qu’il est leur analogue littéraire dans la distinction. Un tel acte de foi politique en fait un docteur patriotisé34. Il conviendrait plutôt de s’attarder sur le mot nouveau d’ochlocratie35 qui désigne, selon M. De Calonne, l’abus du gouvernement démocratique, lorsque le bas peuple se rend maitre des affaires, chassant ainsi le vrai philosophe de la Cité.

21Sa dernière soirée est consacrée à une visite hors de Paris à ses cousins de Surêne qui possèdent une guinguette. Quelle ne fut pas sa surprise d’y rencontrer un dénommé Rivarol, le cousin du génie le plus célèbre de Paris. Voilà le récit qu’il fit par la suite à l’un de ses correspondants de cette rencontre tout en haut et en bas, comme dans l’inversion carnavalesque :

  • 36 La Quasi-modo de Surêne, ou le tout come avec mes cousins.

Je le priai de s’asseoir au haut-bout de la table. Ce haut-bout le fit rire. Je lui en demandai le motif. C’est que, nous autres, dit-il, nous avons une harmonie naturelle ; et que jamais je n’ai vu dans les œuvres de mon cousin Rivarol – au haut-bout – soit, lui dis-je, un peu piqué : ce n’est point comme vos cousins. Ce n’en est que mieux. Mangez ou buvez ; ou passez au bas-bout36 .

22Arrive sa dernière matinée à Paris, notre honnête homme est réveillé de très bon matin, là où il loge chez un ami marchand à la Porte Saint-Denis, par le chant du coq. Un chant d’une nature bien particulière, puisqu’il s’agit d’une affiche, bruyamment commentée sous sa fenêtre par une vingtaine de personnes, et intitulée le Chant du Coq ou prophéties mémorables recueillies au commencement du 14ème siècle pour la fin du dixhuitième siècle. Des affiches, il a pu le constater au cours de ses flâneries, Paris en est tapissé tant aux coins des rues que dans les promenades et dans toutes les places publiques.

  • 37 Le Journal des droits de l’homme du 28 juillet 1791.
  • 38 Le Journal général de politique du 12 septembre 1791.
  • 39 Le Journal de la Révolution du 21 aout 1791.

23Curieux, et dans l’attente de son départ, il descend voir et écoute sans mot dire les commentaires sur ce coq venu d’Angleterre qui fait retentir, à l’aurore, les sons aigus de l’anglomanie, s’en prend aux patriotes enragés, et tout particulièrement à celui qui est porteur d’une physionomie à la cordelière37. Voulant savoir ce que signifient ces trois lettres (uin) tracées au crayon, après le mot coq, sur l’affiche, questionneur ingénu, il s’adresse à l’un des lecteurs de l’affiche. Celui-ci, homme de beaucoup d’esprit semble-t-il, le regarde alors fixement et lui dit que ce sont les détracteurs de l’affiche qui font connaitre au public leurs noms et qualités38. Troublé, il achète le Journal de la Révolution39 qui titre, Manœuvres des intrigants et des aristocrates coalisés. Il y trouve la mention suivante de son affaire : « Nous ne serions pas surpris d’entendre au premier jour le coq ou coquin chanter au peuple que c’est le club des Jacobins qui a fait baisser le prix du pain ». De quel coq s’agit-il ? Tantôt il parle contre les clubs, tantôt il vante les patriotes. C’est un verbiage qui change de couleur tous les jours. Tout cela n’est pas clair. Son esprit se brouille.

  • 40 Le Père Duchesne d’Henri IV.

24Que retiendra notre honnête homme de son séjour à Paris, cœur de la Révolution ? Que la Révolution s’est emparée non pas des droits de l’homme, mais des droits de Mardi-Gras. Ainsi, dit-il à ses amis de retour chez lui, il est clair que depuis le 13 juillet 1789, nous voyons parmi les pleurs et les supercheries, le vol et l’hypocrisie, la famine et les dilapidations, l’irréligion, les rapacités et les guerres intestines, régner un carnaval perpétuel40.

  • 41 Le Mercure Universel du 21 février 1792.

25Notre honnête homme vit maintenant dans une petite ville de France, un peu méridionalisée, où il finit ses jours dans une obscurité paisible au milieu d’impitoyables garruleurs entourés d’une nichée de rats aristocroques41. Convaincu de n’avoir rencontré à Paris que de ces philosophes, souffleurs de la tragi-atroci-absurdo-comédie-parade, appelée la révolution, il a fait son bréviaire du Nouveau Dictionnaire pour servir à l’intelligence des termes mis en vogue par la Révolution, et dédié aux amis de la religion, du Roi et du sens commun, rédigé par l’abbé Buée.

Haut de page

Bibliographie

Brunot F., 1967, Histoire de la langue française, tome 9, « La révolution et l’Empire », Armand Colin.

De Baecque A., 2000, Les éclats du rire. La culture des rieurs au XVIIIème siècle, Calman-Lévy.

De Baecque A., Guilhaumou J., 1989, « Le dernier Carnaval », Le Monde de la Révolution française, 2.

Deleplace M., 2001, L’Anarchie de Mably à Proudhon (1750-1850), Lyon, ENS éditions.

Elyada O., 1991, Presse populaire et feuilles volantes de la Révolution à Paris (1789-1792), Société des études Robespierristes.

Geffroy A., 1985, « Sans-culottes (1790-1792) », Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), équipe 18e-Révolution française (dir.), Klincksieck, fascicule 1.

Geffroy A., 1997, « Aux origines, quels patrons pour les Jacobins ? », Mélanges Vovelle, Publications de la Sorbonne.

Guilhaumou J., 1985, « Aristocrates (1789-1793) », Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), Équipe 18e-Révolution française (dir.), Klincksieck, fascicule 1.

Guilhaumou J., 1989, La langue politique et la Révolution française, Klincksieck.

Guilhaumou J., 1998, L’avènement des porte-parole de la République (1789-1792), Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Haut de page

Notes

1 Le Spectateur National du 1er février 1791. Tous les documents référencés dans les notes ont été consultés à la Bibliothèque nationale de France et constituent, pour la plupart, des inédits.

2 Les Annales patriotiques et littéraires du 27 janvier 1791, Le véritable Père Duchesne, Le Père Duchesne à la garde nationale, 1791.

3 La Légende Dorée, 14, 6 avril 1791.

4 Nouveau Dictionnaire pour servir à l’intelligence des termes mis en vogue par la Révolution, janvier 1792.

5 Histoire authentique et suivie de la Révolution de France, 1792, tome 2.

6 Le Babillard, juin 1791, p. 26.

7 La Correspondance des Mécontents du 15 mars 1791.

8 Lettres bougrement patriotiques de Lemaire du 20 mars 1791.

9 Le Mercure Universel du 14 mars 1791 ; L’ennemi des aristocrates de la rue Henri IV, 1791.

10 Le Carnaval de 1791 ou Le Carnaval jacobite.

11 Le Journal des clubs du 4 mars 1791.

12 Le tête-à-tête du Père Duchêne et de Jean-Bart de la Place Saint-Michel et la série des Entretiens entre le Père Duchêne et Jean-Bart ; Le déjeuner patriotique du peuple, 2, janvier 1791.

13 Le véritable Père Duchêne, Grande Joie du Père Duchesne, 1791.

14 Lettre du Père Duchesne à l’un de ses amis, janvier 1791.

15 Le Courrier des départements du 31 décembre 1790.

16 Les Révolutions de Paris, 27, 9 au 16 janvier 1790.

17 Le Journal de la Révolution du 13 septembre 1791.

18 Le véritable Père Duchêne, La grande menace du Père Duchesne contre l’Agioteur qui lui a escroqué cinquante-cinq sous, 1791.

19 Los Monolos-Dialogos ou les singularités du docteur Singulos, 1791.

20 La fin burlesque des faiseurs de motions du Palais-Royal, 1791.

21 La Chronique de Paris du 6 février 1791, Le Lendemain du 28 mars 1791.

22 A la chie au lit ou le Tour de Carnaval du Père Duchesne à une société d’aristocrates, Le Père Duchesne, 41.

23 Le Lendemain du 19 avril 1791.

24 La Rocambole des Journaux, 1, janvier 1792.

25 La Correspondance Nationale du 8 mars 1791.

26 Le Contre-poison ou Préservatif du 17 mars 1791.

27 Le Creuset du 17 aout 1791, Le Lendemain du 2 mai 1791.

28 La Feuille du Jour du 12 juillet 1791.

29 Journal de la langue française, De la nécessité de créer des mots nouveaux, 1791, p. 296.

30 Journal de la langue française, 1791, p. 203.

31 Le Journal des Mécontents du 23 avril 1791.

32 La Légende Dorée du 15 mars 1791.

33 La Trompette du Jugement du premier septembre 1789, p. 24.

34 Le Cousin Jacques, septembre 1790, p. 27.

35 Le Lendemain du 6 décembre 1790.

36 La Quasi-modo de Surêne, ou le tout come avec mes cousins.

37 Le Journal des droits de l’homme du 28 juillet 1791.

38 Le Journal général de politique du 12 septembre 1791.

39 Le Journal de la Révolution du 21 aout 1791.

40 Le Père Duchesne d’Henri IV.

41 Le Mercure Universel du 21 février 1792.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Flâneries carnavalesques en Révolution (1791) », Mots. Les langages du politique [En ligne], 69 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://mots.revues.org/10643

Haut de page

Auteur

Jacques Guilhaumou

CNRS, UMR Histoire des théories linguistiques, ENS-LSH, 15, Parvis René Descartes, 69366 Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page